16/08/2018

Frontlive-Chrono du jeudi 16 août 2018

Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe)

  • Afghanistan: Attaque contre le centre d’entrainement des services de renseignement à Kaboul – Log in (13:38)
  • Arabie : un « extrémiste » jihadiste capturé, annonce le ministère de l’Intérieur – Log in (19:01)
  • État islamique : 30.000 combattants de Daech toujours présents en Irak et en Syrie – Log in (19:38)
  • Mali: Ibrahim Boubacar Keïta réélu pour cinq ans à la tête du pays – Log in (14:11)
  • Syrie: Le 5e Corps d’armée, soutenu par l’armée russe, arrive dans le nord de la province de Hama – Log in (18:41)
  • USA: Arrestation d’un Irakien accusé d’être un tueur de Daech – Log in (18:11)

06/07/2018

Iran: Les États-Unis répondent aux menaces iraniennes de bloquer le détroit d’Ormuz

par Jean-René Belliard
le

Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe)

Les forces armées américaines protégeront la navigation internationale en cas de tentative de la part de la République islamique d’Iran d’arrêter les exportations de pétrole de la région du golfe Persique. Ces propos ont été tenus par le porte-parole du commandement central de l’armée américaine, Bill Urban.
« L’US Navy et ses alliés sont prêts à prendre les mesures nécessaires pour assurer la liberté de navigation et le commerce international sans entraves partout où le droit international l’exige », a-t-il déclaré.
Il s’agit d’une réponse aux déclarations belliqueuses des dirigeants iraniens selon lesquelles, en représailles à un embargo sur les exportations pétrolières iraniennes, le régime des ayatollahs empêcherait les autres pays de la région d’exporter leurs hydrocarbures.
S’exprimant à Berne le 2 juillet, le président de la République islamique d’Iran, Hassan Rohani, a fait une déclaration qui a été perçue comme une menace mal voilée.
« Les Américains disent qu’ils veulent complètement couper l’exportation du pétrole iranien, ils ne comprennent pas très bien ce qu’ils disent, ce ne sera pas tel que l’Iran ne pourra pas exporter de pétrole, et le reste de la région le pourra », a-t-il déclaré.
Le commandant de l’unité « Al-Quds », l’unité d’élite du Corps des Gardiens de la Révolution islamique d’Iran, le Major général Qassem Souleimani a également affirmé que ses hommes étaient prêts à répondre aux sanctions américaines contre l’industrie pétrolière de l’Iran.
« Les Gardiens de la révolution sont prêts à mettre en œuvre des politiques qui empêchent l’exportation de pétrole par d’autres pays de la région,» a écrit Souleimani.

Pour suivre l'ensemble des textes publiés chaque jour sur Frontlive-Chrono, cliquez sur ce lien et suivez les instructions.

https://www.frontlive-chrono.com

Pour plus d'informations, contacter

Ptolémée

(+33)757910350
ptolemee@belliard74.com

28/06/2018

Afrique: Il y a plus de 10.000 combattants jihadistes sur le continent africain, selon le Maroc


Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) ja日本語 (Japonais) nlNederlands (Néerlandais) idIndonesia (Indonésien)

Quelque 10.000 combattants du groupe Etat islamique (EI) et d’al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) se trouvent actuellement sur le continent africain, a affirmé mardi le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita, après une réunion de la coalition internationale antijihadistes.
L’Afrique parmi les zones les plus « ciblées par Daech »
« Dans le cadre de l’évolution de la stratégie de Daech, l’Afrique est parmi les zones les plus ciblées« , avec « des zones de vulnérabilité exploitées par la nébuleuse terroriste« , a dit le ministre marocain. Il a appelé à une synergie entre les pays africains et la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, dont les directeurs politiques étaient réunis mardi à Skhirat, près de Rabat.
Hors Syrie, Irak et Afghanistan, le continent africain déplore le plus d’attentats et « le nombre des victimes est plus grand que sur le continent européen« , a insisté M. Bourita au cours d’un point de presse avec Brett McGurk, l’envoyé spécial du président Donald Trump auprès de la coalition internationale.
La réunion régionale qui a réuni une cinquantaine de délégations, dont une vingtaine du continent africain, a notamment permis de « partager des informations pour lutter en réseau pour protéger les pays, empêcher les combattants terroristes de franchir les frontières, de trouver des financements et de contrer leur idéologie néfaste« , a pour sa part dit Brett McGurk. Outre la nécessité de « partager les ressources et le savoir » face à la menace terroriste en Afrique, les discussions « très fructueuses » ont porté sur la nécessité de « finir le boulot en Syrie« , notamment en développant des programmes de reconstruction.
La coalition va apporter 90 millions de dollars de contributions aux programmes de reconstruction en Syrie et en Irak, a précisé l’envoyé spécial du président Trump.
Cette rencontre qui a réuni un « groupe restreint de pays membres de la coalition », des pays africains et des organisations régionales était une première du genre, selon le communiqué du ministère des Affaires étrangères marocain.
« Les pays africains ont beaucoup à apprendre de la coalition » mondiale contre l’EI, formée en 2014 autour des Etats-Unis pour intervenir en Irak et en Syrie, a souligné M. Bourita.

Pour suivre l'ensemble des textes publiés chaque jour sur Frontlive-Chrono, cliquez sur ce lien et suivez les instructions.

https://www.frontlive-chrono.com

Pour plus d'informations, contacter

Ptolémée

(+33)757910350
ptolemee@belliard74.com

 

09:22 Publié dans AQMI, Bourita Nasser (ministre des AE), Etat Islamique, McGurk Brett | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |