28/09/2018

Gaza : Six Palestiniens tués, 500 autres blessés au cours d’affrontements à la frontière

Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien)nlNederlands (Néerlandais)

Six Palestiniens ont été tués – dont un garçon de 14 ans – et 500 autres blessés vendredi lors d’affrontements avec les Forces de défense israéliennes (FDI) lors de manifestations dans la bande de Gaza, a déclaré le ministère palestinien de la Santé, tandis que le garçon palestinien de 14 ans aurait reçu une balle dans la poitrine alors qu’il manifestait à la frontière, et un autre garçon de 11 ans se trouvait en état critique, a déclaré le ministre palestinien de la Santé.
En début de soirée, les FDI ont déclaré qu’au moins 20 000 Palestiniens manifestaient dans cinq endroits différents le long de la frontière. « Les troupes des FDI réagissent par des moyens de dispersion des émeutes et tirent conformément aux procédures opérationnelles normalisées.
En réponse aux grenades et aux engins explosifs qui ont été lancés contre les troupes des FDI pendant les violentes émeutes, un avion des FDI a effectué une frappe dans le nord de la bande de Gaza. En outre, les troupes des FDI ont identifié plusieurs suspects qui franchissaient la barrière de sécurité depuis le nord de la bande de Gaza avant de revenir immédiatement « , a déclaré vendredi l’armée israélienne dans sa déclaration.
Les Gazaouis ont également lancé des ballons et des cerfs-volants incendiaires, qui ont causé au moins sept incendies à la frontière nord, ont déclaré les FDI, dont une vidéo montrant l’interception d’un cerf-volant par un mini drone.
Les autorités ont déclaré que ces ballons et cerfs-volants incendiaires ont incendié plus de 2 600 hectares (6 400 acres) du territoire israélien et que la colère locale a fait pression sur la coalition du Premier ministre Benjamin Netanyahou pour contrecarrer cette tactique.
Au moins 190 Palestiniens de Gaza ont été tués depuis les manifestations et les affrontements qui ont éclaté le long de la frontière le 30 mars. 50 des personnes tuées ont été identifiées comme membres du Hamas. 1 soldat israélien a été tué depuis lors.
Israël accuse le Hamas, le mouvement islamiste qui dirige la bande de Gaza, de chercher à utiliser les protestations pour mener des attaques ou des infiltrations ; Israël affirme donc que ses actions sont nécessaires pour défendre la frontière.
La frontière de Gaza est restée relativement calme au cours des deux derniers mois après que le Hamas et Israël se sont presque engagés dans une nouvelle guerre. Les deux parties ont plutôt décidé de s’engager dans des négociations indirectes de cessez-le-feu avec l’Égypte et la médiation des Nations unies. En outre, l’Égypte a tenté de parvenir à un nouvel accord de réconciliation entre le Hamas et le parti du président palestinien Mahmoud Abbas, le Fatah. Jusqu’à présent, les deux négociations n’ont pas abouti.
Israël et le Hamas ont mené trois guerres depuis 2008. Israël impose un blocus aérien, terrestre et maritime sur la bande de Gaza depuis plus d’une décennie, jugeant nécessaire d’empêcher la contrebande de matières à des fins terroristes au Hamas.

Lire la suite