30/10/2017

Syrie : L'armée syrienne entre profondément à l'intérieur de Deir ez-Zhor

Syrie 

L'armée syrienne entre profondément à l'intérieur de Deir ez-Zhor
Les Forces Tiger, une unité d'élite de l'Armée Arabe Syrienne (AAS), la Garde Républicaine, et leurs alliés, soutenus par des conseillers militaires russes, sont entrés profondément à l'intérieur de la zone tenue par l'Etat islamique dans la ville de Deir ez-Zhor.
Selon des sources pro-gouvernementales, les troupes gouvernementales auraient atteint la zone de l'école Khadijah dans le quartier de Hamidiyah, dans la partie nord de la ville.
Auparavant, l'AAS avait libéré le quartier Arfi, les zones des Travailleurs 1 et 2 et le stade voisin.
Les troupes gouvernementales ont également progressé dans les districts d'al-Hamidiyah et de Jbela.
Les combats entre forces pro-gouvernementales et jihadistes de Daech seraient extrêmement violents. Selon l'agence Amaq, organe de presse de l'Etat islamique, les forces pro-gouvernementales auraient perdu 35 combattants, deux chars et un véhicule BMP-1.
Boukamal
L'AAS cherche à reprendre le contrôle complet de la ville pour pouvoir redéployer ses forces d'élite sur le front de Boukamal.   
En ce qui concerne l'offensive lancée par l'armée syrienne et le Hezbollah chiite libanais à partir de la station de pompage T-2 en direction de Boukamal, aucun succès significatif n'a été obtenu.
Les Forces Démocratiques Syriennes (FDS) soutenues par les USA progressent également vers Boukamal
Le 28 octobre, les Forces Démocratiques Syriennes, une coalition majoritairement kurde pilotée par les Etats-Unis, ont passé la journée à consolider leurs acquis dans les champs pétrolifères d'Omar avant d'avancer vers Boukamal et la frontière irakienne.  
Le Pengagone ne cache pas son objectif de tenter d'empêcher la Syrie et l'Irak de reprendre le contrôle de l'autoroute Deir ez-Zhor-Bagdad. 

Jean René Belliard

Pour lire la note complète sur les évènements au Moyen Orient, en Afrique du nord, au Sahel et les évènements liés aux jihadismes, écrire pour s'abonner à :

ptolemee@belliard74.com

10/10/2017

Syrie Le MoD russe accuse les USA de favoriser le passage des jihadistes d'Irak en Syrie

Le MoD russe accuse les USA de favoriser le passage des jihadistes d'Irak en Syrie
Igor Konashenkov 
Le ministère russe de la Défense a accusé les États-Unis et "leur coalition contre l'Etat islamique" de "fool play" (jeu truqué) dans la guerre contre l'État islamique en Irak.
Le ministère russe a porté ses accusations après avoir observé le faible nombre de frappes aériennes menées par la coalition dirigée par les États-Unis contre le groupe État islamique en septembre. La baisse des frappes aériennes aurait permis aux membres du groupe jihadiste de gagner la Syrie, affirme Moscou. Cela aurait permis, toujours selon Moscou, à l'Etat islamique de se redéployer dans la province de Deir ez-Zhor pour mener la bataille contre les forces pro-gouvernementales syriennes. 
«Dans la partie occidentale de l'Irak, d'où les forces terroristes gagnent la rive orientale de l'Euphrate (où les forces aérospatiales russes ne sont pas en activité), le territoire contrôlé par l'EI continue de croître et il est de plus en plus vaste que celui (qu'il contrôle) en Syrie ", a déclaré mardi le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konashenkov. 
Il a ajouté que l'analyse des chiffres des frappes aériennes fournies par le Pentagone dans le cadre de la campagne de lutte contre l'Etat islamique  permet "de voir des changements étranges". 
"Par exemple, en septembre, avec le début de l'opération menée par les troupes syriennes soutenues par les forces aérospatiales russes pour reconquérir la province Deir ez-Zhor, la coalition internationale dirigée par les États-Unis a considérablement réduit l'intensité de ses frappes contre l'EI, effectuant près de cinq fois moins de raids en Irak qu'en Syrie", a déclaré Konashenkov.
Il poursuit : "Curieusement, cette diminution de l'intensité des frappes en Irak a coïncidé avec le redéploiement de grandes forces terroristes des zones frontalières de l'Irak vers Deir ez-Zhor où elles tentent maintenant de s'implanter sur la rive orientale de l'Euphrate.
La coalition dirigée par les Etats-Unis qui fait semblant de mener la lutte contre l'EI, surtout en Irak, voit tout cela, mais continue à prétendre combattre activement contre l'EI en Syrie, pour une raison quelconque ". 
Konashenkov a déclaré qu'au cours de la semaine dernière, les troupes syriennes et les forces aérospatiales russes se sont concentrées sur la bataille contre l'Etat islamique dans la ville d'al-Mayadin, dans la vallée de l'Euphrate.
Les avions russes effectuent environ 150 frappes par jour contre les positions de l'Etat islamique près de Mayadin. 
Cependant, en dépit d'être presque encerclé par l'armée syrienne à Mayadin, l'État islamique reconstitue ses rangs et ses approvisionnements dans la vallée de l'Euphrate où les Forces Démocratiques Syriennes (FDS) soutenues par les États-Unis mènent leur propre opération contre l'État islamique. 
C'est pourquoi e porte-parole russe s'interroge sur les vrais objectifs des efforts militaires de la coalition dirigée par les États-Unis. 
"Le ravitaillement des terroristes d'Irak soulève de sérieuses questions sur les véritables objectifs des opérations anti-terroristes menées dans la région par les avions des États-Unis et de la soi-disant coalition internationale ", a déclaré Konashenkov. 
Fin septembre, dans une précédente accusation, le ministère russe de la Défense avait publié des photos montrant la présence de forces américaines à proximité des positions de l'Etat islamique, affirmant n'avoir observé aucun combat. 
 
Vidéo des accusations russes (langue russe sous-titrée en anglais) :
https://www.liveleak.com/ll_embed?f=af2739a915bb

Lire la suite

04/09/2017

La coalition arabe a détruit un bateau des chiites houthis qui avaient déposé des mines près de la côte ouest du Yémen

La coalition arabe a détruit un bateau des chiites houthis qui avaient déposé des mines près de la côte ouest du Yémen 
(De notre correspondant au Yémen
La coalition dirigée par l'Arabie Saoudite a détruit le bateau des rebelles chiites houthis qui avait posé des mines à l'ouest de la côte du Yémen. L'équipage du bateau aurait été perdu. Le navire a été attaqué en essayant d'entrer dans les eaux contrôlées par le gouvernement internationalement reconnu du Yémen. Ce gouvernement est soutenu par la coalition sunnite.
Les rebelles chiites houthis essayent de poser des mines dans le détroit de Bab el-Mandeb depuis février 2017. Pour assurer la sécurité du détroit, le Pentagone a envoyé le destroyer lance-missiles Cole en patrouille dans ce secteur.  
Le détroit permet aux navires de commerce mondiaux de naviguer entre l'océan Indien et la Méditerranée par le canal de Suez. C'est l'une des artères maritimes les plus fréquentées au monde. Si la navigation par le détroit de Bab al-Mandeb et le canal de Suez était menacée par les mines des rebelles houthis, les navires devraient faire le tour de l'Afrique pour rejoindre l'Europe.  
 Jean René Belliard