21/10/2018

Arabie saoudite: Derniers développements de l’affaire Khashoggi et analyse de Frontlive-Chrono

PAR JEAN-RENÉ BELLIARD LE 

Traduit en Anglais

L’Analyse de Frontlive-Chrono

Mohamed Ben Salmane.jpgLe prince Mohammad Ben Salmane (MBS) fait partie de ces jeunes héritiers de régimes particulièrement  autoritaires (comme Kim Jong Un en Corée du Nord) qui ont été élevés à « l’occidentale » et qui ont hâte de réformer leur pays tout en assurant leur pouvoir. Ils ont tous un point commun. Ils veulent être reconnus comme les dirigeants d’un soi-disant « nouveau monde » par opposition à l’ancien.
Intelligent et « nice looking », le prince Ben Salmane est particulièrement soucieux de son image de « réformateur éclairé et moderne » en Occident. La libéralisation « sociologique » au profit des femmes (autorisation de conduire, d’assister à des matchs sportifs), le projet d’un grand consortium balnéaire comme on en trouve sur toutes les plages paradisiaques à travers le monde ont séduit les pays occidentaux dans un premier temps.
Mais depuis sa nomination comme prince héritier en juin 2017, Mohammad ben Salmane s’est très vite retrouvé au centre de plusieurs controverses . Parallèlement à la série de réformes et une politique de modernisation à mettre à son crédit, la répression contre les dissidents, notamment des religieux, des intellectuels ou des féministes, s’est accentuée.
En septembre 2017, les autorités saoudiennes ont arrêté une vingtaine de personnes, dont des prédicateurs influents et des intellectuels.
Le 4 novembre 2017, une vaste campagne anticorruption a été lancée sous l’impulsion de « MBS ». Un hôtel de luxe de Riyad servira pendant trois mois de « prison dorée » pour des dizaines de princes et hauts responsables au centre d’une purge. Nombre des suspects, dont le prince milliardaire Walid ben Talal, sont libérés après des « arrangements » financiers mirobolants avec les autorités.
Le 4 novembre 2017, le Premier ministre libanais Saad Hariri annonçait, à la surprise générale, sa démission depuis Riyad, accusant le mouvement armé Hezbollah et l’Iran de « mainmise » sur son pays. L’Arabie saoudite est accusée d’avoir forcé M. Hariri à quitter ses fonctions et de le retenir contre son gré. Il faudra l’intervention de la France pour trouver une porte de sortie. Saad Hariri rentrera au Liban trois semaines plus tard, et renoncera à démissionner.
Toutes ces purges obéissaient en fait à un objectif: asseoir l’autorité du « jeune prince » que certains, au sein  du régime, cherchaient évidemment à lui disputer. Mais, comme on sait, le nerf de la guerre, ou de la puissance, c’est l’argent. Les purges avaient également pour objectif de redonner au pouvoir les moyens financiers que ces princes ou ces richissimes hommes d’affaires avaient acquis au détriment du régime, si l’on en croit les accusations des autorités saoudiennes. On parle de contrats avec de puissantes sociétés annulés et transférés à d’autres appartenant à des proches du prince Ben Salmane, notamment dans le domaine de la construction.
En ce qui concerne l’affaire Khashoggi, ce qu’on sait, c’est que M. Khashoggi s’était exilé aux Etats-Unis en 2017 par crainte d’une arrestation après avoir critiqué plusieurs décisions de Mohammad ben Salmane. Il était également un opposant de l’intervention militaire de Riyad au Yémen.
Le problème est que ce journaliste saoudien écrivait notamment pour le Washington Post et critiquait les agissements et décisions du « jeune prince » dans des médias américains de tout premier plan. Il s’agissait là d’un crime de « lèse-majesté » particulièrement grave, car il contrariait singulièrement les aspirations du prince Ben Salmane à apparaître aux yeux de l’Occident en général et des Etats-Unis en particulier comme le dirigeant « éclairé » de ce fameux « nouveau monde » qu’on nous promet, et pas seulement à Riyad, sans qu’on en voit réellement le début d’une apparition.

