14/08/2017

Burkina Faso : Attaque terroriste à Ouagadougou - entre 18 et 20 morts

Burkina Faso : Attaque terroriste à Ouagadougou, la capitale
      
Au moins deux assaillants, arrivés à moto vers 21H00 et armés de kalachnikov, ont ouvert le feu sur le restaurant-café "Istanbul" au moment où les clients regardaient un match de football.
Après avoir évacué le périmètre, les forces de sécurité - gendarmerie, police et armée - ont donné l'assaut vers 22H15 contre les assaillants retranchés dans l'immeuble qui abrite l'établissement très fréquenté par les expatriés vivant au Burkina Faso.
L'opération a pris fin lundi matin, tandis que des opérations de quadrillage et vérification des maisons avoisinantes se sont poursuivies dans la matinée du 14 août.
Le reataurant Istanbul situé à 200 mètres du restaurant Capuccino cible d'une attaque en janvier 2016
Le restaurant ciblé par cette attaque est situé sur l'emblématique avenue Kwamé Nkrumah au cœur de Ouagadougou à quelques 200 mètre du café restaurant café "Capuccino" visé en janvier 2016 par une attaque similaire, revendiquée par la katiba al-Mourabitoun, affilie à Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI) et qui avait fait 30 morts et 71 blessés.
L'attaque de ce dimanche n'a toujours pas été revendiqué, elle rappelle toutefois celle du "Capuccino", estiment des observateurs.
Nationalité des 18 victimes décédées
L'attaque terroriste a coûté la vie à 18 personnes et blessé une dizaine d'autres. Sept Burkinabé, une Canadienne, un Turc, 2 Koweïtiennes, un Français, un Sénégalais, un Nigérian et un Libanais, figurent parmi les victimes de l'attaque terroriste. Trois autres victimes n'ont toujours pas été identifiées.
A noter que le ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement, Remis Fulgance Dandjinou, a évoqué un bilan de 20 morts
Les deux assaillants ont également été abattus. Par ailleurs, l'attaque a fait une dizaine de blessés, dont certains sont dans un état grave.
Alerte pour un autre véhicule pick-up
La police Burkinabé a lancé, lundi 14 août , une alerte via SMS où elle annonce qu'un "véhicule pick-up, bâche blanche, N° 1971, immatriculée au Niger, était activement recherché par les forces de sécurité".

 

Lire la suite