22/10/2017

Syrie : Les Forces Démocratiques Syriennes s'emparent de l'important gisement pétrolier d'Omar

Syrie 
OmarFields
Les Forces Démocratiques Syriennes s'emparent de l'important gisement pétrolier d'Omar
Les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), une alliance rebelle kurdo-arabe soutenue par les Etats-Unis, ont finalement gagné la course de vitesse qui l'opposait aux forces pro-gouvernementales pour le contrôle des importants gisements pétroliers et gaziers d'Omar. Les FDS ont annoncé avoir pris dimanche le contrôle, dimanche 22 octobre, de ce gisement pétrolier.
Le gisement d'al-Omar, sur la rive orientale de l'Euphrate, est l'un des principaux champs pétroliers du pays. Il était jusqu'ici tenu par les jihadistes de l'Etat islamique (Daech).
"Nos forces ont réussi à libérer ce gisement sans dégâts notables", a déclaré Lilwa al Abdallah, une porte-parole de l'offensive lancée dans la province de Deir ez-Zhor. Le gisement d'al-Omar est situé à une dizaine de kilomètres au nord de Mayadin, ville reprise mi-octobre à l'EI par les forces gouvernementales syriennes et leurs alliés.
Les FDS, à l'est de l'Euphrate, et les forces pro-Bachar el-Assad, sur l'autre rive, sont engagées dans deux offensives concurrentes contre l'EI. Des discussions entre la coalition sous commandement américain, qui appuie les FDS, et l'armée russe, qui soutient les forces du régime, ont régulièrement lieu pour éviter tout risque d'incidents.
Communiqué des FDS :
"Nos forces ont mené une opération militaire de grande envergure visant la concentration de mercenaires dans les champs de pétrole d'Omar aux premières heures de la matinée (22 octobre 2017) afin de venir à bout des mercenaires et de leur ôter l'occasion de commettre des actes de sabotage à cause de leurs défaites dans les régions libérées. Nos forces ont, par conséquent, libéré les anciens champs des militants et les ont chassés des champs avec peu de dégâts. 
Nos forces continuent à traquer les survivants qui se sont réfugiés dans le quartier d'hébergement des ouvriers adjacent aux champs où ils se sont mis à l'abri dans ces bâtiments, tandis que nos forces s'affrontent avec eux pour les expulser ou les éliminer 
Laila Al Abdullah, porte-parole officielle de la campagne Asefat AL-Jazeera."

Jean René Belliard

ptolemee@belliard74.com

14/09/2017

Newsletter complète du 13 septembre de Jean René Belliard

Cher lecteur

Exemplaire de la newsletter adressée le 13 septembre , comme chaque jour, aux abonnés de ptolemee@belliard74.com, un centre d'information sur les évènements du Moyen Orient, d'Afrique du nord, du Sahel et de tous les évènements liés au jihadisme à travers le monde.

Pour vous abonner, écrire à mailto:ptolemee@belliard74.com

Lire la suite

12/09/2017

Course de vitesse entre forces pro-gouvernementales et FDS soutenues par les USA dans la province de Deir ez-Zhor

Course de vitesse entre forces pro-gouvernementales et FDS soutenues par les USA dans la province de Deir ez-Zhor 
(De notre correspondant en Irak, Fahd M.)
 
Les forces Tiger, une unité d'élite de l'Armée Arabe Syrienne (AAS) et la Garde Républicaine Syrienne (SRG) ont poursuivi leurs opérations de nettoyage pour éliminer les jhadistes de Daech du secteur de l'aéroport de Deir ez-Zhor.
L'armée syrienne s'apprête à franchir l'Euphrate pour bloquer les Forces Démocratiques Syriennes soutenues par les USA 
On a  constaté que l'AAS et la SRG ne donnaient pas l'impression de se préparer à lancer une opération militaire pour chasser l'EI de l'intérieur de la ville de Deir ez-Zhor. Cela pourrait laisser supposer qu'elles se préparent plutôt à franchir la rivière Euphrate pour se porter au devant des Forces Démocratiques Syriennes, une coalition de groupes rebelles arabes et kurdes soutenue par les Etats Unis.  
Les Forces Démocratiques Syriennes ne sont plus qu'à 5km de Deir ez-Zhor 
Les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont développé, avec l'aide de la coalition internationale menée par les Etats-Unis, leur avance dans la province de Deir ez-Zhor . Elles se sont emparées de la zone industrielle de Deir ez-Zhor, de la base 113 de la défense aérienne, de Bi'r Hisyan et quelques autres points clés, selon des sources pro-kurdes .
Avec ces avancées, les FDS ne seraient plus qu'à 5 km de la ville de Deir ez-Zhor. 
Plus tôt cette semaine, les forces soutenues par les États-Unis avaient annoncé des plans pour "libérer la ville de Deir ez-Zhor" et former un "conseil civil" pour gouverner la ville après sa libération attendue. 
Lundi 11 septembre, "un groupe de cheiks tribaux" lié au Conseil militaire de Deir ez-Zhor (DMC) contrôlé par les FDS a publié un communiqué affirmant que le DMC et les FDS allaient libérer la ville de Deir ez-Zhor "des griffes des mercenaires de l'EI". La déclaration a également annoncé la formation de comités qui superviseraient la formation du Conseil civil de Deir ez-Zhor pour administrer la ville et sa province après sa libération.
Risques d'affrontements entre forces pro-gouvernementales et FDS   
La déclaration n'a pas révélé comment les forces soutenues par les États-Unis entendaient libérer Deir ez-Zhor de Daech  alors qu'une partie importante de la ville a déjà été reprise par les forces gouvernementales. Si les forces soutenues par les États-Unis tentent vraiment de s'emparer de tout ou partie de la ville de Deir ez-Zhor sous le prétexte de combattre l'EI, on pourrait assister à des affrontements entre les forces pro-gouvernementales et les FDS.  
Si elles ne parviennent pas à s'imposer à Deir ez-Zhor, les Forces Démocratiques Syriennes pourraient se rabattre sur les champs pétroliers d'Omar et s'en emparer.    
Dernières nouvelles :  
Aux dernières nouvelles, les forces Tiger, une unité d'élite de l'armée syrienne, seraient prêtes à franchir l'Euphrate et n'attendraient plus qu'un ordre pour se mettre en mouvement. Il semble que l'objectif soit de s'emparer des champs pétroliers Omar, situés sur la rive orientale de l'Euphrate, avant l'arrivée des FDS. Mais l'atteinte de cet objectif dépendra, naturellement, de la résistance qu'opposeront  les jihadistes sur la rive occidentale de l'Euphrate. 
 
Jean René Belliard