Bombes B-61

  • La Turquie menace de priver les États-Unis de l’accès à la base d’Incirlik ou sont stockées des armes nucléaires américaines

    Imprimer

    PAR JEAN-RENÉ BELLIARD / LE 

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) deDeutsch (Allemand)

    Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu a déclaré qu’en cas d’introduction de sanctions américaines contre la Turquie, la question de l’accès américain à la base aérienne Incirlik et à la station radar de Küredzhik pourrait être posée.
    « Les membres du Congrès américain doivent comprendre qu’ils ne parviendront à rien par des mesures coercitives « , a dit le ministre. Il a également exprimé sa volonté de trouver une alternative au F-35 américain, ajoutant que la Russie est également considérée comme un fournisseur possible.
    Il convient de noter que les armes nucléaires tactiques, en particulier les bombes B61, sont stockées sur la base d’Incirlik. Selon les médias, il y a quelques mois, le département d’État américain et le département de l’Énergie ont commencé à vérifier la possibilité de leur délocalisation, en raison de la détérioration des relations avec la Turquie.
    Le ministre des Affaires étrangères a également déclaré que toute action sur le plateau continental de la Turquie nécessiterait le consentement d’Ankara. « Si une telle tentative est faite, nous y répondrons », a-t-il dit.
    Le président turc Recep Tayyip Erdoğan a déclaré la veille que l’accord sur les frontières maritimes signé avec le gouvernement libyen permet aux deux pays de mener un développement conjoint en Méditerranée orientale.
    Selon lui, la Turquie pourra forer sur le plateau continental libyen dans le plein respect du droit international. Rappelons que l’accord divise en fait la partie orientale de la zone des eaux de la mer Méditerranée entre la Turquie et la Libye.
    « D’autres acteurs internationaux ne peuvent opérer dans ces zones sans autorisation préalable. Chypre grecque, l’Egypte, la Grèce et Israël ne pourront pas poser de gazoduc sans le consentement de la Turquie « , a déclaré Reuters en citant le président turc.

    Lire la suite