Syrie

  • Syrie: les forces du régime entrent dans la ville clé de Khan Cheikhoun et bombardent une colonne blindée turque

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)

    Les forces du régime syrien sont entrées dimanche dans la ville clé de Khan Cheikhoun, dans la province d’Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie dominé par les jihadistes, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).
    « Les forces du régime sont entrées à Khan Cheikhoun pour la première fois depuis qu’elles en avaient perdu le contrôle en 2014 », a indiqué Rami Abdel Rahmane, le directeur de l’OSDH, alors que les combats entre forces du régime et jihadistes se poursuivaient.
    La majeure partie de la province d’Idleb et des segments des provinces voisines d’Alep, de Hama et de Lattaquié échappent toujours au contrôle du régime de Bachar el-Assad, huit ans après le début de la guerre.
    La région d’Idleb, dominée par le groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche syrienne d’el-Qaëda) et abritant quelques groupes rebelles, est la cible depuis fin avril de bombardements quasi quotidiens du régime et de son allié russe.
    Depuis quelques jours, les forces prorégime, soutenues par l’aviation russe, avancent sur le terrain et étaient aux portes de Khan Cheikhoun qui est située sur une autoroute clé qui traverse Idleb et relie Damas à Alep, deux villes sous contrôle gouvernemental.
    « Les forces du régime ont progressé dans des quartiers du nord-ouest de la ville et ont pris le contrôle de plusieurs bâtiments mais des affrontements violents se poursuivent », a ajouté Rami Abdel Rahmane.
    Les combattants jihadistes et rebelles ont opposé une « résistance féroce » aux forces prorégime et ont « eu recours à des attaques suicides » pour repousser leur avancée, a précisé le directeur de cette ONG qui dispose d’un vaste réseau de sources en Syrie.
    Aujourd’hui quasiment vidée de ses habitants, Khan Cheikhoun abritait environ 100.000 personnes avant le début de l’escalade militaire en cours, dont une majorité de déplacés venus d’autres régions, notamment de la province voisine de Hama.
    Depuis fin avril, au moins 1.400 combattants jihadistes et rebelles et plus de 1.200 combattants prorégime sont morts dans les affrontements à Idleb, selon l’ONG.
    Depuis fin avril, plus de 860 civils ont péri dans les bombardements, selon l’OSDH. Et plus de 400.000 personnes ont été déplacées dans cette région de trois millions de personnes, selon l’ONU.
    Un accord sur une « zone démilitarisée » dans la région d’Idleb conclu en septembre 2018 par Ankara, parrain des rebelles, et Moscou, n’a été que partiellement appliqué, les jihadistes ayant refusé de se retirer.
    Damas dénonce l’envoi d’un convoi armé turc vers une ville clé de la région d’Idleb

    convoi turc.jpeg

    Damas a dénoncé lundi l’envoi par la Turquie d’un convoi militaire « chargé de munitions » dans le sud de la province d’Idleb, au lendemain de l’entrée des troupes prorégime dans la ville clé de Khan Cheikhoun.
    « Des véhicules turcs chargés de munitions (…) ont pris la direction de Khan Cheikhoun pour secourir les terroristes (…), ce qui confirme encore une fois le soutien apporté par le régime turc aux groupes terroristes », a déploré une source au ministère syrien des Affaires étrangères, citée par l’agence officielle Sana. De son côté, l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) a fait état de raids russes et syriens non loin du convoi pour l’empêcher de poursuivre son chemin.
    Les armées de l’air russe et syrienne tentent de bloquer le convoi
    Une vidéo mise en ligne sur les sites Web montre le convoi militaire turc, qui comprend des chars, des BMB et des véhicules blindés sur la route internationale près de la ville de Ma’aret al-Nu’man, dans la province d’Idlib et se dirigeant vers le sud.
    Les informations ont confirmé que les avions de combat du régime syrien ont pris pour cible un convoi de la « légion al-Sham » soutenue par la Turquie, qui attendait convoi turc dans la ville de Maaret al-Numan, dans la province d’Idlib. Un membre de la Légion al-Sham a été tué.
    Les sites d’informations de l’opposition ont rapporté que le convoi turc de 28 véhicules, dont sept chars, six véhicules et des camions transportant des munitions, se dirigeait vers la ville de Maarat al-Numan.
    La Turquie condamne « fermement » l’attaque de son convoi militaire
    La Turquie a « fermement » condamné l’attaque lundi par des avions russes et syriens d’un convoi militaire qu’elle a envoyé dans la province d’Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie, dénonçant une violation des accords établis avec Moscou.
    « Nous condamnons fermement cette attaque qui est en contradiction avec les accords existants, la coopération et le dialogue avec la Russie », a déclaré le ministère de la Défense dans un communiqué.

     

     

    Lire la suite

  • Syrie : un avion du régime abattu par les jihadistes, le pilote capturé

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)

    PILOTE.jpegUn avion du régime a été abattu et le pilote capturé (photo ci-contre) mercredi 14 août par les jihadistes et son pilote capturé, une première depuis l’escalade militaire des derniers mois dans le nord-ouest de la Syrie pilonné par les forces pro-Damas, a affirmé l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).
    L’avion de chasse, un Soukhoï Su-22M3, survolait une zone à l’est de Khan Cheikhoun, une ville clé du sud de la province d’Idleb, a dit le directeur de l’ONG, Rami Abdel Rahmane. « Le pilote est désormais aux mains » des jihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche syrienne d’el-Qaëda), qui dominent la région, a-t-il précisé à l’AFP. Selon M. Abdel Rahmane, il s’agit « du premier avion syrien abattu » par les insurgés depuis que le régime et son allié russe ont commencé, fin avril, à bombarder quasi quotidiennement la province d’Idleb ainsi que des segments des provinces voisines d’Alep, de Hama et de Lattaquié.
    Environ 820 civils ont péri dans les bombardements, selon l’OSDH. Plus de 400.000 personnes ont été déplacées dans cette région où vivent trois millions de personnes, d’après l’ONU. Outre HTS, la région abrite quelques autres groupes rebelles et échappe toujours au contrôle du président Bachar al-Assad, plus de huit ans après le début du conflit syrien. Elle a fait l’objet d’un accord sur une « zone démilitarisée » conclu en septembre 2018 entre Ankara, parrain des rebelles, et Moscou. Mais celui-ci n’a été que partiellement appliqué, les jihadistes ayant refusé de se retirer.
    Depuis plusieurs jours, les forces du régime avancent sur le terrain, aux dépens des jihadistes et des rebelles.
    Mercredi, elles ont ainsi progressé en direction de Khan Cheikhoun et « se trouvent désormais à quatre kilomètres à l’ouest » de la ville « après avoir conquis cinq villages » environnants, selon M. Abdel Rahmane.
    Des bombardements aériens sur plusieurs localités et villages du sud d’Idleb ont tué un civil à Maaret Hourma, mort dans un raid russe, selon l’OSDH.


    Articles publiés sur Frontlive-Chrono le mercredi 14 août 2019

    • En Allemagne, trois Irakiens accusés d’avoir préparé une attaque terroriste – Login
    • Irak : ImageSat : les explosions sur une base près de Bagdad probablement causées par une attaque aérienne – Login
    • Liban: Calme précaire à Aïn el-Héloué après la mort d’un milicien islamiste – Login
    • Somalie : une base militaire attaquée par des shebab au sud de Mogadiscio – Login
    • Syrie : 59 combattants tués dans des affrontements entre forces pro-régime et insurgés – Login
    • Syrie: Les forces du régime se rapprochent de la ville-clé de Khan Cheikhoun – Login
    • Syrie : un avion du régime abattu par les jihadistes, le pilote capturé – Accès libre
    • Tchad : six personnes tuées par une femme kamikaze, selon l’armée – Login

    Contact:
    Mail: ptolemee@belliard74.com
    https://twitter.com/ptolemee74


     

  • Iran: l’AIEA confirme le dépassement de la limite autorisée d’uranium enrichi

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)

    L’Agence internationale de l’Energie atomique (AIEA), chargée de vérifier l’application par Téhéran de l’accord nucléaire de 2015, a confirmé lundi que l’Iran avait dépassé la limite imposée à ses réserves d’uranium enrichi, selon un porte-parole de l’agence onusienne.
    « L’Agence a vérifié au 1er juillet que le stock total d’uranium enrichi a dépassé les 300 kilos » et le directeur général de l’AIEA, Yukiya Amano, en a informé le conseil des gouverneurs, a indiqué ce porte-parole dans une déclaration écrite peu après que Téhéran a annoncé le dépassement du plafond autorisé d’uranium enrichi à 3,67%.

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le lundi 1er juillet 2019

    • Afghanistan : Au moins 6 morts, une cinquantaine d’écoliers blessés à Kaboul dans un attentat taliban – Abonnés
    • Irak : Six combattants de Daech tués dans le nord du pays – Abonnés
    • Iran: l’AIEA confirme le dépassement de la limite autorisée d’uranium enrichi – Article libre
    • Liban: Suite des affrontements interdruzes : des partisans d’Arslane coupent des routes à Aley – Abonnés
    • Libye : les forces de Haftar vont « bombarder massivement » Tripoli, selon un de leurs commandants – Abonnés
    • Syrie : L’attaque de l’armée de l’air israélienne en Syrie a fait 16 morts, dont six civils – Abonnés
    • Syrie : la coalition internationale dit avoir frappé el-Qaëda dans le Nord-Ouest – Abonnés