Abou Zaraa Abdelrahmane (chef des Géants)

  • Yémen : Près de 200 combattants tués près de Ma'rib

    Imprimer

    De violents combats ont tué près de 200 combattants parmi les forces pro-gouvernementales et les rebelles houthis au cours des 24 dernières heures près de Ma'rib (nord), au cœur d'une bataille sanglante, ont annoncé mardi des sources médicales et militaires.

    Les affrontements se sont récemment intensifiés sur plusieurs fronts dans ces provinces de Chabwa et d'Al-Bayda (centre), les forces loyalistes, appuyées par l'aviation saoudienne, cherchant à repousser, et dans certains cas déloger, les rebelles chiites, soutenus par l'Iran. Plus de 125 membres des houthis ont été tués dans les bombardements aériens de la coalition militaire dirigée par Riyad ainsi que dans des affrontements avec les combattants des "Brigades des Géants", une force sudiste alliée au gouvernement central. Des sources militaires loyalistes ont confirmé ce bilan. Les rebelles houthis communiquent quant à eux très rarement sur les pertes dans leur rangs.

     Les combats ont également coûté la vie à 70 membres des "Brigades des Géants", ont indiqué des sources médicales.
    Formée en 2015 de militaires de l'ancienne armée yéménite et de volontaires, la force des "Géants", est commandée par un salafiste, Abdelrahmane Abou Zaraa.
    Basés dans la bande côtière du sud-ouest du Yémen et soutenus par l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, les "Géants" avaient par le passé joué un rôle de premier plan pour faire reculer les houthis dans la région côtière stratégique de l'ouest.

    Les rebelles en lancé en février 2020 une offensive pour arracher Ma'rib aux forces loyalistes et les combats ont redoublé autour de cette région riche en pétrole ces derniers mois. Les houthis se sont progressivement emparés d'une large partie du nord du pays, à l'exception de Ma'rib, depuis un coup de force en 2014 avec la prise de la capitale Sanaa. Le conflit a ravagé ce pays le plus pauvre de la péninsule arabique, le plongeant dans l'un des pires désastres humanitaires au monde. Selon l'ONU, la guerre a tué 377.000 personnes, dont environ 227.000 décès dus aux conséquences indirectes du conflit, comme le manque d'eau potable, la faim et les maladies.