90è brigade de l'armée syrienne

  • Syrie :  Un drone inconnu cible une cargaison d'armes destinée aux milices pro-iraniennes

    Imprimer

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a rapporté que, ce jeudi matin, 11 février, un drone inconnu a pris pour cible une voiture transportant une cargaison d'armes en provenance d'Irak, près d'un passage illégal entre l'Irak et la Syrie, utilisé par les milices pour se déplacer entre les deux. pays ou acheminer des renforts. Le passage est situé près de la ville de Boukamal Dans la province orientale de Deir Ezzor.

    De violentes explosions ont éclaté dans la zone après que le véhicule chargé de munitions et d'armes ait été pris pour cible. Il n'y a encore aucune information sur l'ampleur des pertes humaines et matérielles.

    L'OSDH avait indiqué le 3 février que des bombardements israéliens avaient pris pour cibles  des fermes où étaient présentes des milices appartenant au Hezbollah libanais et à la résistance populaire pour la libération du Golan. Des positions  militaires de la 90ème  brigade blindée des forces du régime avaient également été prises pour cible. Ces positions, qui abritent également des milices pro-iraniennes, se trouvent dans la région de Habaria, dans la province de Quneitra, près des limites administratives du gouvernorat de Deraa. Les positions frappées ont été entièrement détruites..

    Il y a quelques jours, une nouvelle milice pro-iranienne est arrivée dans la ville de Boukamal , en provenance du gouvernorat d'Alep, dans le but de s'implanter dans la région et aux frontières avec l'Irak, selon ce qui a été rapporté par l'OSDH.

    La milice, baptisée "Régiment de Hajj Qassem Soleimani", a été créée il y a quelques mois dans les régions de Nubl et Zahraa dans la province d'Alep. Ses  membres, appartenant à la communauté chiite, sont arrivés à Boukamal, dans le but de renforcer les milices pro-iraniennes réparties dans le désert de Boukamal, jusqu'à la frontière syro-irakienne.

  • Syrie : Des sites militaires ciblés par des frappes aériennes dans la province de Quneitra

    Imprimer

    Les informations préliminaires indiquent qu'un certain nombre de sites militaires ont été ciblés par l'armée de l'air israélienne dans le gouvernorat de Quneitra, près de la frontière syro-israélienne. Des positions près de l'aéroport international de Damas ont également été prises pour cibles.

    Le groupe de surveillance L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a publié des données mises à jour: les cibles du Hezbollah et de la Résistance syrienne pour libérer le Golan ont été attaquées. Selon l'OSDH, des explosions ont également été entendues sur les positions de la 90e brigade de chars de l'armée Sirienne, où sont stationnées des milices pro-iraniennes. La destruction de postes d'observation dans la région d'Al-Habbariya dans la région de Quneitra, près de la frontière avec le gouvernorat de Dara'a, a également été signalée. Aucune victime n'a été signalée. 


    Au cours des deux dernières heures, des avions militaires iraniens ont été vus en train de décharger des armes en Syrie...cette attaque est soit une tentative israélienne d'empêcher le débarquement d'armes sophistiquée, soit une réponse aux tirs antérieurs du Hezbollah contre un drone israélien un peu plus tôt dans la journée.

    Après la reprise de contrôle du sud de la Syrie par le régime de Bachar al-assad, en 2018, Israël accuse la province de Quneitra d'êtr devenue une base importante pour la Force al-Qods, les forces spéciales du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran et les milices syriennes entraînées par le Hezbollah libanais.

    Information en cours d'investigation.

    EtVIzfDXYAIrJRK.png

     

  • Syrie : Huit combattants pro-Iraniens tués dans des frappes israéliennes

    Imprimer

    Au moins huit combattants étrangers rattachés à des milices pro-iraniennes, ont été tués dans des raids aériens nocturnes menés par Israël en territoire syrien, a rapporté mercredi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Les nationalités des combattants n'étaient pas connues dans l'immédiat, selon l'Observatoire. Les frappes ont visé notamment une position et un dépôt d'armes des forces iraniennes et de leur allié libanais, le mouvement du Hezbollah entre Damas et Quneitra.

    L'OSDH ajoute que le nombre de morts est susceptible d'augmenter car il y a des personnes gravement blessées.

    Les plus gros dégâts ont été infligés aux forces pro-iraniennes dans la région de Jabal al-Mani. Le quartier général de la milice «Résistance syrienne pour la libération du Golan», situé dans la zone de déploiement de la 90e brigade de l'armée syrienne, a été attaqué. Des attaques ont été lancées contre des cibles près du village de Ruhaina. Des frappes de Tsahal ont également été signalées sur des cibles proches des localités d'Al-Adliya, Al-Kharjilah et Dir Ali (près de Kiswah).

    Le journal syrien Al-Ouatan écrit que l'attaque israélienne visait des cibles sur la colline d'al-Mani, au sud de Quneitra.

    La télévision d'État syrienne affirme que certains des missiles israéliens ont été interceptés.

    Il s'agit de la 36e frappe de Tsahal contre des cibles en Syrie en 2020).

    L'armée de l'air israélienne a également largué des tracts dans le sud de la Syrie mettant en garde contre les activités de l'Iran et du Hezbollah.

    EnqfqTKVcAEKdMC.jpeg