Abd al-Majid Saif al-Nasr

  • Libye : "Les Kadhafistes sont de retour"...Seif el-Islam, avec l'appui de la Russie

    Imprimer

    Les sympathisants du Régime libyen déchu ambitionnent de retourner à nouveau au pouvoir par le biais de la réconciliation nationale et les élections présidentielle et législatives, prévues à la fin de l'année 2021 et ce, dix ans après le renversement du Régime de Mouammar Kadhafi.

    Bien que ce scénario soit peu probable, il n'en demeure pas moins que les sympathisants de Kadhafi ne dissimulent pas leur volonté de présenter la candidature de Seif el-Islam, fils de Mouammar Kadhafi, à la prochaine Présidentielle avec un soutien russe et tribal, d'autant plus que le cousin de Kadhafi, Ahmed Kadhaf al-Dam dispose toujours d'une « fortune » qui lui permet de financer le projet de retour au pouvoir.

    Première participation des sympathisants de Kadhafi au Dialogue
    Contrairement à l'Accord de Skhirat au Maroc, à la fin de l’année 2015, qui avait exclu les sympathisants de Kadhafi du Dialogue, la Mission onusienne a accepté, avec la pression de la Russie, de les faire participer au Forum de Dialogue politique, qui a démarré en Tunisie, au mois de novembre dernier.

    Mieux encore, Omar Abou Cherida, un des dirigeants loyaux à Seif el-Islam Kadhafi, s'est porté candidat aux élections du Conseil présidentiel, représentant la région du Fezzan et a obtenu 5 voix sur un total de 14 votants au premier round.

    Abou Cherida a occupé la deuxième place au premier round au niveau du la région du Fezzan (sud), distancé d’une seule voix par Abdelmajid Seif Ennasr, et devançant Moussa Kouni qui n'a obtenu que deux voix, mais qui a remporté au troisième round le siège de Fezzan au Conseil présidentiel.

    Abou Cherida s’est allié au deuxième round avec Chérif el-Wafi (candidat à la Présidence du Conseil présidentiel) et Mohamed al-Montassar (candidat à la Présidence du gouvernement) et Abdallah Balaazi (candidat au Conseil présidentiel). Ils ont obtenu 15 voix sur un total de 73 votants, occupant ainsi une 3ème place éliminatoire au dernier round.

    Un franc soutien russe
    La Russie est quasiment le seul pays qui a reçu, à titre officiel et public, des représentants de ce qu'elle a appelé « Le Mouvement de Seif el-Islam Kadhafi ». La délégation était conduite par Abou Cherida, qui s'est porté candidat par la suite au Conseil présidentiel.

    Le 15 janvier dernier, le site « Russia Today » (public) a rapporté un communiqué du ministère russe des Affaires étrangères dans lequel il était écrit que « l'émissaire spécial du président russe pour la région du Moyen-Orient et en Afrique, Mickaël Bogdanov, a reçu Mefteh al-Werfelli et Omar Abou Cherida, représentants du Mouvement de Seif el-Islam Kadhafi.

    Quelques jours auparavant, le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Verchinine avait mis l'accent sur la nécessité d'associer les sympathisants de Mouammar Kadhafi au Dialogue national inter-libyen.

    Rappelons que Mouammar Kadhafi était un proche allié de Moscou en Afrique du Nord et avec son départ, la Russie a perdu de son influence ainsi que d’importants marchés d'armes. Son fils Seif el-Islam est en mesure de redorer le blason de cette relation s'il parvient à accéder au pouvoir avec l'aide de Moscou.

    Dbaibah balisera-t-il la voie au retour de Seif el-Islam?
    Le Chef du gouvernement libyen désigné, Abdulhamid Dbeibah ne s'oppose pas à la candidature de Seif el-Islam à la Présidentielle, selon des déclarations antérieures faites au magazine français « Jeune Afrique » en 2018.

    De plus, ses récentes déclarations confirment son soutien à la réconciliation entre tous les Libyens, ce qui donne l'occasion aux sympathisants de Kadhafi de jouer un rôle politique plus important en cette phase transitoire, au lieu de s’engager, à nouveau, aux aventures militaires du général putschiste Khalifa Haftar.

