7ème division de l'armée syrienne

  • Syrie : Tsahal attaque les forces pro-iraniennes près de Damas lors d'une réunion de commandants militants et militaires

    Imprimer

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a rapporté que l'armée israélienne avait tiré sur des cibles entre Zakia et Khan ash-Sheikh (à environ 15 km au sud-ouest de Damas et 20 km de la frontière israélienne). Vidéo.

    L'agence étatique syrienne SANA a rapporté qu'à 23h35 le 16 février, l'armée israélienne a attaqué des cibles dans la région de Zakia, au sud-ouest de Damas, avec des missiles sol-sol lancé depuis les hauteurs du Golan. Le commandement de l'armée syrienne a reconnu que l'attaque au missile israélien avait causé des dégâts, mais donné aucun détail sur d'éventuelles victimes.

    Selon des sources de l'opposition syrienne, deux objectifs des forces pro-iraniennes ont été attaqués. L'un des objectifs se trouvait à l'emplacement du soi-disant "régiment chimique" près  du quartier général de la 7e armée et dans la zone de déploiement du bataillon de défense aérienne.

    Selon l'OSDH, au moins un missile israélien a touché le quartier général de la 7e division de l'armée syrienne, au moment même où se déroulait une réunion de chefs des forces de sécurité des forces pro-iraniennes et de l'armée syrienne.

    Pour échapper aux frappes israéliennes, les instructeurs iraniens, les commandants des milices pro-iraniennes et du Hezbollah apparaissent généralement au sein des unités militaires syriennes sous la forme d'officiers de l'armée syrienne. Peine perdue ! Les services de renseignement israéliens connaissent tous les objectifs, petits et grands, y compris les entrepôts utilisés par les forces iraniennes et le Hezbollah sur territoire syrien. Les Israéliens reçoivent des informations opérationnelles à la fois d'agents en Syrie et d'agents à l'intérieur du Hezbollah, affirme l'OSDH. Selon Osama Suleiman, plus de 11 000 militants pro-iraniens opèrent dans le sud-ouest de la Syrie, de Quneitra à al-Sueida, bien que Damas ait déclaré que les forces iraniennes avaient été retirées du sud du pays.

    Il n'y a pas encore d'informations fiables sur les conséquences du bombardement. Mais l'OSDH rapporte que des ambulances ont été vues dans la région jusqu'à l'aube. Il est également à noter que quelques heures avant le bombardement, une circulation intense de véhicules avait été observée dans la zone.

     

     

     

     

     

  • Syrie : Israël menace un officier supérieur de l'Armée syrienne en raison de ses liens avec le Hezbollah

    Imprimer

    L'armée israélienne a lancé des tracts sur la région sud de la Syrie contenant une menace directe contre un haut responsable de l'armée arabe syrienne (AAS) , ont rapporté des sources de l'opposition le 7 janvier.
     
    Dans les tracts, l'armée israélienne a mis en garde le commandant de la 112 e brigade du 1 er corps de l'Armée syrienne , le général de brigade Basil Abu Eid, de coopérer avec le Hezbollah libanais. Selon les tracts, il mettrait  sa vie et celle de son entourage en danger.
     
    «Le Hezbollah a apporté la destruction et l'instabilité dans la région [du sud], à cause de cela, vous et l'armée en général en payez le prix», peut-on lire dans l'un des dépliants. «Il est temps pour le Hezbollah de quitter la Syrie, il est temps pour le Hezbollah de quitter la 112 e brigade.»
     
    La veille, une série de frappes israéliennes avait frappé des cibles dans le sud de la Syrie, notamment une base de la 112 e Brigade. Des sources à Daraa ont déclaré qu'un bâtiment situé à côté du bureau du général Eid avait été frappé.
     
    En octobre dernier, l'armée israélienne a lancé des tracts similaires, menaçant des commandants du 1 er corps, y compris le général  Eid. Et le 18 novembre, des frappes aériennes israéliennes avaient  détruit  le bureau personnel du général de division Akram Hawija, commandant de la 7 e  division du 1 er  Corps . Hawija était l'un des officiers nommés dans les tracts.
     
    Le 25 novembre, d'autres tracts avec des menaces contre les commandants et les soldats du 1 er corps avaient été largués dans la région sud.
     
    Les menaces israéliennes visent à intimider les officiers syriens et à les éloigner du Hezbollah. 

  • Syrie : L'armée israélienne frappe des cibles militaires iraniennes et syriennes

    Imprimer

    Mercredi soir 18 novembre, les forces de défense israéliennes ont attaqué des installations militaires en Syrie appartenant à la force iranienne al-Qods et à l'armée syrienne, a rapporté le service de presse de Tsahal.

    L'armée israélienne a annoncé avoir ciblé le "quartier général iranien" en Syrie, un "site secret" accueillant des "délégations de hauts responsables iraniens", la 7e division de l'armée syrienne et des batteries de missiles sol-air.

    Selon la déclaration de Tsahal, l'attaque a été menée en réponse au placement d'engins explosifs à la frontière avec Israël. Selon les renseignements israéliens, le sabotage a été préparé par des militants syriens, agissant sous la direction des Iraniens.

    "Ce que l'Iran et la Syrie ont fait: ils ont mis des engins explosifs improvisés près de la ligne Alpha pour frapper les troupes israéliennes. Ce que nous avons fait: nous venons de frapper des cibles de la Force iranienne Qods et des forces armées syriennes en Syrie", a écrit l'armée d'Israël sur Twitter.

    Le commandement de l'armée israélienne souligne que la responsabilité de toute tentative d'actions hostiles depuis le territoire syrien incombe au régime de Bachar al-Assad.

    "Nous espérons que le message est bien clair et qu'il est inacceptable pour le régime syrien de permettre, de tolérer et de faciliter l'usage par les forces iraniennes de la Syrie comme rampe de lancement pour des attaques contre Israël", a ajouté M. Conricus, précisant que les frappes s'étendaient de la frontière à la périphérie de Damas.

    Une source militaire syrienne a déclaré dans un communiqué: «Vers 3 h 11 ce jour-là, l'ennemi sioniste a lancé une agression aérienne en direction du Golan syrien occupé sur la région sud, et nos défenses aériennes l'ont affronté et ont détruit un certain nombre de missiles.

    L'agence d'État syrienne SANA a confirmé que des forces de défense aérienne avaient été déployées pour repousser l'attaque israélienne. Il est allégué que plusieurs missiles ont été abattus par la défense aérienne syrienne.

    Au moins dix combattants, parmi lesquels cinq Iraniens de la force al-Qods et quatre miliciens chiites libanais, ont été tués, selon des sources à Téhéran. La Force al-Qods est une unité d'élite des gardiens de la révolution iraniens chargée des opérations extérieures.

    Les frappes israéliennes ont visé deux positions de la défense antiaérienne de l'armée syrienne, près de l'aéroport de Damas et au sud-ouest de la capitale, a indiqué à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane. Les bombardements ont aussi visé des positions et des entrepôts d'armes et de munitions des forces iraniennes et pro-iraniennes près de la capitale, notamment dans les environs de Sayyidah Zeinab et Kiswah.

    A noter que la Russie refuse de fournir une couverture aérienne aux forces iraniennes.

    Images des objectifs visés :

    1697672.jpg

    Vidéo de la frappe israélienne