23/10/2018

Belgique : Fouad Belkacem : Un dirigeant islamiste dépouillé de sa nationalité belge

PAR JEAN-RENÉ BELLIARD LE - 

Article publié en AnglaisAllemand, Espagnol, Italien, Néerlandais

Belkacem Fouad.jpgL’islamiste emprisonné Fouad Belkacem, dont le groupe « Sharia4Belgium » a envoyé des dizaines de jihadistes en Syrie, a été privé de sa citoyenneté belge et risque la déportation vers le Maroc.
La cour d’appel d’Anvers a jugé qu’il avait gravement manqué à ses devoirs de citoyen.
Belkacem a été emprisonné en 2015 pour avoir dirigé un groupe terroriste, dont beaucoup de recrues ont rejoint le groupe jihadiste État islamique.
Comparé au nombre d’habitants les Belges ont été les plus nombreux à rejoindre la Syrie pour faire le jihad que dans tout autre État membre de l’UE.
Certains de ceux qui sont rentrés en Europe ont été impliqués dans les attentats de Paris en 2015 et dans les attentats de Bruxelles de mars 2016.
« Sharia4Belgium » a été créé par Belkacem à Anvers. Le groupe a recruté les premiers combattants belges avant d’être dissous.
Il s’est inspiré d' "Islam4UK", un groupe autrefois dirigé par Anjem Choudary, un prédicateur radical qui a été libéré d’une prison britannique le 19 octobre. Lors du procès de Belkacem en 2015, il est apparu qu’il avait co-fondé Sharia4Belgium peu de temps après avoir visité une mosquée à Londres.
Un autre groupe connu sous le nom de « réseau Zerkani » a recruté des jihadistes, comme le terroriste Abdelhamid Abaaoud et le poseur de bombes Najim Laachraoui, originaire de la région de Molenbeek à Bruxelles.
Après avoir été condamné à 12 ans de prison, les autorités belges ont commencé à préparer la suppression de sa nationalité. Possédant la double nationalité, il conserve la nationalité marocaine.
Le ministre belge des Migrations, Theo Francken, s’est félicité de la décision de déposséder Belkacem de sa nationalité belge, mais a ajouté qu’une telle mesure devrait être automatique après toute condamnation pour terrorisme.
Le retrait de la nationalité aux jihadistes ayant la double nationalité demeure controversé. La France a annoncé son intention d’introduire cette politique après les attentats de novembre 2015, mais a renoncé l’année suivante.
Belkacem n’est pas le premier Belge lié au terrorisme à perdre sa nationalité. Malika el-Aroud a été dépouillée de sa citoyenneté en 2017 pour avoir dirigé un groupe lié à Al-Qaïda.
Belkacem peut encore faire appel de la décision devant le tribunal belge de dernier ressort, la Cour de cassation ou la Cour européenne de justice.
Son avocate, Liliane Verjauw, a déclaré qu’il n’avait plus aucun lien avec le Maroc et se considérait belge.
« Sa famille est ici depuis 50 ans, depuis trois générations. Sa nationalité belge fait partie de son identité « , dit-elle.

Lire la suite

19/10/2018

Grande Bretagne: le prédicateur de Daech Anjem Choudary est sorti de prison

PAR JEAN-RENÉ BELLIARD LE 

Texte disponible en anglais, arabe

Choudary AnjemLe prédicateur radical Anjem Choudary, condamné en 2016 à cinq ans et demi de prison par la justice britannique pour avoir appelé à soutenir le groupe jihadiste État islamique (EI), est sorti vendredi matin de prison, ont rapporté les médias britanniques.
Personnage central du « Londonistan », la mouvance radicale islamiste de Londres, cet avocat de 51 ans d’origine pakistanaise avait appelé à soutenir le groupe radical dans une série de vidéos postées sur YouTube après avoir prêté allégeance au chef de l’EI, Abou Bakr al-Baghdadi.
Choudary a été libéré après avoir purgé la moitié de sa peine, mais sera soumis à un régime de surveillance pour le temps restant, avec une série de restrictions concernant notamment les lieux et les personnes qu’il sera autorisé à fréquenter, selon la BBC.
Le quotidien The Telegraph publiait des photos le montrant entrant dans un hôtel du nord de Londres, tôt vendredi matin 19 octobre 2018, après avoir quitté la prison de haute-sécurité de Belmarsh, où il était incarcéré.
Depuis les années 1990, ce fils d’un courtier en Bourse, à la longue barbe poivre et sel, était devenu une figure familière des autorités et des médias en multipliant les manifestations devant les mosquées, les ambassades et les commissariats de police du Royaume-Uni.
Son objectif ultime, disait-il, était de faire flotter le drapeau de l’islam au-dessus du 10, Downing Street, la résidence du Premier ministre.

Lire la suite