Abou Oubaïda Youssef al-Annabi (chef)

  • Algérie : L'armée capture un "dangereux" islamiste armé 

    Imprimer

    Un islamiste armé, qualifié de "dangereux terroriste", a été capturé dans le cadre d'une opération antiterroriste à Jijel (nord-est de l'Algérie), a annoncé jeudi le ministère de la Défense.

    C'est dans la même région que trois islamistes armés, des vétérans du jihad en Algérie, ainsi qu'un sergent-chef de l'armée avaient été tués dans un sérieux accrochage début décembre.

    Selon la presse officielle, l'armée aurait ainsi déjoué un plan de redéploiement de l'organisation Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) après la mort de son chef, l'Algérien Abdelmalek Droukdel, tué en juin par les forces armées françaises dans le nord du Mali.

    "Lors d'une opération de ratissage dans la zone de Tamendjar, près de la commune d'El-Ancer à Jijel, hier (mercredi), un dangereux terroriste dénommé Rezkane Ahcene, dit +Abou Dahdah+, qui avait rallié les groupes terroristes en 1994", a été "capturé", est-il indiqué dans un communiqué. Un fusil d'assaut Kalachnikov, trois chargeurs et une grenade ont été saisis.

    Mardi, le ministère de la Défense avait annoncé la reddition d'un islamiste armé à Tamanrasset (extrême sud du pays), non loin de la frontière du Mali, et l'arrestation d'éléments accusés "de soutien aux groupes terroristes" dans plusieurs régions du pays. Les autorités font état de "résidus du terrorisme" depuis la fin de la sanglante guerre civile (1992-2002) qui a opposé des groupes islamistes aux forces de sécurité, au prix de 200.000 morts.

    Fin novembre, AQMI a nommé à sa tête un de ses cadres, l'Algérien Abou Oubaïda Youssef al-Annabi, pour succéder à son compatriote Abdelmalek Droukdel, selon l'agence américaine SITE, spécialisée dans la surveillance des groupes jihadistes.

    L'armée algérienne fait régulièrement état de l'arrestation ou de la neutralisation de "terroristes", un terme utilisé par les autorités pour désigner les islamistes armés qui sont actifs dans le pays depuis le début des années 1990.

    Pour l'année 2019, elle a indiqué avoir tué 15 islamistes armés et en avoir arrêté 25 autres. Durant la même année, 44 maquisards se sont rendus. Malgré la mise en œuvre en 2005 d'une Charte pour la paix et la réconciliation, censée tourner la page de la "décennie noire" (1992-2002) de la guerre civile qui a fait quelque 200.000 morts, des groupes armés islamistes restent actifs notamment dans le centre-est du pays, où ils s'en prennent généralement aux forces de sécurité.

  • Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI) désigne son nouveau dirigeant pour remplacer Droukdel

    Imprimer

    L'organisation al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) a nommé un de ses cadres à sa tête pour succéder à l'Algérien Abdelmalek Droukdel, tué en juin par les forces armées françaises dans le nord du Mali, rapporte samedi l'agence américaine SITE, spécialisée dans la surveillance des groupes jihadistes.

    Dans une vidéo reçue par SITE, AQMI annonce la désignation de son nouveau dirigeant, l'Algérien Abou Oubaïda Youssef al-Annabi (photo), l'actuel chef de son "conseil des notables", qui tient lieu de comité directeur du groupe jihadiste.

    D'après le think-tank américain Counter Extremism Project (CEP), cet ancien membre du GSPC algérien (Groupement salafiste pour la prédication et le combat), inscrit sur la liste noire américaine des "terroristes internationaux" depuis septembre 2015, est également le dirigeant de la branche médias d'AQMI et apparaît régulièrement dans les vidéos du groupe.

    Vidéo de l'annonce

    AQMI a reçu l'allégeance de plusieurs groupes jihadistes actifs au Sahel, rassemblés depuis 2017 au sein du Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM, également appelé JNIM). Dans ce message publié samedi, AQMI revient également sur la récente exécution d'une missionnaire suisse retenue en otage au Sahel, en attribuant la cause de sa mort à une tentative des "croisés français" pour la libérer. Béatrice Stöckli, missionnaire originaire de Bâle et qui travaillait à Tombouctou, au Mali, avait été enlevée en 2016.

    EnXnAmJW4AI69TD.jpeg

    AQMI se repositionne au Sahel
    Les Algériens affirment qu'AQMI s’est retiré du terrain Algérien pour se repositionner au Sahel tant la pression sécuritaire a asséché les réseaux de soutient et de recrutement. Annabi se trouverait au Mali, de l’autre côté de la frontière algérienne.