    D'autres parties parient sur le fait que le Courant « La Libye de l’Avenir » que conduit Dbeibah n’est que le prolongement du projet « La Libye de demain » lancé par Seif el-Islam en 2006. A l'époque, Dbeibah était l'un des points cardinaux de ce plan de réforme du régime de l'Intérieur et qui visait à développer le pays.

    Ayant occupé plusieurs postes, dont celui de Directeur général de la Compagnie d'Investissement national intérieur et de président du Conseil d'administration d'une holding qui compte 15 entreprises internationales dans le domaine du développement ainsi que celui de président du Conseil d'administration de la Compagnie libyenne pour le développement et l'investissement, Dbeibah est considéré comme faisant partie du premier cercle proche de Seif el-Islam.

    Toutefois, Dbelbah a adhéré à la Révolution après son enclenchement, le 17 février 2011, et a, ensuite, contribué au financement des forces du gouvernement libyen pour faire face aux milices de Haftar, ce qui a poussé la chambre des députés de Tobrouk à l'inscrire, en juin 2017, sur la liste des personnalités et des entités accusées de « terrorisme ».

    Le Chef du gouvernement désigné et bien qu'il ait annoncé sa dissension prématurée du Régime de Kadhafi, il n'en demeure pas moins qu'il reste un homme pragmatique qui favorise la réconciliation.

    Il n'est pas, d’ailleurs, exclu qu'il ait obtenu l'appui de parties considérées comme proches de l'ancien Régime, lors de l'ultime et décisif round du vote, qu'il a remporté avec Mohamed al-Manfi, contre la liste de Aguila Salah, Oussama Jouili et Fathi Bachagha.

    Sur la base de cela, il est attendu que les sympathisants de Seif el-Islam Kadhafi multiplient leurs activités au cours de la phase transitoire, dans le cadre du mouvement « Rachahnak » (Nous t’avons désigné candidat).

    Une condamnation à mort et un rêve de la Présidence
    Néanmoins, une série de d'obstacles d'ordre juridique empêche la candidature de Kadhafi fils à la Présidentielle du 24 décembre prochain.

    Seif el-Islam a été, en effet, condamné à mort par contumace, par un tribunal de Tripoli, mais ses sympathisants espèrent qu'il bénéficiera d'une amnistie générale dans le cadre d'une Réconciliation nationale.

    De plus, la Cour Pénale Internationale (CPI) réclame son extradition, étant accusé de crimes contre l'Humanité. A la fin de l'année 2019, la CPI a affirmé qu'il est encore dans la ville de Zenten (sud-ouest de Tripoli), bien que le régiment de « Abou Bakr al-Seddik », qui le séquestrait depuis 2011, avait annoncé sa libération en juin 2017.

    Depuis cette date, Seif el-Islam n'a pas été aperçu en public, à telle enseigne que le journal « Al-Ounwan » (Le Titre, proche de Haftar) avait rapporté qu'il était décédé après avoir été atteint de la tuberculose dans son lieu de détention, quelques jours avant l'annonce de sa libération.

    Cependant, ce qui met en doute cette hypothèse, est l’affirmation par deux chercheurs russes, emprisonnés par le gouvernement de l'Entente pendant deux ans, étant accusés d'espionnage, qu’ils ont rencontré Seif el-Islam plus d'une fois, selon des forces du gouvernement libyen qui menaient l’interrogatoire des deux russes.

    Cela atteste que Seif el-Islam est encore en vie, du moins jusqu'au mois de mai 2019. A défaut, Moscou ne se serait pas aventuré à accueillir des représentants du fils de Kadhafi, au début de l'année 2021.

    L'administration Biden maintient ses sanctions contre Seif el-Islam
    L’écoulement de dix ans, depuis le déclenchement de la Révolution libyenne, n’a pas intercédé en faveur de Seif el-Islam et de ses sympathisants, auprès de la nouvelle Administration américaine. Le président Biden a annoncé le 11 février courant avoir notifié au Congrès la décision portant prolongation, d’une année, des sanctions contre les fils et proches de Mouammar Kadhafi.

    Les sanctions américaines prises contre Seif el-Islam et ses sympathisants consistent en la prise de mesures pour empêcher « la mauvaise utilisation de leurs fonds et d’autres biens », ce qui est synonyme que la famille est dépourvue de ses soutiens financiers, estimés par certains médias à des milliards de dollars, ce que démentent les sympathisants de l’ancien Régime.

    Cette position américaine hostile à l’endroit de Seif el-Islam et de sa fratrie entrave son retour au pouvoir en dépit du soutien russe.

    Des médias libyens rapportent que des sympathisants de l'ancien Régime à Syrte et à Béni Walid ont procédé à la collecte de dons pour la construction de deux maisons, afin d'accueillir la famille de Kadhafi, qu’il s’agisse des membres qui sont en exil ou ceux qui sont en prison.

    La veuve de Kadhafi, Safia Ferkache, réside actuellement en Egypte et ses enfants Mohamed et Aicha sont au Sultanat d’Oman, tandis que Hannibal est détenu au Liban. Al-Saadi est emprisonné à Tripoli alors que Seif el-Islam est caché quelque part en Libye.

    Mais en décembre 2020, l'interdiction de voyage infligée à Safia, Mohamed et Aicha, par le Comité des Sanctions du Conseil de sécurité, a été provisoirement suspendue. Le ministère libyen de la Justice a salué cette décision, dans la mesure où ces 3 personnes ne sont pas impliquées dans des actes de torture ou dans des meurtres.

    Seif el-Islam compte à son actif plusieurs points forts, principalement la loyauté de plusieurs tribus, notamment celles qui habitent dans la région qui s'étend de l'axe Syrte (est de Tripoli) jusqu’à Barrak al-Chott (sud de Tripoli) en passant par Béni Walid (sud-est de Tripoli).

    Ces régions sont habitées par les tribus des Guededfa, des Ouerfella et des M’guerha, les plus loyales au régime de Kadhafi ainsi que par les tribus des Werchfena (sud de Tripoli) et d'autres tribus, telles que les Sai’an et les al-Orben.

    Cependant, les régiments sécuritaires qui ont défendu le Régime de Kadhafi jusqu'au bout ont été intégrés dans les milices de Haftar avec le soutien de l’Egypte, à l'instar du 9ème régiment de Tarhouna, qui a commis les pires crimes contre les civils, en particulier, les « rebelles du 17 février ».

    Les Libyens qui ont participé à la révolution du 17 février 2011, qui a renversé le Régime de Mouammar Kadhafi, craignent que Seif el-Islam ne se venge d’eux après son accession à la Présidence.

    Il est donc peu probable que cette frange de Libyens autorise Seif el-Islam de se porter candidat à la prochaine Présidentielle mais ses sympathisants pourraient en revanche accéder au Parlement.

    Mona Saanouni  (Anadolu)

  • Libye: Les pourparlers de paix en Tunisie confirment des élections dans 18 mois

    Imprimer

    Les participants au Forum de dialogue politique de Tunis sont parvenus à un accord sur une feuille de route pour l'avenir politique de la Libye, qui prévoit l'organisation d'élections dans un délai maximum de 18 mois.

    Selon ce qui a été rapporté par l'envoyée spéciale par intérim de l'ONU, Stephanie Williams , dans la soirée du 11 novembre, les 75 participants au Forum tunisien ont fait des progrès significatifs sur la voie tant politique que militaire, marquant un tournant vers une résolution de la crise libyenne. Les pourparlers organisés en Tunisie, dans le district de Gammarth, ont débuté le 9 novembre. L'objectif principal était de mettre fin à la situation instable en Libye, par la formation de nouveaux organes exécutifs et l'organisation d'élections présidentielles et parlementaires, sur la base de la résolution 2510 du Conseil de sécurité des Nations unies et des résultats de la conférence de Berlin. du 19 janvier.

    Pour Williams, la Libye a actuellement la meilleure opportunité de mettre un terme aux divisions internes. Selon ce qui a émergé des discussions du 11 novembre, les parties sont parvenues à un accord préliminaire sur un plan qui conduira à des élections parlementaires et présidentielles, ainsi qu'à des élections "libres, justes et inclusives", ce qui devrait faciliter l'unification des différentes institutions libyennes. Les discussions doivent maintenant porter sur la formation d'un gouvernement de transition, dont la tâche sera de surveiller le processus électoral. Les 75 participants sont appelés, en particulier, à définir les rôles et compétences exigés des membres qui formeront les nouveaux organes exécutifs, à savoir le gouvernement et le Conseil présidentiel.

    Selon Williams, la mission principale du futur gouvernement sera de lutter contre le phénomène de la corruption et de restaurer la détérioration continue des services publics. Ces deux questions ont été à l’origine des mouvements de protestation ces derniers mois. L'envoyé spécial de l’ONU a également déclaré que la feuille de route prévoyait les étapes à suivre pour lancer un processus de « réconciliation nationale et de justice transitionnelle» et pour mettre fin aux difficultés des personnes déplacées. Concernant l’aspect militaire, Stephanie Williams a indiqué que les participants au Forum avaient confirmé les résultats positifs en ce qui concerne la mise en œuvre de l'accord de cessez-le-feu signé à Genève le 23 octobre.

    Comme l'a précisé l'envoyé de l'ONU, cette question était au centre des discussions qui ont eu lieu, à partir du 10 novembre, à Syrte, et qui ont impliqué les délégations du Comité militaire mixte 5 + 5. Pour Williams, les résultats obtenus jusqu'à présent par le Comité doivent être préservés et, en parallèle, on espère que les pourparlers de Tunis seront également couronnés de succès, sachant que la Libye a devant elle une occasion historique de créer un système de gouvernement unifié et la tenue d'élections démocratiques.

    Selon ce qui a fui d'un projet d'accord final éventuel, la nouvelle autorité exécutive en Libye sera composée d'un conseil présidentiel, à son tour formé d'un président et de deux vice-présidents qui refléteront l'équilibre géographique entre les régions du pays, et par un gouvernement unifié composé d'un Premier ministre, qui devra alors prendre en charge la formation du gouvernement. Contrairement à ce qui s'est passé jusqu'à présent, le premier ministre de l'exécutif sera différent du chef du conseil présidentiel.

    Le plus grand défi pour les 75 représentants de Tunis semble être la nomination de ceux qui participeront au nouveau gouvernement, ainsi que de surmonter les divisions internes persistantes. Jusqu'à présent, le nom de la Présidente du Parlement, Aguila Saleh, a circulé en tant que chef du nouveau Conseil présidentiel et représentant de la région orientale de la Cyrénaïque. Un de ses adjoints devrait donc venir du Sud, de la région du Fezzan, et l'ambassadeur de Libye au Maroc, Abd al-Majid Saif al-Nasr, du gouvernorat de Sabha est l'un des candidats favoris à ce poste. Le troisième adjoint devra venir de la région ouest de Tripoli, où plusieurs personnalités semblent se disputer le rôle.

    Quant aux candidats potentiels au poste de Premier ministre, on pense au ministre de l'Intérieur Fathi Bashagha, soutenu par des alliés extérieurs tels que les États-Unis, la Turquie, la Grande-Bretagne et l'Égypte. Cependant, Bashagha fera face à un concurrent tout aussi puissant, l'homme d'affaires Ahmed Maitiq, ancien premier ministre et vice-président du Conseil présidentiel. Maitiq semble être particulièrement favorisé dans l'est de la Libye, surtout après avoir conclu un accord avec les représentants de l'ANL (Armée Nationale Libyenne – fidèle au maréchal Haftar) pour reprendre les activités pétrolières.

    La Libye connaît une crise continue depuis le 15 février 2011, date du début de la révolution et de la guerre civile. Après le cessez-le-feu annoncé le 21 août par le Premier ministre de Tripoli, Fayez al-Sarraj, et par le président de la Chambre des représentants de Tobrouk, Aguila Saleh, le 23 octobre, les délégations du GNA et de l'Armée nationale libyenne (ANL), participants au Comité militaire mixte 5 + 5, ont signé un accord avec lequel ils s'engagent officiellement à garantir une trêve permanente dans le pays, sous les auspices des Nations Unies.