Corps des Gardiens de la Révolution Islamique

  • Frontlive-Chrono – Samedi 20 juillet 2019

    Imprimer

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le samedi 20 juillet 2019

    • Golfe: Regain de tension : l’Iran saisit un pétrolier britannique – Log in
    • Liban: Alors que montent les tensions entre l’Iran et les États-Unis, le Hezbollah se prépare à entrer en guerre contre Israël sur ordre de Téhéran – Log in
    • Libye : le gouvernement basé à Tripoli « inquiet » d’une « nouvelle escalade » militaire – Log in
  • L’Iran dit s’être abstenu d’abattre un avion de l’US Navy avec 35 personnes à bord

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien)nlNederlands (Néerlandais)

    Amir-Ali Hadjizade.jpgL’Iran s’est abstenu d’abattre un avion américain de patrouille maritime avec 35 personnes à son bord qui accompagnait le drone détruit jeudi en vol dans le Golfe, a déclaré vendredi un commandant du corps des gardiens de la Révolution.
    Cité par l’agence de presse Tasnim, Amir-Ali Hajizadeh, qui dirige la division aérospatiale de ce corps d’élite des forces militaires iraniennes, ajoute que cet avion P-8 avait lui aussi pénétré l’espace aérien iranien. « Nous aurions pu l’abattre, nous ne l’avons pas fait », a-t-il dit.
    Réagissant jeudi à la destruction du drone de l’US Navy, Donald Trump avait souligné que la situation aurait été « bien différente » si l’appareil détruit en vol avait eu un équipage à son bord.
    Les risques d’une confrontation directe entre Washington et Téhéran, qui montent depuis des semaines, se sont exacerbés après la destruction de ce drone.

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le vendredi 21 juin 2019

    • Irak : Une dizaine de morts dans un attentat suicide contre une mosquée à Bagdad – Abonnés
    • L’Iran dit s’être abstenu d’abattre un avion de l’US Navy avec 35 personnes à bord – Accès libre
    • U.S.A. – Iran: Donald Trump avait approuvé les frappes aériennes contre l’Iran, mais l’attaque a été annulée – Abonnés
    • U.S.A. – Iran : l’Iran a été averti par Trump, via Oman, de l’imminence d’une attaque – Abonnés

     

  • IRAK : Une roquette Katyusha vise le complexe pétrolier ExxonMobil à Bassorah

    Imprimer

    PAR JEAN-RENÉ BELLIARDLE 

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien)nlNederlands (Néerlandais) zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)

    Une roquette Katyusha a frappé le quartier général résidentiel et opérationnel de la société pétrolière ExxonMobil sur le site de Burjesia, près de la ville de Bassorah, dans le sud de l’Irak, tôt mercredi 19 juin. L’armée irakienne a rapporté que trois personnes avaient été blessées par l’explosion. A noter que les sociétés pétrolières Shell et Eni sont également présentes sur le site
    La fusée Katyusha était de courte portée et a atterri à 100 mètres de la partie du site servant de centre résidentiel et opérationnel.
    ExxonMobil a aussitôt annoncé son intention d’évacuer 20 de ses employés étrangers après l’attaque.
    Il n’y a pas eu de revendication immédiate de responsabilité.
    Les responsables irakiens ont déclaré que les opérations pétrolières dans le sud de l’Irak, y compris les exportations, n’étaient pas affectées par l’attaque au missile.
    ExxonMobil est le contractant principal d’un accord à long terme avec l’Iraqi South Oil Company pour développer le champ pétrolier.
    Conséquences de l’extrême tension régnant entre les Etats-Unis et l’Iran
    L’attaque à la roquette est survenue après deux attaques distinctes en autant de jours sur des bases abritant l’armée américaine en Irak, note Reuters.
    Les États-Unis avaient ordonné aux  » employés du gouvernement qui ne sont pas en situation d’urgence  » de quitter l’Irak en mai.  L’ordre d’évacuation a été donné après que les forces de sécurité irakiennes eurent averti que le personnel étranger pourrait être la cible d’enlèvements par des milices pro-iraniennes alors que les tensions américano-iraniennes s’intensifient. Le 18 mai, ExxonMobil avait retiré tous ses employés étrangers du champ pétrolifère West Qurna 1 (Irak) pour les emmener à Dubaï.
    Rappelons que l’administration Trump vient d’envoyer 1 000 soldats supplémentaires au Moyen-Orient et accuse l’Iran d’avoir attaqué des pétroliers dans le Golfe.
    Production pétrolière de l’Irak
    La capacité de production pétrolière de l’Iraq est d’environ 4,7 millions de barils par jour, mais le pays produit actuellement entre 4,4 et 4,5 millions de barils par jour en vertu d’un accord avec l’OPEP visant à réduire la production pétrolière.
    Les recettes pétrolières de l’Irak représentent environ 95 % des revenus du pays.

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le mercredi 19 juin 2019

    • Etat islamique: « Séparer les mères de l’Etat islamique de leurs enfants » – Un docteur kurde dénonce avec force les femmes du califat – Abonnés
    • Irak : Une roquette Katyusha vise le complexe pétrolier ExxonMobil à Bassorah – Accès libre
    • Irak : Les bases américaines visées par des attaques à la roquette – Abonnés
    • Libye: raid contre l’entrepôt d’une compagnie pétrolière, 3 blessés – Abonnés
    • Niger: deux policiers tués lors d’une attaque inédite aux portes de Niamey – Abonnés