Afrin

  • Syrie : Au moins 5 morts dans une explosion à Afrin sous contrôle turc

    Imprimer

    Au moins 5 personnes ont été tuées et des dizaines d'autres blessées par l'explosion d'un camion piégé dans  la ville d'Afrin, au nord d'Alep.

    Le véhicule piégé était garé près du marché d'al-Hal qui est généralement très fréquenté. Ce secteur est sous le contrôle de rebelles syriens pro-turcs du groupe Armée Nationale Syrienne (ANS). L'explosion a eu lien non loin du siège de Jaysh al-Islam (Armée islamique).

    Afrin a été le théâtre de nombreuses attaques, soit aux engins explosifs improvisés (IED), ou aux voitures et motos piégées. 

    Plus tôt dans la matinée, les forces kurdes auraient tiré plusieurs obus de mortier visant les positions turques situées près de la ville frontalière de Karkamysh. Aucune victime n'a été signalée.

    L'attaque d'Afrin intervient après que deux officiers turcs aient été tués lors d'une attaque à la roquette guidée dans le nord d'Alep le 10 octobre.

    Des groupes de guérilla kurdes, dont les Forces de libération d'Afrin, mènent des insurrections à Afrin et dans d'autres zones occupées par les Turcs dans le nord de la province d'Alep depuis plusieurs années, depuis l'invasion des forces turques.

     

  • Syrie : Onze combattants pro-turcs tués dans des raids russes

    Imprimer

    Au moins onze combattants d'un groupe syrien pro-turc ont péri dimanche 26 septembre 2021 dans des raids russes, ce qui est rare dans une zone contrôlée par la Turquie et ses alliés locaux dans le nord de la Syrie, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

    "Onze combattants de la division Hamza ont péri et treize autres ont été blessés dans des frappes menées par l'aviation russe sur les villages de Basofan et Berrad (Brad) dans la région d'Afrine" située dans la province septentrionale d'Alep, a indiqué l'OSDH. Les raids ont visé une école faisant office de siège et de lieu d'entraînement pour le groupe rebelle, détruisant certains de ses murs. Des efforts sont en cours pour retirer d'éventuels survivants ou cadavres, coincés sous les décombres, d'après l'Observatoire.

    La veille, samedi 25 décembre déjà, au moins cinq frappes aériennes avaient touché des positions appartenant à « Jabhat al-Shamyyah » (Front levantin) soutenu par la Turquie à Basofan et Basalehiyah dans le district de Sherawa, dans le sud-ouest d'Afrin.
    FAMj0OEXIAAUmZF.jpegCe n'est pas la première fois que la Russie bombarde des groupes soutenus par la Turquie dans le nord-ouest de la Syrie, mais la Russie s'était généralement abstenue de les cibler à Afrin, une zone occupée par la Turquie.

    A noter que tous les points ciblés par la Russie dans la région d'Afrin se trouvent dans des zones où des éléments de l'armée turque et ses alliés syriens sont en contact avec les miliciens kurdes des YPG.
    FAMjF3gVUAoVbQ0.jpegLa Russie, alliée indéfectibles du régime syrien, et la Turquie, qui appuie des groupes rebelles, sont deux acteurs majeurs du conflit syrien et ont parrainé en 2020 un accord de cessez-le-feu dans la région d'Edleb, dans le nord-ouest de la Syrie, qui échappe toujours au contrôle de Damas. 

    Située dans la province d'Alep, la région kurde d'Afrin avait été conquise en mars 2018 par des forces turques et leurs alliés syriens, qui en avaient délogé la principale milice des kurdes dans le cadre d'une opération portant le nom de code « Branche d'olivier ». À l'époque, la Russie avait autorisé la Turquie à utiliser l'espace aérien pour bombarder Afrin et avait retiré la police militaire russe de la région. Depuis lors, il y a eu des bombardements et des affrontements entre les forces soutenues par les YPG dans le nord d'Alep (y compris dans certains villages près de Sherawa) et les groupes soutenus par la Turquie à Afrin.

    Le secteur, comme tous les territoires tenus par les rebelles pro-turcs, est régulièrement secoué par des assassinats ciblés, des attentats ou des explosions, imputés généralement par Ankara aux milices kurdes.

    Les frappes aériennes russes ont eu lieu quelques jours avant une rencontre prévue entre le président turc Recep Tayyip Erdoğan et le président russe Vladimir Poutine à Sotchi le 29 septembre.

    Lors d'une réunion le 13 septembre entre Poutine et le président syrien Bachar al-Assad à Moscou, les deux avaient appelé les forces étrangères à quitter la Syrie, une déclaration considérée comme un message à la Turquie et aux États-Unis, qui ont tous deux des troupes dans le pays déchiré par la guerre. Il est clair que les frappes aériennes russes soient destinées à faire pression sur la Turquie.

  • Syrie : Les Kurdes ne manquent pas une occasion de frapper les forces pro-turques

    Imprimer

    Lundi 13 septembre, la faction Jabhat al-Akrad (Front kurde) a mené une attaque contre une position de l'Armée syrienne libre (TFSA) soutenue par la Turquie près de la ville d' Al-Bab , dans le gouvernorat d'Alep.

    Les militants de Jabhat al-Akrad, un groupe lié aux Forces Démocratiques Syriennes (FDS) a ciblé des rebelles syriens soutenus par la Turquie dans le village de Cheikh Nasser à l'aide d'un missile antichar guidé (ATGM) qui semble être un 9M113 Konkurs de fabrication soviétique. Vidéo.
    9M113-Konkurs-768x1418.jpeg

    Selon les sources kurdes, le même jour, un engin explosif a touché un fourgon militaire appartenant aux membres de la division Hamzah, un groupe pro-turc, dans le district de Rajo, aux environs de la ville d'Afrin. L'un des rebelles syriens pro-turcs a été tué et deux autres auraient été blessés. L'attaque n'a pas été revendiquée.

    En réponse, les forces turques et les factions rebelles syriennes alliées ont tiré, le 14 septembre, des obus de mortier sur le village d'al-Kawekli dans la région d'al-Bab.

    Les attaques ont eu lieu quelques jours après que cinq des principaux groupes rebelles syriens pro-turcs en Syrie, dont la division Hamzah, aient annoncé leur union dans une nouvelle coalition baptisée Front syrien de libération (SFL) le 9 septembre.

    Les forces kurdes veulent profiter de l'occasion donnée par la recrudescence depuis ces dernières semaines des raids de l'armée de l'air russe près des positions de l'armée turque pour cibler les rebelles syriens pro-turcs.   
    Les kurdes pourraient également profiter d'une possible  opération terrestre de l'armée arabe syrienne à venir dans le Grand Edleb.

     

  • Syrie : Voiture piégée à Afrin et bombardements à Deraa malgré l'accord de cessez-le-feu

    Imprimer

    Une voiture piégée a explosé, dimanche 5 septembre 2021 dans la ville d'Afrin, dans le gouvernorat d'Alep, dans le nord de la Syrie, faisant trois morts.

    Par ailleurs, les forces gouvernementales ont bombardé Deraa al-Balad (sud) dans les premières heures de l'accord de cessez-le-feu.

    L'Etat turc de Hatay a indiqué dans un communiqué qu'une voiture garée dans le quartier d'Achrafieh au centre d'Afrin avait explosé dimanche après-midi, tuant 3 civils et en blessant 6 autres, dont 3 enfants.

    Il a ajouté que les blessés avaient été transportés à l'hôpital. Les forces de sécurité locales ont lancé une enquête sur l'attentat à la bombe en coordination avec la province de Hatay.

    Les forces turques avaient pris le contrôle de la ville d'Afrin dans le cadre de l'opération Rameau d'olivier, qu'elles ont menée en coopération avec l'armée nationale syrienne d'opposition en 2018.

    Bombardement de Deraa al Balad
    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a rapporté que 3 personnes avaient été tuées à Deraa Al-Balad à la suite de bombardements avec des missiles hautement explosifs des forces gouvernementales stationnées à proximité de la zone.

    L'observatoire a indiqué que le bombardement est intervenu dans les premières heures du cessez-le-feu temporaire négocié par la Russie entre les combattants de la ville et les forces gouvernementales.

    L'observatoire a indiqué qu'un calme prudent régnait sur les axes de Deraa al-Balad, le camp et la route d'Al-Sad dans le gouvernorat de Deraa, dimanche soir, les chars de l'armée syrienne tirant par intermittence sur plusieurs endroits de la zone. Les bombardements de l'armée syrienne se sont produits au moment même où la trêve temporaire à Deraa devait entrer en vigueur.

    Le dernier délai pour que les combattants rebelles se rendent ou acceptent d'être expulsés de la ville se termine lundi à dix heures du matin. L'armée russe soutiendra l'opération militaire que les forces gouvernementales menacent de lancer si les autorités locales et les combattants rebelles ne répondent pas à l'accord avec toutes ses clauses.

    Dans un contexte proche, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme a fait état de l'assassinat de deux membres du service de renseignement de l'armée de l'air dans la ville de Dael, dans la province de Deraa.

     

     

     

  • Syrie : Des avions non identifiés ciblent l'opposition syrienne pro-turque à Afrin

    Imprimer

    Cinq frappes aériennes ont été menées par des avions non identifiés contre le quartier général militaire de la Légion Al-Sham (Légion levantine) dans la province d'Afrin en Syrie, a déclaré, mardi 31 août 2021, l'alliance d'opposition Armée Nationale Syrienne. Vidéo. Vidéo 2

    Dans une déclaration diffusée par le média Al Mohrar, la légion a affirmé qu'un avion de chasse russe avait mené les frappes contre la ville de Basutane, au sud d'Afrin.

    Aucune victime n'est à déplorer du fait que les membres du groupe étaient en sortie d'entraînement, précise la déclaration.

    Afrin a été en grande partie débarrassée des miliciens kurdes des YPG en 2018 par l'offensive turque baptisée ''Rameau d'olivier'', mais le groupe kurde cible toujours les positions des rebelles pro-turcs et de l'armée turque.

    C'est l'une des trois opérations contre les miliciens kurdes que la Turquie a lancées depuis 2016 à travers sa frontière dans le nord de la Syrie, afin d'empêcher les combattants kurdes syriens de s'installer le long de la frontière turque. Les deux autres opérations sont le "Bouclier de l'Euphrate" (2016) et "Source de paix" (2019).

  • Syrie : 3 morts dans un tir de roquettes visant Afrin, une localité du nord syrien occupé par la Turquie

    Imprimer

    Mercredi 18 août, une attaque à la roquette a visé la ville syrienne d'Afrin, occupée par la Turquie, dans le nord de la province d'Alep.

    Les roquettes, qui auraient été tirées depuis des zones contrôlées par les Kurdes au sud d'Afrin, ont atterri dans les quartiers résidentiels de la ville, causant de graves dégâts. Une station-service a également été touchée, provoquant un important incendie.

    Selon l'organisation de défense civile des Casques blancs, trois personnes, dont une femme et un enfant, ont été tuées et quatre autres ont été blessées.

    Il n'y a pas eu de revendication immédiate pour l'attaque à la roquette. Cependant, de nombreux militants rebelles ont dénoncé les forces kurdes, à savoir les Forces démocratiques syriennes, comme étant à l'origine de l'attaque.

    Ce n'est pas la première attaque à la roquette visant Afrin cette année. Le 12 juin , 22 personnes avaient été tuées et plus de 20 autres  blessées dans la ville à la suite d'une attaque à la roquette. Le 15 juillet , une autre attaque a frappé la ville, tuant deux civils et en blessant dix autres. Le 25 juillet , une troisième attaque a fait au moins huit blessés.

    L'armée turque et ses alliés syriens ont riposté à la nouvelle attaque en bombardant les zones tenues par les Kurdes au sud d'Afrin. La situation pourrait encore dégénérer dans les prochaines heures.



    Lien permanent Catégories : Afrin, Armée turque en Syrie, SYRIE 0 commentaire
  • Syrie : Des militants kurdes tuent 12 rebelles syriens pro-turcs

    Imprimer

    Jeudi 22 juillet 2021, les "Forces de libération d'Afrin" kurdes dans le nord de la Syrie ont revendiqué une série d'opérations dans et autour de la ville d'Afrin, tuant 12 rebelles syriens pro-turcs.

    Un communiqué des "forces de lbération d'Afrin" a déclaré que « le 16 juillet, les unités du martyr Avesta avaient mené une opération dans le village d'Alamdar dans le district de Rajo. L'opération a entraîné la mort de 3 mercenaires et la blessure d'un mercenaire. Le 18, nos forces ont mené une opération dans le quartier d'Al-Filat, au centre de la ville d'Afrin. Au cours de l'opération, nos forces ont détruit une voiture et deux mercenaires ont été blessés."

    Le communiqué ajoute : « Le 19 juillet, nos forces ont mené une opération dans la ville d'al-Bab contre l'occupation et ses mercenaires, et cette opération a causé des dommages à deux véhicules équipés de mitrailleuses Douchka, en plus de la mort de 7 mercenaires et la blessure de 5 autres. Le même jour, une autre opération a été menée dans le village de Kaljibrin de la ville d'Azaz au cours de laquelle deux mercenaires ont été tués et un autre blessé.

    Les « Forces de libération d'Afrin » ont confirmé que ces opérations avaient entraîné « la mort de 12 mercenaires et blessé 9  autres». Elles ont indiqué qu'"elles aient été menées en représailles aux actions inhumaines de l'occupation turque contre les tombes des martyrs d'Afrin".
    Les rebelles pro-turcs ont en effet détruit les tombes de :
    -14 combattants YPG
    -12 des YPJ
    - 5 membres des forces de l’ordre
    - 3 organisation Cebhet El-Ekrad
    - 1 membre de l’Union d’autodéfense
    - 5 civils
    - Les 31 autres corps sont ceux de civils et de combattants non identifiés.