08/08/2014

Irak/Syrie : les théâtres des guerres du Proche Orient

Irak

L’Etat Islamique vient de commettre deux erreurs stratégiques
Les Jihadistes de Daesh (Etat Islamique) viennent de franchir deux lignes rouges pour les occidentaux :
- Ils menacent plusieurs minorités confessionnelles, les Chrétiens, les Yazidis et les Chabaks, ce qui est la pire des fautes pour l’Occident.
- Ils menacent les riches régions pétrolifères du Kurdistan dont les droits d’exploitation sont la propriété de la société américaine Exxon.

kurdish-region-iraq.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Kurdes ont-ils mis les Occidentaux, et notamment les Américains, devant leur responsabilité ?
Les conditions dans lesquelles est tombée la ville chrétienne de Qaraqosh, une localité de 50.000 habitants en majorité de confession chrétienne, sont assez curieuses.  Les Jihadistes sont arrivés dans la nuit du 6 au 7 août et ont pris possession de la ville après un brutal retrait des forces kurdes, entraînant avec eux la quasi-totalité de la population par crainte des Jihadistes.
Le même scénario s’est produit à Tal Kayf, une ville où vivent de nombreux chrétiens et des membres de la minorité chiite chabak. Là encore, les Jihadistes sont arrivés aux environs de minuit et n’ont rencontré aucune résistance.
Selon le patriarche chaldéen de Kirkouk et Souleimaniyeh, Louis Sako,  ce sont 100.000 chrétiens qui ont pris la fuite, n’apportant « rien d'autre que leurs vêtements sur eux ».  Il précise que les localités de « Tal Kayf, Bartella et Karamlesh » ont été « vidées de leurs habitants » sans que les forces kurdes n'opposent une quelconque résistance.

Un désastre humanitaire et culturel
« C'est un désastre humanitaire. Les églises sont occupées, leurs croix enlevées », et plus de 1 500 manuscrits ont été brûlés, a souligné Mgr Sako. « Nous lançons un appel avec beaucoup de douleur (...) au Conseil de sécurité de l'Onu, à l'Union européenne et aux organisations humanitaires pour qu'ils aident ces gens en danger de mort ». Et le patriarche a ajouté qu'il redoutait un « génocide ».

Pourquoi les Kurdes mettent-ils l’Occident au pied du mur ?
Les revers subis récemment par les forces kurdes sont d’autant plus surprenants que les Peshmergas sont considérés comme de loin les plus efficaces et les mieux organisés.
Le problème est que les forces kurdes se sont brutalement retrouvées étirées par le soudain écroulement de l’armée irakienne lors de la guerre éclair des Jihadistes en juin 2014. Les Kurdes avaient profité de la confusion pour élargir leur territoire de près de 40%.
Du coup, les Peshmergas se retrouvent avec une étendue bien plus importante à contrôler et ils se révèlent démunis en combattants, en moyens militaires et en finances pour faire face à leur nouveau défi.
Conséquence : les peshmergas ont subi plusieurs revers majeurs début août face aux insurgés, perdant coup sur coup plusieurs villes à la frontière syrienne, en particulier Zoumar et Sinjar, ainsi que deux petits champs pétrolifères.
Pour faire face au manque de combattants, les Peshmergas peuvent compter sur l’arrivée massive de militants kurdes d’autres régions. Les Peshmergas d'Irak, les combattants du PYD de Syrie et du PKK de Turquie ont uni leurs forces dans une rare alliance pour faire face aux jihadistes dans le Nord irakien. Les trois groupes avaient pourtant des  relations tendues mais ils ont mis leurs différends de côté dans une sorte d'union sacrée contre la menace jihadiste. C’est ainsi que les Kurdes venus de Syrie et de Turquie « sont chargés de combattre » les jihadistes « dans la région de Rabia et de Sinjar », à l'ouest de Mossoul, a déclaré hier Hallo Penjweny, haut responsable du parti de l'Union patriotique du Kurdistan (UPK).
Pour les moyens militaires et financiers, la seule solution était de faire appel aux Etats-Unis, d’où, sans doute, ce retrait tactique des forces kurdes pour mettre les Occidentaux au pied du mur.

Il y avait urgence car les Jihadistes de l’Etat Islamique se sont beaucoup renforcés
Les Jihadistes disposent depuis leur offensive éclair de juin et la débandade de l’armée irakienne de chars, de humvees, de missiles et d’autres armements lourds pris à leurs adversaires. Ce matériel, souvent de fabrication américaine, a transformé les capacités militaires de l'EI.
Ce matériel est tombé entre les mains de combattants aguerris par des mois de guerre en Syrie. Ils ont acquis la réputation de combattants sanguinaires n’ayant pas peur de la mort, ce qui contribue à effrayer leurs ennemis.
Les chefs de l’Etat Islamique ont jusqu’ici poursuivi une stratégie infaillible : Ils ont privilégié les zones sunnites où ils savaient trouver des soutiens, des infrastructures stratégiques ou des endroits faiblement défendus, évitant ainsi des pertes minimes.
Leur avancée a été fulgurante, couvrant des distances énormes mais il faut savoir que la majorité des régions conquises sont désertiques, ce qui a facilité leur progression tant que la force aérienne n’était pas massivement utilisée contre eux.
La mise en scène de leur extrême brutalité démoralise leurs adversaires et leur permet de s'emparer de villes entières sans rencontrer de résistance. C’est la raison pour laquelle l’Etat Islamique diffuse en permanence des photos d'ennemis décapités.

iraq-ethnic-groups-map.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le président Barak Obama donner l’ordre d’intervenir à son aviation
Le président Obama a bien entendu le message kurde. Et cette fois, il s’est empressé de réagir, autorisant des tirs ciblés de drones sur des cibles jihadistes. A peine avait-il pris et annoncé sa décision que deux chasseurs bombardiers américains F/A 18 ont largué des bombes de 250 kilos sur une pièce d'artillerie mobile de l'Etat Islamique qui bombardait des forces kurdes à Erbil, dans le Kurdistan irakien. La justification donnée par le porte-parole du Pentagone, l'amiral John Kirby, est que ces tirs menaçaient des personnels américains basés dans la ville.
De nouvelles frappes américaines avaient lieu vers 17 heure. Un drone éliminait des Jihadistes servant un mortier. Vers 18h20, quatre chasseurs larguaient un total de huit bombes qui ont neutralisé un convoi et un mortier près d'Erbil, la capitale du Kurdistan irakien.

Hollande menace aussi
La France est "prête à prendre toute sa part" dans l'aide aux populations civiles victimes des "exactions intolérables" de l'Etat islamique en Irak, a affirmé l'Elysée dans un communiqué vendredi 8 août 2014.
François Hollande "s’est félicité de la décision importante prise par le Président (Barack) Obama d'autoriser des frappes aériennes ciblées afin de contrer l'Etat islamique ainsi que de mettre en oeuvre un effort humanitaire" "impérieux et urgent". "La France va examiner avec les Etats-Unis et l'ensemble de ses partenaires les actions qui pourraient être menées afin d'apporter conjointement tout le soutien nécessaire pour mettre un terme aux souffrances des populations civiles. Elle est prête à y prendre toute sa part", ajoute le texte.

Syrie

Raqqa (Nord syrien)
Les jihadistes de l'Etat islamique (EI) se sont emparés dans la nuit du jeudi 7 au vendredi 8 août de la base de la Brigade 93, une importante base de l'armée syrienne dans la province septentrionale de Raqqa. 300 soldats d’Assad auraient été tués et plus de 100 capturés. Les Jihadistes de l’Etat Islamique ont mis en ligne, comme ils en ont l’habitude pour effrayer leurs adversaires, la décapitation de soldats morts.
La chute de la base a été soudaine. L’opération a débuté par un triple attentat suicide suivi par de violents combats.
Le régime de Damas ne tient plus désormais qu'une seule position dans la province de Raqqa, l'aéroport de Tabqa.
Cette vidéo tournée par l'Etat Islamique fait un tour de la base de la Brigade 93 qui montre la quantité de matériel sur lequel les Jihadistes ont encore mis la main :
https://www.youtube.com/watch?v=trp0HAX7E5c&list=UUni...

