09/10/2018

Syrie: le retrait des combattants du Hezbollah de Syrie a entraîné une rupture avec le général Suleimani

Le site israélien NzivNet rapporte qu’un conflit a éclaté entre le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah et le commandant de l’unité Al-Quds, une unité d’élite, le corps des gardiens de la révolution islamique d’Iran (CGRI), Hassan Suleimani.
Le site cite un rapport préparé par la communauté du renseignement israélien. Selon le document, le groupe libanais a rapatrié la moitié de ses militants hors de Syrie, soit environ 4 000 hommes. Les autres ont reçu l’ordre de se concentrer dans une zone proche de la frontière libanaise.
Selon le média, le président russe Vladimir Poutine souhaitait mettre un terme à l’activité des milices pro-iraniennes opérant sur le territoire syrien. Le Hezbollah a dû regagner des positions situées à la frontière avec Israël dans le sud du Liban.
Le redéploiement a indigné le commandant du CGRI, malgré le fait qu’il est conforme à la décision prise par le haut commandement du Hezbollah le 27 août et qui est de se préparer à un affrontement armé avec Israël. Le secrétaire général du mouvement chiite libanais, Hassan Nasrallah, a fait mention de ce projet à ses plus proches conseillers. La scène de la confrontation devrait être la « Galilée » occidentale.
Cependant, la décision prise par la direction du mouvement libanais a déplu au général Suleimani. En conséquence, les militants libanais ont commencé à tisser des liens avec les dirigeants iraniens en contournant le commandant de l’unité Al-Quds.
Le retrait des militants de Syrie n’a pas été coordonné avec Suleimani. Nasrallah a ignoré l’ordre direct du général d’arrêter le redéploiement. Il a également interdit à ses subordonnés de se soumettre aux ordres des militaire iraniens.
Les autorités iraniennes et syriennes ont tenté d’intervenir dans la résolution du conflit à la veille de l’attaque prévue contre la province d’Idlib. Le Hezbollah a promis de fournir des troupes pour l’offensive, mais cette promesse n’a pas été tenue.
Les dirigeants du mouvement chiite libanais n’ont pas apprécié l’envoi de miliciens chiites en provenance d’autres États sur le théâtre syrien, en raison du manque de formation militaire de ces militants. Il accuse également Suleimani de considérer les Arabes comme des personnes de deuxième rang.
NzivNet note que le conflit est connu et que l’administration américaine l’a considéré comme une preuve de l’affaiblissement de l’axe chiite. Le conseiller présidentiel pour la sécurité nationale, John Bolton, en a d’ailleurs discuté avec le secrétaire du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie, Nikolai Patrushev.

Lire la suite

12/09/2018

Etats-Unis: Zawahiri appelle à de nouvelles attaques aux Etats-Unis

Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) arالعربية (Arabe) esEspañol (Espagnol)itItaliano (Italien)

Zawahiri.jpg
A l’occasion du 17 e anniversaire des attentats du 11 Septembre à New York, le chef de file d’Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, a appelé ses partisans à lancer de nouvelles attaques aux États-Unis.

Dans un discours enregistré de 23 minutes, publié sur les organes de propagande de l’organisation, il a appelé les musulmans à la guerre économique et militaire contre les Etats-Unis.
Zawahiri a décrit les Etats-Unis comme « le premier ennemi des musulmans ». Il a condamné la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, une décision qu’il considère comme la « preuve de la partialité américaine pour les juifs et les chrétiens. »
Pour le chef d’Al-Qaïda la lutte contre l’Amérique est devenue inévitable. Pour lui, « il n’y a que deux options pour les musulmans: soit une confrontation farouche et avec honneur farouchement, soit accepter l’humiliation et la honte. »

Lire la suite

25/08/2018

Autorité Palestinienne: L’administration Trump annule 200 millions de dollars d’aide aux Palestiniens

Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe) deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) ja日本語 (Japonais) nlNederlands (Néerlandais) idIndonesia (Indonésien) svSvenska (Suédois)

L’administration américaine de Donald Trump a annoncé vendredi l’annulation de plus de 200 millions de dollars d’aide aux Palestiniens en Cisjordanie et dans la bande de Gaza.
« A la demande du président, nous allons rediriger plus de 200 millions de dollars initialement prévus pour des programmes en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Ces fonds iront désormais à des programmes hautement prioritaires ailleurs« , a déclaré à la presse un haut responsable du département d’Etat, sans plus de précisions sur leur future affectation.
Cette décision intervient à la suite d’une « analyse de l’assistance américaine à l’Autorité palestinienne et en Cisjordanie et dans la bande de Gaza pour faire en sorte que les fonds soient dépensés conformément aux intérêts nationaux américains« , a-t-il souligné.
Le département d’Etat assure avoir « pris en compte les défis auxquels est confrontée la communauté internationale pour fournir son assistance à Gaza, où le contrôle du Hamas met en danger la vie des Gazaouis et aggrave une situation humanitaire et économique déjà désastreuse« .
Les Etats-Unis avaient déjà drastiquement coupé en janvier leur contribution à l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA).
Les relations sont gelées entre Washington et l’Autorité palestinienne depuis l’annonce par Donald Trump, fin 2017, de sa reconnaissance unilatérale de Jérusalem comme capitale d’Israël.
Les Palestiniens refusent depuis tout contact avec l’administration américaine et lui dénient tout rôle de médiateur dans le processus de paix avec Israël.
L’annulation de l’aide américaine aux Palestiniens est « anti-paix » (envoyé palestinien)
L’envoyé de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) à Washington, Hossam Zomlot, a dénoncé vendredi l’annulation par l’administration Trump de 200 millions de dollars d’aide aux Palestiniens comme étant « anti-paix ».
« Cette administration est en train de démanteler des décennies de vision et d’engagement américains en Palestine. Après Jérusalem et l’UNRWA (l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens), ceci ne fait que confirmer l’abandon de la solution à deux Etats et l’adhésion complète à l’agenda anti-paix du (Premier ministre israélien Benjamin) Netanyahu« , a affirmé M. Zomlot dans un communiqué. « Faire de l’aide humanitaire et au développement un outil de chantage politique ne fonctionne pas« , a-t-il ajouté.