12/07/2018

Syrie: Tirs de missiles israéliens dans le sud-ouest de la Syrie

Syrie: Tirs de missiles israéliens dans le sud-ouest de la Syrie

Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe) deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) nlNederlands (Néerlandais)

Des tirs des missiles israéliens ont touché mercredi 11 juillet 2018 des positions du Hezbollah, la milice chiite libanaise et de l’armée syrienne dans le sud-ouest de la Syrie, près des hauteurs du Golan occupé par Israël, a annoncé l’agence d’Etat syrienne SANA. « L’aviation de l’ennemi israélien a lancé des missiles sur plusieurs positions de l’armée » dans la province de Quneitra (sud-ouest), causant des dégâts matériels, selon SANA.
L’armée israélienne a confirmé dans un tweet avoir frappé « trois positions militaires en Syrie, en réponse à l’infiltration d’un véhicule aérien sans pilote (UAV) en Israël depuis la Syrie, qui a été intercepté » par les forces armées israéliennes. L’armée affirme sa détermination « d’agir fermement contre toute tentative de nuire aux civils Israéliens et de violer la souveraineté israélienne ».
Auparavant, l’Observatoire Syrien des droits de l’Homme (OSDH) avait estimé que les missiles israéliens avaient frappé le nord de cette province ainsi que des zones le long de la frontière avec le Golan.
Après un certain temps, le service de presse de Tsahal a publié une déclaration selon laquelle les FDI avaient frappé trois positions militaires en Syrie. Selon la déclaration de l’armée israélienne, l’armée a frappé des positions de l’armée syrienne près des colonies de Khasr et de Jaba dans la province de Quneitra . Par ailleurs, un UAV israélien a attaqué une position du Hezbollah dans le même secteur.
Initialement, l’agence SANA avait affirmé que la défense aérienne Syrienne avait repoussé une attaque de missiles israéliens sur des positions de l’armée dans cette région. Plus tôt dans la journée, l’armée israélienne avait indiqué avoir intercepté un drone en provenance de Syrie grâce à un système antimissile, déclenchant une alerte sur le plateau du Golan. Il s’agissait « d’un drone syrien non armé qui semblait mener une mission de collecte d’information », a précisé un porte-parole militaire, Jonathan Conricus. La police israélienne a par ailleurs demandé à tous les bateaux sur le lac de Tibériade, proche de cette région, de ne pas naviguer pour des raisons de sécurité.
Depuis quelques semaines, Israël est en alerte, après l’offensive déclenchée le 19 juin par Bachar el-Assad et ses alliés en vue de reprendre les zones rebelles dans la province de Deraa, dans le sud de la Syrie.
L’armée israélienne a annoncé début juillet avoir renforcé ses troupes sur la partie israélienne du plateau du Golan occupé et annexé. Israël a frappé à plusieurs reprises le territoire syrien, notamment contre des convois d’armes destinées, selon lui, au Hezbollah libanais, allié du régime Syrien et ennemi de l’Etat hébreu.
Israël et la Syrie sont en état de guerre. Israël s’est emparé en 1967 de la majeure partie du plateau syrien du Golan, qu’elle a annexée en 1981. Cette annexion n’a jamais été reconnue par la communauté internationale.

Lire la suite

07/06/2018

June 5, 1967 – the six-day war was won by Mossad and Aman (military intelligence)

Cet article a été aussi publié en : frFrançais (French) esEspañol (Spanish) itItaliano (Italian)

(Excerpt from “Enfer des Espions” – New world 2010 edition – Jean René Belliard)
A historical reminder to think about
…Yuri Andropov, the new boss of the KGB is a strong and ambitious man. He took over the management of the agency in 1967. Andropov was an ambassador for the USSR. in Hungary at the time of the Budapest uprising against the communist regime. It is haunted by the idea that any communist regime could collapse like a house of cards. The secret police must therefore be constantly on the lookout for the grain. Andropov will lead the KGB. with an iron hand.
The Soviets have a vested interest in putting fuel on the fire in the Middle East. They believe that a conflict between Israel and the Arab states can only inflame the hatred of Jews among Arabs and consequently the hatred of those who support the Hebrew state: the United States and Western countries. They are increasing arms deliveries to Arab countries. They also put their intelligence networks at the service of their allies. Thus the Soviet government informed the Egyptian and Syrian governments that an Israeli attack could take place on 17 May 1967.
It is believed that this information was far-reaching and led both parties to war.
On May 15, the Israeli national holiday, the Tel Aviv government decides to organize a military parade in the Jewish area of Jerusalem. This military parade is for the Arabs only the camouflage of an offensive device. On 17 May, Egyptian and Syrian troops went on full alert. On the 18th, the Egyptian government demands the withdrawal of the United Nations Emergency Force (U.N.E.F.) from Gaza and Sinai. Mr. Thant, Secretary-General of the United Nations, was forced to follow Egypt’s request on 19 May.
On May 22, President Nasser announced the mining of the Strait of Tiran, the closure of the Gulf of Aqaba to Israeli ships, as well as to foreign ships carrying strategic equipment to Israel. At the same time, 6 Egyptian divisions were heading towards the Israeli border.
On 31 May, King Hussein signed a mutual defence agreement with President Nasser between their two countries.
For the Israeli government, each of these events constitutes a casus belli. The Tel Aviv government is asking the United States to honour the commitments made by Eisenhower in 1957, which guarantee free access for ships bound for Eilat. But the Johnson administration is bogged down in the Vietnam conflict and can send nothing but an international fleet to clear the Tiran Strait.
Israeli spies contributed to the victory
On 5 June 1967, at dawn, the Israeli army attacked. Tsahal, the Israeli army, wins the victory in less than three hours. His air force destroyed most of Egypt’s air forces on the ground. The action was facilitated by the fact that “there was at least one Katsa or Mossad informant in all Egyptian air bases and headquarters. There were no less than three at the High Command Headquarters in Cairo – three staff officers returned.” (Secret History of Mossad” – Gordon Thomas – Editions Nouveau Monde. Page 64)
Israeli secret agents had discovered that between “7:30 a.m. and 8 a.m., the radar surveillance units reached their maximum vulnerability level.” (idem – page 65) As for the pilots, most did not show up at the hangars until around 8 a.m.”. At that time, the ground teams had already started to take the aircraft out of the hangars to refuel and arm them. For about 15 minutes, the tarmac was crowded with tankers and ammunition vehicles.” (idem – page 66)
Israeli aircraft strike at 0801 hours. In a few minutes the Israeli jets ensured total control of the air. Arab armies without air cover will suffer the biggest defeat in their history.
A defeat with far-reaching consequences for the Arabs
In six days, Egyptians, Syrians and Jordanians lost more than 30,000 men, 430 aircraft, 500 pieces of artillery, 800 tanks, 10,000 trucks and other transport vehicles, a submarine, several other naval units, as well as a Sol-Air SA2 missile base, found abandoned in the Sinai desert. Material losses will amount to approximately EUR 1.5 billion. On the Israeli side, 676 people were reported dead, 40 planes and 100 tanks destroyed.
The disaster is tragic for the Arab populations. Not only are hundreds of thousands of Palestinian refugees seeing the hope of seeing the houses from which they were driven in 1948 disappearing, but their ranks are still being swelled by 208,000 “displaced”. 115,000 people, already refugees, have returned to the exodus. The number of Palestinian refugees, scattered throughout the various Arab countries, now reaches 1,300,000 people. 1,061,400 Arabs have just come under Israeli control: 600,000 in the West Bank, 66,000 in the old city of Jerusalem, 356,000 in Gaza, 33,000 in the Sinai desert and 6400, mostly Druze, in the Golan.
A democratic problem for Israel
The Israelis have won such a crushing victory that it becomes impossible for them to understand the urgency of making peace with the Arabs. They prefer to cling to their territorial conquests. And not just any of them: they conquered most of the land of Israel which was the objective of the Zionist movement: they now control the old city of Jerusalem, Jericho, Hebron, Nablus and all those cities of the West Bank which are at the heart of the biblical land.
It is clear that the Israelis will not give up their conquests any time soon. As proof, the answer of Moshe Dayan, the Minister of Defence of the Israeli government to a question on a possible peace negotiation with King Hussein of Jordan: If he wants to speak, “he knows my telephone number”, implied, it is certainly not we who will actively seek to make peace!
But by clinging to all its conquests, Israel will find itself faced with a dilemma: How to remain a democratic state? As a result of his military victory, one million Palestinians, with a fertility rate higher than the Jews, came to swell the population of the Hebrew state. If Israel wants to remain a Jewish state, it can only do so by oppressing the legitimate aspirations of these Palestinians. There are three possible alternatives for Israel:
to be a Jewish state living in the whole land of Israel, but not democratic,
or
a democratic state throughout the land of Israel, but not Jewish,
or even
a Jewish and democratic state but not in the whole land of Israel.
There is something else: the Palestinian identity. Until 6 June 1967, there was no Palestinian people as such. There was the Palestinian refugee problem in a number of Arab countries. There were West Jordanian subjects of King Hussein of Jordan and there were inhabitants of Gaza Egyptian subjects. The inhabitants of the West Bank and Gaza did not feel Palestinian but Jordanian or Egyptian. The conquest of the territories of the West Bank and Gaza will at the same time create a Palestinian problem within the very limits of the great Israel that the Israelis dream of creating.

