20/07/2016

Point sur les Marocains de Daech par le patron de la BCIJ - 20 juillet 2016

Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 20 juillet  2016
Extrait de la newsletter publiée par Jean René Belliard le 19 juillet sur les évènements du Moyen Orient, d’Afrique du Nord et du Sahel. La totalité de la newsletter est accessible contre abonnement.
Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com

Lire la suite

06/04/2016

Le Maroc prévient l'Europe d'une possible attaque chimique - 6 avril 2016

Le Maroc prévient l'Europe d'une possible attaque chimique
Dans une interview accordée au journal anglais The Sun, le directeur du Bureau Central d'Investigations judiciaires (BCIJ), Abdelhaq Khiam (voir photo ci-contre), a prévenu que Daech pouvait mener des attentats à l'arme chimique sur le sol européen. Abdelhaq Khiam chef des services de renseignement.jpg
Brigades d'enfants kamikazes
Khiam a expliqué qu'avec « sa brigade d'enfants entrainés »  il est très possible que Daech cible la Grande-Bretagne et d'autres pays européens. "Daech a des brigades d'enfants et nous savons qu'ils sont entraînés pour prendre part à des attaques terroristes en Europe", affirme-t-il.
Abdelhak Khiam a cité l'exemple de la cellule terroriste démantelée au Maroc en février 2016 dont les membres prévoyaient des attaques chimiques et un attentat-suicide contre le parlement. Cela est d'autant plus inquiétant, selon Khiam, que « les substances utilisées pour le projet que nous avons démantelé en février sont disponibles dans des magasins dans tout le continent ».
Le patron marocain de l'antiterrorisme s'en prend à la Belgique
Le directeur du BCIJ s'en est ensuite pris à la Belgique en l'accusant de devenir le « Daech de l'Europe » car on ne voit pas de belges se rendre en Syrie « ils sont heureux d'attaquer leur propre pays. » Dans une autre interview réalisée il y a quelques semaines pour la télévision RTL TVi, Khiam avait révélé que l'essentiel des armes saisies au Maroc provenaient de Belgique, appelant les autorités à être beaucoup plus vigilantes.

Jean René Belliard

 

Lire la suite