L’identité des deux hauts responsables saoudiens limogés renforce les soupçons sur l’implication de MBS
L’Arabie saoudite a limogé samedi deux des principaux collaborateurs du prince héritier Mohammad ben Salmane après avoir admis que le journaliste Jamal Khashoggi avait été tué dans son consulat d’Istanbul.
Le général Ahmed al-Assiri, chef adjoint du renseignement saoudien, et Saoud al-Qahtani, conseiller « médias » à la cour royale, faisaient tous deux partie du cercle rapproché du prince Mohammad Ben Salmane, surnommé MBS. Leur limogeage s’est accompagné de l’arrestation de 18 suspects saoudiens.

Général Ahmad al-Assiri.jpgAhmed al-Assiri
Âgé d’une soixantaine d’années, le général Assiri était un conseiller de haut rang proche de la cour royale et assistait souvent aux réunions à huis clos du prince héritier avec des dignitaires étrangers en visite dans le royaume. Avant d’être promu chef adjoint du Renseignement général en 2017, le général Assiri était le porte-parole de la coalition militaire intervenant au Yémen depuis 2015 contre les rebelles houthis soutenus par l’Iran.
Parlant couramment le français, l’anglais et l’arabe, il avait acquis à l’étranger la réputation de harceler les journalistes dont les articles critiquaient les « bavures » saoudiennes au Yémen. Au printemps 2017, il avait été la cible d’un jet d’oeuf lors d’une conférence à Londres et le gouvernement britannique s’était excusé pour cette « agression ».
Le quotidien panarabe à capitaux saoudiens al-Hayat a qualifié le général Assiri -formé à la prestigieuse école militaire française Saint-Cyr- de « pilote saoudien le plus connu au monde ».
Avant son limogeage samedi, le New York Times avait rapporté que l’Arabie saoudite attribuerait la responsabilité de la disparition de Khashoggi au général Assiri pour tenter de dédouaner MBS.

Saoud al-Qahtani
Homme-clé de l’entourage du prince héritier, Saoud al-Qahtani était jusqu’à samedi conseiller « médias » à la cour royale. Il a organisé des interviews avec MBS pour des journalistes étrangers et a également dirigé le « Centre d’études et d’affaires médiatiques », une unité opérant au sein de la cour royale.
Selon des sources saoudiennes, M. Qahtani, 40 ans, a animé des campagnes de propagande en ligne contre les adversaires du royaume, comme le Qatar et l’Iran. Avec 1,3 million d’adeptes sur Twitter, ce haut responsable était connu pour ses messages hostiles aux dissidents et à ses rivaux.
Dans un article paru dans le Washington Post au début de l’année, Jamal Khashoggi affirmait que Qahtani entretenait une « liste noire » pour les journalistes critiques du royaume et qu’il était connu pour les intimider.
Dans une interview posthume publiée vendredi par le magazine Newsweek, Khashoggi a qualifié M. Qahtani et un autre haut responsable saoudien, Turki al-Cheikh, de « voyous ». « Les gens les craignent. Vous les défiez, vous risquez de finir en prison, et c’est ce qui s’est passé », a déclaré feu Jamal Khashoggi. Il a qualifié M. Qahtani d' »homme le plus important dans les médias », affirmant qu’il contrôlait les activités de relations publiques du gouvernement saoudien.
L’an dernier, M. Qahtani a écrit sur Twitter: « Je ne fais rien de mon propre chef, sans des ordres. Je suis l’employé et l’exécuteur de mon roi et de mon prince héritier ». 

Lire la suite

27/09/2017

Arabie saoudite : Le roi Salmane autorise les Saoudiennes à conduire

Arabie saoudite 
saoudiennes
Le roi Salmane autorise les Saoudiennes à conduire
Roi Salmane 
Décision historique en Arabie saoudite : le seul pays au monde qui interdisait aux femmes de conduire, va finalement les autoriser à prendre le volant, selon un décret royal. Le roi Salmane a ordonné "de permettre de délivrer des permis indifféremment aux hommes et aux femmes", indique le décret publié mardi soir 26 septembre par l'agence officielle SPA.
Avant d'abolir l'interdiction de conduire, le souverain saoudien a pesé les "inconvénients de l'interdiction et ses avantages", précise le décret. Selon lui, "la majorité des grands oulémas (les docteurs de la foi) était en faveur d'une mesure permettant aux femmes de conduire", marquant ainsi un infléchissement, ces derniers s'y étant vivement opposés dans le passé. L'interdiction de conduire était l'une des mesures les plus symboliques de la discrimination envers les femmes au sein du royaume wahhabite. 
Le décret ordonne la formation d'un organe ministériel consultatif dont l'avis sera rendu dans les 30 jours et précise que la mesure entrera en vigueur d'ici juin 2018, selon l'agence de presse SPA. 
Vent de changement
Cette décision intervient alors qu'un vent de changement souffle depuis quelques mois sur le royaume.
À l'occasion de la 87e fête nationale saoudienne, célébrée le 23 septembre, les autorités ont par exemple décidé cette année d'ouvrir les portes des stades aux femmes. Jusqu'ici, les femmes n'étaient pas admises dans les stades en application de la règle de séparation entre les sexes dans les espaces publics. Samedi dernier, hommes et femmes ont dansé dans la rue au rythme de percussions et de musique électronique, des scènes inédites dans un pays connu pour la ségrégation des sexes et une vision austère de l'islam.
En mars dernier, le royaume avait déjà permis aux femmes d'effectuer certaines démarches administratives seules. Elles peuvent désormais chercher du travail, s'inscrire à l'université de leur propre chef, et les femmes divorcées ont le droit d'être titulaires d'une carte d'identité propre, ce qui n'était pas le cas auparavant. Et en juillet, des militants des droits de l'Homme se sont félicités d'une décision du ministère de l'Éducation permettant aux jeunes filles de faire du sport dans les écoles publiques. Autre décision marquante : il y a deux ans, les Saoudiennes avaient obtenu le droit de voter et de se présenter aux élections municipales.
L'interdiction de conduire - un handicap dans la vie quotidienne
L'interdiction de conduire représentait non seulement un véritable handicap dans la vie quotidienne des femmes, mais freinait également l'économie saoudienne dans son ensemble puisqu'en pratique, les femmes étaient dépendantes d'un membre masculin de leur famille ou d'un chauffeur pour se rendre sur leur lieu de travail. Par conséquent, certaines préféraient renoncer purement et simplement à la vie active.
En novembre 2016, le prince et milliardaire saoudien Al-Walid ben Talal, connu pour son franc-parler, avait lancé un vibrant appel pour que les femmes obtiennent enfin le droit de conduire en Arabie saoudite. Il avait parlé du "coût économique" du fait que les femmes dépendent, pour se déplacer, de chauffeurs privés "étrangers" ou de taxis. Et si un mari trouve le temps de conduire son épouse, cela suppose qu'il s'absente de son travail, réduisant sa productivité, avait-il déploré.
Le programme "Vision 2030" du prince héritier Mohammad Ben Salmane
Le prince héritier Mohammad Ben Salmane 
Toutes ces réformes sont à placer dans un cadre plus large et plus structuré, celui de la « Vision 2030 », ambitieux programme de diversification économique dévoilé en 2016 et porté par le jeune prince héritier Mohammad ben Salmane (32 ans), fils du roi Salmane, visant à orienter le royaume vers une société de connaissance plutôt que de rester cloîtré dans une économie uniquement fondée sur les pétrodollars. Et pour ce faire, les tenants du pouvoir semblent être de plus en plus conscients de l'importance du rôle de la femme, ce qui les conduit, certes lentement, à déblayer le terrain pour lui permettre de se poser en véritable citoyenne.
Il reste que pour voyager, elles sont toujours contraintes d'obtenir l'aval d'un tuteur. De plus, le port de l'abaya en public demeure également un handicap physique, qui limite leur liberté de mouvement.  
 
Jean René Belliard