13/10/2018

Belgique : Quatre islamistes préparant une attaque en Belgique arrêtés au Kosovo

Belgique : Quatre islamistes préparant une attaque en Belgique arrêtés au Kosovo

(article publié en Anglais, Allemand, Espagnol, Italien et Néerlandais)

PAR JEAN-RENÉ BELLIARDLE 

A Pristina, la capitale kosovare, trois hommes et une femme sont accusés d’avoir planifié des attaques terroristes. Non seulement ils auraient pris pour cible une église orthodoxe serbe au Kosovo, mais ils avaient aussi des projets d’attentats en Belgique et en France, selon les charges retenues contre eux. Deux d’entre eux ont également un passeport belge.
L’arrestation de deux personnes avait déjà été annoncée début juin. Depuis lors, deux autres personnes ont été arrêtées et l’ensemble du groupe est maintenant sous les verrous. L’agence de presse française AFP a pu consulter l’acte d’accusation.
Attaque contre la force de l’OTAN
L’attaque d’une église dans la ville kosovare de Mitrovica était le plan le plus abouti. Cette attaque a été contrecarrée par l’arrestation, selon l’acte d’accusation. En outre, des attentats étaient également prévus dans deux discothèques de l’enclave serbe de Gracanica et un autre contre la force de l’OTAN au Kosovo (KFOR). Il existe également des plans d’attentats en France et en Belgique, indique l’accusation sans donner d’autres précisions.
Bujar B., 26 ans, a été arrêté en septembre. Il est considéré comme le leader. Il aurait déclaré au cours de l’enquête que l’intention était « d’attaquer des groupes de personnes qui se réunissaient pour des fêtes religieuses ».
Bujar B. a également la nationalité belge. Il en va de même pour Gramos S., 26 ans, qui a été arrêté en juin. Les autres terroristes sont Edona H., 25 ans, et Resim K., 26 ans.
Selon l’acte d’accusation, Bujar B. est également l’un des organisateurs d’une attaque déjouée contre l’équipe nationale de football israélienne à l’occasion d’un match en Albanie en novembre 2016. Huit autres islamistes ont déjà été condamnés pour ce projet d’attentat. Ils ont été condamnés à des peines d’emprisonnement allant jusqu’à 10 ans.

Lire la suite