Activité des Shebab au Kenya

  • Kenya : Les attaques des islamistes shebab se multiplient dans le nord-est du pays

    Imprimer

    Samedi 16 janvier, de violents affrontements ont opposé entre les militants islamistes Al Shabaab et les forces de sécurité kenyanes à Wako Dadacha, dans le sous-comté de Banisa, dans le comté de Mandera. Les combats, qui ont duré cinq heures,  ont fait un mort et un blessé parmi les civils. 
     
    Banisa est situé à 150km à l'ouest de Mandera. Ce secteur était considéré comme sûr en raison de la distance qui le sépare de la frontière entre le Kenya et la Somalie où les islamistes Shabaab contrôlent une partie du territoire. Il s'agit de la deuxième attaque dans la région en deux mois.
     
    Le gouverneur du comté, Ali Roba, a déclaré la semaine dernière que plus de la moitié du compté de Mandera, nord du Kenya,  est sous le contrôle des islamistes Shabaab.
     
    Face à l'augmentation des attaques des islamistes dans la région, le gouverneur a appelé le gouvernement kenyan a réagir avec vigueur. Malgré la présence des forces de sécurité, la situation n'évolue pas dans le bons sens, a-t-il averti.
     
    Le gouvernement kenyan a réfuté ces allégations, affirmant que les forces de sécurité avaient réussi à chasser les Shabaab de la région du nord-est du pays.
     
    Mandera, Wajir et Garissa restent les points chauds de l'activité des islamistes Shabaab depuis une dizaine d'années.
     

  • Le Kenya refuse d'autoriser les attaques américaines contre les jihadistes somaliens Shabaab sur son territoire

    Imprimer

    Le président kenyan Uhuru Kenyatta a déclaré que son gouvernement ne permettra pas aux États-Unis de lancer des frappes de drones contre les jihadistes somaliens al-Shabaab sur son territoire. "Ce n'est pas nécessaire", a déclaré le président, notant qu'il n'accepterait pas d'étendre potentiellement la zone de guerre au-delà de la frontière avec la Somalie.

    Kenyatta a noté que le terrorisme ne constituait plus une menace significative pour le Kenya et a ajouté qu'aucune base terroriste permanente n'avait été identifiée dans le pays. "Nous ne sommes pas à ce niveau où nous devons faire face à de fréquents raids terroristes, nous n'avons pas de bases stables, donc nous n'accepterons pas la demande de mener des attaques à l'intérieur du territoire kényan car ce n'est pas nécessaire", a déclaré le président, notant que son administration, avec l'aide de divers partenaires internationaux, il a fait de grands progrès pour mettre fin au terrorisme dans le pays.

    «Au cours des deux dernières années, les forces de sécurité du Kenya, ainsi que les alliés régionaux et internationaux, ont considérablement réduit l'incidence des attaques dans le pays. Si nous ne voulons pas dire que les attaques sont terminées, nous pouvons cependant admettre que de grands progrès ont été accomplis », a conclu Kenyatta.

    Selon un rapport du New York Times, publié à la mi-septembre, le commandement africain de l'armée des États-Unis (AFRICOM) a demandé l'autorisation des autorités pour mener des frappes de drones contre les combattants d'Al-Shabaab dans l'est du Kenya, ce qui pourrait augmenter la zone de guerre à travers la frontière avec la Somalie. L'attention particulière du Pentagone au Kenya fait suite à l'attaque du 5 janvier contre le «Camp Simba», situé près de Manda Bay, au Kenya, qui sert de base d'entraînement pour les troupes kenyanes et américaines.

    Le 5 janvier, près de 20 combattants al-Shabaab sont entrés dans le camp, qui abritait environ 100 militaires américains ainsi qu'un nombre indéterminé de soldats kényans. Il s'agissait du premier assaut du groupe jihadiste contre le personnel militaire américain au Kenya. Selon les médias occidentaux, 3 citoyens américains sont morts dans l'assaut du 5 janvier. L'organisation islamiste africaine a revendiqué pour sa part la mort de 40 soldats américains.

    Al-Shabaab est un groupe jihadiste fondé en 2006 et affilié à al-Qaïda. Le but de son soulèvement est de renverser le gouvernement somalien soutenu par l'ONU pour prendre le pouvoir et imposer la loi islamique. Les militants d'Al-Shabaab ont été chassés de Mogadiscio en 2011 mais, malgré la présence de l'AMISOM, une armée de l'Union africaine d'environ 20000 hommes, et malgré l'augmentation des frappes aériennes des États-Unis, les djihadistesse sont révélés incroyablement résistants. L'armée américaine, qui s'était retirée de Somalie en 1994, a repris ses opérations en en janvier 2007. Les États-Unis mènent des frappes aériennes antiterroristes en Somalie depuis plus de 10 ans, mais la fréquence des raids a considérablement augmenté sous l'administration du président Donald Trump. L'AFRICOM a mené 63 attaques en 2019, en hausse par rapport au précédent record de 47, enregistré en 2018. Cette année, les États-Unis ont déjà réalisé plus de 32 raids depuis le début de 2020.

  • Frontlive-Chrono du mercredi 26 février 2020

    Imprimer

    enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe) deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) nlNederlands (Néerlandais) plpolski (Polonais) pt-ptPortuguês (Portugais - du Portugal)

    Les articles de Frontlive-Chrono sont accessibles aux seuls abonnés

    – Se connecter en utilisant le mot de passe et cliquer sur « rester connecté ».
    – Pour les lecteurs qui ne seraient pas encore abonnés,  cliquer sur « s’abonner » dans la barre d’outils, choisir le type d’abonnement en cliquant sur une des durées proposées et suivre les instructions.
    – Trois types d’abonnements: 12€/mois – 60€ pour six mois ou 100€ pour un an.
    Les abonnés bénéficient d’un accès à tous les articles protégés listés dans « catégories ».


    Mali : trois soldats irlandais blessés par l’explosion d’un engin explosif improvisé (IED) à l’est de Gao

    Trois soldats irlandais ont été légèrement blessés lorsqu’un engin explosif improvisé a explosé près de leur convoi dans l’est du Mali le mardi 25 février, selon les forces de défense irlandaises. « Alors qu’ils effectuaient une patrouille à l’est de leur base à Gao, trois de nos soldats ont été légèrement blessés lorsqu’un engin explosif improvisé…CONTINUER LA LECTURE


     

    Somalie : Une attaque aérienne américaine tue le leader d’al-Shabaab impliqué dans l’attaque de Manda Bay

    Une attaque aérienne dans le sud de la Somalie a tué un haut responsable d’Al-Shabaab qui aurait été impliqué dans la planification d’un raid en janvier contre une base aérienne kenyane qui a fait trois morts parmi le personnel américain, a déclaré le Commandement américain pour l’Afrique. « Les évaluations post-attaque confirment que les deux personnes…CONTINUER LA LECTURE


    Syrie : L’armée syrienne a tiré des roquettes sur un convoi turc, il y a des victimes

    Dans la province d’Idlib, au nord de la Syrie, un convoi militaire turc a essuyé des tirs de missiles de l’armée syrienne. L’Observatoire syrien des droits de l’homme rapporte qu’un véhicule a pris feu. Selon les médias syriens, huit soldats turcs ont été blessés lors du bombardement. La Turquie n’a pas commenté ces rapports. Le…CONTINUER LA LECTURE


    Tunisie : Un terroriste islamiste tué à Kasserine – L’armée découvre trois camps terroristes

    Un jihadiste présumé a été abattu dans le centre-ouest de la Tunisie lors d’une opération antiterroriste, a indiqué mardi soir le ministère de l’Intérieur. Dans un bref communiqué, le ministère précise que ce « terroriste » a été tué lors d’une opération menée par des unités militaires et de la garde nationale (gendarmerie) dans la zone montagneuse…CONTINUER LA LECTURE

