Affrontements entre armées turque et syrienne

  • Syrie : La Russie reprend ses frappes aériennes sur le Grand Edleb - La Turquie place ses troupes dans la région en état d'alerte

    Imprimer

    Vendredi 1er octobre 2021, les forces aérospatiales russes ont repris leurs frappes aériennes sur la région nord-ouest du Grand Idlib où plusieurs groupes rebelles sont présents et actifs.

    Des avions de combat russes ont effectué une série de frappes aériennes à la périphérie de la ville d'al-Zeyarah dans les plaines d'al-Ghab, dans le nord-ouest de la province de Hama. La région est un bastion connu de Hay'at Tahrir al-Sham (HTS), anciennement affilié à al-Qaïda, qui contrôle de facto le Grand Edleb, et du Parti islamique du Turkestan (TIP).

    À peu près au même moment, l'armée arabe syrienne (AAS) a bombardé aux missiles lourds le village de Batitiyah dans l'est de la province d'Edleb.

    Les frappes russes et syriennes sont intervenues deux jours seulement après une rencontre entre le président russe Vladimir Poutine et le président turc Recep Tayyip Erdogan. Les deux dirigeants ont discuté de la situation instable dans le Grand Edleb sans parvenir à un nouvel accord pour la région.

    Un accord de cessez-le-feu négocié l'année dernière par la Russie et la Turquie est violé quotidiennement par les islamistes de HTS et ses alliés. Ankara n'a rien fait pour arrêter ces violations.

    Des sources officielles turques ont prétendu que les deux dirigeants avaient convenu de maintenir le statu quo dans le Grand Edleb. Cependant, les nouvelles frappes dans la région confirment que ce n'était pas le cas.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), la Turquie a placé ses troupes dans le Grand Edleb en état d'alerte élevé. Des missiles guidés antichars et des mortiers ont été déployés dans plusieurs postes militaires turcs de la région.

    Les développements récents indiquent que la Russie et la Turquie ne sont pas sur la même longueur d'onde en ce qui concerne le Grand Edleb. La question est de savoir si Ankara irait jusqu'à risquer ses relations avec la Russie en confrontant l'AAS dans la région.

    Frappes de l'armée de l'air russe :
    FAmt4klX0Ac4XAb.jpeg

  • Syrie : L'Armée Arabe Syrienne et les Forces Démocratiques Syriennes (Kurdes) ont repussé une nouvelle attaque turque sur la localité d'Aïn Issa (nord de la province de Raqqa).

    Imprimer

    Tard dans la soirée du 21 octobre, les rebelles syriens pro-turcs, soutenus par l'armée turquie ont repris leur attaque sur la ville d'Ain Issa située au nord de la province de Raqqa.

    Les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), une force majoritairement kurde soutenue par les Etats-Unis, et l'Armée Arabe Syrienne (AAS), qui maintient plusieurs positions autour d'Ain Issa, ont repoussé l'attaque.

    Selon l'agence de presse Hawar, les forces des FDS ont détruit une position turque près d'Ain Issa. De son côté, l'armée du régime syrien (AAS) a bombardé les positions adverses au nord de la ville avec de l'artillerie et des lance-roquettes.

    Après l'échec de leur attaque, les rebelles soutenus par les Turcs ont intensifié leurs bombardements sur Ain Issa et les zones avoisinantes. Aucune victime n'a cependant été signalée.

    Un jour plus tôt, une attaque similaire sur Ain Issa avait été repoussée par les FDS. Malheureusement, les bombardements turcs sur la ville ont blessé un certain nombre de personnes.

    Les attaques répétées des militants soutenus par la Turquie sur Ain Issa indiquent qu'Ankara prévoit d'aggraver la situation dans le nord de Raqqa. La police militaire russe maintient une base dans la ville, ce qui empêchera probablement les forces turques d'y faire de sérieux mouvements.

  • Syrie : Les forces aérospatiales russes ont repris leurs frappes dans le Grand Edleb

    Imprimer

    Les forces aérospatiales russes (VKS) ont repris leurs opérations militairesdans la région du Grand Edleb, au nord-ouest de la Syrie.

    Mardi 20 octobre, les avions de guerre russesont effectué plusieurs frappes aériennes à la périphérie de la ville d'al-Magarah, au sud de la province d'Edleb.

    Mercredi 21 octobre, au moins trois frappes aériennes russes ont visé la périphérie de la ville d'al-Rami, dans la même région.

    Al-Magarah et al-Rami sont toutes deux situées dans le jebel al-Zawiya, une série de hauteurs contrôlées par le groupe jihadiste Hay'at Tahrir al-Sham (HTS), anciennement affilié à Al-Qaïda, et le Front national de libération soutenu par la Turquie.

    La semaine dernière, 80 militants du HTS auraient été tués lorsque des avions de guerre russes ont bombardé des camps et le siège du groupe jihadiste dans le sud-ouest de la province d'Edleb.

    La récente augmentation des frappes aériennes russes sur le Grand Edleb témoigne à une exaspération croissante de la Russie face aux provocations de HTS et de son allié turc.

    Il semble que le cessez-le-feu dans le Grand Edleb, mis en place le 5 mars dernier, touche à sa fin. Un nouveau cycle d'escalade pourrait bientôt commencer. Il est à craindre que toute opération terrestre de l'Armée Arabe Syrienne et de ses alliés provoque une nouvelle confrontation avec les forces turques sur place.

  • Syrie : L'Armée Arabe Syrienne et les combattants locaux ont repoussé une attaque des forces turques près de Manbij

    Imprimer

    Samedi 3 octobre, de lourds affrontements ont éclaté au d'Alep lorsque des combattants syriens pro-turcs ont lancé une attaque sur des positions militaires près de la ville de Daghilyash, dans la périphérie de la ville d'al-Bab.

    Les positions attaquées étaient occupées par des soldats de l'Armée Arabe Syrienne (AAS) et des combattants du Conseil Militaire de Manbij, la branche locale des Forces Démocratiques Syriennes (FDS), composées en majorité de Kurdes

    Les forces turques ont bombardé les positions avant de tenter d'avancer vers les zones tenues par les FDS à l'ouest de Daghilyash.

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a déclaré que les miliciens pro-turcs avaient réussi à infiltrer quelques positions avant d'être repoussés par l'AAS et les combattants locaux.

    Un certain nombre de militants, probablement de la soi-disant Armée Nationale Syrienne (ANS), ont été blessés lors de l'attaque manquée. Aucune perte n'a été signalée parmi le personnel de l'AAS ou les combattants locaux.

  • Syrie : Vers un bras de fer entre la Russie et la Turquie en Syrie

    Imprimer

    Moscou a intensifié les pressions sur Ankara lors du dernier cycle de négociations mercredi 16 septembre pour que les Turcs réduisent leur forte présence militaire dans la région d'Edleb.

    Selon des sources au sein de l'opposition en contact avec l'armée turque, Ankara compte plus de dix mille soldats stationnés dans des dizaines de bases dans cette région située au nord-ouest de la Syrie.

    Des témoins affirment que les bombardements intermittents des bases turques depuis les positions de l'armée syrienne se sont intensifiés au cours des deux dernières semaines. Les combattants de l'opposition affirment que l'armée syrienne et les factions armées alliées acheminent des forces sur les lignes de front.

    Selon des témoins, un convoi militaire turc composé d'au moins 15 véhicules blindés a été vu entrer en Syrie pendant la nuit par le poste frontière de Kafr Lusin pour gagner une base principale dans la campagne d'Edleb.

  • Syrie/Turquie : Les Turcs ont tué 45 soldats syriens et miliciens pro-iraniens ainsi que 10 commandants et combattants du Hezbollah.

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais)

    L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) rapporte que les drones, les avions de chasse, l’artillerie et les missiles sol-sol turcs ont tué au moins 45 soldats syriens et militants pro-iraniens dans les provinces d’Alep et d’Idlib au cours des dernières 24 heures.
    Un rapport séparé de l’OSDH indique qu’au moins 10 commandants et militants du Hezbollah ont été tués à Saraqib, au sud d’Alep, au cours des attaques turques. 7 des 10 membres du Hezbollah tués par les frappes turques :

    2020:02:29.jpeg

    Parmi les morts du Hezbollah, se trouve le religieux chiite Sayed Ali Zanjani. Il a été tué par la frappe d’un drone des forces armées turques à Saraqeb (photo au centre au deuxième rang).
    Quatre officiers de la garde républicaine ont également été tués par les frappes turques. Il s’agit du Major General Burhan Rahmoun, Commandant de la 124ème Brigade, du Brigadier Ismail Ali, commandant du 873ème bataillon, du colonel Mazen Frowati et du lieutenant colonel Muhamad Hammoud.

    La nature des combats a changé. Les drones turcs survolent sans interruption le ciel au-dessus de la province d’Idlib et ces drones sont devenus la menace principale pour les forces gouvernementales syriennes.  Jusqu’à présent, un seul drone turc a été abattu, et il y en a une douzaine en vol.
    Selon un journaliste russe, l’autoroute M5 est pratiquement fermée à toute circulation en raison des bombardements de drones turcs. Tout ce qui bouge est  pris pour cible. Au moins 26 soldats syriens ont été tués dans la province d’Edleb au cours d’un de ces bombardements de l’armée turque. De plus, trois tanks de l’armée syrienne auraient été détruits par des frappes de drones turcs dans la localité de Hazarain. 

    L’OSDH rapporte que l’armée turque attaque non seulement les équipements et les effectifs de l’ennemi, mais aussi les laboratoires de recherche où des armes chimiques ont été développées. A noter que l’armée turque a nié avoir ciblé des laboratoires d’armes chimiques.

    Vidéo intégrée
     

    Les rebelles ont lancé une violente contre-offensive dans le sud de la province d’Edleb
    Bénéficiant de l’appui des drones et de l’artillerie turque, les rebelles syriens et les jihadistes de Hayat Tahrir al-cham, l’ex-branche syrienne d’al-Qaida, ont lancé une violente contre-offensive contre les forces du régime dans le sud de la province d’Edleb. les rebelles ont repris le contrôle des localités de Mashik, Ziyarah, Zaytoun, Qastoun, Tall Wasel, Mansoura, Duqmaq, Qulaydin, Zuqum, Al-Qahirah, Al-Ankawi, Al-Hallubah, Quqfin, Kafr Uwayd, Maarrat Muqs, Safahun, Al-Fatirah, Dayr al-Kabir et Hazzarin. Ces localités venaient d’être investies par les forces pro-régime et pillées pour la plupart d’entre elles.

    A Ras al-Aïn, à la frontière turco-syrienne, un véhicule militaire turc a sauté sur une mine à proximité de Ras al-Aïn, blessant les cinq militaires turcs qui se trouvaient à bord.
    Les soldats syriens et miliciens pro-régime en colère contre la Russie
    Le fait qu’un seul drone turc ait été abattu alors que des dizaines tournoient sans arrêt dans le ciel au-dessus de la province d’Idlib a mis en colère les soldats syriens et miliciens pro-régime contre la Russie. Ils accusent l’armée russe de les avoir abandonnés.
    Y-a-t’il un changement de position ou un manque de volonté de la Russie face à l’offensive turque en Syrie ?
    On peut se poser la question. Pourtant, Erdogan a été plutôt arrogant vis-à-vis du président russe, Vladimir Poutine en lui intimant d’écarter ses soldats des positions de l’armée syrienne.
    Un analyste militaire russe a affirmé, ce samedi, que l’armée russe n’était tout simplement pas prête pour un affrontement majeur avec l’armée turque, tout simplement parce que l’option nucléaire n’est pas sur la table, pourtant la seule menace capable de faire reculer Ankara.
    Dernières informations

    Les bombardements turcs contre les positions de l’armée syrienne et des milices alliées dans la province d’Edleb se poursuivaient dans la soirée du 29 février, comme le montre la vidéo ci-dessous:

    Turkish shelling moments ago on locations in S. Idlib CS :

    Vidéo intégrée
    2
  • Frontlive-chrono du jeudi 27 février 2020

    Imprimer

     enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe) deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) nlNederlands (Néerlandais) plpolski (Polonais) pt-ptPortuguês (Portugais - du Portugal)

    nya: Washington met en garde contre des menaces d’attentat contre un grand hôtel de Nairobi

    Les Etats-Unis ont mis en garde jeudi contre des menaces d’attentat « terroriste » contre « un grand hôtel de Nairobi », appelant leurs ressortissants à une « vigilance accrue ». « Des groupes terroristes pourraient être en train de préparer un attentat contre un grand hôtel de Nairobi. L’hôtel n’a pas été identifié avec précision, mais il s’agirait d’un hôtel fréquenté…CONTINUER LA LECTURE


    Mali/Niger: Une trentaine de jihadistes « neutralisés »

    La force française Barkhane a « mis hors de combat » une trentaine de jihadistes dans la zone « des trois frontières », aux confins du Mali et du Niger, poursuivant le ratissage de cette zone réputée abriter le groupe Etat islamique au Grand Sahara (EIGS), a indiqué jeudi l’état-major. Tout en se défendant de faire de la « chasse…CONTINUER LA LECTURE


    Syrie: Trois soldats turcs tués à Idleb

    Trois soldats turcs ont été tués et deux autres blessés lors d’une frappe aérienne sur la province d’Idleb dans le nord-ouest de la Syrie, a indiqué le ministère turc de la Défense jeudi. Jusqu’ici, 21 militaires turcs au total ont été tués dans la région d’Idleb. L’armée turque a riposté contre des « cibles du régime »…CONTINUER LA LECTURE


    Syrie : Une frappe de l’armée israélienne élimine la « tête de l’infrastructure du Hezbollah »

    Des sources syriennes ont donné le nom d’un « citoyen » tué le 27 février par le tir d’un drone israélien près du village de Hader dans la province de Quneitra, au sud de la Syrie. Il s’agit d’Imad Al-Tawil. L’agence de presse Ma’an cite certaines sources affirmant qu’al-Tawil collaborait avec le Hezbollah et les services de…CONTINUER LA LECTURE