Aéroport de Hamdan

  • Syrie : L'armée de l'air israélienne attaque les forces pro-iraniennes dans l'est de la Syrie, au moins 57 tués

    Imprimer
    L'agence d'État syrienne SANA , citant une source militaire, rapporte qu'à 1h10 du matin le 13 janvier, l'armée de l'air israélienne a lancé des frappes sur des cibles dans les régions de Deir ezZor et Bukamal, dans l'est de la Syrie. Les défenses aériennes syriennes ont tenté de repousser l'attaque.
     
    L'Observatoire syrien des droits de l'homme ( OSDH ) rapporte que dans la nuit du du 12 au 13 janvier, l'armée de l'air israélienne a lancé une série d'attaques contre des cibles dans l'est de la Syrie, dans le gouvernorat de Deir ezZor, près de la frontière avec l'Irak.
     
    Au total, au moins 18 frappes aériennes auraient eu lieu. Les cibles attaquées sont :
    - Une position du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran (CGRI) dans la région d'Al-Thalath.
    - Le secteur de Beer Hammar où sont positionnés le CGRI et le 47e régiment de l'Armée Arabe Syrienne et d'où partent les camions citernes  pour livrer du pétrole à la base d'al-Imam
    - Une base du CGRI dans la zone Al-Seiba
    - Un dépôt d'armements à Ayiash (vidéo) utilisé par les combattants chiites afghans de la brigade Fatemiyoun.
    - Un site sur la route de l'aéroport de Hamdan, où sont positionnés les combattants chiites pakistanais de la brigade Zainabiyoun
    General Ahmed Ibrahim al-Khalil,.jpg- D'après ce que nous avons reçu de sources locales,  il y a en plus 16 morts au sein de la Branche de la branche 243 de la Direction du Renseignement Militaire (DRM) à Deir ezZor (photo ci-dessus). Il y a en outre 20 blessés dans un état grave, dont le général de brigade Ahmed Ibrahim al-Khalil (photo de gauche), directeur de la branche 243 de la DRM.  Il convient de noter que c'est la première fois que l'armée de l'air israélienne frappe la Branche de la sécurité militaire à Deir Ezzor.

     
    La zone de Bukamal, où les Iraniens ont construit un nouveau poste frontière entre l'Irak et la Syrie, ainsi que de nombreuses installations militaires, ont été soumises à plusieurs reprises à des frappes aériennes. Les médias arabes affirment que les attaques ont été menées non seulement par l'armée de l'air israélienne mais également par des avions de la coalition occidentale ou tout au moins sur des renseignements fournis par l'armée américaine. A noter que depuis l'été 2020, il existe une base russe dans cette zone, qui n'a pas été prise pour cible par les attaques aériennes.
     
    Selon des rapports préliminaires, au moins 14 militaires syriens et 43 combattants étrangers pro-iraniens ont été tués, sans compter les morts au sein de la Sécurité militaire. Les informations sur les victimes et les dommages occasionnés par les raids sont en cours de confirmation.

    Parmi les personnes décédées, on trouve Saleh Abdul Amir Nassif, également connu sous le nom d'Abou Yatem al-Katrani - le commandant de la 4ème brigade des unités de mobilisation irakienne populaire (Hashed al-Chaabi) . Le Hashed al-Chaabi a confirmé la mort d'al-Katrani dans un communiqué officiel, mais n'a pas précisé où ni quand le commandant avait été tué.

    On a observé que les forces du régime de Bachar al-Assad s'étaient mobilisées dans plusieurs quartiers de la ville de Deir Ezzor, près de: (Dallah - Medalji - rondpoint Globe) après les violentes frappes aériennes qui ont frappé les régions de Deir Ezzor, Mayadin et Bukamal.

    1743692.jpg

     
  • Syrie : l'armée de l'air israélienne attaque à nouveau des cibles dans l'est de la Syrie, au moins 10 tués

    Imprimer

    L''Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) rapporte que le 14 septembre, des avions de combat, probablement de l'armée de l'air israélienne, ont de nouveau attaqué les positions d'une milice pro-iranienne dans la région de Boukamal (province de Dir al-Zor, dans l'est de la Syrie, près de la frontière avec l'Irak.

    Selon des témoins oculaires, six violentes explosions ont été entendues dans la zone d'al-thulat, à la périphérie sud de la ville de Boukamal.

    L'OSDH indique qu'au moins une dizaine de personnes tuées (huit Irakiens et deux Syriens), et qu'un dépôts de munitions et de véhicules a été détruit.

    Conséquences des incessants raids aériens de l'armée israélienne, la brigade afghane pro-iranienne Fatimiyouun a évacué un certain nombre de ses positions dans la ville de Boukamal, près de l'aéroport de Hamdan, et les a remises à la milice libanaise du Hezbollah.

    Les autorités israéliennes ne commentent pas ces informations.