Pompeo Mike (secrétaire d'Etat)

  • Syrie : la Turquie suspend ses opérations militaires en Syrie pendant 120 heures

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe)

    Pence Erdogan.jpg

    Le vice-président américain Michael Pence et le président turc Recep Tayyip Erdoğan ont convenu que l’opération militaire menée par la Turquie dans le nord-est de la Syrie allait être suspendue.
    Selon le journal Middle East Eye, les combats seront suspendus pendant 120 heures pour permettre aux formations armées kurdes de quitter la « zone de sécurité ».
    Middle East Eye, citant des sources au sein du gouvernement turc, affirme que selon l’accord, les Américains vont aider les formations armées kurdes à quitter la zone frontalière, où une « zone de sécurité » sera créée. Ankara sera responsable de ce territoire.
    Le cessez-le-feu devrait entrer en vigueur dans les heures à venir.
    Le président américain Donald Trump a tweeté : « Excellentes nouvelles de Turquie. Il y aura une conférence de presse avec le vice-président Michael Pence et le secrétaire d’État Michael Pompeo dans un proche avenir. Merci, Erdogan ! Des millions de vies seront sauvées ! »

  • Liban: Bref échange de tirs de part et d’autre de la frontière entre le Hezbollah libanais et Israël

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe)

    Un missile antichar a été tiré dimanche depuis le Liban vers le village d’Avivim, dans le nord d’Israël, a indiqué l’armée israélienne, alors que la tension a grimpé ces derniers jours entre les deux pays voisins.
    L’armée n’a pas fait état de blessés, ni fourni davantage de détails sur ce tir, mais a demandé à la population vivant à 4 kilomètres à l’intérieur de la frontière libanaise de rester chez elle et d’ouvrir les abris antibombes.
    Le Hezbollah affirme avoir détruit un véhicule militaire israélien
    Le Hezbollah a annoncé avoir « détruit » dimanche un véhicule de l’armée israélienne dans le secteur d’Avivim, dans le nord d’Israël, rapportant « des morts et des blessés », selon la chaîne al-Manar, organe de la formation chiite.
    « A 16h15 (13h15 GMT) », une unité de combattants du Hezbollah « a détruit un véhicule militaire sur la route menant à la caserne d’Avivim », dans le nord d’Israël frontalier du Liban, selon un communiqué du Hezbollah partagé par al-Manar.
    Israël riposte
    L’armée israélienne a affirmé dimanche mener des frappes dans le sud du Liban en représailles à des tirs de missiles antichars ayant touché des cibles sur son territoire.
    « Des missiles antichars ont été tirés depuis le Liban vers une base et des véhicules militaires. Des cibles ont été touchées. (L’armée) riposte avec des tirs vers la sources de ces frappes et cible le sud du Liban », a indiqué l’armée israélienne dans un communiqué.
    Israël a tiré « plus de 40 roquettes » de type incendiaire ou des munitions à fragmentation sur les environs de trois villages dans le sud du Liban, a indiqué dimanche l’armée libanaise sur son site internet. « Les forces de l’occupation israélienne ont visé les environs des localités de Maroun al-Ras, Aïtaroun et Yaroun avec plus de 40 roquettes à fragmentation ou incendiaire, ce qui a provoqué des incendies » dans ces secteurs, d’après le communiqué de l’armée.
    L’échange de tirs avec le Hezbollah « probablement terminé », selon l’armée israélienne
    Les échanges de tirs dimanche entre le Hezbollah et l’armée israélienne à la frontière entre les deux pays sont « probablement terminés » et n’ont fait aucune victime côté israélien, a indiqué l’armée israélienne.
    « L’échange de tirs est fort probablement terminé », a déclaré le porte-parole de l’armée Jonathan Conricus. Il a indiqué qu’une ambulance militaire israélienne avait été touchée mais qu’il n’y avait aucune victime côté israélien contrairement à ce que le Hezbollah libanais avait affirmé.
    Regain de tension entre Israël et le Hezbollah
    Ce tir intervient sur fond de tensions ces derniers jours entre Israël et le Hezbollah qui a accusé la semaine dernière l’Etat hébreu d’avoir mené des frappes de drones sur son fief dans la banlieue sud de Beyrouth. L’armée israélienne avait ensuite « dévoilé » un plan de l’Iran, via son allié du Hezbollah, visant à convertir des roquettes en missiles de précision pouvant frapper Israël et tenu pour « responsable » le Liban, le Hezbollah opérant sur son territoire.
    « Nous sommes déterminés à empêcher nos ennemis de posséder des armes de destruction (…) et je leur dis : +dir balak+ (Prenez garde, en arabe) », a déclaré jeudi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, actuellement en campagne pour les législatives du 17 septembre qui s’annoncent âprement disputées.
    Son principal rival, l’ancien chef de l’armée Benny Gantz, a renchéri samedi soir sur Twitter en appelant le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, à avoir « pitié » du Liban. « Ne pousse pas Tsahal (l’armée israélienne) à le ramener à l’Age de pierre », a-t-il écrit.
    Hariri demande l' »intervention » de Paris et Washington face à l’escalade
    Le Premier ministre libanais Saad Hariri a réclamé dimanche l' »intervention » de Paris et de Washington « face aux développements à la frontière sud », où des échanges de tirs ont lieu entre le Hezbollah et l’armée israélienne, selon un communiqué de ses services.
    M. Hariri s’est entretenu par téléphone avec le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo et avec un conseiller du président français pour demander « l’intervention des Etats-Unis, de la France et de la communauté internationale face aux développements de la situation à la frontière sud », d’après le communiqué.

    Lire la suite

  • Etats-Unis/Iran: Les fortes tensions entre les deux pays font craindre le pire

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe)deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien)nlNederlands (Néerlandais)

    Les relations déjà tendues entre Washington et Téhéran se sont nettement envenimées depuis une semaine.
    Washington a fait monter la pression sur Téhéran ces derniers jours et renforcé sa présence militaire dans le Golfe, face à des menaces d’attaques « imminentes » contre ses intérêts dans la région attribuées à l’Iran.
    De son côté, l’Iran promet une « défaite américano-sioniste ».
    « La fière nation de la République islamique d’Iran sortira de cette passe délicate la tête haute, comme elle l’a fait à chacun des tests précédents, en s’appuyant sur la détermination et la résolution de la population, la puissance de ses forces armées et les efforts et le soutien du gouvernement », a déclaré le général de brigade iranien Amir Hatami. Tout cela conduira « le front américano-sioniste à éprouver le goût amer de la défaite », a ajouté le général, cité par Isna.
    Et pour répondre au retrait unilatéral annoncé il y a un an par les Etats-Unis de l’accord international sur le nucléaire iranien de 2015, Téhéran a indiqué le 8 mai avoir suspendu certains de ses engagements pris en vertu de ce texte.
    Face à cette escalade, qui inquiète notamment les Européens et les Russes, partisans d’un maintien de l’accord sur le nucléaire iranien, le guide suprême de la République islamique, Ali Khamenei, a affirmé mardi qu’il n’y aurait « pas de guerre » avec les Etats-Unis. « Ni nous ni eux ne cherchons la guerre, ils savent qu’elle ne serait pas dans leur intérêt », a-t-il affirmé.
    Il n’en reste pas moins que plusieurs évènements inquiétants ont eu lieu ces derniers jours: Attaque de quatre navires, dont deux pétroliers saoudiens », au large des côtes de l’Emirat de Fujairah, suivie le lendemain par l’attaque par des drones armés des Houthis, alliés de l’Iran, contre les stations de pompage 8 et 9 de l’oléoduc est-ouest saoudien.
    Riyad estime que les récentes attaques menacent les approvisionnements de brut
    Le gouvernement saoudien a estimé que les récentes attaques « terroristes » contre des navires et des installations pétrolières menacent non seulement le royaume, mais aussi « la sécurité des approvisionnements » en brut et « l’économie mondiale », selon un communiqué publié mercredi.
    Des attaques de drones revendiquées par les rebelles yéménites houthis ont provoqué la fermeture d’un oléoduc majeur mardi en Arabie saoudite, faisant monter d’un cran les tensions dans le Golfe deux jours après le sabotage mystérieux de quatre navires près des Emirats arabes unis.
    Réuni tard mardi soir à Djeddah (ouest de l’Arabie saoudite) sous la présidence du roi Salmane, le gouvernement saoudien a affirmé « l’importance de faire face aux entités terroristes qui commettent de tels actes de sabotage, notamment les miliciens houthis soutenus par l’Iran au Yémen », a indiqué le ministre des Médias Turki Al-Shabanah dans ce communiqué.
    Le ministre a déclaré que le cabinet avait réitéré la dénonciation par le royaume « des actes subversifs » ayant visé dimanche des navires commerciaux civils, dont deux pétroliers saoudiens, près des eaux des Emirats arabes unis. Cela « constitue une menace flagrante pour la sécurité du trafic maritime » et a « des conséquences négatives sur la paix et la sécurité régionales et internationales », a-t-il ajouté.
    M. Shabanah a aussi rappelé « la responsabilité commune de la communauté internationale dans la préservation de la sécurité de la navigation maritime et de la sécurité des pétroliers pour éviter des impacts négatifs » sur les marchés de l’énergie et les risques sur l’économie mondiale.
    Si l’Iran ne peut pas vendre son pétrole, personne ne pourra vendre, avait menacé Téhéran
    Rappelons que les Etats-Unis ont organisé un boycott international des livraisons de pétrole iranien, ce qui a conduit Téhéran a menacer d’empêcher toute livraison de pétrole du Moyen Orient dans le cas où Washington persistait dans son intention d’empêcher les livraisons d’hydrocarbure iranien.
    Washington ordonne à son personnel diplomatique non-essentiel de quitter Bagdad, Erbil
    Washington accuse la République islamique de préparer des « attaques » contre les intérêts américains au Moyen-Orient.
    Pour faire face à cette menace qu’il juge crédible, le département d’Etat américain a ordonné mercredi à son personnel diplomatique non-essentiel de quitter l’ambassade de Bagdad et le consulat d’Erbil (nord).
    Selon une alerte de sécurité postée sur son site, le département d’Etat explique avoir donné l’ordre de partir au personnel américain gouvernemental non essentiel de l’ambassade à Bagdad ainsi que du consulat à Erbil.
    « Les services habituels de visa dans les deux postes sont temporairement suspendus », ajoute l’avis. « Le gouvernement américain a une capacité limitée pour fournir des services d’urgence aux citoyens américains en Irak », précise-t-il.
    Le département d’Etat prévient également dans un avis déconseillant aux voyageurs de se rendre en Irak que « de nombreux groupes terroristes et rebelles sont actifs en Irak et attaquent régulièrement les forces de sécurité irakienne comme les civils ». « Des milices confessionnelles anti-américaines peuvent également menacer les citoyens américains et les compagnies occidentales dans tout l’Irak ».
    Washington avait fermé fin septembre son consulat à Bassorah en invoquant des « menaces » émanant de l’Iran après des manifestations meurtrières dans cette ville du sud de l’Irak. Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo avait évoqué « des incidents répétés de tirs indirects » et incriminé des milices contrôlées par l’Iran.
    La semaine dernière, M. Pompeo a effectué une visite surprise à Bagdad, après avoir annulé en dernière minute une visite prévue à Berlin au motif de « questions urgentes à régler.
    « La raison pour laquelle nous allons » à Bagdad « ce sont les informations qui indiquent une escalade des activités de l’Iran », a dit Mike Pompeo aux journalistes qui l’accompagnaient dans son voyage vers la capitale irakienne, où il a rencontré le Premier ministre Adel Abdel Mahdi et le président Barham Saleh.
    Au terme de sa visite, il a déclaré avoir reçu « l’assurance » des dirigeants irakiens qu’ils « comprenaient que c’était leur responsabilité » de « protéger de manière adéquate les Américains dans leur pays ».
    La semaine dernière, le Pentagone a annoncé l’envoi dans la région d’un navire de guerre et d’une batterie de missiles Patriot, s’ajoutant au déploiement du porte-avions USS Abraham Lincoln et de bombardiers B-52.
    Il a justifié ce déploiement par des « signaux clairs montrant que les forces iraniennes et leurs affidés font des préparatifs à une attaque possible contre les forces américaines ».
    Selon le New York Times, le ministre américain de la Défense par intérim, Patrick Shanahan, a présenté à des conseillers de M. Trump un plan selon lequel jusqu’à 120.000 hommes pourraient être envoyés au Moyen-Orient si l’Iran attaquait des forces américaines.
    Mardi, M. Pompeo a réfuté toute volonté de guerre avec l’Iran de la part des Etats-Unis.
    Le Kremlin s’inquiète de « l’escalade des tensions » malgré les assurances de Pompeo
    Le Kremlin s’est inquiété mercredi de la poursuite de « l’escalade des tensions » autour de l’Iran malgré les déclarations du chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo assurant en Russie ne pas vouloir de guerre avec Téhéran.
    « Pour l’instant, nous constatons que l’escalade des tensions sur ce thème se poursuit », a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, accusant les Etats-Unis de « provoquer » l’Iran.
    « Fondamentalement, nous ne cherchons pas une guerre avec l’Iran », avait affirmé M. Pompeo mardi soir au cours d’une conférence de presse avec son homologue russe Sergueï Lavrov à Sotchi (sud-ouest de la Russie), avant de rencontrer Vladimir Poutine.
    « On peut difficilement parler de quelconques assurances : il y a une situation évidente qui est la tendance à la poursuite de l’escalade », a réagi M. Peskov.
    Ce dernier a ajouté « voir avec regret les décisions prises par l’Iran », tout en disant « comprendre que l’Iran ne prenne pas ces décisions volontairement mais en réaction à la pression » : « Et ce sont précisément les actions des Etats-Unis qui provoquent l’Iran ».
    L’Allemagne et les Pays Bas suspendent la formation des forces armées irakiennes
    En raison des risques liés aux tensions entre l’Iran et les Etats-Unis et le débordement possible du conflit dans les pays de la région, l’Allemagne et les Pays-Bas ont décidé de suspendre leurs formations militaires en Irak.
    « La Bundeswehr a suspendu sa formation », a déclaré à la presse le porte-parole du ministère allemand de la Défense, Jens Flosdorff, en réponse à une question sur l’attitude de l’Allemagne en Irak face aux tensions avec l’Iran dans la région. Il a parlé d’une « vigilance accrue » de l’armée allemande dans le pays, sans exclure que les exercices menés par les instructeurs puissent reprendre « dans les prochains jours » si la situation le permet.
    Les Pays-Bas ont annoncé une décision similaire. Le ministère néerlandais de la Défense, cité par l’agence de presse ANP, a parlé de « menaces » pour justifier cette décision.
    La Bundeswehr déploie actuellement environ 160 de ses instructeurs en Irak, au nord de Bagdad et à Erbil dans le Kurdistan irakien, dans ce dernier cas pour y soutenir les peshmergas (combattants kurdes). De leur côté les Pays-Bas disposent de 50 instructeurs militaires également à Erbil dans le cadre de la coalition internationale contre l’Etat islamique (EI), ainsi que de deux conseillers militaires et quatre experts civils dans le cadre d’une mission de soutien de l’OTAN à Bagdad.

    Autres articles publiés sur Frontlive-Chrono le mercredi 15 mai 2019

    • Etats-Unis/Iran: Les fortes tensions entre les deux pays font craindre le pire – Lire l’article
    • Liban: L’ambassade des États-Unis à Beyrouth renouvelle sa mise en garde aux ressortissants US – Abonnés
    • Niger: 17 morts et 11 disparus dans une nouvelle attaque à la frontière malienne – Abonnés
    • Syrie : les djihadistes de Hayat Tahrir al-Sham repoussent l’offensive de l’armée syrienne dans le nord de Lattaquié, décapitent des soldats syriens – Abonnés
    • Yémen : affrontements à Hodeida après le retrait des rebelles chiites houthis – Abonnés