1ère division

  • Syrie : Israël a détruit des dépôts d'armes iraniennes récemment transférées à Alep depuis l'est de la Syrie

    Imprimer

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a fourni des détails sur l'attaque de l'armée israélienne contre l'aéroport international d'Alep. Selon l'OSDH, des entrepôts contenant des armes iraniennes livrées il y a à peine deux jours depuis l'est de la Syrie ont été détruits.

    Selon l'OSDH, "trois missiles israéliens" ont visé des entrepôts contenant des armes et munitions des milices iraniennes présentes autour de l'aéroport. "Un quatrième missile" est tombé dans l'enceinte de l'aéroport. La piste d'envol n'a pas été endommagée, précise l'OSDH, contrairement aux entrepôts. L'OSDH ajoute que des forces russes présentes au sein de l'aéroport d'Alep avaient été informées préalablement de ces frappes, comme en atteste leur état d'alerte 10 minutes avant. Les frappes ont déclenché des incendies et des explosions, sans faire de victimes.

    Les bombardements israéliens dans la région d'Alep sont plutôt rares. Les dernières frappes israéliennes signalées dans la région d'Alep remontent à septembre 2020 et juillet 2021. 

    Des entrepôts d'armes iraniennes ont également été détruits dans la région de Damas. Selon des sources locales, plusieurs missiles lancés depuis le lac de Tibériade ont visé des positions  à proximité de la première division de l'armée syrienne dans la région d'Al-Kiswah, au sud de Damas. D'autres explosions ont également été entendues à proximité de l'aéroport international de Damas.
    FbgreemXgAAL4Hf.png

    La circulation des armes s'explique par la volonté de les soustraire aux frappes américaines. Ces armes y ont été transportées ces derniers jours depuis la périphérie de Hama.  

    L'OSDH note que la précision et la rapidité des attaques israéliennes ne peuvent s'expliquer que par une seule chose : un agent israélien de haute qualité opère en Syrie.

    L'OSDH précise également que, malgré les intenses frappes israéliennes, causant des dommages importants aux infrastructures iraniennes, la République islamique et son satellite le Hezbollah s'abstiennent de bombarder le territoire israélien.