Jean-René Belliard analyse le Proche-Orient

  • Mali : Attaque d'un Groupe Armé Terroriste à l'ouest de Tombouctou

    Imprimer

    Un militaire a été tué et plusieurs autres blessés lors d'une attaque visant la base de l'armée malienne dans le village d'Acharane, à environ 30 km à l'ouest de Tombouctou, à l'aube aujourd'hui.

    l'armée malienne a annoncé dans un bref communiqué avoir tué au moins quatre des assaillants et saisi leurs armes.

  • Syrie : L'armée arabe syrienne et les forces aérospatiales russes neutralisent 14 jihadistes de Daech au sud de Raqqa

    Imprimer

    Au moins 14 membres de l'Etat islamique ont été tués. Ces djihadistes avaient participé à la récente attaque contre la ville de Resafa dans le sud de la province de Raqqa, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) le 16 octobre.

    Selon l'OSDH, les jihadistes ont été tués lors d'affrontements avec l'armée arabe syrienne (AAS) et des frappes aériennes russes.

    L'AAS a repris toutes les positions qu'elle avait perdues lors de l'attaque, qui a eu lieu tôt le 15 octobre. Les avions de combat des Forces aériennes russes ont effectué plus de 40 frappes aériennes contre les islamistes qui avaient pris part à l'attaque de Resafa.

    L'attaque a été lancée depuis le mont al-Bishri qui longe la frontière administrative entre Raqqa et Deir Ezzor.

    Resafa est situé sur l'autoroute reliant Raqqa à Hama. Les jihadistes prévoyaient probablement de bloquer l'autoroute stratégique, qui est utilisée pour transporter du carburant du nord-est de la Syrie vers les zones contrôlées par le gouvernement.

    Malgré de lourdes pertes au cours des derniers mois, l'Etat islamique tente toujours d'étendre son influence dans le centre de la Syrie. L'insurrection du groupe jihadistes dans la région semble ne pas vouloir s'arrêter.

  • Somalie : Trois morts dans une explosion dans un poste de police du centre au centre du pays

    Imprimer

    L'explosion d'un explosif posé par des inconnus à l'intérieur d'un poste de police de Baldwini dans la région de Hiran, au centre de la Somalie, a fait au moins trois morts et trois blessés. Parmi les morts, on compte un responsable local et une femme. L'explosion a fait également quatre blessés, dont le chef du poste de police et le premier lieutenant Mohamed Mahmoud.

    On ignore comment l'explosif a été implanté, peut-être à cause de négligences sécuritaires dans le poste de police.

    L'attentat porte la marque des djihadistes al-shabab.

    Depuis des années, la Somalie mène une guerre contre le mouvement islamique al-Shabab. Ce mouvement armé fondé au début de 2004 et idéologiquement affilié à Al-Qaida et a mené de nombreux attaques et attentats qui ont fait des centaines de morts.

    Les combattants d'Al-Shabaab ont été chassés de Mogadiscio il y a dix ans, mais ils contrôlent toujours de vastes zones rurales

     

     

     

  • Syrie : Le chef de la police et un interrogateur de Hayat Tahrir ash-Sham tué par une frappe de précision de l'artillerie syrienne.

    Imprimer

    Samedi 16 octobre dans l'après-midi, l'armée arabe syrienne (AAS) a mené une série de frappes d'artillerie de précision sur la ville frontalière de Saramada, dans la région nord-ouest du Grand Edleb.

    Les frappes ont visé le poste de police principal de Hayat Tahrir ash-Sham et plusieurs autres positions du groupe djihadiste à Saramada, située dans le nord de la province d'Edlebe. La ville est connue pour être un bastion du groupe djihadiste et un centre économique de son front politique, appelé "gouvernement du salut".

    Selon des sources syriennes dans le Grand Edleb, quatre personnes ont été tuées et au moins 13 autres blessées par les frappes de l'AAS.

    Le chef de la police de HTS à Saramada, Mu'tazullah Suleiman, et Saad Eddine Berry, un "interrogateur" du groupe djihadiste, figurent parmi les personnes tuées dans les frappes. De plus, des sources syriennes pro-gouvernementales ont affirmé que la plupart des blessés étaient des combattants ou des policiers de HTS.

    Les frappes d'artillerie de précision auraient été menées avec des obus d'artillerie de 152 mm guidés par laser 2K25 Krasnopol de fabrication russe.

    La véritable cible des frappes pourrait être le chef du HTS, Abu Mohamad al-Joulani, qui aurait été aperçu dans la ville voisine d'Armanaz quelques heures plus tôt.

    L'AAS et ses alliés, principalement les forces aérospatiales russes, ont mené plusieurs frappes contre des cibles militaires, sécuritaires et économiques de HTS à Saramada au cours des deux dernières années.

    Les nouvelles frappes étaient probablement une réponse aux violations répétées du cessez-le-feu par HTS et ses alliés. 

    L'AAS et ses alliés se prépareraient à lancer une opération terrestre dans le Grand Edleb contre le groupe djihadiste.




     

     

  • Irak : L'armée turque neutralise 4 membres du PKK

    Imprimer

    Les forces turques ont neutralisé, samedi 16 octobre 2021, quatre membres de l’organisation indépendantiste kurde PKK dans le nord de l’Irak.

    Les combattants kurdes ont été neutralisés dans les zones des opérations Griffes-Eclair et Griffes-Tigre..

    Les opérations ont été soutenues par des hélicoptères militaires turcs ATAK.

    Lien permanent Catégories : Armée turque en Irak, IRAK, PKK 0 commentaire
  • République centrafricaine : Touadéra décrète un cessez-le-feu unilatéral et immédiat

    Imprimer

    Le président centrafricain, Faustin-Archange Touadéra, a décrété, vendredi 15 octobre, un « cessez-le-feu unilatéral » de son armée et ses alliés dans la guerre qu’ils mènent contre les rebelles.

    « Je viens vous annoncer ce soir la fin des opérations militaires sur l’ensemble du territoire national, à compter de ce jour à minuit », a annoncé vendredi soir le président Touadéra à la radio et télévision nationale.

    « Le cessez-le-feu unilatéral immédiat est la démonstration (…) de ma ferme volonté de privilégier la voie du dialogue » dans le règlement de la crise qui secoue la RCA depuis plusieurs mois, a souligné le président centrafricain.

    Selon Touadéra, ce cessez-le-feu unilatéral immédiat a aussi des raisons humanitaires car il permettra aux centrafricains des zones occupées par les rebelles et les autres groupes armés, d’accéder à l’aide humanitaire, aux services sociaux de base, de circuler et de vaquer librement à leurs occupations quotidiennes.

    Le président centrafricain a précisé que le cessez-le-feu immédiat ne fait pas obstacle à l’exercice aux forces de sécurité intérieure dans leurs missions régaliennes, notamment le maintien de l’ordre public et ces forces pourraient réagir en cas de « légitime défense » pour « protéger l’intégrité du territoire national et les institutions de la République contre toute forme de menaces ».

    D’après lui ce cessez-le-feu est un engagement pris par le gouvernement auprès des chefs d’État de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL).

    « Un engagement qui figure sur la feuille de route pour la paix, issue du dernier sommet de l’organisation sous-régionale. Les principaux leaders de la CPC, à l’exception de Nourredine Adam et Ali Darassa, respectivement leaders du FPRC et de l’UPC, ont signé l’engagement de cesser toute action armée sur le territoire national », a rappelé Touadéra.

    Il a appelé les leaders de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC ) et les représentants désignés et le gouvernement à prendre toutes les dispositions nécessaires pour le cantonnement, dans des meilleurs délais, des combattants des groupes rebelles.

    La déclaration d’un cessez-le-feu « n’est pas une décision facile à prendre », a reconnu Touadéra, mais il le faut pour « donner la chance à la paix, à la sécurité et au vivre ensemble » en RCA.

    La Centrafrique est le théâtre d’une guerre civile depuis le putsch qui a renversé François Bozizé en 2013.

    En décembre 2020, une partie des groupes armés qui occupaient alors plus des deux-tiers du pays, regroupés au sein de la Coalition des Patriotes pour le Changement (CPC), ont lancé une offensive pour empêcher la réélection de Touadéra.

    Depuis cette date les groupes rebelles combattent l’armée et ses alliés surtout à l’Ouest du pays.

  • République centrafricaine : l’Assemblée adresse ses "remerciements" aux paramilitaires russes du groupe Wagner

    Imprimer

    Le parlement centrafricain a adressé, vendredi 15 octobre 2021, une lettre de félicitation, d’encouragement et de remerciement aux paramilitaires russes pour leur bravoure dans leur « noble » mission en RCA.

    « L’Assemblée nationale vous adresse ses sincères félicitations pour votre bravoure ainsi que ses encouragements soutenus pour la poursuite de votre noble mission dont les résultats sont reconnus par le peuple que nous avons l’honneur de représenter à l’Assemblée Nationale », a déclaré le président du parlement, Simplice Mathieu Sarandji, en remettant un certificat de remerciement à Alexandre Ivanov, chef de la société de sécurité russe, Wagner.

    « Dans la lutte que mène depuis quelques années notre peuple, à travers nos forces armées Centrafricaines (FACA) et forces de Défense et de Sécurité (FDS), contre les terroristes véritables ennemis de la paix, les Interventions du Contingent Russe aux côtés de nos Forces ont été d’une grande efficacité dans la reconquête de la plupart des zones occupées par ces terroristes », a souligné le parlement centrafricain dans la lettre de félicitation remise aux paramilitaires russes.

    « Alexandre Ivanov remercie de tout cœur l'Assemblée Nationale, le gouvernement de la Centrafrique et le peuple centrafricain pour leur confiance. Le chef de la COSI (Communauté des officiers pour la sécurité internationale dont relève le groupe Wagner) a exprimé sa confiance que la coopération entre nos deux peuples ne fera que se renforcer », a souligné dans un tweet, la COSI.

    Alexandre Ivanov, chef de la Communauté des officiers pour la sécurité internationale et représentant des instructeurs russes en République centrafricaine est à Bangui depuis une semaine pour une visite de travail.

    Arrivée en République centrafricaine en 2018, Wagner a fait le plus parler d'elle ces dernières années notamment depuis les remous qui ont jalonné la dernière présidentielle de décembre 2020 et la multiplications des offensives rebelles visant le régime Touadéra.

    Assurant des formations au profit de l'armée mais aussi la garde rapprochée du président Faustin-Archange Touadéra, les mercenaires russes sont omniprésents et sont devenus un acteur politique à part entière dans l'ancienne colonie française.

    Selon Moscou, 450 mercenaires de Wagner seraient présents depuis 2018 sur le sol centrafricain.

    Récemment, les mercenaires russes du groupe Wagner ont été mis en cause par un rapport de CNN et du groupe d’investigation indépendant The Sentry affirmant que ceux-ci ont torturé, violé et assassiné une douzaine de civils à Bambari, dans le centre du pays.

    La semaine dernière, les députés centrafricains ont récusé ce rapport et le maire de la ville de Bambari avait fait de même.

    Alexandre Ivanov.jpegAlexandre Ivanov
    Alexandre Ivanov (photo cci-contre) se fait connaître en février 2021 à Bangui. Il rencontre des officiels centrafricains dont le ministre de la Sécurité intérieure. La presse favorable à la Russie, tels que Ndjoni Sango et Lengo Songo, s'en fait alors l'écho.

    Sur son profil et son parcours, rien ou presque sur Internet. Lunettes rectangulaires, barbe blanche, la soixantaine... Alexandre Ivanov n'a pas d'existence numérique, hormis les quelques articles dans lesquels il prend la parole. Parmi les rares images de lui, on peut le voir aux côtés de Maksim Chuagalei, un proche d’Evgueni Prigojine, présenté comme le principal financier de la société de paramilitaires Wagner.

    Alexandre Ivanov affirme être à la tête de l'organisation appelée « communauté des officiers russes » et revendique représenter les « instructeurs » russes présents en République centrafricaine. Sur son compte Twitter, actif depuis le mois de mars 2021 seulement, le COSI affirmait le 26 mars agir « ouvertement, en vertu d'un contrat officiel conclu dans le cadre de la coopération entre la Russie et la RCA ».

    Cependant, à Bangui, l'ambassade russe ne reconnaît pas cette personnalité comme étant le représentant des instructeurs officiellement envoyés par Moscou.

    Dans la presse malienne, Alexandre Ivanov assure que les « officiers » qu'il représente ont travaillé à la formation de l'armée centrafricaine, ont apporté une assistance tactique et à l'organisation logistique. « Je pense qu'un tel travail sera effectué au Mali », a-t-il assuré dans son interview à MaliActu.