ADF (groupe armé affilié à Daech)

  • RDC : 7 morts dans des offensives de l’armée contre un groupe armé affilié à Daech à Beni

    Imprimer

    L’armée congolaise a annoncé avoir « neutralisé » six éléments des forces démocratiques alliés (ADF) et perdu un soldat lors des offensives lancées, vendredi matin 5 novembre 2021 dans une localité du territoire de Beni, dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC).

    Les offensives militaires sont menées entre la rivière Mahiya et Taliha depuis 5h du matin, a indiqué le capitaine Antony Mwalushay, faisant état de 6 terroristes neutralisés.

    “Côté FARDC ( forces armées de la RDC), un soldat est tombé sur le champ d'honneur et un autre grièvement blessé”, a précisé la même source

    Jeudi, une attaque des rebelles du ADF à Beni s'est soldée par 7 morts dont 4 assaillants, d’après l’armée.

    La persistance des attaques armées dans le territoire de Beni, a entrainé l’arrêt des interventions de 10 organisations humanitaires, privant 116 000 personnes déplacées d’une assistance vitale, a affirmé, jeudi, le bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA) dans une note aux médias.

    Les ADF sont de loin le groupe armé le plus sanglant parmi les 122 actifs et recensés actuellement dans l'Est de la RDC par les experts indépendants et les Nations Unies.

    Depuis début 2021, plus de 25 villages ont été attaqués et plus de 200 personnes tuées par ce groupe en Ituri et dans le Nord-Kivu, selon le dernier rapport de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) qui faisait état de son inquiétude face à l’afflux de déplacés sur fond de persistance des violences armées.

    Le 11 mars, les États-Unis ont placé, le groupe ADF, actif dans l'est de la RDC depuis 1995, parmi les « groupes terroristes » affiliés à Daech.

    Pour tenter d’enrayer la violence dans la région, le Président Félix Tshisekedi a placé les provinces du Nord-Kivu et de l'Ituri, sanctuaires des ADF, sous état de siège.

    Cette mesure a consacré la gestion des provinces par l'armée mais son bilan reste controversé du fait de la persistance des attaques.

    En visite dans la région, le secrétaire général adjoint des Nations Unies chargé des opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix, a récemment affirmé que les assaillants multiplient les attaques contre les civils en réponse à la pression militaire conjointe entre forces armées congolaises et casques bleus.
    Carte.jpg