29/11/2014

29 novembre 2014 – Nouvelles des guerres du Moyen Orient

Front irakien

Le général Souleimani agace les Américains
A peine quelques heures après la chute de Mossoul, un avion privé à bord duquel se trouvait le commandant de la brigade des forces spéciales iraniennes al-Qods, Qassem Souleimani, a atterri à Bagdad. Il était accompagné par des experts militaires iraniens et libanais. La délégation a été accueillie par les chefs des forces populaires, un groupe de brigades soutenues par l’Iran.
Celles-ci avaient été formées en 2003 pour lutter contre l’occupation américaine. Il s’agit notamment de: Asaib Ahl al-Haqq (ligue des vertueux), les brigades Badr, le Hezbollah irakien, les brigades de l’Imam Ali, les brigades de l’Imam Hussein, et le mouvement Risalat.
« Toutes ces brigades étaient prêtes et n’avaient besoin que d’une personne qui puisse commander la bataille contre l’Etat Islamique en soutien des unités de l’armée irakienne.
Des milliers d’Irakiens ont répondu à l’appel des plus hautes références religieuses (Marjaiya) en rejoignant les camps d’entrainement mis en place par les forces populaires et l’armée irakienne.
La priorité était de protéger Bagdad et ses alentours dès le début de l'offensive jihadiste du mois de juin 2014.
Mais le premier ordre que Qassem Souleimani a donné aux milices chiites a été de sécuriser la route reliant Bagdad à Samarra, une ville située à 110km au nord de Bagdad. La ville possède un mausolée chiite, le mausolée al-Askari. Ce mausolée avait été la cible d’un sanglant attentat le 22 février 2006, lequel avait déclenché une guerre confessionnelle entre sunnites et chiites qui a fait des dizaines de milliers de morts dans les années suivantes.
Les chefs des forces populaires n’étaient pas très chauds, prétextant qu’ils n’étaient pas encore prêts pour mener une bataille dans les circonstances actuelles. Mais, le général iranien a insisté et a participé en personne aux combats pour la sécurisation de la route.
L’armée et les forces populaires ont rapidement enregistré des progrès face aux Jihadistes de Daech. Elles ont sécurisé Bagdad et ses alentours, évité à Samarra de tomber entre les mains de l’EI, protégé Doujail et Balad. Elles ont repris Tal-Afar, Amerli, Souleiman Bek et de larges territoires de la province de Salaheddine.
Le général iranien, Qassem Souleimani a joué un rôle crucial pour remonter le moral des combattants à un moment où tout semblait perdu. Il a été  présent lors des principales batailles contre Daech dans la région occidentale d’Al-Anbar, dans les régions kurdes de Diyala (est), dans la région pétrolière de Kirkouk et dans la récente bataille pour la libération de la raffinerie de Baïji. Il a également participé cet été aux combats d’Amerli, au nord de Bagdad, et près d’Erbil, capitale de la région du Kurdistan irakien.
On prétend que les photographies de Souleimani prises lors des scènes de combats en Irak ont irrité le président américain.

Bataille de Ramadi (province sunnite d’al-Anbar)
L'armée irakienne, appuyée par des tribus, résistait toujours dans le centre-ville, samedi 29 novembre. "D'intenses combats opposant les forces de sécurité et des unités tribales à l'EI ont lieu dans les quartiers d'Al-Hoz, Mouallimine et El-Bakr".
Le quartier d'Al-Hoz, au sud de Ramadi, était tombé aux mains de l'EI cette semaine. Selon cheikh Omar al-Alwani, chef de l'une des tribus sunnites en guerre contre l'EI, l'armée et les combattants tribaux progressent, mais "lentement". "Ils contrôlent l'entrée du quartier" d'Al-Hoz, a-t-il précisé.
"Il y a beaucoup de pièges et nous n'avons pas d'équipe de déminage avec nous, donc nous ne pouvons prendre position dans les bâtiments qu'après avoir lancé des grenades dedans pour vérifier s'ils sont piégés avec des explosifs ou non", a ajouté M. Alwani.
"Si l'armée reste avec nous, nous pourrons reprendre entièrement le quartier bientôt", a-t-il encore dit, ajoutant que des raids aériens de l'armée irakienne avaient détruit des positions de snipers et des véhicules blindés de l'EI.
A noter que cheikh Omar al-Alwani appartient à la même tribu que le député Ahmad al-Alwani qui vient d’être condamné à mort par la cour criminelle centrale.
Vidéo des combats menés avec l’aide de l’aviation irakienne par les milices chiites et les tribus sunnites contre les Jihadistes de l’EI :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=b3f4067cc50d
Vidéo du ministère de la défense montrant des bombardements aériens contre des cibles de l’EI dans la province sunnite d’al-Anbar :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=374cd8d7955f

Kurdistan irakien – region de Kirkouk
Les Peshmergas, aidés par la Golden Brigade de l’armée irakienne et des miliciens chiites ont repris la localité d'al-Heliwa.
Vidéo :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=5134c95d404a

Front syrien

Une révolution manquée - Mais comment en est-on arrivé là ?
Les manifestants de la première heure, qui défilaient pacifiquement dans les rues des grandes villes syriennes en 2011 pour réclamer plus de démocratie ont disparu. La plupart sont morts, emprisonnés, ont choisi l’exil ou se cachent autant des forces de sécurité que des milices islamiques.
Pour eux, le rêve a viré au cauchemar. Ils se sont retrouvés marginalisés par l’horreur d’une guerre sans merci entre l’Armée Arabe Syrienne (AAS) et les Jihadistes pour le contrôle de portions du territoire syrien. Même les héros de l’Armée Syrienne Libre (ASL), qui ont un temps nourri les espoirs des révoltés, ne jouent plus qu’un rôle marginal, se transformant la plupart du temps en seigneurs de la guerre régnant sur de minuscules fiefs. Ils ne font pas le poids face à la pression des brigades jihadistes bien organisées et fortement armées
La communauté internationale est tout aussi désemparée. En proie aux luttes d’influence entre grandes puissances et entre ténors du monde islamique (Turquie et Qatar – Arabie saoudite et Emirats arabes unis), elle n’a jamais réussi à se mettre d’accord sur le choix du chef providentiel, capable de fédérer l’ensemble de l’opposition pour être une alternative à Bachar el-Assad.
Conscient de l’impuissance de la communauté internationale, Bachar el-Assad et ses forces de sécurité on pu poursuivre en toute impunité les campagnes impitoyables de bombardements et d’arrestations.
C’est dans ce contexte de pessimisme absolu que les organisations jihadistes ont pu fédérer un nombre sans cesse croissant de combattants. C’est tout d’abord le Front al-Nosra, le représentant officiel d’al-Qaïda en Syrie, qui est apparu sur la scène syrienne. Mais il a été très vite concurrencé par une organisation encore plus aguerrie et impitoyable : l’Etat Islamique d’Irak et du Levant (EIIL) devenu l’Etat Islamique après son offensive en Irak de juin 2014. Les combattants de l’Etat Islamique avaient des années d’expérience des combats contre l’armée américaine lorsque celle-ci occupait l’Irak.
Américains et Saoudiens ont sans doute cru qu’ils pourraient instrumentaliser l’EIIL pour venir à bout du premier ministre irakien, Nouri al-Maliki, qui avait eu le tort de dresser la communauté sunnite d’Irak contre lui en menant une politique trop favorable aux Chiites et qui était également soupçonné de faire la part belle à l’Iran. Mais le poulain est devenu une bête féroce indomptable.
Il a bien fallu parer à la menace, d’où la mobilisation internationale contre l’EI, tant en Irak qu’en Syrie, pays dans lequel l’organisation salafiste s’était fortement implantée. Et face à la cruauté et à la menace de l'État islamique, il semble que l’administration Obama se soit résignée à laisser Bachar el-Assad au pouvoir. 

Nouvelle offensive jihadiste à Aïn el-Arab (Kibané en Kurde)
De violents combats opposaient samedi 29 novembre, pour la première fois, les Jihadistes de l’État islamique (EI) aux forces kurdes au poste-frontière entre la ville syrienne de Kobané et la Turquie.
L’assaut a débuté par trois attaques suicides, l’une à la voiture piégée et une autre avec une ceinture explosive. L’un des kamikazes s’est fait sauter au poste frontière de Mursitpinar. Il aurait gagné le poste frontière à partir du territoire turc selon des témoins. Une accusation extrêmement grave contre le gouvernement turc si ce fait se révèle exact.
Les attentats ont aussitôt été suivis par de violents affrontements entre les Jihadistes et les Unités de protection du peuple kurde (YPG).
Les combats se sont déroulés à partir de 5h du matin à une vingtaine de mètres du poste-frontière. Il semble qu’il soit désormais entre les mains des Jihadistes. On a également appris que le mont Sheir serait aussi entre les mains des combattants de l’EI. D’autres informations font état de la présence de miliciens jihadistes sur la place Azadi, au centre de Kobane.
Les combattants kurdes semblent être en grande difficulté et seraient encerclés par les Jihadistes qui ont lancé leur nouvelle offensive sur quatre axes.
Cette video kurde montre la résistance des miliciens kurdes de l’YPG au poste frontière :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=2e2447dc1aac

Vidéo de Russia today sur la situation à Kobané (langue arabe):
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...

Alep
Une gigantesque explosion a eu lieu, le samedi 29 novembre, à Zahra, une des deux localités chiites encerclées par l’Etat Islamique. Un BMP (transport de troupes blindé) bourré d’explosifs, conduit par un kamikaze s’est fait exploser contre une position de l’AAS. On voit le BMP dans la première vidéo :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=4c3c8295a279
et une autre vidéo de la scène :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=8a0fbdb49b7d

Damas et sa banlieue
Toujours des combats à Jobar – Nouvelle vidéo russe :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=110ad670c7de

Jean René Belliard

23/06/2014

Nouvelles de la guerre globale sunnites – chiites : 23 juin 2014

Front libanais

Interpellation à Beyrouth d'un kamikaze français
Un Français d'origine comorienne, soupçonné d'avoir voulu commettre un attentat suicide au Liban, faisait parti e d’un groupe de quatre jihadistes kamikazes entrés au Liban pour y commettre des attentats. C’est l’un de ces quatre hommes, un Syrien si l’on en juge par son accent, qui serait l'auteur de l'attentat suicide vendredi 20 juin contre le barrage des Forces de Sécurité Intérieure sur le col de Dahr el-Baïdar. 
Le Français avait été interpellé par la Sûreté générale libanaise dans un hôtel du quartier Hamra.  Il aurait reconnu au cours de son interrogatoire être venu au Liban pour y commettre un attentat suicide.

Front irakien

Tal-Afar
Le commandement de l’armée irakienne avait annoncé, il y a trois jours l’envoi de renfort pour reprendre la ville stratégique de Tal Afar prise en partie par les Islamistes sunnites. La contre-offensive est finalement un échec et l’armée a du abandonner le terrain, laissant l’EIIL seul maître de la région. Il n’y a plus, désormais, de troupes gouvernementales entre Mossoul et la frontière syrienne.

L’EIIL massacre ses prisonniers
Selon Qassem Atta, porte-parole du Premier ministre Nouri al-Maliki pour les affaires de sécurité, "des centaines de soldats ont été décapités, pendus (...) à Salaheddine, Ninive, Diyala, Kirkouk » par les jihadistes de l'EIIL".  une vidéo particulièrement odieuse a été mise en ligne par l'EIIL. Elle montre un officier de l'armée se faire décapiter.

Al-Walid, poste frontière entre l’Irak et la Syrie
Après avoir pris la localité de Rutbah à l’ouest de l’Irak, les Islamistes sunnites annoncent avoir occupé le poste frontière d’al-Walid entre l’Irak et la Syrie sur la route internationale 11. Mais les combats continuent entre l’armée irakienne et les islamistes pour le contrôle de ce poste frontière ainsi que pour le poste frontière entre l’Irak et la Jordanie où les affrontements ne sont pas terminés contrairement à ce qui avait été annoncé.

Ville frontière d’Al-Qaïm
Confirmation : l’EIIL a bien pris le contrôle de la ville irakienne d’al-Qaïm à la frontière avec la Syrie, face à la localité de Boukamal qui, elle, n’est pas entre les mains de l’EIIL mais du Front al-Nosra, le représentant officiel d’al-Qaïda en Syrie en guerre avec l’EIIL.

L’armée des Naqchbandis exécute le juge qui a condamné Saddam Hussein à mort
Raouf Abdul Rahman, le  juge qui, en 2006, a condamné à mort Saddam Hussein, ainsi que Barzan Ibrahim al-Tikridi, le demi-frère de Saddam Hussein et chef de la police secrète, et Awad al-Bandar, chef du tribunal révolutionnaire de Saddam,  a été exécuté par les membres de l’armée des Naqchbandis. Cette armée, rappelons-le, est composée d’un grand nombre d’officiers et de soldats de Saddam Hussein. Elle participe à l’assaut mené par les Islamistes sunnites contre le pouvoir irakien. Rahman avait été capturé par les Naqchbandis le 16 juin dernier. A noter qu’un Islamiste du parlement jordanien, Khalil Attieh, s’est publiquement réjoui de l’exécution du juge Rahman.

Front Yéménite

AQPA aux côtés du Front al-Nosra
Selon une information diffusée par un media américain, AQPA (Al-Qaïda dans la péninsule arabique), le représentant officiel d’al-Qaïda au Yémen et en Arabie saoudite, aurait annoncé son soutien à l’EIIL. Il semble que cette information soit fausse si l’on en croit l’arrivée en Syrie pour rejoindre le Front al-Nosra, d’un des membres d’AQPA les plus recherchés par le FBI : Sanafi al-Nasr. Ce saoudien est l’un des principaux dirigeants d’AQPA. Cette arrivée d’al-Nasr en Syrie semble confirmer que les récents succès de l’EIIL en Irak n’ont pas convaincu la centrale d’al-Qaïda de mettre un terme à la lutte fratricide que se livrent en Syrie son représentant, le Front al-Nosra, et la « bande d’al-Bagdadi », comme les adversaires de l’EIIL surnomment cette organisation.

Front jordanien
L’armée jordanienne a dépêché des renforts vers la zone frontière avec l’Irak. Ces renforts comprennent des tanks, des lance-roquettes multiples et des transports de véhicules blindés. Leur mission est d’empêcher toute infiltration d’éléments armés islamistes à partir du territoire irakien.

Les réseaux jihadistes à travers le monde

jihadist_groups_world_map_624_v5.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)
  
 

 

19:21 Publié dans AQPA, Armée des Naqchbandis, Etat Islamique, Front al-Nosra, Irak, Jordanie, Syrie, Tal Afar, Yémen | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |

18/06/2014

Nouvelles de la guerre entre Sunnites et Chiites - Mercredi 18 juin

Front syrien

Damas
Pour l'armée du régime, il y a deux lignes à tenir coûte que coûte : la place des Abbassides et la « tour du 8 mars » à Jobar qui, si les rebelles s'en emparaient, permettrait à leurs tireurs embusqués de prendre sous leur feu la partie est de la ville.
Et pourtant, c’est ce que les rebelles s’apprêtent à faire et de violents combats ont lieu depuis le 17 juin près de la place des Abbassides :
https://www.youtube.com/watch?v=ySUiEh37dYk&feature=p...
La guerre des tunnels
Les rebelles cherchent à atteindre les positions occupées par l’armée du régime en creusant des tunnels.
« Il n'y a nulle part au monde un réseau de tunnels aussi dense qu'en Syrie », note Salim Harba, chercheur en affaires stratégiques à Damas ».
L’Armée Syrienne Libre utilise ces tunnels pour acheminer des ravitaillements vers les secteurs assiégés, faire parvenir des renforts ou disposer de grandes quantités d’explosifs afin de faire sauter une position adverse et prendre le secteur d’assaut. La vidéo nous fait voir un de ces tunnels :
https://www.youtube.com/watch?v=gLBb1GMz-DU&feature=p...

Front irakien

Bagdad
Un convoi de combattants de l’EIIL de Falloujah entre dans une banlieue de l’ouest de Bagdad (si l’on en croit le texte indonésien). Le texte dit que le convoi entre au milieu des acclamations de la foule (sunnite). Remarquez également la quantité de Humvees américains saisis par l’EIIL et utilisés par les rebelles sunnites :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&a...

Tal Afar
L’armée irakienne affirme être à la veille de reprendre la ville de Tal Afar dans le Nord de l’Irak.  Des combats très violents se déroulent actuellement et les autorités irakiennes pensent libérer la ville d’ici jeudi matin. La ville, qui a une population en majorité chiite, est située sur une route stratégique qui mène en Syrie.

Jean René Belliard (Auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

 

20:00 Publié dans Bagdad, Etat Islamique, Falloujah, Irak, Tal Afar | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |