Abou Mahdi al-Mohandis (commandant militaire Hashe

  • Irak : Un engin explosif improvisé (IED) a pris pour cible un véhicule diplomatique britannique à Bagdad

    Imprimer

    L'ambassade britannique à Bagdad a déclaré qu'un véhicule diplomatique britannique a été touché par une bombe artisanale mardi matin (15 septembre) sur la route de l'aéroport de Bagdad. L'explosion n'a fait aucun blessé.

    Il n'y a pas eu de revendication immédiate de responsabilité, selon Reuters.

    Par ailleurs, à 1 heure du matin mardi, deux roquettes Katioucha ont atterri à l'intérieur de la zone verte fortement fortifiée de Bagdad, qui abrite des bâtiments gouvernementaux et des missions étrangères, mais n'ont fait ni victimes ni dégâts, a déclaré l'armée dans un communiqué. Les misiles Katioucha auraient été interceptés par des tirs de C-Ram ((counter rocket, artillery, and mortar system) :

    (voir la vidéo). 

    Queques heures plus tôt, l'armée irakienne a déclaré dans un communiqué que deux engins explosifs avaient ciblé un convoi d'équipement appartenant à la coalition dirigée par les États-Unis. Aucune victime n'a été signalée.

    Les attaques de roquettes contre des cibles américaines ont augmenté au cours des dernières semaines.

    Washington attribue la responsabilité de ces attaques aux milices soutenues par l'Iran. L'Iran n'a pas directement commenté ces incidents, mais des groupes soupçonnés d'être liés à l'Iran, ont revendiqué certaines attaques.

    L'Irak, souvent le théâtre de débordements de violence dus aux tensions entre les États-Unis et l'Iran, cherche à éviter d'être entraîné dans une conflagration régionale.

    Le Moyen-Orient a frôlé un conflit total en janvier après qu'un drone américain ait tué le général iranien Qassem Soleimani et le chef paramilitaire irakien Abu Mahdi al-Muhandis à l'aéroport de Bagdad.

    Les milices alignées sur l'Iran ont juré de venger leur mort.

  • Iran/USA : l'Iran prévoyait d'assassiner l'ambassadrice américaine en Afrique du Sud en représailles à l'assassinat du général Soleimani

    Imprimer

    L'organe de presse américain Politico , citant des rapports d'agences de renseignement, écrit que l'ambassadrice américaine en Afrique du Sud Lana Marks a été identifiée par les dirigeants iraniens comme une cible pour venger l'élimination du général Qasem Soleimani.

    Dans la publication de Nahal Tusi et Natasha Bertrand, il est dit que la menace pour la vie de Lana Marx était connue au printemps, mais ces dernières semaines, cette menace est devenue "plus spécifique". Selon les renseignements américains, l'ambassade iranienne en Afrique du Sud était impliquée dans le complot.

    Un porte-parole du gouvernement américain a déclaré que Marx avait été informé de la menace.

    Lana Marks, 66 ans, est devenue ambassadrice des États-Unis en Afrique du Sud en octobre 2019. Auparavant, elle était connue, tout d'abord, comme une femme d'affaires prospère qui a créé sa propre marque de sacs à main de luxe, a de nombreuses relations internationales et connaît bien Donald Trump depuis plus de deux décennies (il l'a personnellement recommandée pour le poste d'ambassadeur à Pretoria).

    Lana Marks est née en Afrique du Sud dans une famille juive, son père était originaire de Lituanie. Elle parle plusieurs langues sud-africaines, dont l'afrikaans et le khosa. Autre épisode de sa biographie: elle était une amie proche de la princesse Diana, décédée en 1997.

    Il est possible que Marx ait été ciblée par les Iraniens en raison de son amitié avec Trump et de ses origines juives.

    Liquidation de Qassem Suleimani
    Dans la nuit du 3 janvier 2020, vers 00h30 heure locale, Qasem Soleimani est arrivé de Syrie à l'aéroport international de Bagdad. Il a été accueilli par des représentants du commandement de la coalition de milices chiites pro-iraniennes Al-Hashd al-Shaabi. Alors qu'un convoi de plusieurs véhicules conduisait Soleimani à la sortie de l'aéroport et passait près du terminal de fret, un drone d'attaque américain a tiré quatre missiles sur les véhicules.

    Selon le commandement d'Al-Hashd al-Shaabi, 12 personnes ont été tuées, dont le commandant des forces iraniennes al-Qods, Qassem Soleimani, le commandant adjoint d'Al-Hashd al-Shaabi, Abu Mahdi al-Muandis.

  • Irak : La zone verte de Bagdad visée par un missile Katyusha

    Imprimer

    Le système de défense anti missile américain Sea Ram, installé à l'intérieur de la "zone verte" fortement fortifiée, au milieu de la capitale irakienne, Bagdad, a répondu à une attaque de missiles à l'aube du mercredi 5 août.
    Les sirènes ont retenti à l'intérieur de l'ambassade américaine (située dans la zone verte); pour que le personnel gagne les abris, tandis qu'un missile Katyusha était détruit par le système de défense anti missile.
    Peu après, l'armée irakienne a annoncé la découverte de sept roquettes Katyusha avec des plates-formes dirigées vers la zone verte.
    Les attaques de missiles, principalement par des militants irakiens pro-iraniens contre des cibles comprenant des diplomates et des soldats américains, se répètent depuis des mois.
    La «zone verte» comprend le siège des institutions gouvernementales et des missions diplomatiques, y compris l'ambassade américaine, qui a fait l'objet d'attaques répétées de missiles.
    La fréquence de ces attaques a augmenté depuis l'assassinat du commandant iranien de la «Force al-Qods», Qassem Soleimani, et du chef de l'organisation irakienne de «Hashd al-Chaabi», Abu Mahdi Al-Muhandis, lors d'un raid aérien américain à Bagdad le 3 janvier.
    Depuis octobre 2019, l' Irak a été le théâtre de plus de 30 attaques visant les intérêts militaires et diplomatiques américains.
    Washington accuse les brigades irakiennes du «Hezbollah» et d'autres factions proches de l'Iran d'être derrière les attaques.

    9701d42b-a963-47ed-9809-ee37b1aff98f.jpg

  • Irak: attaque de missiles sur la base aérienne de Taji et explosions au camp "Speicher

    Imprimer

    Des explosions ont secoué le camp Speicher, qui abrite les forces américaines et irakiennes, dans la province de Salaheddine, lundi soir.
    La cellule des médias de la sécurité a annoncé que «les équipes de défense civile éteignaient un incendie qui a éclaté après deux explosions sur la base aérienne du martyre Majid Al-Tamimi à Salaheddine». Les explosions sur la base aérienne Speicher auraient eu lieu dans un dépôt d'armes appartenant à la coalition de milices chiites pro-iraniennes, al-Hashd al-Chaabi. 
    Peu avant les explosions sur le camp Speicher, la base militaire de Taji, qui abrite également des soldats américains et qui est située au nord de Bagdad, a été attaquée par un missile.
    La cellule des médias de la sécurité a confirmé que la base de Taji avait été attaquée par 3 roquettes Katyusha, ajoutant que «les roquettes avaient atterri sur des emplacements occupés par les forces militaires irakiennes.
    La cellule a confirmé que les roquettes avaient été lancées depuis la région de Saba El-Bour, où sont installées plusieurs factions pro-iraniennes. Le premier missile a atterri sur le quinzième escadron de l’armée de l'air irakienne et a causé des dommages importants à un hélicoptère. Le deuxième missile est tombé sur un emplacement d'artillerie et un atelier de montage de canons, causant des dommages matériels, tandis que le troisième missile est tombé sur le deuxième escadronde l’armée de l'air, mais il n’a pas explosé.
    La cellule a souligné que les forces de sécurité iraquiennes sont à la recherche des personnes impliquées dans ces attaques pour les traduire en justice.
    De son côté, la chaîne irakienne "Alsumaria" a cité une source sécuritaire qui a confirmé qu'aucune victime humaine n'avait été enregistrée parmi les forces présentes sur place.
    Personne n'a encore revendiqué la responsabilité de l'attaque.
    Des hélicoptères américains ont été vus survolant la base après qu'elle ait été ciblée.
    5 000 soldats américains environ sont encore déployés sur des bases militaires à travers l'Irak , dans le cadre de la coalition internationale pour combattre l'Etat islamique.
    Les attaques contre les Américains se sont multipliées depuis le meurtre du commandant du Corps des gardiens de la révolution iranien, Qassem Soleimani, et du chef de l'Organisation de mobilisation populaire irakienne (Hashd al-Chaabi), Abu Mahdi Al-Muhandis, lors d'un raid aérien américain à Bagdad le 3 janvier.
    Un camion chargé de roquettes Katyusha a été saisi en mars dernier
    Un camion chargé de roquettes Katyusha a été saisi visant le camp de Taji en mars dernier. Les roquettes étaient destinée à une attaque du camp Taji.
    À la suite des attaques de missiles, les forces américaines se sont retirées de 7 sites et bases militaires à travers l'Irak au cours des derniers mois pour se redéployer.
    Les dernières frappes ont coïncidé avec la reprise du dialogue américano-irakien, auquel certaines factions pro-iraniennes se sont opposées.
    Depuis octobre 2019, l'Irak a été le théâtre d'une trentaine d'attaques visant les intérêts militaires et diplomatiques américains, mais les attaques de missiles sont devenues plus rares ces derniers mois.

  • Iran: Exécution de l'homme accusé d'avoir transféré des données à la CIA et au Mossad sur les mouvements de Qassem Suleimani

    Imprimer

    Lundi 20 juillet, les autorités iraniennes ont annoncé avoir exécuté Mahmoud Mousavi Majd (photo), accusé d'espionnage pour le compte de la CIA et du Mossad et de transmission d'informations sur les mouvements du général Qassem Soleimani, chef de la Force al-Qods, l'unité d'élite du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran (CGRI), rapporte l'agence de presse iranienne Tasnim.
    La sentence a été exécutée ce matin.
    A noter que Majd avait été accusé avant même l'élimination de Suleimani.
    Rappelons que dans la nuit du 3 janvier 2020, vers 00h30 heure locale, Qassem Suleimani était arrivé par avion de Syrie à l'aéroport international de Bagdad. Il avait été accueilli par des représentants du commandement de la coalition de millices chiites pro-iraniennes, Al-Hashd al-Shaabi. Alors qu'un convoi de plusieurs véhicules transportant Soleimani sortait de l'aéroport et passait près du terminal de fret, un drone d'attaque américain tirait quatre missiles sur les véhicules.
    Selon le commandement d'Al-Hashd al-Shaabi, 12 personnes ont été tuées, dont le commandant des forces iraniennes al-Qods, Qassem Soleimani, le commandant adjoint d'Al-Hashd al-Shaabi Abu Mahdi al-Muhandis, le chargé des relations extérieures du Hashd al-Shaabi, Muhammad al-Jabiri, et plusieurs autres responsables chiites.
    Biographie du Général Qassem Suleimani: héros national pour les uns - chef terroriste. pour d'autres
    Qassem Suleimani est né le 11 mars 1957 à Kanat-e Malek (sud-est de l'Iran), dans une famille paysanne pauvre. Après avoir terminé l'école primaire, il est allé travailler à Kerman, sur un chantier de construction, à l'âge de 13 ans.
    Peu de temps après la révolution islamique de 1979, il a rejoint le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), une organisation militarisée subordonnée personnellement au chef suprême de l’Iran, l’ayatollah Ali Khamenei. Mais après une formation militaire initiale, Soleimani a été envoyé pour s'occuper de l'approvisionnement en eau dans son pays natal, dans la province de Kerman.
    En 1980, il a pris part aux opérations militaires du CGRI contre les Kurdes. Ce fut sa première expérience militaire. Il fut nommé lieutenant à cette occasion.
    La carrière de Soleimani a profité de la guerre irako-iranienne, qui a débuté à l'automne 1980. Après la guerre, ayant atteint le grade de général de brigade, il devient en 1987 le commandant de la 41e division d'infanterie de Tarallah.
    Dans les années 1990, il commandait les unités du CGRI dans le sud-est de l'Iran, dans la ville de Kerman. Sa principale mission était de lutter contre le trafic de drogue.
    En 2000, il a été nommé commandant des forces spéciales du CGRI - "la force al-Qods". Il était alors en contact étroit avec le Hezbollah libanais. En 2008, il dirigeait un groupe d'enquêteurs iraniens censés découvrir les circonstances du décès à Damas du chef des services spéciaux du Hezbollah Imad Mougniyeh.
    Après le déclenchement de la guerre civile en Syrie en 2011, Qassem Soleimani a mis sur pied une milice pro-iranienne dans ce pays et en Irak. Cette milice pro-iranienne avait plusieurs tâches: protéger le régime de Bachar al-Assad, lutter contre les groupes armés sunnites non gouvernementaux (y compris l'État islamique, "Al-Nusroi" et autres), préparer une action militaire contre Israël. Il a également organisé la fourniture d'armes et notamment de missiles au Hezbollah libanais.
    En Iran, Qassem Suleimani était considéré comme un héros national. Il était subordonné exclusivement au chef suprême Ali Khamenei et était considéré comme plus influent que le président iranien. Dans le même temps, il y avait des politiciens à Téhéran qui craignaient l'influence croissante de Suleimani.
    Le nom de Qassem Soleimani a été inscrit sur la "liste noire" de l'ONU de 15 dirigeants militaires et politiques de haut rang de l'Iran, soupçonnés d'être impliqués dans le développement des programmes nucléaires et de missiles de l'Iran.

  • Frontlive-Chrono du 24 janvier 2020 - Dernières nouvelles du Moyen Orient, d'Afrique du nord et du Sahel

    Imprimer

    forward_2.gifIrak: Quatre collaborateurs d’une ONG française, trois Français et un Irakien, disparus lundi à Bagdad

    Quatre collaborateurs d’une ONG française, trois Français et un Irakien, sont portés disparus depuis lundi à Bagdad, a annoncé vendredi l’organisation française concernée, SOS Chrétiens d’Orient. Les quatre hommes ont « disparu aux alentours de l’ambassade de France », a déclaré à Paris Benjamin Blanchard, le directeur général de l’ONG, qui vient en aide aux chrétiens orientaux….

    Irak : six manifestants antigouvernementaux tués à Bagdad

    Vendredi soir, des sources médicales irakiennes ont annoncé que le bilan des morts à Bagdad était de 6 morts et 54 blessés, dont 2 personnes tuées sur la place al-Kilani au centre de la capitale irakienne. Des affrontements intermittents ont également eu lieu entre les forces de sécurité et les manifestants sur la « route Muhammad…

    Mali: 2 soldats français blessés dans une explosion revendiquée par un groupe djihadiste

    Deux soldats français de l’opération Barkhane ont été blessés par l’explosion d’un engin explosif improvisé (IED) au Mali jeudi 23 janvier. L’explosion s’est produite au passage de leur camion ravitailleur dans la région de Tombouctou, dans le nord du Mali, a annoncé jeudi soir l’état-major français. L’attaque a rapidement été revendiquée par par le Groupe…

    Turquie: Deux « conspirateurs » de l’état-major général condamnés à la prison à vie

    Vendredi 24 janvier, deux anciens hauts fonctionnaires militaires – l’ancien chef adjoint de l’état-major général de la Turquie Muharrem Köse et l’ancien officier d’état-major général Hayrettin Kaldırimçı – ont été condamnés à la prison à vie en Turquie. Selon la chaîne de télévision Haberturk et l’agence RIA Novosti, ils ont été reconnus coupables d’avoir participé…

  • Frontlive-Chrono du mardi 14 janvier 2020 - Blog spécialisé sur les évènements du Moyen Orient, Afrique du nord et Sahel

    Imprimer

    Irak : tir de roquettes près d’une base abritant des troupes américaines

    Des roquettes sont tombées mardi près d’une base abritant des troupes américaines au nord de Bagdad, blessant deux Irakiens, a indiqué l’armée irakienne, après plusieurs attaques similaires ces derniers jours. L’armée n’a pas indiqué, dans son communiqué, combien de roquettes Katioucha avaient été tirées sur la base de Taji. Deux Irakiens ont été blessés dans…


    Iran : « Désolé d’avoir menti » : Des présentateurs quittent la télévision iranienne

    Au moins trois des animateurs de la télévision d’État iranienne ont déclaré qu’ils démissionnaient pour protester contre la tentative des autorités de dissimuler la vérité sur le crash de l’avion ukrainien abattu par la défense aérienne iranienne. « Merci aux téléspectateurs de m’avoir suivi. Aujourd’hui, c’est fini. Je ne retournerai jamais à la télévision « , a…

    Iran : Les arrestations ont commencé sur l’affaire de la destruction de l’avion ukrainien

    Gholam-Hosein Esmaili, porte-parole de la justice iranienne, a déclaré lors d’une conférence de presse que les premières arrestations de suspects impliqués dans la destruction d’un avion de ligne ukrainien avaient eu lieu. Il n’a pas donné de détails supplémentaires, mais noté que la commission d’enquête impliquait le « Corps des gardiens de la révolution islamique » et…

    Libye: Hatfar a quitté Moscou sans signer l’accord de cessez-le-feu – Haftar exige le retrait des mercenaires syriens et turcs

    L’homme fort de l’est de la Libye Khalifa Haftar, qui combat le gouvernement libyen reconnu par l’ONU (GNA), a quitté Moscou sans signer la trêve paraphée par son rival, a indiqué mardi la diplomatie russe. Le maréchal Haftar avait demandé lundi soir un délai de réflexion jusqu’à mardi matin avant de signer l’accord formel de…