GAZA

  • Golfe d’Oman: deux pétroliers visés dans le golfe d’Oman

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) ja日本語 (Japonais)nlNederlands (Néerlandais) idIndonesia (Indonésien) svSvenska (Suédois)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)

    Deux pétroliers croisant dans le golfe d’Oman ont été évacués après un « incident » et les équipages sont sains et saufs, selon des sources maritimes citées jeudi matin par l’agence Reuters.
    La marine britannique a rapporté, de son côté, un « incident indéterminé » dans le golfe d’Oman, un mois après le mystérieux sabotage de quatre navires au large des Émirats arabes unis qui a accru les tensions entre l’Iran et les États-Unis, selon l’agence de presse Associated Press.
    « Le Royaume-Uni et ses partenaires sont en train d’enquêter », a déclaré l’United Kingdom Marine Trade Operations (UKMTO) sur son site internet, sans donner de précisions.
    Selon le site de la télévision d’État iranienne, qui cite des informations de la chaîne panarabe al-Mayadeen, deux explosions ont touché deux pétroliers.
    Une torpille aurait touché le pétrolier « Front Altair » appartenant à une compagnie norvégienne au large de l’émirat de Fujairah aux Émirats arabes unis, a déclaré l’agence de presse Reuters citant Winds Winds.
    Des sources locales ont indiqué que l’un des deux transporteurs était le « Front Altair », battant pavillon des îles Marshall, alors que le second pétrolier s’appelait « Kokuka courageous ». Le Kokuka Courageous est un pétrolier exploité par la société japonaise de transport maritime Kokuka Sangyo. Il battait pavillon du Panama.
    L’un des responsables aurait déclaré que le capitaine et l’équipage du pétrolier « Kokuka Courageous » avaient été retrouvés dans un bateau de sauvetage, soulignant que le pétrolier se trouvait toujours dans le golfe d’Oman et ne risquait pas de couler. L’attaque aurait causé des dommages au côté droit du pétrolier. Un des membres de l’équipage a été légèrement blessé.
    Le « Kokuka Courageous » était en route de Jubail, en Arabie Saoudite, à destination de Singapour. Il était chargé de méthanol. Le chargement de méthanol serait intact.
    Le pétrolier « Front Altair » avait chargé du pétrole à Abou Dhabi. Un incendie se serait déclaré à bord. Selon les premières indications, il aurait été touché par une torpille. L’équipage était composé principalement de citoyens de Russie, de Géorgie et des Philippines.
    Le journal norvégien VG a cité un porte-parole de la compagnie maritime norvégienne Frontline, affirmant que la compagnie avait confirmé que son pétrolier était en feu. Le porte-parole de la compagnie a ajouté qu’un navire à proximité avait récupéré les 23 membres d’équipage et les avait transporté dans un endroit sûr.
    « Front Altair » transportait 75 000 tonnes de naphte. Il semble avoir été torpillé » vers midi à l’heure de Taïwan (4h00 GMT), a indiqué Wu I-fang, responsable de la division pétrochimique de la société. Il a confirmé que tous les membres de l’équipage étaient sains et saufs.
    Front-Altair a été aperçu pour la dernière fois dans le golfe d’Oman, au large des côtes iraniennes, après avoir chargé sa cargaison à Ruwais aux Émirats arabes unis.
    Aux dernières nouvelles, il aurait finalement coulé.
    La Ve Flotte américaine a reçu deux appels de détresse de navires « attaqués »
    La Ve Flotte américaine a fait état de deux « appels de détresse » tôt jeudi matin émanant de pétroliers dans le Golfe d’Oman qui auraient été la cible d’une « attaque ».
    « Nous sommes au courant d’une attaque signalée contre des pétroliers dans le Golfe d’Oman », a déclaré le commandant Joshua Fry, porte-parole de la Ve Flotte américaine basée à Bahreïn, dans un communiqué. « Des forces navales américaines dans la région ont reçu deux appels de détresse distincts, à 06h12 locales et un second à 07h00 locales », a-t-elle ajouté. Le communiqué précise que « des navires américains sont dans la zone et prêtent assistance ».
    L’Iran a porté secours à 44 marins
    L’Iran a porté secours jeudi à « deux tankers étrangers » ayant eu un « accident » en matinée en mer d’Oman, a rapporté l’agence officielle iranienne Irna, citant « une source informée ».
    « Quarante-quatre marins ont été sauvés des eaux par une unité de secours de la Marine (iranienne) de la province d’Hormozgan (sud de l’Iran, NDLR) et transférés au port de Bandar-é Jask », écrit Irna.
    Les cours du pétrole flambent
    Les prix du pétrole bondissaient de près de 3% jeudi au début des échanges européens, les opérateurs s’inquiétant de la situation dans le Golfe après deux « appels de détresse » émanant de pétroliers qui auraient été la cible d’une « attaque ».
    Vers 08H00 GMT, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août grimpait de 1,70 dollar (2,83%) à 61,67 dollars. Le baril de WTI pour livraison en juillet montait de 1,38 dollar (2,70%) à 52,52 dollars.
    Une attaque déjà le 12 mai
    Le 12 mai, quatre navires – deux saoudiens, un émirati et un norvégien – ont été la cible d' »actes de sabotage » au large de Fujaïrah, membre des Émirats arabes unis. Fujaïrah est le seul émirat de la fédération situé sur la côte de la mer d’Arabie, au sud du détroit d’Ormuz, par où passent la plupart des exportations de pétrole du Golfe. Téhéran, qui a menacé à plusieurs reprises de fermer ce détroit stratégique, juge ces actes « alarmants ».

    Articles publiés sur Frontlive-Chrono le jeudi 13 juin 2019

    • Afghanistan: Attentat dans l’est du pays – au moins 9 morts – Abonnés
    • Belgique: les Kurdes ont remis à la Belgique cinq orphelins de familles de jihadistes – Abonnés
    • Gaza : raid aérien israélien contre une position du Hamas après un tir de roquette – Abonnés
    • Golfe d’Oman: deux pétroliers attaqués dans le golfe d’Oman – L’un d’eux a coulé – Lecture libre
  • Burkina: l’armée française libère quatre otages, deux militaires tués

    Imprimer

    PAR JEAN-RENÉ BELLIARD - LE 

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) ja日本語 (Japonais)nlNederlands (Néerlandais) idIndonesia (Indonésien) svSvenska (Suédois)



    Les forces spéciales françaises ont libéré quatre otages – deux Français, une Américaine et une Sud-coréenne – lors d’une intervention « complexe » dans le nord du Burkina Faso, au cours de laquelle deux militaires français ont été tués, ont annoncé vendredi les autorités.
    « Cette libération a pu être obtenue grâce à une opération militaire, conduite par les forces françaises dans la nuit de jeudi à vendredi, au nord du Burkina Faso », a précisé l’Elysée dans un communiqué.
    Les deux Français, Patrick Picque (51 ans) et Laurent Lassimouillas (46 ans), avaient été enlevés le 1er mai dernier lors d’un séjour touristique au Bénin, pays jusque-là épargné par l’insécurité en Afrique de l’Ouest, où opèrent de nombreux groupes jihadistes liés à el-Qaëda et à l’organisation Etat islamique (EI).
    Le corps du guide béninois des deux enseignants français avait été retrouvé samedi dans le parc national de la Pendjari. Leur véhicule avait ensuite été retrouvé dans l’est du Burkina Faso, pays voisin confronté à une dégradation de la situation sécuritaire sur son sol depuis 3 ans, avec une accélération alarmante ces derniers mois.
    L’identité des deux autres otages libérés n’était pas connue dans l’immédiat.
    Au cours de leur libération, deux militaires ont trouvé la mort au combat, le maître Cédric de Pierrepont et le maître Alain Bertoncello, tous deux commandos de marine affectés au commandement des opérations spéciales (COS), qui supervise les forces spéciales françaises. Ils appartenaient au Commando Hubert basé à Saint Mandrier.
    Quatre terroristes ont également été tués.

    Déroulement des évènements
    Le renseignement militaire français, en coopération avec l’armée américaine (AFRICOM), avait repéré et suivait le cheminement des terroristes et de leurs otages à travers le Burkina Faso. Le renseignement militaire a très vite compris que les terroristes avaient l’intention de gagner le Mali pour sans doute remettre les otages à la Katiba Massima affiliée au Groupe de Soutien à l’Islam et aux Musulmans. La Katiba Massima, dirigée par Amadou Koufa, est considérée comme le groupe rebelle le plus puissant du Mali.  Ce groupe de Koufa est apparu il y a trois ans dans le centre du Mali.
    Le Chef des opérations spéciales, le général Isnard savait qu’une fois arrivés au Mali et remis à la Katiba Massima, les otages seraient très difficiles à libérer. Mais le général Isnard savait que les terroristes devraient probablement faire un arrêt avant d’arriver au Mali. Et ayant constaté qu’ils s’étaient effectivement arrêtés pour dresser un camp, il a décidé, en accord avec les autorités politiques françaises, de lancer une attaque pour libérer les otages.
    Des moyens logistiques et sanitaires ont été pré-déployés dans la plus grande discrétion, en coopération avec l’armée burkinabé, tandis que les commandos étaient acheminés par hélicoptère à quelque distance de l’endroit où s’étaient arrêtés les terroristes et leurs otages. Les commandos ont poursuivi leur chemin en pleine nuit et, parvenu à proximité du camp des terroristes, parcouru à découvert les derniers 200 mètres sans faire le moindre bruit. Ils ont été finalement repérés par une sentinelle alors qu’ils ne se trouvaient plus qu’à une dizaine de mètres des quatre abris où se trouvaient les otages et les terroristes. Les commandos ont alors donné l’assaut sans faire usage de leurs armes dans un premier temps pour ne pas atteindre les otages dans l’obscurité. Les officiers mariniers Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello ont été tués au cours de cet assaut par des tirs à bout portant alors qu’ils entraient dans les abris. Les commandos ont alors ouvert le feu, neutralisé quatre terroristes et libéré les otages.

    Les deux soldats français tués
    Autres articles publiés sur Frontlive-Chrono le vendredi 10 mai 2019

    • Afghanistan: 4 enfants tués et 5 autres blessés par l’explosion d’une mine – Abonnés
    • Afghanistan : 21 militants tués lors d’une frappe aérienne menée en soutien aux soldats afghans à Kandahar – Abonnés
    • Afghanistan: Plus de 20 militaires tués dans des attaques des talibans contre plusieurs postes de contrôle – Abonnés
    • Burkina: l’armée française libère quatre otages, deux militaires tués – Lecture libre
    • Gaza: Un Palestinien tué et au moins 14 autres blessés par les Israéliens – Abonnés
    • Irak : Informations contradictoires au sujet d’une explosion à Sadr City (Bagdad) – Abonnés
    • Somalie : 13 membres de l’Etat islamique tués dans une frappe américaine – Abonnés
    • Syrie : Des groupes islamistes lancent une attaque surprise dans le nord de la province de Hama t entrent dans Kafr Nabudah – Abonnés
  • Frontlive-Chrono – Lundi 6 mai 2019

    Imprimer

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le lundi 6 mai 2019

    • Afghanistan : 25 soldats tués dans des affrontements avec les talibans – Abonnés
    • Gaza/Israël: Cessez-le-feu – Abonnés
    • L’Indonésie capture des militants liés à l’Etat islamique qui préparaient des attentats-suicides lors de l’annonce des résultats des élections – Abonnés
    • Libye : le nombre des morts lors des combats atteint 432 – Abonnés
    • Syrie: L’armée du régime lance une offensive dans la province de Hama – Abonnés
    • Yémen : Les rebelles chiites Houthi manœuvrent pour encercler le bastion de la coalition arabe à Qatabah – Abonnés