24/07/2014

24 juillet 2014 : Derniers évènements en Irak

L’Etat islamique a repris sa campagne d'attentats anti-chiites
33 personnes, dont cinq policiers, ont été tuées par un kamikaze à Bagdad dans la nuit du 22 au 23 juillet. Le terroriste a attaqué un barrage de police à l’entrée du quartier d’al-Kadhimiya. La plupart des victimes civiles se rendaient à un lieu de culte chiite, Musa al-Khadim.
L’attentat aurait été réalisé par un kamikaze tunisien qui s’appelle (naturellement) Abou Abdul-Rahman al-Tunisi.
L'État islamique avait déjà revendiqué la responsabilité d'attentats à Bagdad, dont plusieurs explosions ont eu lieu samedi 19 juillet, coûtant la vie à 27 personnes. 

Très graves accusations de l’ONU contre l’Etat Islamique en Irak
Mme Jacqueline Badcock, numéro 2 de l'ONU en Irak, accuse les jihadistes de l'EI d’avoir ordonné des mutilations génitales sur les femmes âgées de 11 à 46 ans en application d’une fatwa émise par les dirigeants du Califat.

L’armée tente désespérément de reprendre le terrain perdu

Bataille de Tikrit
Les forces gouvernementales ont lancé une contre-offensive il y a une semaine pour récupérer Tikrit, ville natale de l'ancien président Saddam Hussein, mais a du se retirer en raison de la résistance acharnée des insurgés sunnites.

Bataille de Fallujah
Cela fait des mois que l’armée tente de reprendre la ville de Falluhah, sans succès. Elle a adopté, depuis quelques jours, une méthode qui a donné des résultats en Syrie : le lancement de barils d’explosifs sur les zones tenues par les insurgés. Le seul problème : le grand nombre de victimes civiles provoqué par ces bombardements.
Des hélicoptères de l’armée ont lancé, le 23 juillet, cinq barils d’explosifs  sur la ville de Fallujah et la localité voisine de Garma, également entre les mains des rebelles sunnites. 

Au moins 60 morts dans une attaque contre un convoi de prisonniers le 24 juillet
Des kamikazes et d'autres hommes armés ont attaqué jeudi un convoi de prisonniers au nord de Bagdad, provoquant d'intenses combats avec les forces de sécurité qui ont fait au moins 60 morts. Les insurgés sunnites sont coutumiers de ces attaques contre les convois de prisonniers. Leur but est d'en libérer le plus grand nombre et tant pis si ces attaques provoquent un grand nombre de victimes parmi ceux qu'ils tentent de libérer.

Une ouverture politique et un espoir ?

Nouri al-Maliki a rencontré des chefs de tribus sunnites
Le premier ministre Nouri al-Maliki, un chiite controversé pour sa politique anti-sunnite, avait rencontré, il y a deux jours, des chefs de tribus sunnites pour tenter de les rallier contre les Jihadistes de l’Etat Islamique, tout comme le général américain Petraeus l’avait déjà fait  en créant les milices du réveil (Sahwa) au temps de l’occupation américaine de l’Irak.
 
Le Kurde Fouad Massoum est élu président de l'Irak par le Parlement
Le Parlement irakien a élu jeudi 24 juillet 2014 Fouad Massoum, comme président de l'Etat fédéral. Massoum, né en 1938 est kurde. Mais il ne faut pas voir nécessairement une tentative de dialogue en direction des Kurdes partisans de l’autonomie.  Les différentes communautés irakiennes s’étaient mis d’accord pour que le poste de président de la République soit toujours confié à un Kurde, tandis que celui de président du Parlement serait confié à un Sunnite et celui de chef du gouvernement à un Chiite. Une règle que l’on retrouve au Liban depuis l’indépendance. Il revient donc au Kurde Massoum de choisir le prochain premier ministre.
Fouad Massoum succède à un autre Kurde,  Jalal Talabani, qui était président depuis 2005.

Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

10:55 Publié dans Bagdad, Etat Islamique, Falloujah, Fouad Massoum, Irak, Tikrit | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |