YPG

  • Syrie : la Turquie suspend ses opérations militaires en Syrie pendant 120 heures

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe)

    Pence Erdogan.jpg

    Le vice-président américain Michael Pence et le président turc Recep Tayyip Erdoğan ont convenu que l’opération militaire menée par la Turquie dans le nord-est de la Syrie allait être suspendue.
    Selon le journal Middle East Eye, les combats seront suspendus pendant 120 heures pour permettre aux formations armées kurdes de quitter la « zone de sécurité ».
    Middle East Eye, citant des sources au sein du gouvernement turc, affirme que selon l’accord, les Américains vont aider les formations armées kurdes à quitter la zone frontalière, où une « zone de sécurité » sera créée. Ankara sera responsable de ce territoire.
    Le cessez-le-feu devrait entrer en vigueur dans les heures à venir.
    Le président américain Donald Trump a tweeté : « Excellentes nouvelles de Turquie. Il y aura une conférence de presse avec le vice-président Michael Pence et le secrétaire d’État Michael Pompeo dans un proche avenir. Merci, Erdogan ! Des millions de vies seront sauvées ! »

  • Daech renaît déjà de ses cendres

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais)

    (Foreign Affairs)
    La coalition militaire dirigée par les États-Unis a réussi à écraser en mars dernier le califat autoproclamé de l’État islamique. Il est remarquable qu’environ 2 000 soldats américains seulement ont pris part à cet effort, une infime fraction par rapport au nombre déployé en Irak ou en Afghanistan au plus fort de ces guerres. La clé du succès en Syrie réside dans le fait que les États-Unis ont opéré par, avec et à travers les milices locales, à savoir les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), dont l’épine dorsale était la milice kurde connue sous le nom d’unités de protection populaire (YPG).
    Pourtant, en un seul appel au président turc Recep Tayyip Erdogan, le président américain Donald Trump aurait donné son feu vert à une offensive turque contre ces mêmes partenaires kurdes, dont les liens étroits avec les militants kurdes en Turquie avaient longtemps irrité Ankara.
    Trump a ordonné le retrait des troupes américaines qui avaient entraîné et assisté les FDS dans le cadre de l’effort de la coalition contre Daech. La Turquie a maintenant lancé une campagne sanglante pour déloger les Kurdes de la frontière turco-syrienne. Les FDS sont occupées à se défendre et on peut être sûr que Daech, qui a fait preuve d’une capacité de résistance et d’adaptation, va savoir, comme toujours, exploiter le chaos. Les informations selon lesquelles des militants de Daech se seraient déjà évadés de prisons gardées par des Kurdes font craindre que l’extrémisme islamiste ne renaisse de ses cendres en Syrie.
    La réalité est que Daech et Al-Qaïda ont connu une résurgence avant même la décision de Trump de retirer ses troupes et l’invasion turque – Daech est barricadé en Syrie orientale et Al-Qaïda solidement installé à l’ouest du pays. Maintenant que les États-Unis s’apprêtent à se retirer, que les Kurdes sont occupés à combattre la Turquie et que le régime d’Assad et ses partisans poursuivent d’autres priorités, il ne reste aucune force pour contrer un renouveau extrémiste islamiste. La poursuite du conflit ne fera qu’alimenter la radicalisation, qui déstabilisera à nouveau la région et constituera une menace pour l’Europe, et même les États-Unis. Malheureusement, dans quelques années, la Syrie sera revenue au point où elle se trouvait avant la campagne militaire contre Daech : elle souffrira du chaos et du conflit, avec un terrorisme islamiste croissant.
    LA TEMPÊTE QUI S’ANNONCE
    Le dernier bastion du califat de l’Etat islamique, à Baghouz, en Syrie, est tombé aux mains des forces de la coalition en mars 2019. Mais même avant la chute de Baghouz, les dirigeants de Daech étaient déjà occupés à reconstituer leur groupe en tant que mouvement d'insurrection rurale. Des dizaines de milliers de combattants sont morts en défendant les bastions de l’ISIS dans la vallée de l’Euphrate, mais des milliers d’autres se sont retirés dans des refuges sûrs dans les campagnes syrienne et irakienne et ils ont survécu. Parmi eux se trouve le chef du groupe, Abu Bakr al-Baghdadi.
    L’Etat islamique a passé les derniers mois à se regrouper dans des sanctuaires ruraux, à mener des attaques de guérilla contre les patrouilles des FDS et à rassembler ses forces pour des attaques ultérieures contre des villes et villages importants. A Raqqa et Deir ez-Zor, des cellules clandestines de Daech recueillent des renseignements qui aideront le groupe à planifier des assassinats, des attentats suicides et des enlèvements. Ces opérations visent à éliminer les commandants compétents des FDS et à faire pression sur les chefs tribaux arabes pour qu’ils coopèrent avec Daech plutôt qu’avec les FDS. En bref, l’Etat islamique prépare le champ de bataille militairement, politiquement et psychologiquement pour pouvoir passer à l’offensive dès que la coalition dirigée par les États-Unis se retirera.
    Al-Qaïda est également en train de s’adapter et de se renforcer en Syrie occidentale. Le groupe a prospéré dans le chaos régnant dans la province d’Idlib, le dernier bastion de l’opposition, qui a été attaqué par les forces pro-régime plus tôt cette année. Autrefois le foyer d’un mélange de groupes modérés, durs et extrémistes, Idlib est maintenant un bastion des jihadistes salafistes, dominé par le groupe Hay’at Tahrir al Sham (HTS), ex-associé d’al Qaïda. Un groupe d’anciens combattants d’Al-Qaïda s’est séparé de HTS en 2017 pour former un nouveau groupe appelé Houras al-Din. Sous la direction du chef d’Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri, ce groupe se consacre d’abord et avant tout à attaquer l’Occident. Il a trouvé des recrues volontaires parmi les milliers de combattants idéologiquement alignés et aguerris à Idlib.
    Le régime d’Assad a aggravé la situation à Idlib en suivant ses vieux schémas offensifs depuis Homs, Alep et la banlieue de Damas. Avec l’appui de l’Iran et de la Russie, les forces d’Assad ont cherché à maximiser les pertes civiles afin de pousser la population à la soumission ou à l'exil. De telles tactiques ont donné lieu à des victoires à court terme sur les champs de bataille, mais à long terme, elles radicalisent la population locale et fournissent légitimité, sanctuaire et main-d’œuvre à Al-Qaïda. En outre, pour accroître la pression sur Idlib, les forces pro-régime ont dû réduire leurs opérations contre Daech dans le centre et le sud-est de la Syrie. La Russie a également concentré son attention sur Idlib, tandis que l’Iran et le Hezbollah sont plus préoccupés par la préparation d’une guerre potentielle avec Israël, ce qui donne à Daech un espace supplémentaire pour se regrouper.
    Daech et Al-Qaïda ont déjà profité du désengagement des États-Unis pour reprendre des forces. Dès le mois d’avril, après la chute du califat, les Etats-Unis ont réduit de moitié leur présence en Syrie à 1.000 hommes. Le Département de la Défense a rapporté en août que  "la réduction des forces américaines a diminué le soutien disponible pour les forces partenaires en Syrie " et que les FDS n’étaient plus en mesure de  "soutenir des opérations à long terme contre les militants de Daech" .
    Le soutien des États-Unis aux forces kurdes dans l’est de la Syrie, qui comprenait une formation spécialisée en matière de patrouille, de maintien de l’ordre, de gouvernance et de collecte de renseignements, va maintenant disparaître à mesure que les troupes américaines vont partir. Dans l’ouest de la Syrie, la situation est tout aussi désastreuse : des frappes aériennes américaines occasionnelles visaient des dirigeants d’Al-Qaïda à Idlib, avec l’aide de renseignements recueillis par des forces modérées sur le terrain. Mais les États-Unis ont cessé de soutenir les combattants de l’opposition en 2017 et n’ont depuis lors pas été en mesure de contrecarrer la prise de pouvoir par les jihadistes.
    L’ASCENSION DE L’EXTRÉMISME
    L’invasion de la Syrie par la Turquie fait de la résurrection de l’Etat islamique un fait accompli. L’objectif primordial d’Ankara est d’anéantir le proto-état kurde de Rojava dans le nord de la Syrie, qui est actuellement un rempart contre la domination de l’Etat islamique dans cette région. Face à une telle menace existentielle, la milice kurde YPG utilisera certainement ses liens étroits avec les militants kurdes en Turquie pour y intensifier l’insurrection kurde. Le YPG portera donc son attention non plus sur la lutte contre Daech mais sur la lutte contre la Turquie.
    Déjà, les FDS semblent incapables de sécuriser les milliers de combattants jihadistes qu’elles détiennent. Elles ne peuvent pas non plus garder les dizaines de milliers de membres des familles jihadistes dans le camp de réfugiés d’Al Hol soumis à une sécurité minimale et pratiquement sans soutien international. Si le chaos s’installe dans le nord-est de la Syrie dans les mois à venir, l’Etat islamique pourrait à nouveau s’emparer de pans entiers du territoire pour former un nouveau califat et envoyer des combattants au-delà des frontières non sécurisées pour mener des attaques terroristes.
    L’assaut turc a également contraint les FDS à conclure un accord avec Damas. Le régime d’Assad vise à réaffirmer sa souveraineté sur l’ensemble du territoire syrien et à prévenir de nouvelles incursions étrangères. En tant que tel, le gouvernement syrien partage avec les FDS le point de vue que la Turquie est l’ennemi commun, et les deux ont occasionnellement collaboré tout au long de la guerre civile. En 2016, à Alep, ils ont travaillé ensemble pour éliminer ce qui restait de l’opposition syrienne dans l’est de la ville. En échange d’un soutien du régime contre la Turquie, et peut-être d’un statut semi-autonome pour Rojava, le YPG pourrait être disposé à laisser Assad arborer le drapeau syrien et exercer son autorité nominale dans les villes sous contrôle kurde. Déjà, les Kurdes semblent prêts à céder au régime et aux forces russes le contrôle des villes de Manbij et de Kobani, au nord du pays, lieux de batailles cruciales contre Daech.
    Un tel accord devrait permettre à Daech de poursuivre sa renaissance. De nombreux Arabes sunnites de l’est de la Syrie se sont rebellés contre Assad et considèrent le YPG comme des usurpateurs. Pour cette population, une entente du YPG avec Damas sera mal reçue. Daech aura un nouveau récit à diffuser, se positionnant comme l’avant-garde de la résistance arabe sunnite, que ce soit contre les Turcs, les Kurdes, les Assyriens ou tout ceux dont on a parlé plus haut.
    Daech exploitera la frustration des Arabes sunnites pour obtenir le soutien de la population, peu importe ce que les FDS choisiront de faire. Avant l’invasion turque, les FDS, encouragées par les États-Unis, amélioraient leurs relations avec la population arabe sous leur contrôle. La campagne contre l’Etat islamique avait particulièrement dévasté les parties arabes de la région et les habitants de ces régions étaient sceptiques à l’égard du YPG, mais le groupe avait fait des progrès vers une gouvernance meilleure et plus inclusive. Cependant, au fur et à mesure que le YPG combattra la Turquie, ces efforts de gouvernance s’effondreront et la tension montera entre les factions kurdes, arabes et, éventuellement celles soutenues par le régime syrien. En 2013, lorsque les villes de Raqqa et Deir Ez-Zor se sont révoltées contre Assad, Daech a exploité l’anarchie qui en a résulté en se positionnant comme le seul groupe capable de fournir sécurité et justice. Tel sera probablement son plan aujourd’hui.
    TOUT FOUT LE CAMP
    Qui sera le grand gagnant de ce chaudron jihadiste une fois que les États-Unis se seront retirés ? La réponse est probablement personne. Après huit années de guerre,, l’armée syrienne manque de personnel et de motivation pour un autre combat. L’Iran et le Hezbollah sont également lassés de la guerre et ne seraient prêts à combattre un Etat islamique résurgent que si le groupe menace à nouveau des villes clés en Syrie occidentale et le long de la frontière libanaise. De plus, le fait de permettre à la menace jihadiste de se renforcer en Syrie permettra aux deux puissances chiites de justifier le maintien d’une présence antiterroriste sur place, alors que leur but réel est de préparer un conflit avec Israël.
    La Russie n’est pas non plus très incitée à s’attaquer à un renouveau jihadiste. Le président russe Vladimir Poutine veut surtout devenir le médiateur indispensable du Moyen-Orient. Il se soucie peu des flux de réfugiés, de l’extrémisme croissant et de l’instabilité régionale. Au contraire, plus la Syrie devient précaire, plus Poutine aura d’influence dans la région.
    Les responsables militaires et du renseignement russes ont compris que les tactiques militaires brutales du régime Assad radicalisaient les sunnites et les poussaient vers des groupes tels que l'Etat islamique et Al-Qaeda. Mais pour Moscou une victoire par les armes du régime de Bachar al-Assad était la priorité. Pour les Russes, la croissance de groupes terroristes islamistes était plutôt un problème pour ses adversaires - l'Europe et les États-Unis - que pour elle-même.
    Après des décennies de participation des États-Unis à des conflits au Moyen-Orient qui ont fait d'innombrables victimes, épuisé les ressources économiques et fait des États-Unis une puissance occupante, les Américains craignent à juste titre de s'enliser dans des guerres interminables ou de contribuer à l'édification d'une nation intenable. Mais la coalition dirigée par les États-Unis qui a renversé le califat territorial de l'Etat islamique plus tôt cette année a été parmi les opérations militaires les plus efficaces et les plus rentables de l'histoire.
    Malheureusement, non seulement l'administration Trump a jeté aux oubliettes ses gains durement gagnés en retirant les troupes américaines et en abandonnant ses partenaires kurdes, mais elle a garanti la résurgence d'une menace extrémiste dans la région, en Europe et aux Etats-Unis. Bientôt, les États-Unis devront tenir compte des conséquences désastreuses de cette décision.

    Plus d'articles sur notre site web Frontlive-Chrono

  • Frontlive-Chrono: Récapitulatif des principaux évènements du Moyen Orient, Afrique du nord et Sahel du 29 mars 2019

    Imprimer

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le vendredi 29 mars 2019.


    Les principales informations à suivre ce vendredi 29 mars sont les manifestations en Algérie contre l’extension du mandat de Bouteflika, devenues rejet du régime tout entier et la commémoration du premier anniversaire de la « marche du retour » à Gaza. 


     FRANÇAIS

    • Algérie: Vendredi 29 mars – journée de manifestations de masse – Abonnés
    • Etats-Unis: Un nouveau général à la tête des opérations du Pentagone au Moyen-Orient (Centcom) – Abonnés
    • Gaza : « Marche des millions » – Abonnés
    • Syrie : Plus de 50 jihadistes de l’État islamique tués par des frappes aériennes à Baghouz – Abonnés

     

    ENGLISH

    • Algérie: Vendredi 29 mars – journée de manifestations de masse – Abonnés
    • Etats-Unis: Un nouveau général à la tête des opérations du Pentagone au Moyen-Orient (Centcom) – Abonnés
    • Gaza : « Marche des millions » – Abonnés
    • Syrie : Plus de 50 jihadistes de l’État islamique tués par des frappes aériennes à Baghouz – Abonnés

     

    DEUTSCH

    • Algerien: Freitag, 29. März – Tag der Massendemonstrationen – Abonnenten
    • Gaza: „Millionenmarsch“ – Abonnenten
    • Syrien: Über 50 Kämpfer des islamischen Staates getötet durch US-geführte Luftangriffe in Baghouz – Abonnenten
    • US Marine Corps General McKenzie ersetzt den pensionierten General Votel als CENTCOM Commander – Abonnenten

     

    ESPAÑOL

    • Argelia: Viernes 29 de marzo – día de las manifestaciones masivas – Suscriptores
    • Estados Unidos: Un nuevo general al frente de las operaciones del Pentágono en Oriente Medio (Centcom) – Suscriptores
    • Gaza: ” Marcha de millones “ – Suscriptores
    • Siria: Más de 50 yihadistas del Estado Islámico muertos en ataques aéreos en Baghouz – Suscriptores

     

    ITALIANO

    • Algeria: Venerdì 29 marzo – giorno delle manifestazioni di massa – Abbonati
    • Gaza: “marcia di milioni” – Abbonati
    • Siria: Più di 50 jihadisti dello Stato islamico uccisi da attacchi aerei a Baghouz – Abbonati
    • Stati Uniti: un nuovo generale a capo delle operazioni del Pentagono in Medio Oriente (Centcom) – Abbonati

     

    NEDERLANDS

    • Algerije: Vrijdag 29 maart – dag van de massademonstraties – Abonnees
    • Gaza: “Miljoen mensenmars” – Abonnees
    • Syrië: Meer dan 50 islamitische staatsmilitanten gedood door Amerikaanse luchtaanvallen in Baghouz – Abonnees
    • US Marine Corps General McKenzie vervangt aftredend generaal Votel als CENTCOM-commandant – Abonnees

     

    POLSKI

    • Algieria: piątek 29 marca – dzień masowych demonstracji – Subskrybenci
    • Gaza: „Marsz milionów” – Subskrybenci
    • Syria: Ponad 50 bojowników Państwa Islamskiego zabitych w strajkach lotniczych w USA w Baghauz – Subskrybenci
    • USA: Generał Mackenzie zastępuje generała Votela na stanowisku dowódcy CENTCOM – Subskrybenci

     

    PORTUGUÊS

    • Argélia: Sexta-feira, 29 de Março – dia das manifestações de massas – Assinantes
    • Estados Unidos: Um novo general à frente das operações do Pentágono no Médio Oriente (Centcom) – Assinantes
    • Gaza: ” Marcha de milhões” – Assinantes
    • Síria: Mais de 50 jihadistas do Estado Islâmico mortos por ataques aéreos em Baghouz – Assinantes

     

    РУССКИЙ ЯЗЫК

    • Алжир: Пятница 29 марта — день массовых демонстраций — Подписчики
    • Газa: «марш миллионов» — Подписчики
    • США: Генерал морской пехоты США Маккензи заменяет генерала Votel на посту командующего ЦЕНТКОМа. — Подписчики
    • Сирия: Более 50 боевиков Исламского государства, убитых в результате авиаударов США в Багхаузе — Подписчики

    ptolemee@belliard74.com