29/07/2014

-2014/07/29 : Dernieres nouvelles du Moyen Orient

Syrie

Des missiles sol-air aux mains des combattants du Front Islamique (pro-saoudien)
Le Front Islamique (pro-saoudien) annonce avoir abattu un hélicoptère près de l’aéroport militaire d’al-Naïrab, dans la province d’Alep, à l’aide d’un missile thermique.
https://www.youtube.com/watch?v=nK_4HEjeHZI&feature=p...
On a vu dans de précédentes vidéos des missiles Stinger et Igla aux mains du Front Islamique, ce qui pourrait signifier que ce regroupement de huit brigades rebelles aidé par l’Arabie saoudite pourrait avoir reçu de tels missiles sol-air.

Alep
Dans la Vieille ville d'Alep, contrôlée en majorité par le régime, les rebelles du Front Islamique (pro-saoudien) ont fait exploser mardi 29 juillet deux tunnels sous un immeuble où sont positionnés des soldats, faisant 13 morts parmi les gardes et les forces du régime, ainsi que des blessés:
https://www.youtube.com/watch?v=TiD5YXbGuco&feature=p...
Le Front Islamique tire également des missiles sur un bâtiment occupé par l’armée d’Assad près de la citadelle d’Alep :
https://www.youtube.com/watch?v=Agh8niw1otk&list=UUni...

Les rebelles progressent dans la région de Hama
Les rebelles ont progressé dans la province de Hama, dans le centre de la Syrie, cherchant à neutraliser un aéroport militaire utilisé par les avions du régime pour les bombarder. Ils sont maintenant à neuf kilomètres de l'aéroport militaire de Hama.  Cet aéroport est important car c’est là que sont fabriqués les barils d'explosifs utilisés pour détruire les positions de l’opposition.
L’utilisation de ces barils d'explosifs est dénoncée par les organisations des droits de l'Homme car ils ne font pas de distinction entre objectifs civils et militaires et ont tué des centaines de civils, notamment dans les zones rebelles de la province septentrionale d'Alep.
Les rebelles se sont emparés avant l’aube du mardi 29 juillet d’un important barrage de l’armée d’Assad situé au nord-ouest de Hama, une ville encore contrôlée par le régime. Il s’agit du barrage de Tarabih dont la prise par la rebellion intervient après celle, dimanche 27 juillet, de dépôts d'armes de l'armée dans la même région.
La progression des rebelles leur permet de couper la route reliant la ville de Hama à des villages chrétiens et alaouites sous contrôle du régime, dans l'ouest de la province.
Selon un commandant rebelle, le régime a envoyé des renforts pour reprendre ces secteurs "ce qui limitera d’autant leurs capacités dans d'autres régions comme à Alep".
Cette vidéo montre le barrage deTarabih dans la ville de Halfaya après sa prise par la rebellion :
https://www.youtube.com/watch?v=iHHXj8JUAdw&feature=p...

Damas et sa banlieue
Moment de la chute d’un missile sol-sol sur la localité de Dariya dans la banlieue de Damas :
https://www.youtube.com/watch?v=0bKeKZ3O7sg&feature=p...

Irak

Samarra menacée
Les jihadistes de l'Etat islamique (EI) ont détruit à l’aide d’un camion bourré d’explosifs, mardi 29 juillet, un pont stratégique surplombant le canal de Tharthar au sud de la ville de Samarra (110 km au nord de Bagdad), coupant une voie d'approvisionnement vitale pour l'armée. La destruction de ce pont rend la défense de la ville de Samarra plus difficile et porte un nouveau coup à l'armée irakienne qui n’arrive pas à reprendre la ville de Tikrit.
L'armée et les milices chiites qui participent à la défense de la ville de Samarra devront désormais emprunter une route secondaire et notamment un pont traversant un barrage hydraulique, trop fragile pour supporter le poids des véhicules militaires les plus lourds.
Les Chiites se font un devoir religieux de défendre la ville de Samarra, une ville majoritairement sunnite mais qui abrite un des grands lieux saints chiites du pays. Les Jihadistes de l’EI ont lancé assauts sur assauts pour s’emparer de la ville. 

Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

23:13 Publié dans Alep, Damas, Etat Islamique, Hama, Irak, Samarra, Syrie, Tikrit | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |

27/07/2014

Dernieres nouvelles de Syrie et d’Irak - 27 juillet 2014

Bachar el-Assad lutte toujours pour la survie de son régime dans des conditions de plus en plus confuses. Il doit faire face aux rebelles de l'Armée Syrienne Libre, et notamment du Front Islamique organisé et aidé par l'Arabie saoudite. Il doit maintenant lutter contre les Jihadistes de l'Etat Islamique (Daesh) qui viennent de tourner leurs armes contre lui alors qu'on observait jusqu'ici une relative retenue des deux côtés. Il est toujours aux prises avec le représentant d'al-Qaïda en Syrie, le Front al-Nosra. L'Etat Islamique et le Front al-Nosra se combattent entre eux, au prix de milliers de morts, car tous les deux veulent instaurer le califat dans la région et luttent pour la suprématie. Mais si le Front al-Nosra considère les Etats-Unis, l'occident en général et l'Etat d'Israël en particulier comme ses principaux ennemis, l'Etat Islamique (Daesh) combat plutôt tous les Musulmans qui refuseraient de reconnaître l'émir (Abou Baker al-Bagdadi) comme leur chef. Sans oublier que le Front Islamique a bien l'intention de détruire aussi bien le régime de Bachar el-Assad (car il est proche de l'Iran), l'Etat Islamique et le Front al-Nosra, obéissant en cela aux instructions données par Riyad.

Lire la suite

12:32 Publié dans Alep, Arabie saoudite, Etat Islamique, Etats-Unis, Front al-Nosra, Irak, Iran, Israel, Mossoul, Raqqa, Syrie, Tikrit | Lien permanent | Commentaires (1) | | | | |

24/07/2014

24 juillet 2014 : Derniers évènements en Irak

L’Etat islamique a repris sa campagne d'attentats anti-chiites
33 personnes, dont cinq policiers, ont été tuées par un kamikaze à Bagdad dans la nuit du 22 au 23 juillet. Le terroriste a attaqué un barrage de police à l’entrée du quartier d’al-Kadhimiya. La plupart des victimes civiles se rendaient à un lieu de culte chiite, Musa al-Khadim.
L’attentat aurait été réalisé par un kamikaze tunisien qui s’appelle (naturellement) Abou Abdul-Rahman al-Tunisi.
L'État islamique avait déjà revendiqué la responsabilité d'attentats à Bagdad, dont plusieurs explosions ont eu lieu samedi 19 juillet, coûtant la vie à 27 personnes. 

Très graves accusations de l’ONU contre l’Etat Islamique en Irak
Mme Jacqueline Badcock, numéro 2 de l'ONU en Irak, accuse les jihadistes de l'EI d’avoir ordonné des mutilations génitales sur les femmes âgées de 11 à 46 ans en application d’une fatwa émise par les dirigeants du Califat.

L’armée tente désespérément de reprendre le terrain perdu

Bataille de Tikrit
Les forces gouvernementales ont lancé une contre-offensive il y a une semaine pour récupérer Tikrit, ville natale de l'ancien président Saddam Hussein, mais a du se retirer en raison de la résistance acharnée des insurgés sunnites.

Bataille de Fallujah
Cela fait des mois que l’armée tente de reprendre la ville de Falluhah, sans succès. Elle a adopté, depuis quelques jours, une méthode qui a donné des résultats en Syrie : le lancement de barils d’explosifs sur les zones tenues par les insurgés. Le seul problème : le grand nombre de victimes civiles provoqué par ces bombardements.
Des hélicoptères de l’armée ont lancé, le 23 juillet, cinq barils d’explosifs  sur la ville de Fallujah et la localité voisine de Garma, également entre les mains des rebelles sunnites. 

Au moins 60 morts dans une attaque contre un convoi de prisonniers le 24 juillet
Des kamikazes et d'autres hommes armés ont attaqué jeudi un convoi de prisonniers au nord de Bagdad, provoquant d'intenses combats avec les forces de sécurité qui ont fait au moins 60 morts. Les insurgés sunnites sont coutumiers de ces attaques contre les convois de prisonniers. Leur but est d'en libérer le plus grand nombre et tant pis si ces attaques provoquent un grand nombre de victimes parmi ceux qu'ils tentent de libérer.

Une ouverture politique et un espoir ?

Nouri al-Maliki a rencontré des chefs de tribus sunnites
Le premier ministre Nouri al-Maliki, un chiite controversé pour sa politique anti-sunnite, avait rencontré, il y a deux jours, des chefs de tribus sunnites pour tenter de les rallier contre les Jihadistes de l’Etat Islamique, tout comme le général américain Petraeus l’avait déjà fait  en créant les milices du réveil (Sahwa) au temps de l’occupation américaine de l’Irak.
 
Le Kurde Fouad Massoum est élu président de l'Irak par le Parlement
Le Parlement irakien a élu jeudi 24 juillet 2014 Fouad Massoum, comme président de l'Etat fédéral. Massoum, né en 1938 est kurde. Mais il ne faut pas voir nécessairement une tentative de dialogue en direction des Kurdes partisans de l’autonomie.  Les différentes communautés irakiennes s’étaient mis d’accord pour que le poste de président de la République soit toujours confié à un Kurde, tandis que celui de président du Parlement serait confié à un Sunnite et celui de chef du gouvernement à un Chiite. Une règle que l’on retrouve au Liban depuis l’indépendance. Il revient donc au Kurde Massoum de choisir le prochain premier ministre.
Fouad Massoum succède à un autre Kurde,  Jalal Talabani, qui était président depuis 2005.

Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

10:55 Publié dans Bagdad, Etat Islamique, Falloujah, Fouad Massoum, Irak, Tikrit | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |