AFGHANISTAN

  • Afghanistan : Derniers incidents sécuritaires 

    Imprimer

    Province de Nangarhar - Une femme médecin assassinée
    Une femme médecin, identifiée comme étant le Dr Sadaf, qui travaillait dans la maternité de l'hôpital public régional de Nangarhar  a été tuée à 8H ce jeudi matin par l'explosion d'une bombe artisanale qui a visé le véhicule à trois roues dans lequel elle circulait dans le PD-3, à Jalalabad. L'attentat a eu lieu près de l'ancien consulat pakistanais. Un enfant a également été blessé par l'explosion et a été transporté à l'hôpital pour y être soigné.

    7 ouvriers chiites Hazara exécutés dans la province de Nangarhar
    Au moins sept ouvriers d'une usine de plâtre ont été assassinés dans la province de Nangarhar (est), ont annoncé jeudi les autorités locales. Les ouvriers appartenaient à la communauté chiite hazara, persécutée de longue date en Afghanistan. 

    "Sept ouvriers ont été tués par des inconnus (...) C'étaient tous des Hazaras, venant des provinces de Bamyan et Ghazni. Leur mains ont d'abord été nouées dans le dos, puis ils ont été abattus" tard mercredi soir, a déclaré Ajmal Omar, un membre du conseil provincial de Nangarhar. Le chef de la police de la province, Juma Gul Hemat, a confirmé le bilan et précisé que quatre suspects avaient été arrêtés.

    L'attaque, qui n'a pas encore été revendiquée, est survenue à environ 20 km de Jalalabad, la capitale provinciale, dans une zone frontalière du Pakistan où les talibans mais aussi l'État islamique (Daech) sont influents.
    EvoKkW2XIAMMNWS.jpeg

    Hazaras
    Les Hazaras, principalement chiites, représentent entre 10 et 20% des 38 millions d'Afghans. Depuis longtemps ils sont persécutés par les extrémistes sunnites, dans ce pays déchiré par les divisions ethniques et religieuses. Leurs traits physiques, caractéristiques des populations d'Asie centrale, les rendent facilement identifiables par les radicaux sunnites qui les considèrent comme des hérétiques.

    Durant la brutale guerre civile des années 1990, les Hazaras ont été impitoyablement bombardés lors de combats entre factions ennemies, puis massacrés par milliers lors de la conquête sanglante du pays par les talibans. Par la suite, les talibans ont continué à cibler la minorité ethnique, enlevant et tuant en toute impunité les Hazaras qui se risquaient à voyager sur les dangereuses routes afghanes. La communauté a aussi souvent été visée au Pakistan. En janvier, dix mineurs hazaras ont été enlevés dans une zone reculée du Baloutchistan (ouest), à moins de 100 km de la frontière afghane, puis tués et pour certains décapités. L'attaque avait été revendiquée par l'Etat islamique.

  • Afghanistan : Derniers incidents sécuritaires

    Imprimer

    Province de Badghis : Les talibans s'emparent d'une ancienne base de la coalition dans le district de Badghis
    Les talibans ont repris une importante base des forces de sécurité afghanes dans la province de Badghis.

    L'occupation de la base a été précédée de violents combats entre les talibans et la garnison de la base de Bala Murghab dans le nord de l'Afghanistan.

    Les positions des troupes régulières ont été pilonnées au mortier. Les tirs ont provoqué de violents incendies à l'intérieur de la base.

    Vidéo

    Retour des négociations de paix dans une optique différente
    Par ailleurs, les États-Unis ont déclaré que leur envoyé chargé des négociations de paix en afghanistan se rendrait à Kaboul et à Doha (Qatar) pour reprendre les pourparlers avec les dirigeants afghans, les responsables gouvernementaux et les représentants des talibans.

    Dans un communiqué , le département d'État américain a déclaré que Zalmay Khalilzad rencontrerait les dirigeants afghans et les délégués des talibans à Kaboul et à Doha et tiendrait des «discussions sur la voie à suivre».

    Il se rendra également dans d'autres capitales régionales «dont les intérêts sont mieux servis par la réalisation d'un règlement politique juste et durable», ainsi que d'un «cessez-le-feu permanent et complet», en Afghanistan, a-t-il indiqué.

    Les talibans exhortent les États-Unis à retirer leurs troupes du pays, comme ils l'ont convenu en février 2020.

    La nouvelle administration du président américain Joe Biden est en train de revoir l'accord de février 2020, mais son secrétaire à la Défense, Lloyd Austin, a déclaré que le retrait des troupes américaines dépendait des progrès des pourparlers de paix intra-afghans et d'une réduction des attaques des talibans.

    Les Etats-Unis "n'entreprendront pas un retrait précipité ou désordonné d'Afghanistan" qui met en danger les forces de l'OTAN, a déclaré Austin aux journalistes lors de sa première conférence de presse en tant que chef du Pentagone, ajoutant qu'"aucune décision concernant notre future position de force n'a été prise".

    Un retrait complet des troupes américaines sans un accord de paix durable permettrait aux groupes armés de reconstruire progressivement leurs capacités «de manière à pouvoir attaquer l'Amérique» dans un délai de 18 mois à trois ans, a déclaré le Groupe d'étude afghan.

    Les États-Unis «ne devraient pas ... tout simplement donner la victoire aux talibans», a-t-il déclaré, ajoutant: «Un retour du conflit dans le désastre du processus politique laisserait les États-Unis dans une position difficile... revenant à faire face, avec beaucoup moins de ressources sur le terrain qu'auparavant, à une insurrection enhardie », a-t-il ajouté.

    Il convient de rappeler que les États-Unis ont mis en garde contre une progression de l'Etat islamique en Afghanistan, e la même manière que l'Etat islamique revient en force en Syrie et en Irak.

  • Afghanistan : Derniers incidents sécuritaires

    Imprimer

    Province de Herat
    Plusieurs talibans ont été tués lors d'opérations de l'armée afghane à Parsi, selon la police locale.
    2021:03:02.jpeg

    Province de Kapisa : 5 talibans mis hors de combat
    Le ministère afghan de la Défense affirme que 13 talibans, dont quatre membres du réseau al-Qaïda, ont été tués dans la province de Kapisa.

    Selon le communiqué du ministère, une opération conjointe a été menée aujourd'hui (2 mars) avec le soutien des commandos et des forces aériennes dans la «vallée afghane» à proximité du district de Nejrab dans la province de Kapisa.

    Selon le ministère afghan de la Défense, à la suite de l'opération, "13 combattants talibans, dont trois Pakistanais, ont été tués, et un autre blessé".

    Province de Nangarhar : Trois employées d'une chaîne de télévision tuées par balles
    Trois employées de la chaîne de télévision afghane "Enekaas TV" ont été abattues mardi à Jalalabad (est), moins de trois mois après le meurtre similaire d'une de ses présentatrices, les médias continuant à payer un lourd prix aux assassinats ciblés.
    EveZf9KXUAAsFxD.jpeg

    "Cet après-midi, trois de nos collègues, des jeunes femmes âgées de 17 à 20 ans, ont été tuées par balles par des hommes armés dans la ville de Jalalabad", a déclaré à l'AFP Zalmai Latifi, le directeur de la chaîne Enekaas TV. Selon la police, un assaillant, appartenant aux talibans, a été arrêté.

    Kayhan Safi, chef du département de doublage à Enekaas TV, au sein duquel les trois victimes travaillaient, a confirmé l'attaque. Il a précisé que les trois jeunes femmes, prénommées Shahnaz, Sadia et Mursal, ont été tuées alors qu'elles quittaient leur bureau pour rentrer chez elles à pied. "Elles travaillaient avec nous depuis plus de deux ans (...) Nous sommes tous sous le choc ici", a-t-il réagi.

    Début décembre, une présentatrice de télévision et activiste travaillant pour Enekaas TV, Malalai Maiwand, avait été tuée par balles avec son chauffeur à Jalalabad en se rendant à son bureau. "Nous avons arrêté (un assaillant) alors qu'il tentait de s'échapper au volant d'un rickshaw. Son nom est Qari Basir et il a avoué avoir mené l'attaque. Il est membre des talibans", a indiqué Juma Gul Hemat, le chef de la police du Nangarhar, province où l'incident a eu lieu.

    L'attaque a été revendiquée par l'Etat islamique.
    Evil6D-WQAM6Z_h.jpeg

    Zahir Adel, le porte-parole de l'hôpital du Nangarhar, a confirmé que les corps des trois employées avaient été amenés dans son établissement, ainsi que deux autres femmes qui ont été blessées. "Avec ces lâches attaques et en causant la terreur, les talibans ne peuvent pas faire taire les voix qui s'expriment avec force pour défendre la République et les réussites de ces deux dernières décennies", a réagi le président afghan, Ashraf Ghani.

    Eved2xcXYAMWqft.jpeg

    Sept membres des médias ont été tués en 2020, selon le Comité pour la protection des journalistes afghans (AJSC). Un autre a également été assassiné au début 2021.

    Des attaques de plus en plus fréquentes
    "Ces assassinats ciblés doivent s'arrêter. Le gouvernement doit mener des enquêtes approfondies sur ces attaques contre des journalistes et membres des médias, et prendre toutes les mesures pour assurer (leur) sécurité", a estimé mardi l'AJSC.

    Les assassinats ciblés de journalistes, juges, médecins, personnalités politiques ou religieuses et défenseurs des droits humains sont devenus de plus en plus fréquents ces derniers mois en Afghanistan. Les victimes sont souvent tuées par balles ou dans l'explosion de bombes fixées sur leurs véhicules, aux heures de grande affluence sur les routes des grandes villes. Les talibans nient toute responsabilité dans les attentats ciblés et l'organisation jihadiste État islamique en a revendiqué certains.

    Etat islamique
    L'Etat islamique a notamment revendiqué celui de Mme Maiwand. Le groupe jihadiste, bien qu'affaibli ces dernières années, maintient une présence dans l'est du pays. Le gouvernement afghan et les États-Unis continuent cependant à en imputer la responsabilité aux insurgés talibans.

    Des négociations de paix dans l'impasse
    Les violences n'ont fait qu'augmenter à travers le pays depuis quelques mois, malgré les pourparlers de paix en cours entre Kaboul et les talibans. Débutées en septembre à Doha, ces négociations sont pour l'instant au point mort. Pas une journée en Afghanistan ne se passe sans l'explosion d'une bombe, des attaques contre les forces gouvernementales ou une tentative d'assassinat ciblé contre une personnalité de la société civile.

    L'administration Biden veut réexaminer l'accord de paix avec les Talibans
    De son côté, l'administration du président américain Joe Biden a ordonné un réexamen de l'accord signé en février 2020 à Doha avec les talibans, qui conditionnait le retrait des forces étrangères d'Afghanistan d'ici mai 2021 à des garanties sécuritaires de la part des insurgés et à leur engagement à couper tout lien avec les organisations jihadistes comme el-Qaëda. Mais les talibans ont prévenu que si Washington devait revenir sur l'accord, ils reprendraient leurs attaques contre les forces américaines, suspendues depuis lors.



  • Afghanistan : Derniers incidents sécuritaires

    Imprimer

    Province de Baghlan
    Au moins 8 talibans ont été tués et trois autres blessés lors d'affrontements avec les forces de sécurité afghanes dans le PD2 de Pul-e-Khumri, dans la province de Baghlan, selon la police de Baghlan.

  • Afghanistan : Derniers incidents sécuritaires

    Imprimer

    Province de Kapisa 
    Opération dans le district de Nejrab - Quatre membres des forces de sécurité et 10 talibans tués
    La police de la province de Kapisa a déclaré que les forces de sécurité procédaient depuis cinq jours à une opération de raissage dans le district de Najrab.

    Le porte-parole de la police de Kapisa, Shaykh Shurash, a déclaré mercredi 26 mai que 10 talibans avaient été tués et 15 autres blessés au cours de l'opération. Du côté des forces de l'ordre, le bilan est de quatre tués et sept blessés.

    Les forces gouvernementales ont progressé d'environ deux kilomètres, reprenant aux talibans plusieurs villages de la vallée

    L'opération doit se poursuivre jusqu'à ce que la vallée soit complètement dégagée.
    2021:02:24.jpeg

    Lien permanent Catégories : AFGHANISTAN, Province de Kapisa 0 commentaire
  • Afghanistan : Derniers incidents sécuritaires

    Imprimer

    38 talibans tués au cours des dernières 24 heures, selon le ministère afghan de la Défense
    Le ministère de la Défense afghan revendique l'élimination d'au moins 38 talibans ont lors des derniers raids menés par les forces de sécurité afghanes à travers le pays au cours des dernières 24 heures.

    Le ministère a indiqué mardi 23 février dans un communiqué que les opérations avaient été menées dans les provinces de Kandahar, Ghazni, Ghor, Faryab et Kapisa.

    Les forces de sécurité afghanes ont lancé des opérations de nettoyage dans les districts de Panjwai, Arghandab et Mianshine dans la province de Kandahar, indique le communiqué, ajoutant que 12 talibans ont été tués et deux autres blessés. Les opérations ont été soutenues par des frappes aériennes.

    Le ministère a déclaré dans un communiqué séparé que les commandos de l'armée afghane avaient mené des raids dans le district d'Arghastan dans la province de Kandahar, au cours desquels 10 talibans avaient été tués et quatre autres blessés.

    Selon le ministère, trois talibans ont été tués par les forces de sécurité dans le district de Moqur dans la province de Ghazni. 

    «Deux talibans, dont un chef de groupe, ont été tués par les forces de sécurité dans la région de Yarfolad (de Firozkoh, la capitale) de la province de Ghor», ajoute le communiqué. 

    Les talibans ont lancé des attaques contre des points de contrôle de sécurité dans le district de Qaisar, dans le nord de la province de Faryab, a déclaré le ministère, ajoutant que les attaques se heurtaient à une forte résistance des forces de sécurité afghanes, tuant cinq militants et en blessant cinq autres.

    Province de Herat
    Deux membres des services de renseignement afghans (NDS) ont été assassinés lors d'une attaque armée.
    2021:02:23.jpeg

    Province de Logar : 9 membres des forces de sécurité tués dans une attaque des talibans
    Neuf membres des forces de sécurité ont été tués et un autre  blessé au cours d'une attaque menée mardi 23 février par les Talibans dans la province de Logar, dans l'est de l'Afghanistan. Les Talibans ont lancé leur attaque contre un avant-poste de sécurité dans la région de Hasarak dans la province de Logar.

    Le Mouvement des Talibans n'a pas fait de commentaires sur l'attaque pour l'instant.

    Province de Nangarhar
    Les services de renseignement afghans (NDS) ont arrêté un membre de l'État islamique - Khorasan (ISKP) à Behsud.
    2021:02:23.jpeg

     



  • Afghanistan : Derniers incidents sécuritaires

    Imprimer

    Ville de Kandahar : 
    Les forces spéciales de l'Armée nationale afghane ont mené une série d'opérations ciblées dans le 12e district de la ville de Kandahar, au cours desquelles huit insurgés talibans ont été arrêtés. De plus, au cours de ces opérations, la police nationale afghane a découvert et confisqué huit munitions lourdes et légères, quatre grenades, quatre radios, un véhicule, des munitions et du matériel militaire.

    2021:02:22.jpeg

    Parmi les armes on distingue un fusil Lee-Enfield No.4 Mk1, un AK-74 avec crosse à repliement latéral de style DDR, le PM md roumain. 63, un AK-47 de type 2, un pistolet Beretta M9/92, un pistolet Zigana K et des grenades à main F-1.

    Province de Herat : quatre policiers tués dans le district d'Adraskan
    Le chef du district d'Adraskan  a déclaré que l'incident avait eu lieu peu après midi lorsqu'un kamikaze, sur une moto piégée, avait déclenché l'explosion. 

    Personne n'a encore revendiqué la responsabilité de l'explosion mais les autorités afghanes blâment généralement les talibans pour ces attentats.
    2021:02:22.jpeg