Abha

  • Arabie saoudite : Les rebelles yéménites Houthis revendiquent une attaque contre Aramco

    Imprimer

    Vendredi 11 mars 2022, les rebelles yéménites Houthis ont revendiqué l'attaque d'une raffinerie de pétrole Aramco dans la capitale saoudienne, Riyad, jeudi.

    Riyad minimise l'offensive des Houthis
    Riyad a minimisé l'ampleur de l'attaque et a signalé qu'elle avait provoqué un petit incendie, mais n'avait entraîné aucune perte ni blessure.

    A l'aube de vendredi, l'agence de presse saoudienne citant une source officielle au ministère de l'Énergie (qu'elle n'a pas nommée), a reconnu "que la raffinerie de pétrole de Riyad avait été attaquée par un drone télécommandé jeudi matin".

    La source a expliqué: "À la suite de l'attaque, un petit incendie a été maîtrisé, sans faire de victimes ni de dommages au fonctionnement de la raffinerie ou à l'approvisionnement en pétrole et ses dérivés", sans faire référence à la partie qui a mené l'attaque.

    Nous avons ciblé l'Arabie Saoudite avec 9 avions, affirme le porte-parole des Houthis
    Le porte-parole militaire houthi, Yahya Sari, a déclaré dans un communiqué : "Nos forces ont mené une opération militaire à grande échelle sous le nom "Operation Breaking the First Siege", en ciblant la raffinerie Aramco à Riyad avec trois drones".

    Il a ajouté que l'opération "visait également les installations d'Aramco dans les régions de Jizan et d'Abha (sud-ouest) et d'autres sites sensibles (non précisés) avec 6 drones".

  • Arabie saoudite : Douze blessés dans l'aéroport d'Abha suite à la destruction d'un drone lancé par les rebelles yéménites

    Imprimer

    La destruction d'un drone visant l'aéroport d'Abha, au sud de l'Arabie saoudite, a fait douze blessés jeudi 10 février 2022, ont annoncé les autorités au moment où les combats s'intensifient contre les rebelles houthis dans le Yémen voisin. Les houthis, proches de l'Iran, lancent régulièrement des attaques de drones et de missiles contre le royaume saoudien qui dirige une coalition militaire depuis 2015 au Yémen pour appuyer les forces gouvernementales face aux rebelles.
    FLO3HV_XwAEgJ9a.jpeg

    "Douze civils de nationalités différentes ont été blessés à l'aéroport d'Abha (après que) la défense saoudienne a détruit un drone lancé dans (sa) direction", a indiqué la coalition, citée par l'agence officielle du royaume SPA. Plus tôt dans la journée, elle avait annoncé "quatre blessés civils parmi les employés et les voyageurs", des fragments du drone étant "tombés" dans la zone de l'aéroport international. Vidéo.

    "Nous prendrons des mesures opérationnelles fermes pour répondre à la menace visant les aéroports civils et les voyageurs", a assuré la coalition, ajoutant que le trafic avait "repris". Situé dans le sud-ouest saoudien, près de la frontière avec le nord du Yémen largement contrôlé par les houthis, l'aéroport d'Abha est régulièrement pris pour cible par les rebelles, faisant toutefois rarement de victimes.

    À Jizane, une région frontalière du Yémen fréquemment ciblée elle aussi, deux personnes sont mortes et sept ont été blessées fin décembre 2021, dans la première attaque meurtrière en Arabie saoudite revendiquée par les rebelles yéménites en plus de trois ans.

    La guerre au Yémen a provoqué l'une des pires catastrophes humanitaires au monde. D'après l'ONU, en sept ans de conflit, au moins 377.000 personnes ont été tuées, une grande majorité en raison des conséquences indirectes des combats, comme la faim et les maladies.

  • Arabie saoudite : La défense aérienne saoudienne abat un drone visant l'aéroport d'Abha

    Imprimer

    La coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen a annoncé jeudi 23 décembre 2021 la destruction d'un drone piégé lancé en direction de l'aéroport de Sabha au sud du royaume.

