159e bataillon de l'armée nigeriane

  • Nigeria : L'Etat islamique (ISWAP) occupent la ville de Geidam pendant plusieurs heures 

    Imprimer

    Les combattants de l'État islamique de la province d'Afrique de l'Ouest (ISWAP) ont occupé la ville de Geidam dans le nord-est du Nigéria malgré les tentatives de l'armée d'en chasser les djihadistes.

    Geidam est l'une des principales villes de l'État de Yobe et est située près de la frontière avec l'État voisin de Borno et la République du Niger.

    L'armée de l'air nigériane est intervenue pour soutenir la contre-offensive militaire contre l'incursion des djihadistes qui a commencé vendredi soir 23 avril et s'est poursuivie samedi.

    Les troupes du 159ème bataillon déployées dans le secteur 2 de l'opération "Lafiya Dole" sont basées à Geidam.

    La riposte militaire contre les insurgés a été rendue difficlle en raison du fait que les islamistes s'étaient barricadés dans la ville, ce qui rendait difficile les frappes aériennes.

    Les insurgés arrivés à bord de plusieurs camions se sont déchaînés, détruisant des propriétés privées et publiques, y compris des moyens de télécommunication. Ils n'ont par contre fait aucun mal aux civils, selon les premières informations.

    Les djihadistes sont de retour dans la ville dimanche 25 avril
    De violents combats sont en cours entre les troupes nigérianes et les membres  de  l'État islamique (ISWAP) à Geidam. 

    Les islamistes s'étaient retirés de la ville  après l'avoir occupée plus de 24 heures à partir du vendredi 23 avril. Mais ils ont fait une nouvelle incursion, dimanche 25 avril.

    Un homme politique local a déploré que "la formation militaire qui y est stationnée ne se soucie pas de réagir à ce qui se passe ou de les contrer. L'armée est assise à l'ouest de la ville tandis que les islamistes se déplacent librement dans la ville, détruisant les structures gouvernementales et d'autres choses appartenant à notre peuple, attaquant ou harcelant des innocents expulsés de leurs maisons." 

    «Le seul mot que je puisse utiliser ici est que les gens sont impuissants dans leur patrie. C'est terrible », a-t-il ajouté.