Abdul Hamid Khurasani (chef de l'unité Badri)

  • Afghanistan : Les civils fuient en nombre les combats dans le Panjshir

    Imprimer

    Des civils ont quitté en nombre ces derniers jours la vallée du Panjshir, fuyant les combats qui y opposent les talibans au principal groupe armé d'opposition, le Front National de Résistance (FNR), a-t-on appris samedi auprès d'habitants.

    mollah Abdul Ghafar (tué).jpegLe FNR, dirigé par Ahmad Massoud, le fils du commandant Ahmad Shah Massoud, a annoncé le 7 mai avoir lancé une large offensive contre les talibans dans plusieurs provinces du nord du pays, dont celle du Panjshir, à 80 km au nord de Kaboul. Des affrontements ont depuis mis aux prises le FNR et les talibans, qui ont chacun affirmé avoir causé des dizaines de morts dans les rangs adverses, un bilan impossible à confirmer de source indépendante dans cette vallée difficile d'accès. Parmi les personnes décédées, on annonce le mollah Abdul Ghafar, commandant adjoint de l'unité Badri, une unité des forces spéciales talibanes.

    "Nous n'avons pu prendre avec nous qu'un ou deux vêtements", a témoigné auprès de l'AFP Lutfullah Bari, qui a quitté son foyer dans le district d'Hesa-e-Duwum avec les 15 membres de sa famille pour gagner Kaboul. Selon lui, plusieurs dizaines de familles ont ainsi fui le Panjshir pour trouver refuge ces derniers jours dans la capitale. "Tout le monde a quitté la zone par peur", a déclaré Farid Ahmad, qui a fui le district de Rukha avec sa famille pour se réfugier à Kaboul.

    Il s'agit de la première offensive du FNR depuis la chute de son bastion du Panjshir. Le groupe, qui se présente comme le dernier rempart démocratique à l'intérieur de l'Afghanistan, n'avait pu empêcher les talibans, arrivés au pouvoir à la mi-août, de s'en emparer en septembre.

    "Les gens fuient les zones de combat. Ils ont peur et fuient pour sauver leur vie", a confirmé un habitant du district de Rukha. 

    Abdul Hamid Khurasani, le chef local de l'unité Badri, les forces spéciales talibanes, a toutefois affirmé à l'AFP que les affrontements avaient cessé, les combattants du FNR ayant selon lui battu en retraite vers les provinces voisines de Badakhshan et Baghlan.

    La situation dans le Panjshir est maintenant "normale et paisible", a-t-il déclaré. 

    La vallée avait été rendue célèbre à la fin des années 1980 par Ahmad Shah Massoud, avant qu'il soit assassiné par Al-Qaïda en 2001. Le Panjshir n'était tombé ni sous l'occupation soviétique dans les années 1980, ni durant l'ascension des talibans vers le pouvoir une décennie plus tard et leur premier régime (1996-2001).