23/08/2017

Liban : Camp palestinien d'Aïn el-Héloué : Alternance de combats et de cessez-le-feu

Camp palestinien d'Aïn el-Héloué : Alternance de combats et de cessez-le-feu 
Un calme précaire régnait mercredi 23 août en début d'après-midi dans le camp de réfugiés palestiniens d'Aïn el-Héloué, à la lisière de Saïda, après un énième cessez-le-feu entré en vigueur à midi, à l'issue de sept jours de combats quasi-ininterrompus. Toutefois, des tirs sporadiques et des jets de grenades étaient toujours signalés.
Mercredi matin, d'intenses affrontements s'étaient déroulés dans la rue Fouqani, au niveau de Ras el-Ahmar et Safsaf. Peu avant midi, les combats se sont intensifiés, et plusieurs habitations situées dans le secteur de Tiri étaient en proie aux flammes en raison des tirs de roquettes.
Cinq personnes ont été blessées mercredi à l'intérieur du camp, dont deux combattants du Fateh. Non loin de là, deux membres du service de la Sécurité de l'Etat libanais ont été blessés par des balles perdues devant le Sérail de Saïda.
Depuis le début des affrontements, deux personnes ont été tuées, et plus d'une dizaine d'autres ont été blessées.
Durant la nuit, la tension était palpable, après une journée de combats entre groupuscules islamistes et force conjointe de sécurité (composée notamment du Fateh). Des tirs de roquettes, des lancers de grenades, des rafales d'armes automatiques se faisaient entendre dans la rue Fouqani.
Un cessez-le-feu négocié entre le Fatah et le Hamas 
Le dernier cessez-le-feu est le résultat d'une réunion entre le Hamas et le Fateh à l'ambassade de Palestine à Beyrouth. Une autre réunion s'est tenue à midi au siège de la force conjointe à l'intérieur du camp, afin d'assurer l'arrêt des hostilités. L'accord prévoit le début du cessez-le-feu, mercredi à midi, puis le déploiement total de la force conjointe de sécurité dans le secteur de Tiri et le recours à des éléments armés du Fateh en cas de besoin.
Dans l'après-midi, des membres de la force conjointe ont débuté leur déploiement dans le quartier de Tiré, à l'intérieur du camp. Ces forces sécuriseront d'abord les zones de Safsaf et du marché aux légumes.
Le Fatah ne cèdera pas de terrain aux Islamistes
Selon des informations rapportées par l'agence al-Markaziya, le Fateh a reçu le feu vert de son commandement à Ramallah de poursuivre les combats à Aïn el-Héloué, et cela pour contrer les jihadistes qui gagnent, petit à petit, du terrain. Des miliciens du Fateh venus d'autres camps du Liban se sont joints à ceux de Aïn el-Héloué pour les aider dans leur bataille.
Les responsables sécuritaires libanais veulent l'anéantissement des jihadistes dans le camp 
Une source palestinienne a souligné à al-Markaziya que « le Fateh a mis en place une salle d'opérations militaire pour gérer les combats d'une façon plus efficace jusqu'à ce que les groupes fondamentalistes du camp soient anéantis ». « Les responsables sécuritaires libanais sont intransigeants, ils veulent que le camp de Aïn el-Héloué finisse avec les jihadistes », ajoute-t-on de même source. 
150 jihadistes se battent contre le Fatah 
Plus de 150 fondamentalistes se battent actuellement contre la branche armée de l'OLP à Aïn el-Héloué. Ils appartiennent à diverses factions fondamentalistes du camp et n'adhèrent pas - contrairement au Hamas et à Osbat al-Ansar - au comité conjoint chargé de la sécurité à Aïn el-Héloué. On compte parmi ces fondamentalistes de nombreux hors-la-loi libanais comme Abed Foda et Chadi Maoulaoui qui ont pris part aux combats à Tripoli opposant les habitants de Bab el-Tebbané à ceux de Jabal Mohsen.  
Les deux leaders islamistes, Bilal Arkoub et Bilal Badr 
Les deux leaders islamistes Bilal Arkoub et Bilal Badr restent, eux, recherchés par les forces palestiniennes.
Bilal Badr est un militant palestinien recherché qui avait déjà affronté en avril les forces de sécurité locales, et les combats avaient fait neuf morts. Il est suspecté de "terrorisme" et d'appartenir à un groupe armé, selon un responsable de sécurité libanais. Il refuse de se rendre aux forces de sécurité palestiniennes pour être remis aux autorités libanaises.
La force conjointe de sécurité - qui rassemble les principales factions palestiniennes, dont le Fateh et le Hamas - cherche depuis des mois à limiter l'influence du groupe Badr.
Le Camp d'Aïn el-Héloué 
Le camp d'Aïn el-Héloué, où vivent 61.000 Palestiniens, dont 6.000 venus de Syrie, abrite différents groupes armés et il est régulièrement le théâtre d'affrontements entre les principales organisations et des groupuscules extrémistes qui s'y sont implantés au fil des années.
Mesures anti-jihadistes dans le camp de Beddaoui (Liban nord)
Le comité chargé de la sécurité du camp palestinien de Beddaoui a demandé aux habitants de ne pas louer des maisons, des appartements ou des chambres à de nouveaux venus avant de déposer une demande et de recevoir l'accord du comité. Cette mesure a été prise pour préserver la stabilité du camp et éviter d'éventuels débordements sécuritaires. 
 
Jean René Belliard

 

08/01/2017

Les Moukhabarat (services syriens) ont infiltré les groupes jihadistes - Blog du 8 janvier 2017

Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 8 janvier 2017
Extrait de la 551ème newsletter du 6 janvier 2017.
Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com

Lire la suite

02/09/2015

2 septembre 2015 - Une nouvelle révolte des peuples arabes ?

Jean René Belliard, auteur de "Beyrouth, l'enfer des espions", publie une newsletter quotidienne accessible aux abonnés uniquement. Elle donne chaque jour un résumé des principaux évènements qui se déroulent au Moyen Orient et en Afrique du nord, rédigée à partir des informations réunies sur place par une quinzaine de correspondants.
Pour vous abonner, demander des informations à
ptolemee@belliard74.com

Lire la suite