Alep
Une nouvelle vidéo mise en ligne le 5 août par la brigade Zanki concerne l’utilisation d’un missile antichar Tow pour détruire un char de l’armée d’Assad. La scène se déroule dans la cité industrielle au niveau de l’usine de carton :
https://www.youtube.com/watch?v=MPfc80JxAq0&list=UUtk...
Et une autre le 6 août :
https://www.youtube.com/watch?list=UUtkgK9TNy-izDXpixqz_8...

Damas
Le front est pratiquement stabilisé devant Damas comme le montre cette vidéo (côté rebelles) mise en ligne le 7 août 2014 :
https://www.youtube.com/watch?v=ZY3_EomsUGc&list=UUni...
La capitale syrienne est désormais la cible quotidienne d'obus et de roquettes tirés par les rebelles du Front Islamique (pro-saoudien). 21 personnes ont perdu la vie à Damas au cours de ces derniers jours. Les rebelles tirent des obus à partir de leurs fiefs de la Ghouta orientale et du quartier de Jobar situé à la périphérie de Damas où les combats de rue font penser à ceux qui se déroulaient à Stalingrad.
Abdel Rahmane al-Chami, un dirigeant de Jaish al-Islam (l’armée de l’Islam), l’une des plus importantes organisations rebelles du Front Islamique, explique que les tirs sont « une réponse à l'escalade des bombardements » du régime contre les zones tenues par la rébellion. Jaish al-Islam et Ajnad al-Cham (les soldats de Syrie), une autre formation rebelle, bombardent la capitale avec des obus de 107 et 120 mm le palais présidentiel dans le quartier Malki au cœur de Damas, les bâtiments de la sécurité et d'autres bâtiments militaires à Kfar Soussé et à Mazzé 86, à l'Ouest de la capitale.
Cette vidéo montre les rebelles de Ghouta orientale tirant au canon sur le centre de Damas :
https://www.youtube.com/watch?v=M9AA_-jm-Do&list=UUni...
De son côté, l’aviation militaire d’Assad vient régulièrement bombarder Douma, une ville au nord-est de la capitale et fief de Jaish al-Islam, ainsi que les localités de Kafar Batna, à l'est de Damas et Mleiha.
Cette vidéo mise en ligne le 6 août montre un bombardement de l’aviation syrienne sur le quartier rebelle de Jobar :
https://www.youtube.com/watch?v=xU26md8XWJE&feature=p...

Aéroport de Damas
Les insurgés du Front islamique (pro-saoudien) ont saisi un territoire à l'ouest de l'aéroport de Damas. Ils se sont emparés de positions proches des usines près de Ghazlania, une ville qu’ils cherchent à capturer et qui se trouve à proximité de Hatitat al-Turkman.
Leur objectif est d’encercler l'aéroport pour entraver l’arrivée d’armes et de munitions en provenance d’Iran. Ils veulent également couper les routes principales, ce qui limiterait les opérations de l'armée d'Assad entre la Ghouta occidentale et la Ghouta orientale.
Cette vidéo montre un blindé des rebelles en action dans les environs de l’aéroport :
https://www.youtube.com/watch?v=jDIYzKBR1tI&feature=p...

Côte méditerranéenne
Un front que l’on a tendance à oublier, celui de la côté méditerranéenne. Cette vidéo mise en ligne le 6 août montre un char de l’Armée Syrienne Libre en action dans le jebel al-Akrad (la montagne des Kurdes). Le char tire sur une position des soldats d’Assad :
https://www.youtube.com/watch?v=vnb3BOFQunI&list=UUni...

Deir ez-Zhor
La province de Deir ez-Zhor, à l’est de la Syrie, est pratiquement sous le contrôle des Jihadistes de l’Etat islamique. Ceux-ci se livrent depuis à des exécutions arbitraires en grand nombre. Cette vidéo montre l’arrestation de 20 hommes à un barrage de l’EI. Les malheureux seront amenés pour être exécutés :
https://www.youtube.com/watch?list=UUXlQjCFr2NXJK-wLqsTFU...

ISLAMIC-STATE-DEIR-EZ-ZOR-EXECUTIONS-e1407482368420.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Divers

Cette vidéo kurde tourne en dérision les Jihadistes de l’Etat Islamique et leur cruauté aux barrages routiers :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&a...

Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

 

03/08/2014

3 août 2014 - Nouvelles des Guerres moyen-orientales

Syrie

Province de Deir ez-Zhor
Les rebelles et les tribus ont expulsé les Jihadistes de l’Etat Islamique de localités situées entre al-Mayadin et Boukamal dans la province de Deir ez-Zhor :
https://www.youtube.com/watch?list=UUnigacRk8PMRKK47soehL...
Il est intéressant de suivre l’évolution de ce nouveau conflit entre les Jihadistes de l’Etat Islamique et les tribus sunnites car celui-ci pourrait très vite débordé du côté irakien.

Alep
Les insurgés semblent gagner du terrain à Alep, affrontant avec succès l’armée d’Assad et les supplétifs shabbiha autour de l’académie militaire dans la banlieue al-Assad à l’ouest de la ville.
https://www.youtube.com/watch?list=UUnigacRk8PMRKK47soehL...
Les combats étaient particulièrement violents dans la nuit du 2 au 3 août dans la banlieue al-Assad:
https://www.youtube.com/watch?list=UUnigacRk8PMRKK47soehL...
Autre vidéo des combats dans la banlieue al-Assad :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&a...
Les Kataeb al-Zanki participent également à l’assaut des positions du régime dans la banlieue al-Assad à l’aide de blindés :
https://www.youtube.com/watch?list=UUnigacRk8PMRKK47soehL...
Le minaret d’une mosquée s’écroule au cours des combats dans la banlieue al-Assad :
https://www.youtube.com/watch?list=UUnigacRk8PMRKK47soehL...

Raqqa
Visite de la caserne du régiment 17 après que celle-ci ait été prise par les Jihadistes de l’EI (Daesh) :
https://www.youtube.com/watch?list=UUnigacRk8PMRKK47soehL...


Damas
Déclaration d’un chef rebelle selon laquelle les objectifs appartenant aux services de sécurité ou à l’armée d’Assad dans  la capitale vont désormais être bombardés :
https://www.youtube.com/watch?v=yIPi6hqPDW8&list=UUni...
Au moins 44 personnes ont été tuées dimanche 3 août dans des raids de l'armée d'Assad sur deux villes tenues par les rebelles et des attaques d'insurgés sur la capitale.
Trente-deux personnes, dont des femmes et des enfants, ont péri dans des raids de l'aviation syrienne sur Douma et Kfarbatna, deux villes tenues par les rebelles près de Damas.
Douma et Kfarbatna sont situées dans la région de la Ghouta orientale, à l'est de la province de Damas, fief des rebelles du Front Islamique (pro-saoudien) que l'armée d'Assad tente de reconquérir.
Douma est assiégée par l'armée syrienne depuis plus d'une année et a à plusieurs reprises été bombardée ces dernières semaines par les troupes de Assad.
Alors que l'armée d'Assad bombarde les localités rebelles autour de la capitale, des obus tirés par les rebelles sont tombés sur des quartiers de Damas, faisant 12 morts.

Qalamoun (proche de la frontière libanaise)
Un avion militaire syrien abattu dans le jurd de Qalamoun :
https://www.youtube.com/watch?list=UUnigacRk8PMRKK47soehL...
Les affrontements entre les rebelles sunnites et l’armée d’Assad appuyée par le Hezbollah sont extrêmement violents dans le Qalamoun :
https://www.youtube.com/watch?list=UUnigacRk8PMRKK47soehL...
Les rebelles ont réussi à s’emparer d’un char de l’armée d’Assad :
https://www.youtube.com/watch?list=UUnigacRk8PMRKK47soehL...

Et les combats sont en train de déborder de l’autre côté de la frontière libanaise :
Dix soldats libanais ont été tués et 13 sont portés disparus dans des combats dans la région d'Ersal, frontalière de la Syrie, qui ont éclaté samedi 2 août. L’étincelle qui a mis le feu aux poudres dans cette région aura été l'arrestation dans la ville libanaise d'Ersal d’Imad Ahmad Jomaa, un membre présumé du Front al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda.
25 autres soldats libanais ont été blessés, dont quatre officiers, et 13 soldats.  .
L’incident entre des Sunnites armés et l’armée libanaise a eu des répercussions immédiates dans toute la région frontalière de la Syrie où l’armée libanaise s’est vue contrainte de faire face à un grand nombre de rebelles syriens. 

Une tâche difficile pour l’armée libanaise : Faire respecter l’ordre sans se confondre avec le Hezbollah
L'armée libanaise a promis samedi d'agir de façon "résolue et ferme", affirmant qu'elle ne permettrait "à personne de transférer le conflit de la Syrie" vers le territoire libanais. Mais il sera difficile de se différencier des combats que mène le Hezbollah, de l’autre côté de la frontière, contre ces mêmes rebelles sunnites.
D’ailleurs, dès qu’a été connu l’incident d’Ersal, la tension s’est brusquement ravivée dans la grande ville du nord du Liban, Tripoli. Deux soldats ont été blessés dans de nouveaux affrontements à Tripoli au cours desquels des roquettes antichar de type RPG et des engins explosifs artisanaux ont été utilisés.

Les Etats-Unis affichent leur inquiétude
Les Etats-Unis ont "fermement" condamné les attaques contre les forces de sécurité libanaises, affirmant leur "fort soutien" aux institutions de l'Etat libanais, selon un communiqué du département d'Etat, qui appelle en outre toutes les parties à respecter la neutralité du Liban face aux conflits régionaux.
L'ambassadeur des Etats-Unis au Liban a rencontré dimanche le commandant de l'armée libanaise pour affirmer son soutien, selon un communiqué de l'ambassade.

Irak
Les jihadistes de l'Etat islamique (EI) ont pris dimanche 3 août la localité irakienne de Sinjar, aux combattants kurdes. Il était difficile pour les Peshmergas kurdes de garder le contrôle de cette ville en raison de son importance stratégique pour les Jihadistes, étant située sur  la route 47 à mi-chemin entre Tall Afar et la frontière syrienne.
"Les peshmergas se sont repliés dans les zones montagneuses et sont rejoints par des renforts", a déclaré un responsable kurde. Il se pourrait qu'ils tentent une contre-offensive dans un avenir proche.
Des dizaines de milliers de personnes, pour la plupart membres des minorités irakiennes, turcomans chiites, yazidis et Chabaks, s'étaient réfugiées dans cette ville après avoir fui l'offensive lancée le 9 juin par l'EI et ses alliés sunnites.
On estime que près de 200 000 personnes ont fui Sinjar avant la prise par l’EI, certaines en direction des montagnes avoisinantes qui sont toujours sous contrôle kurde, et également en direction de Dohouk, dans la région autonome du Kurdistan irakien.
Peu après avoir pris la ville, les combattants de l'EI ont détruit le petit sanctuaire chiite de Sayyeda Zaineb.

Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

14/07/2014

Et pendant ce temps là…en Irak

Les combats continuent
On pourrait croire que la situation s’est apaisée en Irak ou en Syrie, vu que les medias ont tous les yeux braqués sur Israël et Gaza. Il n’en est rien. Les combats se poursuivent sans discontinuer dans la plupart des régions ouest et nord de l’Irak.

Lire la suite

17:54 Publié dans Etat Islamique, Irak, Kurdistan, Peshmerga, Pétrole, Ramadi, Tikrit | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |