06/10/2018

Malaisie: La branche spéciale antiterroriste arrête 7 jihadistes étrangers et 1 local en lien avec l’Etat islamique

Huit hommes soupçonnés de liens terroristes ont été arrêtés en Malaisie. Ils sont accusés d’activités menaçant la sécurité nationale.
Les suspects – sept étrangers et un Malaisien – ont été détenus par la division antiterroriste de la branche spéciale Bukit Aman de Perlis, Kuala Lumpur et Johor le 24 septembre.
L’inspecteur général de la police Tan Sri Mohamad Fuzi Harun a déclaré que tous les suspects étaient impliqués dans un centre d’enseignement islamique à Perlis. Le centre est accusé de promouvoir une idéologie islamique extrémiste.
« Il s’agit soit d’étudiants, soit d’anciens membres du personnel enseignant du centre.
« Nous avons procédé à ces arrestations après avoir reçu des informations exploitables selon lesquelles un groupe terroriste basé au Yémen envisageait de créer un centre d’enseignement en Asie du Sud-Est pour promouvoir l’idéologie extrémiste du salafisme jihadiste.
« Les premières enquêtes basées sur des renseignements communiqués par des services de renseignement étrangers ont montré que les suspects avaient des liens avec une madrasa à Dammaj, au Yémen, créée par le Sheikh Muqbil Hadi Al Wadi, un érudit du salafisme jihadiste.
« La madrasa suit les enseignements du salafisme djihadiste qui permet de tuer des non-musulmans et même des musulmans qui ne suivent pas leur voie « , a-t-il déclaré dans un communiqué samedi.
Les enseignements ont également qualifié le système démocratique de « toghut » (non islamique), a ajouté l’inspecteur général.
Selon l’IGP, la première série d’arrestations a eu lieu à Perlis. Cinq Européens et un autre originaire du continent américain ont été interpellés. Ils sont âgés entre 24 et 38 ans.
« Nous pensons que tous les six ont des liens avec le groupe terroriste État islamique, ainsi qu’avec d’autres cellules terroristes dans la région.
« Ce sont tous des élèves du centre d’enseignement islamique de Perlis, a-t-il dit.
Le septième suspect arrêté à Kuala Lumpur, est un homme de 33 ans originaire du Moyen-Orient . Il était enseignant du centre, a déclaré Mohamad Fuzi.
« Nous pensons qu’il a diffusé les enseignements du salafisme jihadist sous prétexte de diriger des classes islamiques dans la vallée du Klang « , a-t-il dit.
La dernière arrestation concerne un Malaisien de 32 ans. Le délinquant a été arrêté à Muar, Johor.
« Il étudiait au centre depuis 2014 », a-t-il dit.
Ces arrestations visaient à freiner la diffusion des enseignements du salafime jihadiste en Malaisie, a ajouté l’IGP.
« Ces enseignements sont à la base de la plupart des groupes terroristes, y compris de l’Etat islamique, al-Qaïda, Jemaah Islamiah (JI), Boko Haram, le groupe Abou Sayyaf Group et bien d’autres.
« Ce n’est pas la première fois que des éléments terroristes tentent de diffuser les enseignements du salafisme jihadiste dans le pays. Les dirigeants de la JI, Abdullah Sungkar et Abu Bakar Basyir, avaient créé des écoles à Negri Sembilan et Johor en 1985, mais nous avons réussi à y mettre un terme « , a-t-il dit.

Arrestations jihadistes.jpg

Lire la suite