Asayish

  • Syrie : Les Forces Démocratiques Syriennes publient des détails sur leurs opérations contre Daech à Deir ezZor

    Imprimer

    Jeudi 18 février, les Forces démocratiques syriennes (FDS), une coalition de combattants dominée par les Kurdes et soutenues par les États-Unis ont donné des détails sur leur opération contre les cellules de l'Etat isamique à Deir Ezzor.

    L'opération a été lancée le 4 février pour venger Saada al-Hermas et Hind al-Khudair, deux responsables locaux des FDS  assassinés par des jihadistes de Daech dans le sud-est de Deir Ezzor en janvier. L'opération des FDS a été menée dans l'ensemble de la partie de Deir Ezzor sous leur contrôle. L'opération s'est terminée le 14 février.

    Dans leur communiqué officiel, les FDS ont révélé que 87 membres  de Daech à Deir Ezzor ont été appréhendés au cours de l'opération de dix jours.

    Les jihadistes capturés comprennent les responsables du meurtre d'al-Hermas et d'al-Khudair, ainsi qu'Ibrahim Abdul Razak, un commandant local de l'Etat islamique connu sous le nom d '«Hitler».

    «Au cours de cette opération, nous avons porté un coup dur aux tentatives de l'Etat islamique de se revitaliser et d'intensifier ses activités, et la campagne a atteint ses objectifs», indique le communiqué.

    Des unités des FDS ont également découvert un tunnel creusé par le groupe islamiste dans la ville d'al-Dshishah au sud-est de la province de Deir Ezzor.

    Au cours de l'opération, les armes suivantes ont été saisies par les FDS:
    15 fusils d'assaut de type Kalachnikov;
    Une mitraillette Uzi;
    Quatre fusils Sniper;
    Huit armes de poing;
    Cinq fusils de chasse;
    Deux grenades à main;
    Deux mines terrestres.
    Plusieurs unités kurdes des Unités de Protection du Peuple (YPG) des unités kurdes de protection des femmes (YPJ) et des forces de sécurité des FDS, appelées Asayish, ont pris part à l'opération. La coalition dirigée par les États-Unis a également apporté son soutien.

    L'opération à grande échelle a infligé des pertes aux cellules de l'Etat islamique à Deir Ezzor. Cependant, cela n'a pas mis fin à la présence du groupe terroriste dans la région.

  • Syrie : Tensions dans le nord-est

    Imprimer

    Pendant des jours, les régions du nord-est de la Syrie et, en particulier, les villes de Hasakeh, Qamishli et al-Shahba, ont été témoins de tensions impliquant des groupes affiliés au gouvernement de Damas et les  Forces démocratiques syriennes (FDS), majoritairement kurdes. .

    Depuis le 31 janvier, de violentes manifestations ont éclaté dans la ville syrienne de Hasakeh, au cours desquelles un partisan de Bachar al-Assad, a été tué, tandis que 3 autres personnes étaient blessées. Les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance multi-ethnique et multi-religieuse, composée de majoritairement de Kurdes, mais aussi d'Arabes, de Turkmènes, d'Arméniens et de Tchétchènes, sont accusées d'avoir tiré sur la foule de manifestants.

    Comme le souligne le journal al-Arabiya, Hasakeh, une ville située près de la frontière avec la Turquie, continue d'être au centre d'un "siège mutuel" entre les forces d'Assad et les FDS. En fait, le gouvernement de Damas détient le contrôle d'une partie de la ville, y compris le centre et certains bâtiments gouvernementaux, tandis que  le reste de la ville est placé sous le contrôle de l'administration autonome du nord et de l'est de la Syrie. Cette dernière constitue une région autonome de facto, non reconnue par Damas, et considérée par les kurdes comme l'une des quatre parties du Kurdistan. Selon al-Arabiya,  l'administration autonome kurde accuse le régime d'essayer de créer une discorde entre Arabes et Kurdes à Hasakeh et Qamishli.

    Depuis 22 jours, les forces de sécurité intérieure kurdes (Asayish) assiègent les zones d'influence du régime à Hasakeh et Qamishli, bien qu'elles prétendent ne pas impliquer les civils dans ce blocus. De leur côté, les forces pro-gouvernementales assiègent plusieurs villes et villages contrôlés par les FDS dans la banlieue nord d'Alep, dans ce qu'on appelle la zone d'al-Shahba, où la quatrième division et les postes de contrôle militaires de Damas empêchent l'entrée de farine, carburant et médicaments, imposant d'énormes redevances à ceux qui souhaitaient y entrer.

    La province de Hasakeh a une importance stratégique, car elle est considérée comme le principal «grenier alimentaire» de la Syrie. Elle fournit des cultures agricoles définies comme stratégiques, telles que le coton, le blé, l'orge et les lentilles. La richesse de la région est également associée à la présence de champs pétrolifères, qui satisfont une grande partie des besoins syriens. Il s'agit notamment des champs d'al-Jabsa et de Rumailan, qui comprennent environ 1 322 puits, et une usine de production de gaz qui, avant la révolution de 2011, satisfaisait les besoins de la population syrienne. Malgré la présence d'un grand nombre de Kurdes syriens dans la province, ce sont les Arabes qui constituent la majorité de la population, tandis qu'une minorité de Syriaques habite plusieurs zones rurales, dont Tell Tamr.

    Bien que les forces d'Assad et les FDS vivent apparemment en paix depuis des années, Damas accuse les forces kurdes de continuer à "imposer un siège étouffant" et d'empêcher l'entrée de machines et de fournitures dans les régions du nord du pays. Les FDS, en revanche, accusent le régime d'avoir assiégé plusieurs zones à majorité kurde dans la province d'Alep, dans le nord de la Syrie, et d'imposer des procédures et des tarifs pour l'entrée des marchandises. Pourtant, ce sont précisément ces groupes kurdes qui ont demandé l'aide d'Assad lorsque, le 9 octobre 2019, Ankara avait lancé l'opération «Source de la paix», visant à retirer les forces kurdes de la «zone de sécurité» à la frontière entre la Syrie et la Turquie.

    Les États-Unis s'inscrivent également dans ce contexte, considérant les SDF comme un allié important dans la lutte contre l'Etat islamique. À cet égard, selon ce qui a été rapporté par des sources syriennes, au cours des dernières semaines, Washington a envoyé du matériel militaire et du matériel logistique dans la région de Yaroubia, dans la banlieue est de Hasakeh. En outre, 10 véhicules de transport de troupes ont été transférés à Al-Malikiyah, une ville également située à la périphérie de Hasakeh, près de la frontière avec la Turquie, où une mobilisation militaire croissante est surveillée, probablement par crainte d'une nouvelle opération militaire d'Ankara. Pour Damas, la présence des forces américaines en Syrie est «illégale».

    Parallèlement, le 1er février, le quotidien al-Araby al-Jadeed a rapporté qu'un avion-cargo russe avait atterri à l'aéroport de Qamishli, à la périphérie de Hasakeh, transportant 75 mercenaires de la société russe "Wagner" soutenue par Moscou, cela, dans un contexte de tension croissante entre Damas et l'administration autonome kurde. Selon des sources locales, les mercenaires ont ensuite été transférés vers la base aérienne russe de Khmeimim.

    Selon les dernières données de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), 113 civils ont été tués en janvier. Parmi les victimes, il y a 36 enfants et 6 femmes.

  • Syrie : Mutinerie de prisonniers jihadistes dans une prison des Forces Démocratiques Syriennes

    Imprimer

    Samedi 30 janvier, une mutinerie de prisonniers jihadistes a éclaté dans une importante prison gérée par les Forces démocratiques syriennes (FDS) dans la ville de Shadadi, dans le sud de Hassakeh.

    La prison, connue sous le nom de Cam al-Bulgar, est située à l'est de Shadadi. La prison accueille au moins 5 000 détenus, dont beaucoup sont des membres étrangers de l'Etat islamique.

    Un porte-parole du Conseil des tribus et des clans syriens, Cheikh Mudar al-Asaad, a déclaré au média pro-opposition Enab Baladi que les prisonniers avaient déclenché la mutinerie en réponse aux mauvaises conditions de vie dans la prison, notamment le manque de chauffage et une pénurie de nourriture. et d'eau.

    «Les prisonniers ressentent du ressentiment à cause des longues années de détention sans tribunaux et parce que plusieurs d'entre eux sont maintenus en prison malgré leur acquittement», a déclaré le cheikh.

    Al-Assad a poursuivi en affirmant que plusieurs prisonniers avaient été récemment exécutés par les FDS. Le groupe soutenu par les États-Unis a pourtant avoir affirmé qu'il avait aboli la peine capitale.

    Actuellement, les forces de sécurité des FDS, les Asayish, s'emploient à mater la mutinerie à Cam al-Bulgar avec le soutien de la coalition dirigée par les États-Unis. Des hélicoptères d'attaque de la coalition ont été repérés survolant la prison.

    La coalition dirigée par les États-Unis maintient une base au sud de Shadadi, à quelques kilomètres à l'ouest de la prison de Cam al-Bulgar. Plusieurs hélicoptères d'attaque y sont déployés.

     

  • Syrie : L'agence de sécurité des Forces Démocratiques Syriennes (Kurdes) a découvert une cellule d'espions de l'Iran à Raqqa

    Imprimer

    L'agence de sécurité des Forces démocratiques syriennes (FDS), les Asayish, a découvert une cellule travaillant pour les renseignements iraniens à Raqqa, a rapporté Bas News le 15 août.

    Citant une source au sein des Asayish, l'agence de presse a indiqué que la cellule était basée dans la ville de Tabqah, dans le sud de la province de Raqqa. Les membres de la cellule, au nombre de 18, ont tous été appréhendés par les Asayish. L'un des membres serait un officier des FDS.

    "Les forces de sécurité du régime syrien et les milices iraniennes ont récemment intensifié leurs activités de sécurité dans les zones tenues par l'auto-administration", a déclaré la source, ajoutant que "les FDS ont appréhendé un certain nombre de membres de ces cellules à Deir Ezzor et Raqqa".

    Au cours des dernières semaines, des sources kurdes ont rapporté l'arrestation de nombreux agents des services de renseignement syriens dans le nord-est de la Syrie par les FDS

    Les SDF sont en conflit avec les tribus arabes du nord-est. Le groupe dirigé par des forces Kurdes est accusé d'avoir assassiné des chefs de tribus arabes. Ces accusations ont été rejetées par le groupe, qui a tout mis sur le dos des services de renseignement syriens.

  • Syrie : Affrontements entre Kurdes et Assyriens à Qamishli - 23 avril 2016

    Imprimer

    Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 23 avril   2016
    Extrait de la newsletter publiée par Jean René Belliard le vendredi 22 avril sur les évènements du Moyen Orient, d’Afrique du Nord et du Sahel. La totalité de la newsletter est envoyée contre abonnement.
    Pour s’abonner, écrire à :

    ptolemee@belliard74.com

    Lire la suite