30/08/2018

Pays-Bas: tentative d’assassinat de Geert Wilders, le chef du Parti de la Liberté

Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) nlNederlands (Néerlandais)

Un Pakistanais de 26 ans, qui vit aux Pays-Bas, a été arrêté cette semaine par la police de La Haye. Il est soupçonné d’avoir tenté d’attenter à la vie de l’homme politique néerlandais Geert Wilders – le chef du « Parti de la liberté » d’extrême droite, le troisième parti hollandais en nombre de sièges au Parlement.
La veille de son arrestation, le Pakistanais avait assisté à une réunion du mouvement anti-israélien BDS, qui s’était tenu, mardi 28 août sur la place du Dam, située au cœur d’Amsterdam. Il avait également enregistré une vidéo en ourdou dans laquelle il affirmait vouloir tuer Wilders pour le punir d’organiser un concours de caricatures du prophète Mahomet annoncé pour le mois de novembre prochain.
« Je suis aux Pays-Bas, à cinq minutes à pied du Parlement et j’ai l’intention de tuer Wilders, et je le ferai, In Shah Allah. Il se moque de notre prophète .. » déclare l’islamiste sur la vidéo.
« Aslam Taslam » (soumets toi et tu auras la paix) pour Geert Wilders
Rappelons que Geert Wilders est l’un des critiques les plus sévères de l’islam dans le monde. Il a appelé la religion musulmane une « idéologie fasciste » et soutient fermement Israël.
Déjà, en avril 2008, le mouvement islamiste radical pakistanais Hizb ut Tahrir, avait adressé une lettre de menace au gouvernement des Pays-Bas qu’il jugeait responsable de « l’offense faite aux musulmans » à la suite de la sortie du film Fitna produit par Geert Wilders où il mettait en cause le Coran. Depuis cette date, Geert Wilders ne peut plus se déplacer sans protection.
Et la situation ne risque pas de se calmer. Mardi 28 août, l’athlète pakistanais Khalid Latif, joueur de cricket, avait offert sur son compte Twitter une récompense de 25 000 $ pour l’assassiner de l’homme politique néerlandais, tandis que Khadim Hussain Rzivi, chef du Parti du Pakistan islamique, menaçait de jeter une bombe atomique sur les Pays-Bas – si le concours de caricatures du prophète Mahomet se déroulait comme annoncé.
Charlie Hebdo
Rappelons que le 7 janvier 2015, des terroristes islamistes ont attaqué le rédacteur en chef de l’hebdomadaire satirique parisien Charlie Hebdo. À la suite de cette attaque, 12 personnes ont été tuées et 10 autres blessées. Neuf morts étaient des employés de la rédaction.
L’attaque a été commise par les islamistes, frères Said et Cherif Kouachi et Amedi Coulibaly, qui a vengé les journalistes pour avoir publié des caricatures du prophète Mahomet. Après l’attaque de l’édition Charlie Hebdo Coulibaly a abattu un employé de la police dans la banlieue sud de Paris, puis a fait un magasin de saisie Hyper-cacher, au cours de laquelle a tué quatre autres personnes. Plus tard, trois terroristes ont été détruits.

Attention

Liste des articles publiés ce jeudi 30 août 2018 sur Frontlive-Chrono. Les articles suivis de "log in" sont réservés aux abonnés de Frontlive-Chrono.

  • France: un ex-professeur de maths condamné pour apologie du terrorisme – Log in
  • Irak : Attaque d’un kamikaze près de la frontière syrienne – 30 morts le 29 août 2018 – Log in
  • Pays-Bas: tentative d’assassinat de Geert Wilders, le chef du Parti de la Liberté – Lire la suite
  • Syrie : Résumé de la situation militaire – Log in
  • Yémen: La marine américaine saisit des armes dans le golfe d’Aden – Log in

 

Pour plus d'informations, accéder au portail Frontlive-Chrono
ou écrire à mailto:ptolemee@belliard74.com

11/06/2018

France: Protestations contre la venue du chanteur Médine au Bataclan

Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais)

Des élus français ont protesté, dimanche 10 juin 2018, contre les prochains concerts dans la salle du Bataclan du rappeur  Médine, qui avait suscité une polémique en 2015 avec le titre « Don’t Laïk« , paru une semaine avant l’attentat contre Charlie Hebdo.
« Au Bataclan, la barbarie islamiste a coûté la vie à 90 de nos compatriotes. Moins de trois ans plus tard, s’y produira un individu ayant chanté +crucifions les laïcards+ et se présentant comme une +islamo-caillera+ » (verlan de  racaille). « Sacrilège pour les victimes, déshonneur pour la France« , s’est offusqué sur Twitter le président des Républicains (LR), Laurent Wauquiez.
Lors d’une série d’attentats menés dans la soirée du 13 novembre 2015, un commando jihadiste avait tué 130 personnes à Paris et dans sa banlieue, dont 90 au Bataclan. Sollicité par l’AFP, le codirecteur du Bataclan, Jules Frutos, n’a pu être joint.
Le député LR des Alpes-Maritimes (sud-est), Eric Ciotti, a de son côté demandé « au président Emmanuel Macron d’interdire ce concert » du rappeur Médine, estimant dans un communiqué que « si la liberté d’expression est un droit fondamental, il y a des symboles qui ne peuvent être profanés« . Une pétition contre la tenue des concerts les 19 et 20 octobre a été lancée sur change.org . Le rappeur français avait fait polémique en janvier 2015 avec son titre « Don’t Laïk » et des paroles comme « crucifions les laïcards comme à Golgotha » et « j’mets des fatwas sur la tête des cons« .  Ce titre était paru une semaine avant l’attentat contre l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, lors duquel deux hommes armés avaient exécuté 11 personnes dans les locaux parisiens du journal. « Un musulman ne peut pas avoir une critique objective de la laïcité. J’en ai fait les frais. Je me revendique de cet esprit outrancier, satirique au nom de la liberté d’expression pour pouvoir blasphémer une valeur lorsqu’elle est dévoyée », s’était défendu Médine plus tard dans l’hebdomadaire français Les Inrocks.
Le Bataclan est réputé pour sa programmation rock mais aussi rap, ce que rappelle Médine dans la chanson « Bataclan » de son dernier album qui vient de sortir.

08:50 Publié dans Bataclan, Charlie Hebdo, Ciotti Eric, France, Médine (rocker), Wauquiez Laurent | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |