Vladimir Poutine

  • Russie: Attentat déjoué à Saint-Pétersbourg – Un suspect avait prêté allégeance à Daech

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)

    L’un des deux suspects d’un projet d’attentat déjoué à Saint-Pétersbourg avec l’aide de Washington avait prêté allégeance au groupe Etat islamique , ont annoncé lundi les services de sécurité russes (FSB).
    Une vidéo diffusée par le FSB montre l’arrestation vendredi des deux personnes, d’apparence slave, et la perquisition de leur appartement où sont visibles des munitions, des armes blanches, des fils électriques et des vêtements noirs.
    Les services russes ont indiqué dans un communiqué que les deux hommes, dont les noms n’ont pas été rendus publics, ont reconnu leur culpabilité. Une enquête a été ouverte pour « participation à une entreprise terroriste ».
    Une vidéo diffusée par le FSB aux agences russes montre également une personne, le visage masqué, prononçant un serment d’allégeance en arabe. Il s’agit de l’un des deux suspects, selon le FSB.
    Ce projet d’attentat dans la deuxième ville de Russie a été déjoué, selon Moscou, grâce à des renseignements transmis par les Etats-Unis. Le président Vladimir Poutine a remercié dimanche lors d’un entretien téléphonique son homologue Donald Trump.
    Selon le FSB, les deux personnes arrêtées voulaient commettre ces attaques dans « des endroits très fréquentés » à Saint-Pétersbourg, l’ancienne et touristique capitale impériale, lors des vacances et célébrations du Nouvel An.
    Bien qu’opposés farouchement sur de nombreux dossiers internationaux, Moscou et Washington pointent régulièrement leur volonté réciproque de lutter contre le terrorisme.
    En décembre 2017, un attentat de l’EI visant la très touristique cathédrale Notre-Dame-de-Kazan de Saint-Pétersbourg avait déjà été déjoué grâce à des informations transmises par le renseignement américain. Le Kremlin avait vanté un « cas exemplaire » de coopération.

  • Russie: Une cellule de l’Etat islamique démantelée

    Imprimer

    PAR JEAN-RENÉ BELLIARD LE 

    L'article est paru en Anglais, Allemand, NéerlandaisRusse

    Six membres d’une cellule de l’Etat islamique qui s’apprêtaient à commettre des attentats à Moscou ont été arrêtés, annonce le Service de sécurité fédéral (FSB) dans un communiqué repris par les agences de presse russes. Ils recevaient leurs ordres de jihadistes originaires d’Asie centrale basés en Syrie et avaient prévu d’agir à l’aide d’armes à feu et d’engins explosifs artisanaux, précise-t-il.
    La veille, le président russe Vladimir Poutine avait déclaré qu’au cours des neuf premiers mois de l’année, les agents du FSB avaient réussi à prévenir 26 crimes de nature terroriste, dont 15 actes terroristes.

     

    Lire la suite

  • Syrie: Les Turcs se retireront de Syrie quand les Syriens auront voté, déclare Erdogan

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) arالعربية (Arabe) esEspañol (Espagnol)itItaliano (Italien)

    Les forces turques ne se retireront pas du nord de la Syrie tant qu’il n’y aura pas eu d’élections démocratiques dans ce pays, a déclaré jeudi le président turc, Recep Tayyip Erdogan.
    « Lorsque le peuple syrien se prononcera par voie d’élections, nous rendrons la Syrie à ses propriétaires », a-t-il dit lors d’un forum à Istanbul.
    Recep Tayyip Erdogan, dont les troupes sont intervenues en appui à des rebelles syriens pro-turcs dans le nord de la Syrie face à des milices kurdes et face aux jihadistes du groupe Etat islamique, est convenu en septembre avec son homologue russe, Vladimir Poutine, de créer une zone démilitarisée entre les lignes gouvernementales et les lignes rebelles dans le Nord syrien dans la province d’Idleb (nord-ouest).
    La Turquie est également très présente dans la région nord-ouest d’Afrin et plus à l’est, autour de Jarablus, d’où elle a chassé les forces kurdes du YPG, qu’Ankara considère comme une organisation terroriste. La semaine dernière, Erdogan a suggéré d’étendre davantage la présence militaire de la Turquie en créant des « zones de sécurité » à l’est de l’Euphrate.
    M. Erdogan a également déclaré jeudi que la Turquie ne rencontrait aucune difficulté à organiser des pourparlers avec les groupes radicaux à Idlib, le dernier grand bastion tenu par les rebelles hors du contrôle du président syrien Bachar al-Assad.
    Hayat Tahrir al-Sham, l’ancienne branche d’Al-Qaïda en Syrie, lorsqu’il utilisait le nom de Front al-Nosra, est l’alliance jihadiste la plus puissante dans la province d’Idlib. La Turquie l’a désignée organisation terroriste en août 2018, conformément à une décision des Nations Unies en juin.
    En vertu de l’accord conclu par Erdogan et le président russe Vladimir Poutine lors d’un sommet à Sotchi, toutes les factions dans la zone tampon prévue doivent remettre leurs armes lourdes avant le 10 octobre et les groupes radicaux doivent se retirer avant le 15 octobre.
    Jeudi, Erdogan a déclaré qu’en plus des 12 points d’observation que la Turquie maintient dans la région, la Russie en a 10 et l’Iran en a six.
    Mercredi, le parlement turc a voté la prolongation d’une année supplémentaire d’un mandat qui permet aux militaires d’intervenir en Irak et en Syrie lorsqu’ils sont confrontés à des menaces à la sécurité nationale, notamment pour combattre les rebelles kurdes, les militants du groupe étatique islamique et les autres groupes que la Turquie considère comme terroristes.
    Il fait suite au ministre syrien des Affaires étrangères qui a dénoncé samedi les forces américaines, françaises et turques opérant dans son pays en tant que  » forces d’occupation  » et a exigé qu’elles partent immédiatement.

    Lire la suite