...and a lot of other news every day on Frontlive-Chrono.  

Jean René Belliard
Groupe Ptolémée : +33757910350 

06/06/2018

5 Juin 1967 – la guerre des six jours a été gagnée par le Mossad et Aman (renseignements militaires)

Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais)

(Extrait de « Enfer des Espions » – Nouveau monde édition 2010 – Jean René Belliard)

Un rappel historique à méditer
…Youri Andropov, le nouveau patron du KGB est un homme à poigne et ambitieux. Il a pris la direction de l’agence en 1967. Andropov a été ambassadeur de l’U.R.S.S. en Hongrie au moment du soulèvement de Budapest contre le régime communiste. Il est hanté par l’idée qu’un régime communiste, quel qu’il soit,  puisse s’écrouler comme un château de cartes. Il faut donc que la police secrète veille au grain en permanence. Andropov dirigera le K.G.B. d’une main de fer.
Les Soviétiques ont tout intérêt à mettre de l’huile sur le feu au Proche-Orient. Ils pensent qu’un conflit entre Israël et les Etats arabes ne pourra qu’enflammer la haine des Juifs parmi les Arabes et en conséquence la haine de ceux qui soutiennent l’Etat hébreu : les Etats-Unis et les pays occidentaux.  Ils multiplient les livraisons d’armes aux pays arabes. Ils mettent également leurs réseaux de renseignement au service de leurs alliés. C’est ainsi que le gouvernement soviétique informera les gouvernements égyptiens et syriens qu’une attaque israélienne pourrait avoir lieu le 17 mai 1967.
On pense que cette information a été lourde de conséquences et a conduit les deux partis sur la voie de la guerre.
Le 15 mai, jour de la fête nationale israélienne, le gouvernement de Tel Aviv, décide d’organiser une parade militaire dans la zone juive de Jérusalem. Cette parade militaire n’est pour les Arabes que le camouflage d’un dispositif offensif. Le 17 mai, les troupes égyptiennes et syriennes se mettent en état d’alerte maximale. Le 18, le gouvernement égyptien exige le retrait de la force d’urgence des Nations Unies (F.U.N.U.) de Gaza et du Sinaï. Mr. Thant, secrétaire général des Nations Unies, est contraint de faire suite à la demande égyptienne le 19 mai.
Le président Nasser annonce, le 22 mai, le minage du détroit de Tiran, la fermeture du golfe d’Aqaba aux navires israéliens, ainsi qu’aux navires étrangers qui transportent du matériel stratégique vers Israël. Au même moment, 6 divisions égyptiennes se dirigent vers la frontière israélienne.
Le 31 mai, le roi Hussein signe avec le président Nasser un accord de défense mutuelle entre leurs deux pays.
Pour le gouvernement israélien, chacun de ces évènements constitue un casus belli. Le gouvernement de Tel Aviv demande aux Etats-Unis d’honorer les engagements pris en 1957 par Eisenhower et qui garantissent un libre accès des navires à destination d’Eilat. Mais l’administration Johnson est embourbée dans le conflit vietnamien et ne peut envoyer rien d’autre qu’une flottille internationale pour déminer le détroit de Tiran.
Les espions israéliens ont contribué à la victoire
Le 5 juin 1967, à l’aube, l’armée Israélienne passe à l’attaque. Tsahal, l’armée israélienne, remporte la victoire en moins de trois heures. Son aviation détruit au sol la plus grande partie des forces aériennes égyptiennes. L’action a été facilitée par le fait « qu’il se trouvait au moins un Katsa ou un informateur du Mossad dans toutes les bases aériennes et dans tous les quartiers généraux égyptiens. On n’en comptait pas moins de trois au QG du haut commandement au Caire – trois officiers d’État-major retournés.»  (Histoire secrète du Mossad » – Gordon Thomas – Editions Nouveau Monde. Page 64)
Les agents secrets israéliens avaient découvert qu’entre « 7H30 et 8H du matin, les unités de surveillance radar atteignaient leur niveau de vulnérabilité maximale.» (idem – page 65) Quant aux pilotes, la plupart ne se présentaient aux hangars que vers les 8 heures du matin. « A ce moment-là, les équipes au sol avaient déjà entrepris de sortir les appareils des hangars pour les ravitailler et les armer. Pendant un quart d’heure environ, le tarmac était encombré de camions-citernes et de véhicules transporteurs de munitions. » (idem – page 66)
Les avions israéliens frappent à 8 heures 01. En quelques minutes les jets israéliens se sont assurés la maîtrise totale de l’air. Les armées arabes privées de couverture aérienne vont subir la défaite la plus cuisante de leur histoire.
Une défaite lourde de conséquences à long terme pour les Arabes
En six jours, Égyptiens, Syriens et Jordaniens perdent plus de 30 000 hommes, 430 avions, 500 pièces d’artillerie, 800 chars, 10 000 camions et autres véhicules de transport, un sous-marin, plusieurs autres unités navales, ainsi qu’une base de missiles Sol-Air SA2, trouvée abandonnée dans le désert du Sinaï. Les pertes en matériel représenteront un montant d’environ 1,5 milliards d’euros. Du côté israélien, on annonce  676 morts, 40 avions et 100 chars détruits.
Le désastre est tragique pour les populations arabes. Non seulement, des centaines de milliers de réfugiés palestiniens voient s’éloigner l’espoir de revoir les maisons dont ils avaient été chassés en 1948, mais leurs rangs se trouvent encore grossis de 208 000 autres « déplacés ». 115 000 personnes, déjà réfugiées, ont repris le chemin de l’exode. Le nombre de réfugiés palestiniens, disséminés dans les différents pays arabes, atteint  désormais 1 300 000 personnes. 1 061 400 Arabes viennent de passer sous contrôle israélien : 600 000 en Cisjordanie, 66 000 dans la vieille ville de Jérusalem, 356 000 à Gaza, 33 000 dans le désert du Sinaï et 6400, en majorité des Druzes,  dans le Golan.
Un problème démocratique pour Israël
Les Israéliens ont remporté une victoire si écrasante qu’il leur devient impossible de comprendre l’urgence de faire la paix avec les Arabes. Ils préfèrent s’accrocher à leurs conquêtes territoriales. Et pas n’importe lesquelles : ils ont conquis la plus grande partie de la terre d’Israël qui était l’objectif du mouvement sioniste : ils contrôlent maintenant la vieille ville de Jérusalem, Jéricho, Hébron, Naplouse et toutes ces villes de Cisjordanie qui sont au cœur de la terre biblique.
Il est clair que les Israéliens ne vont pas renoncer de si tôt à leurs conquêtes. Pour preuve,  la réponse de Moshe Dayan, le ministre de la Défense du gouvernement israélien à une question sur une possible négociation de paix avec le roi Hussein de Jordanie : S’il veut parler, « il connaît mon numéro de téléphone », sous-entendu, ce n’est sûrement pas nous qui allons rechercher activement à faire la paix !
Mais en s’accrochant à l’ensemble de ses conquêtes, Israël va se trouver devant un dilemme : Comment faire pour rester un Etat démocratique ? Conséquence de sa victoire militaire : un million de Palestiniens, avec un taux de fertilité supérieur aux Juifs, est venu grossir la population de l’Etat hébreu. Si Israël veut rester un Etat juif, il ne pourra le faire qu’en opprimant les aspirations légitimes de ces Palestiniens. Il y a trois alternatives possibles pour Israël :
– être Etat juif vivant sur l’ensemble de la terre d’Israël, mais non démocratique,
ou
– un Etat démocratique sur l’ensemble de la terre d’Israël, mais non juif,
ou bien encore
– un Etat juif et démocratique mais pas sur l’ensemble de la terre d’Israël.
Il y a autre chose : l’identité palestinienne. Il n’y avait pas, jusqu’au 6 juin 1967, de peuple palestinien à proprement parler. Il y avait le problème des réfugiés palestiniens dans un certain nombre de pays arabes. Il y avait des Cis-jordaniens sujets du roi Hussein de Jordanie et il y avait des habitants de Gaza sujets égyptiens. Les habitants de Cisjordanie et de Gaza ne se sentaient pas palestiniens mais jordaniens ou égyptiens. La conquête des territoires de Cisjordanie et Gaza va créer du même coup un problème palestinien à l’intérieur même des limites du grand Israël que les Israéliens rêvent de créer.

 

 ...et beaucoup d'autres informations sur Frontlive-Chrono.  

Jean René Belliard
Groupe Ptolémée : +33757910350