04/09/2017

La coalition arabe a détruit un bateau des chiites houthis qui avaient déposé des mines près de la côte ouest du Yémen

La coalition arabe a détruit un bateau des chiites houthis qui avaient déposé des mines près de la côte ouest du Yémen 
(De notre correspondant au Yémen
La coalition dirigée par l'Arabie Saoudite a détruit le bateau des rebelles chiites houthis qui avait posé des mines à l'ouest de la côte du Yémen. L'équipage du bateau aurait été perdu. Le navire a été attaqué en essayant d'entrer dans les eaux contrôlées par le gouvernement internationalement reconnu du Yémen. Ce gouvernement est soutenu par la coalition sunnite.
Les rebelles chiites houthis essayent de poser des mines dans le détroit de Bab el-Mandeb depuis février 2017. Pour assurer la sécurité du détroit, le Pentagone a envoyé le destroyer lance-missiles Cole en patrouille dans ce secteur.  
Le détroit permet aux navires de commerce mondiaux de naviguer entre l'océan Indien et la Méditerranée par le canal de Suez. C'est l'une des artères maritimes les plus fréquentées au monde. Si la navigation par le détroit de Bab al-Mandeb et le canal de Suez était menacée par les mines des rebelles houthis, les navires devraient faire le tour de l'Afrique pour rejoindre l'Europe.  
 Jean René Belliard

 

26/08/2017

Le Pentagone ne dévoile pas le nombre réel de troupes U.S. au Moyen orient

Le Pentagone n'a pas l'intention de dévoiler le nombre réel de troupes américaines en Afghanistan, en Irak et en Syrie. 
Jason Dempsey, un vétéran de guerre en Afghanistan qui est actuellement chercheur au Centre pour une nouvelle sécurité américaine, estime que le Pentagone peut faire face à la sécurité opérationnelle tout en conservant les valeurs démocratiques américaines essentielles exprimées dans la Déclaration d'indépendance et la Constitution des États-Unis. 
Il semble que le Pentagone et le président américain Donald Trump sont de l'opinion qu'il n'y a pas nécessité de dévoiler le nombre de troupes engagées sur ces théâtres d'opération.
Nouvelle stratégie de Trump en Afghanistan  
Le président américain Donald Trump a dévoilé devant un public militaire à Fort Myer à Arlington, en Virginie, le 21 août 2017, sa nouvelle stratégie pour l'Afghanistan. 
Il a déclaré que la présence militaire des États-Unis se poursuivrait dans ce pays touché par le conflit, mais il s'est abstenu d'élaborer, ce qui suggère qu'il n'y aura pas d'information officielle sur les niveaux des troupes. 
Le Pentagone, pour sa part, dans le cadre de la politique dite Force Management Level ne comptabilise pas les troupes qui se trouvent dans les zones de guerre moins de 120 jours. 
Les dirigeants militaires américains défendent cette politique du secret, prétextant  que la divulgation précise du nombre de troupes "n'a pas de sens". 
"Il n'y a tout simplement pas de sens d'augmenter le niveau Force Management Level lorsque vous embauchez des ingénieurs pour construire une installation et ensuite les retirer", a déclaré le lieutenant-général Sean MacFarland, qui était le commandant en chef
en Irak et en Syrie en 2015-16, et est actuellement le commandant général adjoint du Commandement de la formation et de la doctrine de l'armée américaine. 
Le secrétaire à la Défense, Jim Mattis, a promis qu'il publierait prochainement le véritable nombre. 
«Je devais changer le processus de comptabilisation parce que nous ne pouvions pas déterminer combien de troupes nous avions» dans les zones de guerre, a déclaré Mattis aux journalistes la semaine dernière.
12.000 soldats U.S. en Afghanistan  
Les États-Unis auraient déployé plus de 12 000 soldats en Afghanistan, ce qui est nettement plus élevé que le plafond de 8 400 personnes autorisé. 
Si le président Donald Trump déploie 3 900 soldats supplémentaires, comme l'indiquent les rapports, le total sera presque le double du nombre rendu public actuellement.
Plus de 7000 soldats U.S. en Irak au lieu des 5.200 annoncés 
En Irak, le chiffre de 5 200 personnel américain annoncé par le Pentagone est un nombre totalement fictif. 
En fait, selon des informations récentes, plus de 7 000 soldats américains se trouveraient en Irak.
On ignore le nombre exact de soldats U.S en Syrie 
En Syrie, le chiffre officiel des troupes américaines déployées dans ce pays est de 503. Il s'agit de forces spéciales.
Mais des centaines d'autres troupes les soutiennent, elles et leurs alliés locaux. Cela inclue des Rangers et des Marines, photographiés à maintes reprises par les médias et qui ne sont pas officiellement comptabilisés. 
 
Jean René Belliard

Lire la suite

14/06/2017

L'armée américaine déploie des missiles HIMARS dans le sud syrien

L'armée américaine déploie des missiles HIMARS dans le sud syrien
(De notre correspondant en Syrie, Fahd M.)
Les troupes américaines étendent leur présence dans le désert syrien, à en croire des rebelles syriens, ce qui accroît le risque d'une confrontation directe, au sol, entre des Américains et des éléments soutenant le régime syrien.

Lire la suite