  • Etat islamique: Les jeunes femmes, nouvelle cible de la propagande de l’EI, selon Europol

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien)nlNederlands (Néerlandais)

    Le jihadisme accorde désormais plus d’importance au rôle des jeunes femmes nées autour des années 2000, qui constituent la nouvelle cible de la propagande du groupe Etat islamique (EI), a déclaré vendredi Europol.
    L’agence européenne de coopération entre les polices criminelles, basée à La Haye, a dressé lors de la publication d’un rapport un portrait robot des femmes visées par la communication du groupe Etat islamique, à la recherche de recrues après la chute en mars de son dernier bastion.
    Nous parlons en particulier de millénaires », a déclaré Manuel Navarette, directeur du Centre européen de lutte contre le terrorisme (ECTC, selon son acronyme en anglais) d’Europol.
    « La propagande de l’EI est axée sur les femmes âgées de 16 à 25 ans, un groupe plus vulnérable à ces activités et qui ont accès aux réseaux sociaux. L’Etat islamique s’est adapté à la nouvelle cible », a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse.
    Très présent sur internet et plus particulièrement sur les réseaux sociaux, l’EI cible particulièrement les jeunes femmes. Au fil des années, celles-ci ont obtenu au sein du groupe un rôle bien plus « offensif » que « défensif », comme cela était davantage le cas dans les groupes jihadistes avant l’apparition de l’EI.
    Les femmes ont obtenu un rôle bien plus actif, tout en gardant la responsabilité de la tenue du foyer, de la garde des enfants et du bien-être des époux, indique le rapport.
    Lorsque l’EI a commencé à perdre du terrain, l’organisation « a commencé à demander aux femmes de prendre un rôle différent, d’assister en tant que médecin ou d’une manière différente, pas seulement en tant que femme au foyer traditionnelle », a expliqué M. Navarette.
    Suite à la chute en mars du « califat » de l’EI, le groupe est resté actif dans plusieurs pays du Moyen-Orient, d’Afrique et d’Asie, et continue d’être présent sur internet.
    « L’inquiétude est que cette implication accrue des femmes puisse ouvrir la voie à des changements potentiellement majeurs », souligne le rapport d’Europol, notant une hausse notamment en France et au Royaume-Uni des arrestations de femmes « liées à des activités de terrorisme ».
    La communauté internationale est confrontée au casse-tête du rapatriement de quelque 4.000 femmes et 8.000 enfants de combattants capturés ou tués en Syrie et en Irak.

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le samedi 15 juin 2019

    • Kenya : 10 policiers kenyans tués dans une explosion près de la Somalie – Abonnés
    • Libye : L’Armée Nationale Libyenne du maréchal Haftar tue 12 militants Daech dans le sud du pays – Abonnés
    • Somalie : au moins huit morts dans l’explosion de deux voitures piégées dans différentes parties de Mogadiscio – Abonnés
    • Somalie : Neuf civils tués dans une attaque de représailles – Abonnés
    • Syrie: 35 combattants et 10 civils tués dans le nord-ouest – Abonnés
    • Syrie: Explosion dans une zone militaire à Damas – Abonnés
    • Yémen : La Coalition arabe bombarde des positions des Houthi à Sanaa – Abonnés
  • https://www.frontlive-chrono.com - Mardi 15 janvier 2019

    Imprimer

    Espagne: Opération « anti-terroriste » à Barcelone, une dizaine d’Algériens et de Marocains arrêtés

     

    Jordanie: un leader salafiste condamné à neuf ans de prison

     

    Kenya : Attaque terroriste dans un luxueux complexe hôtelier à Nairobi – au moins 3 morts

     
    Abonnement nécessaire pour lire les articles de Frontlive-Chrono 
    Trois options : 100€ pour un an / 60€ pour six mois ou 12€ par mois