22/10/2017

Syrie : Les Forces Démocratiques Syriennes s'emparent de l'important gisement pétrolier d'Omar

Syrie 
OmarFields
Les Forces Démocratiques Syriennes s'emparent de l'important gisement pétrolier d'Omar
Les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), une alliance rebelle kurdo-arabe soutenue par les Etats-Unis, ont finalement gagné la course de vitesse qui l'opposait aux forces pro-gouvernementales pour le contrôle des importants gisements pétroliers et gaziers d'Omar. Les FDS ont annoncé avoir pris dimanche le contrôle, dimanche 22 octobre, de ce gisement pétrolier.
Le gisement d'al-Omar, sur la rive orientale de l'Euphrate, est l'un des principaux champs pétroliers du pays. Il était jusqu'ici tenu par les jihadistes de l'Etat islamique (Daech).
"Nos forces ont réussi à libérer ce gisement sans dégâts notables", a déclaré Lilwa al Abdallah, une porte-parole de l'offensive lancée dans la province de Deir ez-Zhor. Le gisement d'al-Omar est situé à une dizaine de kilomètres au nord de Mayadin, ville reprise mi-octobre à l'EI par les forces gouvernementales syriennes et leurs alliés.
Les FDS, à l'est de l'Euphrate, et les forces pro-Bachar el-Assad, sur l'autre rive, sont engagées dans deux offensives concurrentes contre l'EI. Des discussions entre la coalition sous commandement américain, qui appuie les FDS, et l'armée russe, qui soutient les forces du régime, ont régulièrement lieu pour éviter tout risque d'incidents.
Communiqué des FDS :
"Nos forces ont mené une opération militaire de grande envergure visant la concentration de mercenaires dans les champs de pétrole d'Omar aux premières heures de la matinée (22 octobre 2017) afin de venir à bout des mercenaires et de leur ôter l'occasion de commettre des actes de sabotage à cause de leurs défaites dans les régions libérées. Nos forces ont, par conséquent, libéré les anciens champs des militants et les ont chassés des champs avec peu de dégâts. 
Nos forces continuent à traquer les survivants qui se sont réfugiés dans le quartier d'hébergement des ouvriers adjacent aux champs où ils se sont mis à l'abri dans ces bâtiments, tandis que nos forces s'affrontent avec eux pour les expulser ou les éliminer 
Laila Al Abdullah, porte-parole officielle de la campagne Asefat AL-Jazeera."

Jean René Belliard

ptolemee@belliard74.com

10/10/2017

Syrie Le MoD russe accuse les USA de favoriser le passage des jihadistes d'Irak en Syrie

Le MoD russe accuse les USA de favoriser le passage des jihadistes d'Irak en Syrie
Igor Konashenkov 
Le ministère russe de la Défense a accusé les États-Unis et "leur coalition contre l'Etat islamique" de "fool play" (jeu truqué) dans la guerre contre l'État islamique en Irak.
Le ministère russe a porté ses accusations après avoir observé le faible nombre de frappes aériennes menées par la coalition dirigée par les États-Unis contre le groupe État islamique en septembre. La baisse des frappes aériennes aurait permis aux membres du groupe jihadiste de gagner la Syrie, affirme Moscou. Cela aurait permis, toujours selon Moscou, à l'Etat islamique de se redéployer dans la province de Deir ez-Zhor pour mener la bataille contre les forces pro-gouvernementales syriennes. 
«Dans la partie occidentale de l'Irak, d'où les forces terroristes gagnent la rive orientale de l'Euphrate (où les forces aérospatiales russes ne sont pas en activité), le territoire contrôlé par l'EI continue de croître et il est de plus en plus vaste que celui (qu'il contrôle) en Syrie ", a déclaré mardi le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konashenkov. 
Il a ajouté que l'analyse des chiffres des frappes aériennes fournies par le Pentagone dans le cadre de la campagne de lutte contre l'Etat islamique  permet "de voir des changements étranges". 
"Par exemple, en septembre, avec le début de l'opération menée par les troupes syriennes soutenues par les forces aérospatiales russes pour reconquérir la province Deir ez-Zhor, la coalition internationale dirigée par les États-Unis a considérablement réduit l'intensité de ses frappes contre l'EI, effectuant près de cinq fois moins de raids en Irak qu'en Syrie", a déclaré Konashenkov.
Il poursuit : "Curieusement, cette diminution de l'intensité des frappes en Irak a coïncidé avec le redéploiement de grandes forces terroristes des zones frontalières de l'Irak vers Deir ez-Zhor où elles tentent maintenant de s'implanter sur la rive orientale de l'Euphrate.
La coalition dirigée par les Etats-Unis qui fait semblant de mener la lutte contre l'EI, surtout en Irak, voit tout cela, mais continue à prétendre combattre activement contre l'EI en Syrie, pour une raison quelconque ". 
Konashenkov a déclaré qu'au cours de la semaine dernière, les troupes syriennes et les forces aérospatiales russes se sont concentrées sur la bataille contre l'Etat islamique dans la ville d'al-Mayadin, dans la vallée de l'Euphrate.
Les avions russes effectuent environ 150 frappes par jour contre les positions de l'Etat islamique près de Mayadin. 
Cependant, en dépit d'être presque encerclé par l'armée syrienne à Mayadin, l'État islamique reconstitue ses rangs et ses approvisionnements dans la vallée de l'Euphrate où les Forces Démocratiques Syriennes (FDS) soutenues par les États-Unis mènent leur propre opération contre l'État islamique. 
C'est pourquoi e porte-parole russe s'interroge sur les vrais objectifs des efforts militaires de la coalition dirigée par les États-Unis. 
"Le ravitaillement des terroristes d'Irak soulève de sérieuses questions sur les véritables objectifs des opérations anti-terroristes menées dans la région par les avions des États-Unis et de la soi-disant coalition internationale ", a déclaré Konashenkov. 
Fin septembre, dans une précédente accusation, le ministère russe de la Défense avait publié des photos montrant la présence de forces américaines à proximité des positions de l'Etat islamique, affirmant n'avoir observé aucun combat. 
 
Vidéo des accusations russes (langue russe sous-titrée en anglais) :
https://www.liveleak.com/ll_embed?f=af2739a915bb

Lire la suite

06/10/2017

SYRIE : L'armée syrienne a lancé l'assaut d'al-Mayadin (sud-est de Deir ez-Zhor)

Syrie 
Mayadin
L'armée syrienne a lancé l'assaut d'al-Mayadin (sud-est de Deir ez-Zhor)
L'Etat islamique a perdu une grande partie des vastes régions conquises en Irak et en Syrie en 2014. Elle vient de perdre Hawija, le dernier grand centre urbain qu'elle contrôlait encore en Irak. 
Mais il contrôle toujours plus de la moitié de la province de Deir ez-Zhor : les villes de Mayadin et Boukamal, les quartiers-Est de la capitale provinciale éponyme, des régions dans l'est et le sud de la province ainsi que de vastes zones désertiques.
L'armée syrienne a commencé l'assaut d'al-Mayadin, une puissante place-forte de l'EI
Le 6 octobre, l'Armée Arabe Syrienne (AAS) et ses alliés auraient commencé l'assaut de la ville de Mayadin où l'Etat islamique a transféré depuis des mois une grande partie des structures de commandement et de propagande qui se trouvaient à Raqqa, selon les renseignements américains.
Les forces gouvernementales seraient entrées dans la partie occidentale de Mayadin et auraient saisi les silos à grains, l'hyper-marché, la boulangerie, le quartier Savami al-Galyal  et le château de Rahbah. L'offensive a été appuyée par les tirs de l'artillerie syrienne et d'intenses raids aériens de l'armée de l'air russe.  
Des affrontements très violents ont également lieu dans le sud de la ville où les soldats de l'AAS ont pris le contrôle des fermes Al-Chablis et Al-Madfaiyya.
Les jihadistes de Mayadin reçoivent des renforts, des armes et des munitions à partir du territoire irakien par la ville frontalière de Boukamal.
Les unités mobiles de Daech tentent également de contrer les forces gouvernementales par de violentes contre-attaques dans le secteur de Deir ez-Zhor et le long de l'autostrade Palmyre-Deir ez-Zhor, la principale voie d'approvisionnement des forces gouvernementales engagées dans les combats dans la province de Deir ez-Zhor. 
 
Axe de l'assaut 
Sites occupés par l'AAS 
14 civils fuyant les violences tués par des raids russes
Quatorze personnes dont des enfants ont été tuées par des frappes russes dans la province de Deir ez-Zhor.  
Elles "traversaient le fleuve de l'Euphrate sur des radeaux de fortune", a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), en attribuant les frappes à la Russie.
Elles fuyaient le village de Mahkane, au sud de Mayadine. Elles étaient en train de traverser le fleuve Euphrate sur des radeaux de fortune lorsqu'elles ont été prises pour cibles par les avions de guerre russes.  
L'aviation russe a intensifié ses raids dans la région de Mayadin au cours des derniers jours.
Mercredi 4 octobre, 38 civils ont été tués dans des raids russes à Deir ez-Zor, selon l'OSDH.
Jeudi 5 octobre le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) s'est dit "préoccupé" par les centaines de civils tués en Syrie, soulignant que le pays connaissait son "plus fort pic" de violences depuis la bataille d'Alep en 2016. 
L'armée russe a été plusieurs fois accusée d'avoir fait des victimes civiles dans ses frappes mais elle dément régulièrement, assurant cibler les "terroristes", en référence aux jihadistes.
  
Sukhnah 
Toujours de violents combats sur l'axe Palmyre-Deir ez-Zhor 
Situation le 6 octobre
Les jihadistes de Daech  ont  poursuivi leurs efforts pour encercler la ville stratégique d'as-Sukhnah sur l'autoroute Palmyre-Deir ez-Zhor et ont même capturé Jabal Tuntur.
Par contre, l'armée syrienne aurait réussi à repousser une attaque des jihadistes sur la partie de l'autostrade entre as-Sukhnah et Palmyre. Les es groupes d'assaut mobiles de l'Etat islamique ont mené leurs attaques avec le soutien de "tecnicals", véhicules 4X4 équipés d'armes lourdes, mitrailleuses, canons ou lance-missiles antichars. Les
combats, très intenses, sont toujours en cours. 
La situation compliquée pour les forces gouvernementales sur l'autostrade Palmyre-Deir ez-Zhor  pourrait avoir un impact sur l'offensive menée actuellement contre les jihadistes retranchés à al-Mayadin.
 
Pour recevoir la newsletter complète, écrire à ptolemee@belliard74.com