25/03/2015

2015-03-25 – Guerres dans le monde arabe

Aden est sur le point de tomber aux mains des miliciens chiites d’Ansarullah. La chute de la ville permettra à l’Iran et les milices chiites alliées à Téhéran de contrôler le détroit d’Hormouz et celui de Bab el-Mandeb, à la sortie de la mer rouge. La chute d’Aden serait un coup dur pour la sécurisation de cette importante voie maritime et la lutte contre les pirates somaliens. Sans compter que, désormais, il n’y a plus au Yémen que les organisations jihadistes d’al-Qaïda et de l’Etat Islamique pour s’opposer aux miliciens chiites. L’Arabie saoudite montre les dents et le sultanat d’Oman peut trembler.

Lire la suite

27/10/2014

24 au 27 octobre : Flambée de violence au Liban nord

Liban : objet de toutes les inquiétudes
Ce weekend, c’est le Liban qui nous inquiète. Deux évènements majeurs ont eu lieu : de violents affrontements ont éclaté entre l’armée libanaise et des Islamistes à Tripoli et dans la région nord du Akkar. Et au sud Liban, c’est à une escalade dangereuse à laquelle vient de procéder le Hezbollah en tirant de puissants missiles sur des positions proches de la frontière israélienne supposées être occupées par des Jihadistes du Front al-Nosra. Le Hezbollah accuse les Israéliens d’avoir toléré leur présence dans cette région frontalière du Mont Hermon (Jabal esh-Sheikh) et du Golan syrien.

Lire la suite

17/07/2014

Nouvelles de Syrie : 17 juillet 2014

Le pro-saoudien Zahran Aloush, chef du Front Islamique, est toujours vivant
Zahran Aloush, le chef du Front islamique, un rassemblement de brigades syriennes rebelles  aidé par l’Arabie saoudite que l’Etat Islamique (Daesh) affirmait avoir tué au cours d’un attentat suicide, est toujours vivant comme en témoigne cette vidéo. Zahran avait réussi à stopper l’avancée des jihadistes de Daesh vers la région de Damas.
http://www.youtube.com/watch?list=UUnigacRk8PMRKK47soehLW...

L'Etat islamique s'empare d'un gisement de gaz près de Homs
Les combattants de l'Etat islamique (EI ou Daesh) ont pris le jeudi 17 juillet le contrôle du gisement de gaz de Chaar, au centre du pays,  au nord de Palmyre.
L’offensive de Daesh a commencé par un attentat kamikaze selon une tactique qui lui est coutumière. Les combattants de l’Etat Islamique ont pris ensuite huit barrages de l’armée avant d'occuper le champ gazier. Vingt-trois membres des forces de sécurité qui défendaient le gisement ont été tués dans l'attaque menée par les islamistes qui ont perdu une douzaine de combattants.
On est sans nouvelles de 340 membres des forces de défense nationale (milice pro-régime), des gardes et des trois techniciens se trouvant sur ce camp au moment de sa capture par Daesh.
L’armée syrienne va tenter de reprendre le site et procède actuellement à d’intenses bombardements.

Damas
Une tentative d’assaut des rebelles en direction de la place des Abbassides à partir du quartier rebelle de Jobar était prévue pour le mercredi 16 juillet. Une source proche du Hezbollah a affirmé que les miliciens sunnites s’étaient regroupés dans un immeuble proche de la place. Mais les forces fidèles à Bachar el-Assad ont réussi à détruire l'immeuble, tuant un grand nombre de rebelles.
Visite du front de Jobar (côté rebelle) donnant sur  la place des Abbassides à Damas. Progression à travers les tunnels :
http://www.youtube.com/watch?list=UUnigacRk8PMRKK47soehLW...
Tandis que l’aviation du régime bombarde le quartier de Jobar :
http://www.youtube.com/watch?list=UUnigacRk8PMRKK47soehLW...

Poursuite de la bataille du Qalamoun, à la frontière libano-syrienne
Des combats violents se déroulent depuis plusieurs jours dans le massif montagneux du Qalamoun à la frontière libano-syrienne entre l’armée syrienne et le Hezbollah libanais d’un côté et l’Armée syrienne libre et le Front al-Nosra (al-Qaïda) de l’autre. On estime qu’entre 3000 et 5000 rebelles sunnites sont retranchés dans ces montagnes.

La carte ci-dessus montre au bas de la ligne rouge le Liban avec la localité d’al-Qaa à gauche et Ersal à droite.

Qalamoun 1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’objectif des forces du régime syrien est de contrôler les nombreuses hauteurs qui surplombent la localité libanaise d’Ersal, et celles qui surplombent les versants Nord-est et sud-est de la Bekaa.
Les rebelles syriens auraient eu 55 tués au cours de ces combats, parmi lesquels Omar Yakzane, un membre important des brigades islamistes Abdallah Azzam. Yakzane était le bras droit du religieux islamiste Sirajeddine Zreikat.
Qalamoun 2.jpg 












Damas dans le carré en rouge – Rankous au-dessus

Le Hezbollah libanais supporte le gros de la bataille
Le Hezbollah libanais a supporté le gros de la bataille, appuyé par les hélicoptères de combat de l’armée syrienne.  La tactique employée par la milice chiite libanaise était d’encercler et d’isoler les différents groupes rebelles et les anéantir les uns après les autres.
E problème est que les insurgés sunnites se sont infiltrés dans les régions montagneuses tant en Syrie qu’au Liban et pourraient déplacer la bataille vers les localités chiites de la Bekaa libanaise, considérées comme des places fortes du Hezbollah. Cette éventualité est d’autant plus inquiétante que la communauté sunnite est chauffée à blanc actuellement au Liban, exaspérée par les évènements de Gaza et enthousiasmée par les succès sunnites en Irak.
 
Un jihadiste marocain commet un attentat suicide contre l'armée syrienne
Dans la Ghouta (région de Damas), un attentat suicide à la une voiture piégée a été perpétrée mercredi 16 juillet dans la localité de Mleiha, conquise par les rebelles en avril 2013 et reconquise pour moitié par l’armée syrienne au début du mois de mai 2014. Le kamikaze a visé un barrage de l’armée syrienne dans le but de briser le blocus qu’elle impose à cette région. L’auteur de l’attentat est un membre du Front al-Nosra de nationalité marocaine.

Des Islamistes libyens participent à la bataille de Rass el-Aïn contre les Kurdes
La bataille menée par Daesh contre la localité kurde de Rass el-Aïn fait toujours rage. Elle a été baptisée par les Jihadistes de l'EI « Badr al-Koubra » (en allusion à la bataille menée par le prophète Mohammad contre les infidèles). Des renforts ont été dépêchés des deux côtés : de nombreux Kurdes de Turquie et d’Irak venus défendre Rass el-Aïn d’un côté et des Jihadistes arabes et étrangers de l’autre. A noter que la brigade islamiste libyenne Bitar participe aux combats aux côtés de Daesh.

Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l’enfer des espions)