13/11/2017

Syrie : Les Kurdes ont remis à la Russie des familles des jihadistes tchétchènes

Syrie 
Les Kurdes ont remis à la Russie des familles des jihadistes tchétchènes
(De notre correspondant en Russie, Leonid R.)
Les autorités kurdes du nord de la Syrie ont remis aux représentants de la Fédération de Russie des femmes et des enfants de jihadistes tchétchènes de l'État islamique.
Ils avaient été capturés pendant les combats de Raqqa. 
Au total, 13 femmes et 29 enfants ont été remis à la Russie. Ce sont tous des citoyens de la Fédération de Russie.
Selon les Kurdes, aucun d'entre eux n'a pris part aux hostilités. 
Des milliers de citoyens de pays européens, y compris des Russes, se sont battus dans les rangs de Daech.
L'écrasante majorité des jihadistes originaires de la Fédération de Russie sont originaires du Caucase du Nord. Beaucoup de dirigeants du groupe islamiste étaient originaires du Caucase 
Rappelons qu'un nombre important d'étrangers a été capturé par l'armée irakienne au cours des combats pour Mossoul. On estime à 1400 le nombre de femmes et d'enfants des jihadistes de Daech détenus par les forces irakiennes.
Ils sont gardés dans un camp situé au sud de Mossoul. 
La majorité des personnes détenues dans ce camp sont originaires de Turquie.
Cependant,il y a parmi elles  un nombre important de citoyens d'États de l'ex-URSS : Russes, Azerbaïdjanais, Kirghizes, Ouzbèkes. 

Jean René Belliard

ptolemee@belliard74.com

12/11/2017

Liban : Le Mossad a-t-il tenté de déstabiliser le Liban pour le compte de l'Arabie saoudite?

Liban 
Mossad
Le Mossad a-t-il tenté de déstabiliser le Liban pour le compte de l'Arabie saoudite?  
Un responsable de la sécurité libanaise a déclaré à la chaîne de télévision al-Mayadeen, le 11 novembre, que les forces de sécurité libanaises avaient arrêté un agent du Mossad (service de renseignement et des opérations spéciales) dans la ville libanaise de Saida. 
Le responsable a révélé que la personne appréhendée était en train de surveiller le convoi de Bahia Hariri, députée libanaise et sœur aînée du Premier ministre démissionnaire,  Saad al-Hariri.
Rappelons que Saad Hariri a démissionné le 4 novembre, alors qu'il se trouvait à Riyad, en Arabie saoudite, prétextant que le Hezbollah, la milice chiite libanaise, et l'Iran avaient l'intention d'attenter à sa vie. 
Selon al-Mayadeen TV, l'agent du Mossad, un Libanais âgé de 60 ans, travaillait comme chauffeur de taxi. Le responsable de la sécurité libanaise aurait également expliqué à al-Mayadeen TV que l'agent israélien tentait de recruter des personnes pour établir une cellule du Mossad à Saia afin de mener des "attaques terroristes".
Le ministère libanais de l'intérieur a démenti les allégations de Mayadeen TV mais... 
Le ministère libanais de l'Intérieur a démenti les allégations de la chaîne télévisée al-Mayadeen dans une déclaration officielle et mis en garde contre la diffusion de fausses rumeurs. 
Cependant, le site officiel du ministre libanais de l'Intérieur n'a pas mis en ligne de déclarations officielles réfutant les revendications d'al-Mayadeen.
Il est possible que seule une version papier de la déclaration du ministère de l'intérieur ait été diffusée aux médias libanais.
La sécurité libanaise n'a pas démenti les informations d'al-Mayadeen 
De son côté, la sécurité nationale libanaise, le principal service de renseignement libanais, qui a démantelé un réseau du Mossad il y a un mois, n'a pas démenti les allégations de la chaîne al-Mayadeen ou ne l'a pas encore fait. 
Si les informations d'al-Mayadeen TV s'avèrent exactes, cela pourrait confirmer les accusations du Hezbollah, à savoir que l'Arabie saoudite tenterait de provoquer des tensions confessionnelles au Liban avec la contribution d'Israël, ou tout au moins du Mossad. Le Hezbollah et l'Iran auraient en effet été accusés d'avoir assassiné la sœur de Saad Hariri, ce qui aurait mis le feu à le rue sunnite, provoqué un conflit qui se serait vite internationalisé avec pour objectif l'élimination de la puissance armée du Hezbollah.

Jean René Belliard

11/11/2017

Syrie : L'Etat Islamique a repris le contrôle total de Boukamal

Syrie 
AbouBakerBaghdadi 
L'Etat Islamique a repris le contrôle total de Boukamal
Les jihadistes de l'Etat islamique (Daech) ont repris le contrôle total de Boukamal, acculant les forces du régime et leurs alliés à la périphérie de cette ville stratégique, a rapporté samedi 11 novembre l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).
L'armée syrienne avait annoncé jeudi 9 novembre avoir conquis Boukamal, la dernière ville qui restait aux mains de l'EI en Syrie. Mais les jihadistes avaient réussi le lendemain à reprendre le contrôle de près de 50% de la ville, à la faveur d'une violente contre-offensive.
L'offensive du régime syrien à Boukamal, ville située près de la frontière avec l'Irak, est menée notamment par des miliciens irakiens, des combattants du Hezbollah et des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran  (CGRI), selon l'OSDH.
Selon Abdel Rahmane, l'EI aurait fait croire aux forces pro-régime qu'elles avaient pris le contrôle de la ville pour ensuite pouvoir mieux les attaquer.
"De violents combats se poursuivent aux périphéries est et sud", a-t-il indiqué, ajoutant que Boukamal était la cible de raids aériens intenses, sans toutefois être en mesure de préciser si ces frappes étaient menées par l'aviation russe ou irakienne.
L'annonce de l'OSDH intervient alors que les forces irakiennes ont lancé samedi l'offensive sur la dernière poche jihadiste du pays, dans le désert occidental frontalier de la Syrie. 

Pour lire la newsletter complète, s'abonner en écrivant à ptolemee@belliard74.com