28/08/2017

Roumanie : deux migrants et un policier blessés pendant un contrôle frontalier

Deux migrants et un policier ont été légèrement blessés lorsqu'un convoi transportant douze Afghans et Pakistanais a tenté de forcer un barrage à la frontière entre la Serbie et la Roumanie, entraînant une riposte des forces de l'ordre, a annoncé lundi la police roumaine.
Deux véhicules ont refusé de s'arrêter au barrage de police mis en place dans la localité frontalière de Denta au cours de la nuit de dimanche à lundi.
"Pour immobiliser les deux véhicules, les policiers ont fait usage de leur arme. Tirant d'abord en l'air, ils ont ensuite visé les pneus des véhicules, parvenant à les stopper. Dans le même temps, par ricochet, deux passagers ont été blessés", a expliqué la police dans un communiqué cité par les médias roumains.
Un policier a également été légèrement blessé lorsque les deux véhicules ont tenté de forcer le barrage.
D'abord hospitalisés, les migrants blessés ont ensuite pu être transférés au siège de la police aux frontières qui a également arrêté, au sein du convoi, le passeur serbe présumé.
La Roumanie craint que la mer Noire devienne un trajet alternatif pour les migrants
La Roumanie, qui fait partie de l'UE mais pas de l'espace Schengen, a jusqu'à présent été globalement épargnée par la crise migratoire.
Mais après le verrouillage de la frontière serbo-hongroise en 2015, rendue difficilement franchissable par la présence de barbelés, la Roumanie est devenue un lieu de transit vers l'Europe de l'Ouest : quelques centaines de personnes ont tenté cette année d'y entrer illégalement à partir de la Bulgarie et de la Serbie, afin de traverser ensuite la longue frontière roumano-hongroise qui est surveillée mais pas clôturée.
Les autorités roumaines redoutent aussi que la mer Noire ne devienne un trajet alternatif pour les clandestins cherchant à gagner l'Europe, de plus en plus d'obstacles se dressant en Méditerranée : 68 migrants avaient ainsi été interceptés le 20 août près de la côte roumaine, le deuxième incident de ce type en huit jours.
Des groupes de migrants de plus en plus violents
Un peu partout en Europe on a constaté que des groupes de migrants, appartenant souvent à la même ethnie, se comportaient de plus en plus violemment vis-à-vis des forces de l'ordre des Etats européens qui tentent de les canaliser.
En témoigne l'incident qui a eu lieu le mardi soir 22 août à la gare Toulouse-Matabiau, et qui a entraîné l'immobilisation du train Bordeaux-Marseille pendant plus d'une heure.
Un groupe d'une vingtaine de migrants, prétextant être des réfugiés syriens, a tenté de monter dans un wagon sans payer. Une contrôleuse a tenté de les en empêcher, comme son travail l'exige, mais elle a été bousculée et frappée.
Le service de sécurité de la SNCF ainsi que des renforts de police sont alors intervenus mais n'ont pas réussi à expulser le groupe du wagon.
Pour clore l'incident, la SNCF a décidé de se soumettre et le train est parti avec une heure de retard.
 
Jean René Belliard

18:29 Publié dans Roumanie | Lien permanent | Commentaires (1) | | | | |

19/08/2016

La confiance ne règne plus entre Ankara et Washington : Les USA déménagent leurs armes nucléaires de la Turquie - 19 août 2016

Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 19 août  2016
Extrait de la newsletter publiée par Jean René Belliard le 18 août sur les évènements du Moyen Orient, d’Afrique du Nord et du Sahel. La totalité de la newsletter est accessible contre abonnement.
Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com

Lire la suite