    Riyad intervient au Yémen depuis 2015 pour appuyer les forces gouvernementales, en guerre depuis sept ans contre les rebelles. Ces derniers, proches de l'Iran, lancent régulièrement des attaques depuis le Yémen vers le territoire saoudien.

    "Un drone piégé qui a tenté de viser l'aéroport international d'Abha a été détruit", a annoncé la coalition dans un communiqué cité par l'agence de presse officielle SPA. L'interception de l'engin n'a fait "aucune victime", avec seulement des éclats d'obus éparpillés aux alentours de l'aéroport. Un responsable de l'aéroport a assuré à l'AFP qu'"aucun vol n'a été annulé".

    La coalition n'a pas directement accusé les rebelles houthis. Mais ces derniers ont récemment accentué leurs attaques de drones piégés et de missiles balistiques sur l'Arabie saoudite. En octobre, l'un d'eux avait fait dix blessés à l'aéroport de Jizane, dans le sud du royaume, quelques jours après une attaque déjouée ayant visé l'aéroport d'Abha, selon les médias d’État. En août, ce même aéroport avait déjà été touché par un drone, blessant huit personnes et endommageant un avion civil.

     

  • Arabie saoudite : La défense aérienne saoudienne a déjoué une frappe de drones à l'aéroport d'Abha

    Imprimer

    Les forces de défense aérienne saoudiennes ont détruit deux véhicules aériens sans pilote lancés par les Houthis à l'aéroport international d'Abha, dans le sud du royaume. Cela a été annoncé par le commandement de la coalition sunnite.

    Au total, trois drones ont été lancés, selon le communiqué. Le premier drone était destiné à attaquer la ville de Khamis Mushait, tandis que les deuxième et troisième drones se dirigeaient vers l'aéroport international d'Abha.

    Le service de presse de la coalition note que les drones ont été lancés depuis le territoire de l'aéroport international de Sanaa, que des militants chiites ont transformé en base d'attaques terroristes.

  • Yémen : « Ansar Allah, bras armé des rebelles chiites houthis : "nous avons mené une opération militaire de grande envergure dans les profondeurs de l'Arabie saoudite"

    Imprimer

    Samedi 20 novembre 2021, Ansar Allah, le bras armé des rebelles chiites yéménites Houthis, a révélé les détails d'une opération militaire à grande échelle qu'il a menée dans les profondeurs saoudiennes, précisant que 14 drones avaient participé à ces opérations, qui visaient des bases militaires et des aéroports.

    Le porte-parole des forces du groupe, Yahya Sari, a confirmé dans un communiqué publié samedi que l'opération, baptisée "huitième équilibre de la dissuasion", comprenait le bombardement d'un certain nombre de cibles militaires et vitales en Arabie saoudite. 

    Selon le communiqué des Houthis, l'opération incluait : 
    - La base du roi Khaled à Riyad, visée par quatre drones Samad 3.
    - Bombardement de cibles militaires sur l'aéroport international Roi Abdullah de Djeddah
    - Les raffineries d'Aramco à Djeddah bombardées par quatre drones Samad 2.
    - Une importante cible militaire sur l'aéroport international d'Abha visée par un drone Samad 3.
    - Le bombardement de diverses cibles militaires dans les régions d'Abha, Jizane et Najrane par cinq drones "Qassef 2K".
    Le groupe a déclaré qu'un total de 14 drones avaient participé à l'opération, démontrant sa capacité à mener des opérations plus offensives contre l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis "dans le cadre de la légitime défense du peuple et de la patrie".

    Vendredi 19 novembre 2021, la coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite a annoncé la destruction de 3 drones kamikazes lancés par les houthis vers la région du sud, annonçant le début d'une opération pour "traiter" les sources de la menace.

    La coalition arabe a également révélé la destruction d'un drone piégé dans l'espace aérien yéménite qui avait décollé de l'aéroport de Sanaa.

    La coalition a indiqué que "les Houthis n'avaient pas réussi à lancer deux missiles balistiques depuis le sud de Sanaa", révélant que "les deux missiles étaient tombés à l'intérieur du Yémen après leur lancement".

     

  • Arabie saoudite : Nouvelle attaque de drones et de missile balistique au sud du royaume

    Imprimer

    Tard, jeudi 7 octobre 2021, la coalition dirigée par l'Arabie saoudite a annoncé qu'elle avait intercepté un missile balistique et deux drones suicides qui ont été lancés depuis le Yémen par les rebelles chiites yéménites Houthis.

    Dans un communiqué, la coalition a déclaré que le missile et les drones visaient vers la ville de Khamis Mushait dans la province sud-saoudienne d'Asir.

    « Nous prenons des mesures opérationnelles pour protéger les civils contre les violations et les tentatives futiles », indique le communiqué.

    Habituellement, les missiles balistiques sont interceptés avec les systèmes de missiles sol-air MIM-104 Patriot de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite et de ses alliés. Les drones suicides sont cependant abattus par des avions de chasse de la Royal Saudi Air Force avec des missiles air-air.

    La veille, un drone suicide lancé depuis le Yémen avait visé l'aéroport international d'Abha. Quatre ouvriers civils avaient été blessés. La coalition dirigée par l'Arabie saoudite a affirmé qu'un site de lancement de drones des Houthis dans le nord du Yémen avait été détruit en réponse à l'attaque.

    Les Houthis ne revendiquent plus leurs attaques de missiles et de drones contre l'Arabie saoudite.

    Cependant, le groupe yéménite a intensifié ses attaques contre l'Arabie saoudite après le récent retrait des systèmes de défense aérienne américains du Royaume.

  • Arabie saoudite : Deux attaques de drones lancés par les rebelles houthis contre l'aéroport d'Abha - 8 blessés

    Imprimer

    Deux attaques aux drones ont été menées, mardi 31 août contre un aéroport international du sud de l'Arabie saoudite, faisant huit blessés, ont indiqué des médias officiels saoudiens en accusant les rebelles houthis au Yémen voisin.

    Une première attaque au "drone piégé" contre l'aéroport d'Abha a été menée dans la matinée, sans faire de blessés, selon le commandement saoudien de la coalition militaire, cité par la télévision d'Etat Al-Ekhbariya. Le drone a été intercepté et des débris sont tombés non loin de la piste provoquant la suspension temporaire des vols "afin de garantir la sécurité des avions et celle des civils", a-t-on ajouté.

    Quelques heures plus tard, un nouveau "drone piégé" a été lancé contre l'aéroport mais il "a été intercepté et abattu", a précisé la même source, en faisant état de huit blessés par les débris --un Saoudien, un Népalais, trois Indiens et trois Bangladais. "Un avion civil a été endommagé", a poursuivi la coalition en dénonçant un "crime de guerre".

    En riposte, la coalition a affirmé avoir ciblé le site depuis lequel les drones ont été lancés selon elle, à Sanaa, la capitale du Yémen, sous contrôle rebelle.

    La coalition tient les rebelles houthis responsables de ces tirs, dénonçant un "crime de guerre". Les insurgés chiites yéménites mènent régulièrement des attaques contre le territoire saoudien. Riyad avait notamment annoncé début mars qu'un drone avait frappé un important port pétrolier et qu'un missile balistique avait visé des installations du géant pétrolier Aramco dans l'Est. Les houthis, qui contrôlent la majorité du nord du Yémen et la capitale Sanaa, réclament à Riyad la fin du blocus aérien et maritime imposé à leur pays comme condition préalable à un accord de cessez-le-feu.

    La guerre dans ce pays a fait des dizaines de milliers de morts et a déplacé des millions de personnes. C'est, selon l'ONU, la pire crise humanitaire au monde. Quelque 80% des 30 millions d'habitants du Yémen sont confrontés à des risques accrus d'épidémies et de famine et dépendent de l'aide internationale.