13/11/2017

Syrie : Les Kurdes ont remis à la Russie des familles des jihadistes tchétchènes

Syrie 
Les Kurdes ont remis à la Russie des familles des jihadistes tchétchènes
(De notre correspondant en Russie, Leonid R.)
Les autorités kurdes du nord de la Syrie ont remis aux représentants de la Fédération de Russie des femmes et des enfants de jihadistes tchétchènes de l'État islamique.
Ils avaient été capturés pendant les combats de Raqqa. 
Au total, 13 femmes et 29 enfants ont été remis à la Russie. Ce sont tous des citoyens de la Fédération de Russie.
Selon les Kurdes, aucun d'entre eux n'a pris part aux hostilités. 
Des milliers de citoyens de pays européens, y compris des Russes, se sont battus dans les rangs de Daech.
L'écrasante majorité des jihadistes originaires de la Fédération de Russie sont originaires du Caucase du Nord. Beaucoup de dirigeants du groupe islamiste étaient originaires du Caucase 
Rappelons qu'un nombre important d'étrangers a été capturé par l'armée irakienne au cours des combats pour Mossoul. On estime à 1400 le nombre de femmes et d'enfants des jihadistes de Daech détenus par les forces irakiennes.
Ils sont gardés dans un camp situé au sud de Mossoul. 
La majorité des personnes détenues dans ce camp sont originaires de Turquie.
Cependant,il y a parmi elles  un nombre important de citoyens d'États de l'ex-URSS : Russes, Azerbaïdjanais, Kirghizes, Ouzbèkes. 

Jean René Belliard

ptolemee@belliard74.com

20/10/2017

Syrie : Entremise russe entre les Forces Démocratiques Syriennes (FDS) et le régime syrien pour réduire les tensions

Syrie 

Entremise russe entre les Forces Démocratiques Syriennes (FDS) et le régime syrien pour réduire les tensions
La situation évolue très vite en Syrie. Les Américains veulent-ils éviter une évolution à l'irakienne entre FDS et armée gouvernementale comme cela est le cas entre Peshmergas et forces irakiennes ? Ou bien les Kurdes syriens, ayant constaté que les Américains n'avaient pas bougé le petit doigt pour éviter qu'ils se fassent écraser par l'armée irakienne? toujours est-il que les militaires russes ont encore une fois profité du soudain refroidissement entre la Coalition internationale dirigée par les USA et les forces kurdes, majoritaires au sein des FDS, pour jouer leur propre partition.
Les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), jusqu'ici soutenues par les Etats-Unis, auraient remis le champ de pétrole de Tabiyah et ses installations voisines à l'armée loyaliste syrienne (AAS), suite à une visite de représentants syriens et russes dans la ville de Hassakah (Hasaké), contrôlée par les Kurdes des FDS. 
Selon les renseignements, des unités de l'Armée Arabe Syrienne (AAS), accompagnées de «Russes» non identifiés sont déjà entrées dans la zone pétrolière. Cependant, aucune photo ou vidéo confirmant ces affirmations n'est disponible en ligne. La situation reste donc encore incertaine. Dans le même temps, des rapports circulent selon lesquels des représentants des FDS pourraient se rendre, le 10 novembre, à une réunion organisée sur la base aérienne de Hmeimeim utilisée par les forces aériennes russes, dans la province de Lattaquié. Les parties sont conviées à discuter d'un certain nombre de questions pour parvenir à une désescalade des tensions entre l'AAS et les FDS.
Ces tensions se sont accrues depuis le mois de septembre, lorsque les FDS et l'AAS se sont lancées à une véritable course de vitesse dans la province de Deir ez-Zhor pour occuper les infrastructures pétrolières et gazières sur la rive orientale de l'Euphrate.
Et depuis le début de ces offensives concurrentes, les deux camps s'accusent mutuellement d'incidents qui pourraient conduire à un affrontement de grande échelle.
 
Jean René Belliard

 

25/08/2017

Syrie : L'Etat islamique inflige un revers à l'armée syrienne à l'est de la province de Raqqa

L'Etat islamique (Daech) a tué 34 membres des forces pro-régime lors d'une contre-attaque dans la province de Raqqa, a annoncé vendredi 25 août l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).
Selon cette ONG, les jihadistes ont repris de larges parts de territoire aux forces du régime de Bachar el-Assad dans l'est de la province de Raqqa.
L'armée syrienne cherche à progresser dans la province de Raqqa pour arriver dans celle voisine de Deir ez-Zhor, située à l'est du pays, et en chasser l'EI qui la contrôle presque totalement. Les jihadistes assiègent notamment depuis 2015 les forces progouvernementales et les civils dans la ville de Deir ez-Zhor.
Au mois d'août, les forces prorégime étaient arrivées jusqu'à la périphérie de Maadan, la dernière ville encore tenue par l'EI dans l'est de la province de Raqqa avant Deir ez-Zor.
Mais durant leur contre-attaque, les jihadistes sont parvenus jeudi 24 août à "repousser de 30 km les forces prorégime depuis la périphérie de la (ville) de Maadan", selon le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.
"Ils ont beaucoup progressé....et ont élargi la zone qu'ils contrôlent le long de la rive sud du fleuve Euphrate", a-t-il ajouté.
L'offensive des forces de Bachar el-Assad dans la province de Raqqa, soutenues par l'aviation russe est distincte d'une opération lancée depuis juin par les Forces démocratiques syriennes (FDS) - une coalition de groupes rebelles arabo-kurdes soutenue par les Etats-Unis-- pour prendre à l'EI la ville de Raqqa.
Les FDS affirment avoir chassé l'organisation jihadiste la plus redoutée au monde de 60% de la cité qu'elle contrôle depuis 2014.
Jeudi, dans une autre partie de la Syrie, les forces prorégime avaient réussi à encercler totalement les jihadistes de l'EI dans des régions désertiques. Cette bataille fait également partie de la vaste offensive menée sur plusieurs fronts pour reconquérir Deir ez-Zhor.

FDS
Après Raqqa, les FDS veulent poursuivre vers Deir ez-Zhor
Les Forces démocratiques syriennes (FDS), la coalition de groupes rebelles kurdes et arabes soutenue par les Etats-Unis, s'apprêtent à lancer une offensive dans la province de Deir ez-Zhor pour en chasser les jihadistes de l'Etat islamique (Daech), a annoncé un représentant des FDS.
L'opération débutera "dans les semaines qui viennent", en parallèle à la bataille de Raqqa, capitale autoproclamée du mouvement, a précisé Ahmed Abou Khaoula, chef du conseil militaire des FDS pour Deir ez-Zhor.
L'alliance dominée par les rebelles kurdes des Unités de protection du peuple (YPG) a lancé en juin l'offensive de Raqqa après plusieurs mois d'encerclement et de raids aériens de la coalition sous commandement américain.
Ahmed Abou Khaoula a ajouté que son unité, qui compte 4.000 hommes, se trouvait déjà sur place et avait "libéré" plusieurs localités.
Course de vitesse entre forces fidèles à Bachar al-Assad soutenues par Russes et Iraniens, et forces soutenues par les USA
Les forces gouvernementales syriennes soutenues par l'armée russe et les miliciens chiites du Hezbollah libanais mènent leur propre offensive dans la province qui est presque entièrement aux mains des jihadistes. Damas ne tient qu'une partie de son chef lieu et une base militaire.
L'annonce d'une offensive des FDS dans cette région est à inscrire dans la course de vitesse que se livrent les forces soutenues par l'Iran et les forces soutenues par les Etats-Unis pour le contrôle de la frontière irako-syrienne et les riches régions pétrolières de la région.
Des incidents ont déjà opposé forces loyalistes et forces spéciales américaines notamment à proximité de la base U.S. d'al-Tanf en Syrie, à proximité des frontières irakienne et jordanienne.

Lire la suite