24/10/2017

Irak : Les milices chiites du Hashed al-Chaabi attaquent une zone chrétienne au nord de Mossoul

Irak 

Les milices chiites du Hashed al-Chaabi attaquent une zone chrétienne au nord de Mossoul
(De notre correspondant en Irak, Ossama I.
Les milices chiites du Hashed al-Chaabi ont mené, mardi 24 octobre, une attaque militaire majeure contre des zones chrétiennes du nord de Mossoul.
Les miliciens chiites ont été repoussées par les forces Peshmergas (kurdes) après de violents affrontements près de Tel Skuf (Tel Keppe), à quelque 30 kilomètres au nord de Mossoul.
Les milices chiites avaient déjà été repoussées par les Peshmergas près de Makhmour et de Zumar. De nombreux miliciens chiites avaient alors été tués, blessés. D'autres miliciens chiites ont été faits prisonniers avant d'être rapidement relâchés par les Peshmergas à titre d'apaisement.
 
Jean René Belliard

 

18:05 Publié dans Hashed al-Chaabi, Irak, Kurdistan, Makhmour, Mossoul, Peshmerga, Tal Kayf, Tel Skuf (Tel Keppe), Zumar | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |

20/10/2017

Syrie : Entremise russe entre les Forces Démocratiques Syriennes (FDS) et le régime syrien pour réduire les tensions

Syrie 

Entremise russe entre les Forces Démocratiques Syriennes (FDS) et le régime syrien pour réduire les tensions
La situation évolue très vite en Syrie. Les Américains veulent-ils éviter une évolution à l'irakienne entre FDS et armée gouvernementale comme cela est le cas entre Peshmergas et forces irakiennes ? Ou bien les Kurdes syriens, ayant constaté que les Américains n'avaient pas bougé le petit doigt pour éviter qu'ils se fassent écraser par l'armée irakienne? toujours est-il que les militaires russes ont encore une fois profité du soudain refroidissement entre la Coalition internationale dirigée par les USA et les forces kurdes, majoritaires au sein des FDS, pour jouer leur propre partition.
Les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), jusqu'ici soutenues par les Etats-Unis, auraient remis le champ de pétrole de Tabiyah et ses installations voisines à l'armée loyaliste syrienne (AAS), suite à une visite de représentants syriens et russes dans la ville de Hassakah (Hasaké), contrôlée par les Kurdes des FDS. 
Selon les renseignements, des unités de l'Armée Arabe Syrienne (AAS), accompagnées de «Russes» non identifiés sont déjà entrées dans la zone pétrolière. Cependant, aucune photo ou vidéo confirmant ces affirmations n'est disponible en ligne. La situation reste donc encore incertaine. Dans le même temps, des rapports circulent selon lesquels des représentants des FDS pourraient se rendre, le 10 novembre, à une réunion organisée sur la base aérienne de Hmeimeim utilisée par les forces aériennes russes, dans la province de Lattaquié. Les parties sont conviées à discuter d'un certain nombre de questions pour parvenir à une désescalade des tensions entre l'AAS et les FDS.
Ces tensions se sont accrues depuis le mois de septembre, lorsque les FDS et l'AAS se sont lancées à une véritable course de vitesse dans la province de Deir ez-Zhor pour occuper les infrastructures pétrolières et gazières sur la rive orientale de l'Euphrate.
Et depuis le début de ces offensives concurrentes, les deux camps s'accusent mutuellement d'incidents qui pourraient conduire à un affrontement de grande échelle.
 
Jean René Belliard

 

16/10/2017

Irak : La résistance des forces kurdes s'effondrent en raison de dissensions internes entre le PDK et l'UPK

Irak

La résistance des forces kurdes s'effondrent en raison de dissensions internes entre le PDK et l'UPK 
La résistance des forces kurdes à l'offensive menée par l'armée irakienne et les milices chiites s'est effondrée dès le premier jour de combat en raison de dissensions internes.
Alors que le Parti Démocratique du Kurdistan de Barzani (PDK) a déclaré qu'il resterait sur ses positions et se battrait jusqu'au bout, l'Union Patriotique du Kurdistan (UPK) semble avoir abandonné le combat et laissé entrer les forces adverses.  
Du coup, le PDK de Masoud Barzani a accusé l'UPK d'avoir abandonné Kirkouk et les États-Unis pour leur absence de soutien. 
Signe de l'effondrement de la résistance kurde, les forces irakiennes ont pris le contrôle du siège du gouvernorat de Kirkouk
Forces irakiennes à l'intérieur du bureau du gouverneur à Kirkouk 
Le contre-terrorisme et la police irakienne ont pris lundi 16 octobre  le contrôle du siège du gouvernorat de Kirkouk, désert, où seul le drapeau irakien est désormais hissé, a indiqué le général Raëd Jawdat, qui dirige la police fédérale.
Le gouverneur Najm Eddine Karim, limogé par Bagdad il y a un mois pour avoir décidé d'organiser le référendum d'indépendance kurde dans cette province disputée, n'était pas présent lors de l'entrée des forces, a indiqué une source au sein de gouvernorat.
Des conséquences sur la guerre contre l'Etat islamique 
Le porte-parole militaire américain à Bagdad a qualifié la situation de "stable" mais a déclaré que la "tension accrue" avait distrait les forces irakiennes de la lutte contre les jihadistes de l'Etat islamique. 
La coalition dirigée par les Etats-Unis contre l'Etat islamique, qui soutient à la fois l'armée irakienne et les forces peshmergas, a déclaré qu'elle "exhortait toutes les parties à éviter des actions d'escalade" et n'a montré de soutien à aucune des parties en conflit.   
Des milliers de civils fuient Kirkouk après le retrait confus des Peshmergas
« Des milliers de civils ont fui la ville de Kirkouk, vers les provinces du District du Nord de l'Irak, à cause du retrait confus et chaotique des Peshmergas de la ville», a déclaré lundi une source sécuritaire irakienne.  
« Ce retrait a suscité la peur parmi les familles kurdes, ce qui les a contraint de fuir d'urgence », a indiqué le capitaine Hamed al-Obeidi, un officier de la police de Kirkouk.  
A la suite de la progression rapide des forces fédérales vers la ville, des milliers de Kurdes l'ont fuie, avec leurs familles, en direction des autres provinces du District, a noté l'officier. 
 
Vidéo des combats de la nuit (vidéo Peshmerga) :
Vidéo d'un échange de tirs à Kirkouk (côté Peshmergas) : 
Cliquer sur ce lien pour voir la vidéo
Vidéo (côté Peshmergas) : 
Cliquer sur ce lien pour voir la vidéo
Vidéo (côté Hashed al-Chaabi - milices chiites) montrant des civils chiites (arabes ou turkmènes) applaudissant lorsqu'un char de Hashed al-Chaabi abat une pancarte de Barzani, le leader kurde : 
Cliquer sur ce lien pour voir la vidéo   

Jean René Belliard

ptolemee@belliard74.com