26/11/2014

26 novembre 2014 – Nouvelles des guerres du Moyen Orient et d’Afrique du Nord

L’Etat islamique

L’Etat islamique persécute les minorités religieuses
A Mossoul, les Jihadistes ont détruit à l’explosif le monastère de la Victoire qui abritait des religieuses. Les Jihadistes avaient pris l’habitude de se servir du monastère comme résidence et comme base pour leurs véhicules.
Vidéo :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=2f410359355e
Les persécutions contre les Chrétiens d’Irak ne leur laissent pas d’autre choix que de prendre, eux aussi, les armes contre les Jihadistes de l’Etat Islamique. Il en est de même pour les Yazidis et les Turkmènes irakiens. Tous ont demandé aux Peshmergas de se joindre à la lutte.
Vidéo en langue anglaise :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=bf33cdcbafc4
Les Chrétiens du Nord de la Syrie ont également décidé de former leur propre milice comme l’affirme le site Weltspiegel (vidéo en allemand)
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...
Les Jihadistes détruisent aussi les bâtiments religieux de la communauté chiite.
Vidéo (en langue arab) de la destruction d’autres sanctuaires religieux dans la province de Salah ed-Dine :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=bffb313973c4

Un Ismaélien décapité pour apostasie en Syrie
L’Etat Islamique (Daech) a annoncé mardi 25 novembre 2014 avoir décapité en Syrie un membre de la minorité ismaélienne, un courant de l'islam proche des musulmans chiites. ll était accusé d'apostasie".
"Hier (lundi 24 novembre), la police islamique dans la province de Homs (centre de la Syrie) a appliqué la sentence pour apostasie contre un ismaélien", a annoncé le groupe salafiste dans un communiqué, indiquant que l'exécution avait eu lieu "devant un groupe de musulmans".
"C'est ce qui attend tous les apostats", proclamait une pancarte manuscrite placée sur le corps de la victime.
La communauté ismaélienne compte environ 200.000 personnes en Syrie, la plupart vivant à Salamiyeh, une ville de la province de Hama (centre).
Aux yeux de Daech, tous les musulmans qui n'adhèrent pas à son interprétation de l'islam sont des apostats.

Le Front al-Nosra exécute aussi pour blasphème
L’Etat Islamique n’est pas le seul à exécuter des gens pour blasphème ou apostasie. Le Front Al-Nosra, la branche syrienne d'al-Qaïda, a exécuté mercredi 26 novembre, à Erbine, une localité située à l'est de Damas, un dénommé Mohammad al-Mir. Il était accusé "d'avoir insulté le prophète (Mahomet) et sa famille".
On avait jusqu’ici tendance à considérer le Front Al-Nosra comme moins radical que l'Etat Islamique.

Afrique du Nord
L’Etat islamique s’étend en Afrique du Nord. Le dirigeant de l'EI, Abou Bakr al-Baghdadi, a récemment vanté dans un enregistrement audio l'expansion du « califat » annonçant avoir accepté les serments d'allégeance émis par des jihadistes de Libye, d'Égypte, du Yémen, d'Arabie saoudite et d'Algérie. Après Jund al-Khilafa en Algérie et Ansar Beit al-Maqdess en Égypte, l’Etat Islamique est maintenant implanté dans la ville libyenne de Derna.

Derna (Libye) est une place forte islamique
Derna est une place forte islamiste qui fait peu de cas de la « démocratie à l’occidentale » que rêvaient d’imposer les Occidentaux en aidant au renversement de Mouammar Kadhafi. Cette ville portuaire de 150.000 habitants située dans l’est libyen est depuis longtemps un haut lieu du jihad international. Ce que les Islamistes de Derna réclament, c’est l’application de la Charia…et une part des revenus pétroliers. On estime leurs effectifs à plusieurs centaines de miliciens rompus à la lutte armée. Derna a été la plus grande pourvoyeuse d’hommes pour les guérillas afghane, irakienne et syrienne.
L'idéologie de l'État Islamique (EI) ne pouvait qu’attirer des sympathisants dans les milieux radicaux en Libye. C’est pourquoi ce n’est pas une surprise d’apprendre que la ville de Derna, s’est transformée en «émirat islamique ».
En avril 2014, une branche d'Ansar ach-Charia avait annoncé qu'elle allait instaurer la justice selon la loi islamique à Derna. Se faisant appeler « Majless Choura (Conseil consultatif) des jeunes de l'islam à Derna », elle y a instauré des tribunaux islamiques et une police religieuse.

Lutte entre partisans d’al-Qaïda et partisans de l’Etat Islamique ?
Il se pourrait qu’on assiste en Libye, comme cela est déjà le cas au Yémen à une lutte sourde entre les chefs traditionnels du Jihad, membres d’al-Qaïda et les partisans de l’Etat Islamique, ce qui ne manquerait pas de rajouter de la confusion à un pays qui n’en a pas besoin. Rappelons que le pays est en proie au chaos où deux Parlements et deux gouvernements se disputent le pouvoir sur fond de violences meurtrières. Pour l’instant, on a encore du mal à savoir quel est le poids de ceux qui se réfèrent à al-Qaïda et ceux qui ont fait allégeance à l’Etat Islamique. .
Jeffrey Rathke, le porte-parole du département d'État américain s’est déclaré inquiet face aux «informations selon lesquelles des factions extrémistes violentes (en Libye) ont prêté allégeance à l'EI et cherché à s'associer à lui ».

La vallée de Pankisi (Georgie)
Les gorges de Pankisi sont situés en Géorgie. Les six villages de cette vallée sont peuplés de Kistes, des descendants de Tchétchènes ayant émigré en Géorgie.
L’Orient-le-jour du 26 novembre 2014 rappelle que la vallée de Pankissi est apparue dans les médias géorgiens dès le début de la première guerre de Tchétchénie (1994-1996). Elle était devenue à l’époque le refuge des indépendantistes tchétchènes et plus de 10 000 civils s’y étaient réfugiés. Avec l'aide des États-Unis, le gouvernement pro-occidental géorgien de l'ancien président Mikheïl Saakachvili avait réussi en 2004 à chasser hors de son territoire les séparatistes, qui y organisaient encore des attaques contre l'armée russe.
Mais leur présence prolongée a influencé la population, dont les traditions religieuses soufies ont été remplacées par des pratiques salafistes, une branche rigoriste de l'islam. « Le salafisme est désormais la forme dominante de l'islam en Pankissi », explique le journaliste Soulkhan Bordzikachvili, qui vit dans un des villages des gorges, Jokolo. Le salafisme menace, raconte un habitant de la vallée, « l'existence même de l'identité culturelle des Kistes ». Un autre témoigne : « La jeunesse kiste est majoritairement salafiste, les jeunes ne se considèrent plus désormais comme Kistes ou Géorgiens mais uniquement comme des musulmans. »
Pour Khaso Khangochvili, membre du conseil des aînés de Pankissi, « c'est la pauvreté et le chômage qui font partir les jeunes Kistes de Pankissi. Ils cherchent du travail en Turquie et certains finissent à combattre en Syrie », à seulement une journée de voiture de la Géorgie.
C’est d’ailleurs une raison économique que donne Temour Batirachvili, le père d’Omar al-Chichani (le Tchétchène en arabe), le célèbre jihadiste à la barbe rousse, l’un des chefs des Tchétchènes qui luttent dans les rangs de l’Etat Islamique en Syrie. Il explique : « Quand Tarkhan (Omar al-Chichani) a guéri (de sa tuberculose), il était prêt à rejoindre à nouveau l'armée (géorgienne). Ils lui ont promis un travail, mais ils n'ont jamais tenu leur promesse », il continue, « si mon fils avait eu ne serait-ce qu'un peu d'espoir de vivre une vie meilleure en Géorgie, il ne serait jamais parti ».
 

Turquie

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a dénoncé mercredi 26 novembre 2014, "l'impertinence" des Etats-Unis dans la crise syrienne. La visite de Joe Biden, le vice-président américain, n’a donc pas contribué à aplanir les divergences entre les deux alliés sur le dossiersyrien.
"Je veux que vous sachiez que nous sommes contre l'impertinence et les demandes sans fin", a déclaré M. Erdogan en référence aux requêtes adressées par Washington à la Turquie dans la lutte contre les jihadistes du groupe Etat islamique (EI).
Malgré les pressions exercées par les Etats-Unis, le gouvernement islamo-conservateur turc, proche des Frères musulmans, refuse toujours d'intervenir militairement au profit des forces kurdes qui défendent la ville syrienne de Kobané assiégée par les jihadistes, à la frontière turque.
Ankara oppose également une fin de non-recevoir à la demande américaine d'ouvrir sa base d'Incirlik aux avions qui bombardent les positions de l'EI en Irak et en Syrie.
La Turquie juge ces raids inefficaces et plaide pour que le départ du président syrien Bachar al-Assad soit la priorité de la stratégie de la coalition dans la région.
"Ils (les Américains) sont restés simples spectateurs lorsque le tyran (le président syrien) a massacré 300.000 personnes. Ils sont restés silencieux face à la barbarie d'Assad et maintenant ils jouent sur la mauvaise conscience (de l'opinion internationale) autour du sort de Kobané", a regretté M. Erdogan.
"Nous ne résoudrons pas nos problèmes avec l'aide d'un « esprit supérieur » mais avec celle de notre propre peuple", a conclu le président turc.
Lundi 24 novembre, M. Erdogan avait déjà accusé les Américains d’avoir une politique destinée uniquement à protéger leurs intérêts pétroliers dans la région.

Front irakien

Kirkouk
Vidéo tournée par les Peshmergas sur la ligne de front dans la région de Kirkouk :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=ed2baf5e6106

Front syrien

Alep
Vidéo de la brigade Noureddne al-Zanki montrant une attaque kamikaze contre une position de l’AAS à Alep :
https://www.youtube.com/watch?v=ElbzzXfJqV4&feature=p...

Damas et sa banlieue
Une vidéo (langue russe) montre la destruction d’une position rebelle dans la localité de Zamalka, voisine de Jobar (Exceptionnel) :
https://www.youtube.com/watch?v=2LhAIIsV1xk&feature=p...

Raqqa
Le bilan des bombardements de la ville de Raqqa par l’aviation syrienne, le mardi 25 novembre, s’est encore alourdi. On parle maintenant de 95 morts, dont une majorité de civils. En représailles, l’Etat Islamique menacerait d’exécuter des soldats de l’AAS détenus prisonniers.

Vidéo de la brigade rebelle Souqour esh-Sham (les faucons de Syrie)
Cette brigade est armée par le Qatar et la Turquie. Elle fait partie du Front Islamique armé et financé par l’Arabie saoudite et les pays du Golfe :
https://www.youtube.com/watch?v=2LhAIIsV1xk&feature=p...

Coalition internationale

Des effets négatifs des raids de la coalition internationale en Syrie
Les raids menés par la coalition internationale ont pour résultat de pousser de plus en plus d’Irakiens et de Syriens dans les bras de l’Etat Islamique. Le mouvement est particulièrement net en Syrie où plusieurs formations rebelles ont tout simplement rejoint l’EI (Daech) tandis que d’autres ont noué des alliances tactiques ou convenu une trêve avec l’organisation salafiste. C'est notamment le cas dans la région d’Edleb. Les brigades en question sont Jeich al-Mujahidin, la brigade al-Sham, la brigade Ahrar ash-Sham, et même le Front al-Nosra. Plus de mille combattants du Front al-Nosra auraient rejoint l’Etat Islamique en une seule semaine au mois d’août 2014, affirme Ali Sa’eed, un porte-parole du Commandement Révolutionnaire de l’Armée Syrienne Libre.
« L’Etat Islamique est un aimant qui attire un grand nombre de Musulmans » a déclaré au Guardian Abou Talha, le chef de la brigade Ansar al-Haq qui combat dans la Ghouta orientale. Lui et 200 de ses hommes ont rejoint l’EI. Il serait actuellement en négociations avec des combattants d’autres unités rebelles, comme le Front al-Nosra pour qu’ils rejoignent, eux aussi, l’Etat Islamique.
Un autre combattant de l’ASL dans la région de Homs a affirmé au journal britannique qu’il était hors de question pour lui de se battre contre l’EI à présent que l’aviation américaine bombardait l’organisation islamiste. Il affirme que 600 combattants de la brigade al-Ribat, de la province de Homs, auraient fait avec lui allégeance à l’EI. La brigade al-Ribat avait pourtant reçu une promesse de la part de la brigade Hazm, soutenue par les Etats-Unis, de recevoir des armes sophistiquées si la brigade acceptait de rejoindre la lutte contre l’Etat Islamique.
Tous les gens en Syrie, affirme Abou Zeid, un commandant de l’ASL, basé dans la région d’Edleb, se demandent pourquoi l’aviation US bombarde des cibles de l’EI et n’est jamais intervenue contre les mitrailleuses et les canons de l’Armée Arabe Syrienne.
« Les Américains ne nous ont jamais donné d’armes pour combattre l’armée de Bachar el-Assad, ajoute Abou Talha. Les armes arrivent seulement maintenant pour combattre l’EI ».
Abou Talha affirme que de nombreux commandants de brigades rebelles ont en secret confirmé leur allégeance à l’EI.

Jean René Belliard

 

09/11/2014

9 novembre 2014 - Nouvelles des guerres du Moyen Orient

Front irakien

De nombreux membres de l’Etat Islamique tentent de fuir vers Kirkouk
Des centaines d'anciens combattants de l'Etat islamique ont été arrêtés en essayant de passer en territoire kurde, selon des responsables de la sécurité de Kirkouk.
"Récemment, beaucoup d'Arabes sunnites qui se battaient pour l’Etat Islamique au sud de Kirkouk ont fui vers Kirkouk en utilisant de fausses cartes d'identité militaires et civiles pour franchir les points de contrôle", a déclaré Sarhad Abdoul Qadir, chef de la police de la région environnante de Kirkouk.
Selon les responsables de la sécurité kurde, 365 anciens membres de la police irakienne et de l'armée se sont rendus aux Peshmergas dans la région de Kirkouk.
Les Jihadistes fuient à Kirkouk.jpg

Des membres de l'EI fuient à Kirkouk

 

 

 

 

 

 

 

 

 


"Ils ont tous été arrêtés en vertu de l'article n ° 4, de la loi anti-terroriste, " a déclaré Adnan Taha, brigadier-général des Peshmergas. «Nous les gardons en prison en attendant leur procès."
"Ces combattants se sont enfuis à Kirkouk et chacun d'eux a utilisé toutes sortes d'excuses», a expliqué Idris Riffat, chef de la sécurité de Kirkouk. "Certains d'entre eux ont truqué des rapports médicaux pour prétendre qu'ils étaient malades, d’autres se sont déguisés en femmes, d'autres encore se sont présentés comme des étudiants afin de pouvoir entrer dans la ville de Kirkouk. Mais nos opérations de sécurité ont déjoué leurs plans. "
Riffat a ajouté qu'ils ont capturé beaucoup de ces personnes dans des hôtels, aux points de contrôle et dans les hôpitaux.
 «Nous disposons des renseignements sur ceux qui ont l'intention de se faufiler dans Kirkouk et nous diffusons ces informations aux check-points,  à la sécurité, aux Peshmergas, et à la police de Kirkouk afin de les arrêter", a-t-il ajouté.
Il est difficile pour les transfuges de l’EI d’entrer à Kirkouk car les services de sécurité ont limité tout trafic à partir des territoires contrôlés par l’EI.
Le passage entre Kirkouk et Hawija était possible par le check-point de Maktab Khalid. Mais à la suite de plusieurs explosions à l’intérieur de Kirkouk et le long de cette route, les autorités kurdes ont fermé le point de contrôle à la plupart des automobiles et aux piétons.
Le passage a de nouveau été autorisé.
"Cependant ce passage est sujet à des conditions. Ceux qui veulent aller à Kirkouk doivent être soit de Kirkouk, ou pris en charge par un résident vivant à Kirkouk, ou encore avoir une autorisation officielle dans le but d'obtenir un traitement dans les hôpitaux de Kirkouk. En outre, leur séjour à Kirkouk doit être temporaire, " a déclaré Hiwa Abdallah, porte-parole des forces peshmergas de Kirkouk.
Abdullah a également indiqué qu’il était interdit à tous les jeunes d'entrer dans la ville, à moins que leurs noms soient inscrits auprès des agences de sécurité ou qu'ils étaient d'anciens policiers ou militaires qui se rendent à la police.
"Mais même ces personnes seront arrêtées et remises à des autorités compétentes aux fins d'enquête», a-t-il ajouté.
Le mouvement de désertion s’est amplifié ces derniers temps, alors qu’on entend des rumeurs selon lesquelles les tribus arabes de la périphérie de Hawija, Riyad, Rashad, et Beiji ont formé des groupes armés pour attaquer l’Etat Islamique.
Les forces de sécurité de Kirkouk pensent que les  exécutions sommaires de membres de  tribus qui refusaient de payer l’impôt et respecter les lois imposées par l’Etat Islamique ont provoqué un mécontentement croissant dans les tribus.

Il est probable qu'on assiste dans les prochaines semaines à une recrudescence des désertions au sein de l'Etat Islamique. Il est probable que le nombre de jihadistes européens cherchant à regagner leurs pays d'origine augmentent également !

Abou Baker al-Baghdadi
Pour le ministre irakien de l’intérieur, le calife autoproclamé du califat islamique, Abou Baker al-Baghdadi, a bien été blessé au cours d’un bombardement de la coalition internationale. Mais pour le colonel américain Patrick Ryder, le porte-parole du CENTCOM, on ne peut confirmer si le leader de l’Etat Islamique se trouvait présent au moment de la frappe aérienne.

Front syrien

Prise de la ville de Nawa (Sud de la Syrie) par les Jihadistes du Front al-Nosra (al-Qaïda en Syrie)
Les rebelles et les Jihadistes d’Al-Nosra (al-Qaïda en Syrie) ne cessent depuis plusieurs mois de progresser dans la province de Deraa, proche de la Jordanie, alors qu’ils ont essuyé une série de défaites face à l'armée arabe syrienne (AAS) ailleurs dans le pays. L’Armée Arabe Syrienne est en passe de perdre le contrôle de toute la région sud du pays. Ceci correspond d'ailleurs à un plan américain mis au point de longue date et qui a commencé par une formation d'unités rebelles en Jordanie...à l'exclusion des Jihadistes du Front al-Nosra toutefois.
Poursuivant leur progression, les Jihadistes du front Al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda, alliés à des éléments de l'ASL, se sont emparés dimanche 9 novembre 2014 de la ville de Nawa dans le sud de la Syrie, chassant les forces du régime de Bachar al-Assad, après des mois de combats.
Al-Nosra et des brigades rebelles islamistes et modérées ont pris le contrôle de toute la ville de Nawa. Cette région est frontalière de la Jordanie. Signe que la ville est tombée, l’aviation syrienne a aussitôt soumis la localité à un intense bombardement.
"Dans le nord, il y a des différences idéologiques entre les rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL) et le front Al-Nosra (...) mais ici à Deraa, les liens tribaux sont profondément ancrés et il n'existe pas de telles divisions", a expliqué à l'AFP un militant de la province de Deraa, Diaa al-Hariri, interrogé via internet.
Des militants ont diffusé une vidéo montrant les combattants rebelles piétinant le drapeau syrien qu'ils associent à un symbole du régime. Sur des images diffusées par Al-Nosra, on voit également des membres de ce groupe hisser leur bannière noire et blanche à Nawa.
Vidéo en langue arabe montrant l’offensive et la capture de la ville :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=2ecab0f71e47
La capture de Nawa est un coup dur pour le gouvernement syrien. Elle permettra aux insurgés de consolider le contrôle du territoire allant de la frontière jordanienne jusqu’au Golan.

Capture de la basse de la brigade 112 à Deraa
Une autre base de l’armée a été prise d’assaut à Deraa, celle de la brigade 112. Cette base a été capturée par des rebelles de l’Armée Syrienne Libre sans l’aide du Front al-Nosra.
Vidéo en langue arabe :
L’assaut
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=5ebb3fdb8cc8
Les rebelles devant l’entrée de la base :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...
Les rebelles ont mis la main sur une grande quantité de matériel militaire qu’ils vont s’efforcer d’évacuer le plus rapidement possible avant l’arrivée des bombardiers de l’armée :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...
Ils ont également capturé plusieurs chars et blindés BMP :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=a5aa3708b70f
et
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=6a07220f25d4
et
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=56e4bd961904
et
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=3297bead311f

Al-Bab (nord Syrie)
L’armée de l’air syrienne poursuit sans discontinuer ses bombardements aux barils d’explosifs, une tactique qui a fait des milliers de morts et des dégâts considérables dans les zones tenues par les rebelles ou les Jihadistes depuis plus d’un an.
L'armée de l'air a lancé samedi soir, 8 novembre 2014, sept barils d'explosifs et trois obus sur la ville d'Al-Bab, un fief de l’Etat Islamique situé au nord-est de la ville d'Alep, tuant au moins 21 civils dont un enfant et une femme.

Alep
Une vidéo de la brigade Ahrar ech-Cham qui fait partie du Front Islamique aidé par l’Arabie saoudite. Les membres de la brigade font sauter un immeuble qu’ils affirment être occupé par l‘AAS à Ameriyah (Alep) :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=ea12f908fcc7

Aïn el-Arab (Kobane en kurde)
Une vidéo rare de combattants kurdes de l’YPG face à un char de l’Etat Islamique.
Vidéo :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...

Jihad international

Un kamikaze « britannique »
Ahmed Kabir (32 ans), un kamikaze britannique s’est fait exploser à proximité de Baiji, samedi 8 novembre 2014. Il a lancé son  véhicule blindé chargé de huit tonnes d’explosifs contre un convoi de la police irakienne. Huit passagers du convoi ont été tués, y compris le lieutenant général Faisal Malik Zamel, le chef du détachement. Quinze autres policiers ont été blessés au cours de l’attentat. C’est le second « Britannique » à commettre un attentat suicide en dans la région. Le premier kamikaze était Abdul Wahid Majid (41 ans) de Crawley (West Sussex). Il avait lancé, en février 2014, son camion bourré d’explosifs contre la prison d’Alep.
Ahmed Kabir avait déjà eu maille à partir avec la justice britannique pour crimes homophobes dans la localité de Derby. Ahmed Kabir était connu sous le nom de guerre d’Abou al-Sumayeh al-Britani. Il était marié et père de deux enfants. 
Kabir Ahmed.jpg

 

Ahmed Kabir, alias Abou al-Sumayeh al-Britani

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ahmed Kabir avait attiré l’attention de l'opinion publique britannique au cours d’un entretien au cours du programme Panorama de la BBC alors qu’il faisait le jihad en Syrie. Il avait affirmé «Tout le monde a son nom sur le liste (des volontaires pour des opérations kamikazes) et chacun presse l'émir (chef) de pousser son nom vers le haut de la liste. Tout le monde veut se battre pour l'amour d'Allah ».
Ahmed a également affirmé que plus de 2000 ressortissants britanniques se battaient pour le califat islamique en Syrie et en Irak.
Il a ajouté : «Si les Britanniques font régner la terreur contre notre peuple, se comportent injustement envers notre peuple, tuent, assassinent et des violent notre peuple, alors il faudra s’attendre à des attaques sur le sol (britanniqueà. »
 «Si vous soutenez nos ennemis contre nous, alors vous pouvez vous attendre à ces attaques, et c’est la même chose pour l'Amérique tout autre pays."
Un porte-parole du Foreign Office a déclaré: «Nous sommes au courant de rapports sur la mort d'un ressortissant britannique en Irak et nous sommes en train de les vérifier."

Jean René Belliard

 

29/08/2014

29 août 2014 : Nouvelles des guerres du Moyen Orient

Le Moyen orient à feu et à sang

Que ce soit en Irak, en Syrie, au Liban, au Yémen, en Libye, en Tunisie ou en Egypte, on se bat partout au Moyen orient. Les conflits font resurgir des antagonistes vieux de plusieurs siècles, entre ethnies ou tribus, entre Arabes et Perses dans des pays où les frontières sont souvent artificielles, créées par les anciennes puissances mandataires au lendemain de la première guerre mondiale. Les lignes de fracture sont confessionnelles et même à l’intérieur d’une communauté, l’affrontement porte sur des questions dogmatiques qui concernent la plupart du temps l’application de la loi musulmane, la charia.

Le virus e-Mollah de l’Etat Islamique
L’opinion internationale, qui avait longtemps détourné le regard, prétextant l’impuissance ou la non-ingérence dans les affaires d’autres Etats, s’est retrouvée confrontée à une violence et une cruauté inouïe, mise en ligne jour après jour par les nouveaux mollahs de l’Etat Islamique, d’où le nom d’e-Mollahs. Forts de leur tout nouveau « califat » qui recouvre à présent une portion importante des territoires de l’Irak et de la Syrie, les fondamentalistes de l’EI attirent des foules de candidats au jihad qui contribuent à leur tour au renforcement du mouvement extrémiste.

La zone des combats ne cesse de s’étendre
Le phénomène de l’Etat Islamique (EI), appelé alors Etat Islamique d’Irak et du Levant (EIIL) a pris une importance croissante tant en Syrie qu’en Irak. Ils ont profité du chaos syrien, de la faiblesse de la rébellion syrienne, déficiente sur le plan du commandement comme de l’armement, morcelée, parfois corrompue, de la crise politique entre un pouvoir chiite sectaire en Irak et une population sunnite de plus en plus exaspérée et de la faiblesse institutionnelle du Liban. Aujourd’hui, la région toute entière semble au bord du gouffre.

L’élection d’un nouveau président en Iran, Hassan Rohani, avait fait naître l’espoir
La lueur d'espoir qu'avaient constituée l’élection de Hassan Rohani à la présidence de l’Iran et la soudaine visite du ministre adjoint des Affaires étrangères iranien, chargé du monde arabe, à Riyad, n’a pas, malheureusement, permis d’apaiser les tensions. L’hostilité entre, d’une part, l’Iran et la communauté chiite, et, d’autre part, l’Arabie saoudite et la communauté sunnite, reste toujours aussi vive. Un accord entre les deux puissances régionales n'est pas encore en vue, même dans le cadre de « la grande bataille contre l'EI », déclenchée officiellement par les États-Unis et consacrée par le Conseil de sécurité de l'Onu.

L’argent coule à flot dans les caisses de l’Etat Islamique
On en est toujours, d’ailleurs, au stade de la suspicion en ce qui concerne les relations qui pourraient exister entre les Jihadistes de l’Etat Islamique et les pays du Golfe, dont l'Arabie et le Qatar, ou tout au moins de certains richissimes mécènes originaires de ces pays.
L'argent continue d'affluer dans les caisses de l'EI. Cet argent semble provenir des pays du Golfe, notamment le Koweït, le Qatar et l'Arabie, sachant que le million de dollars quotidien gagné par ce groupe grâce à la vente du pétrole, via la Turquie, suffit à peine à acheter les munitions, l'EI ayant besoin d'autres revenus pour assurer la survie de l'État islamique qu'il a fondé.

Les Saoudiens constituent le gros des troupes de l’EI
Selon les sources libanaises, plusieurs milliers de combattants originaires du royaume saoudien auraient rejoint l'EI. La pensée jihadiste est bien ancrée au sein de la hiérarchie religieuse saoudienne et au sein de la base populaire. Même chose au Koweït, où des manifestations pro-EI ont eu lieu, et en Jordanie, où la province de Maan est quasiment acquise aux thèses extrémistes.

Aujourd'hui, la monarchie saoudienne a pris peur. Elle se sent menacée par les Jihadistes qui pullulent dans le royaume. C’est pourquoi les autorités sécuritaires du royaume exercent à présent de fortes pressions sur les ulémas dans une tentative de les pousser à promouvoir la « modération », décrétée par le roi Abdallah dans son dernier discours à la nation. Elles ont même annoncé l'arrestation d'une dizaine d'ulémas qui n’ont pas respecté les instructions royales. Aux Émirats arabes unis, les autorités ont carrément ordonné aux ulémas qui prêchent dans les mosquées de s'inspirer de la doctrine d'al-Azhar en Égypte, au lieu de la ligne religieuse wahhabite. C'est dire combien « le mal takfiriste » est bien ancré au sein de la hiérarchie religieuse saoudienne et au sein de la base populaire.

Les pays du Golfe ont joué avec le feu
Il est aujourd’hui de notoriété publique que les pays du Golfe arabo-persique et l’Arabie saoudite ont joué avec le feu en laissant ce phénomène s'amplifier chez eux. Au début de la révolte syrienne, les autorités religieuses voulaient mobiliser les jeunes pour qu'ils aillent combattre contre le régime syrien de Bachar el-Assad. Et lorsque le premier ministre irakien, un chiite, s’est mis à mener une politique anti-sunnite, le royaume saoudien et les Emirats ont là encore joué avec le feu en poussant les tribus sunnites à se rebeller et même à s’allier avec les Jihadistes de l’EIIL pour « libérer » les provinces sunnites de « la main de l’Iran ». Les autorités saoudiennes ou émiraties ont beaucoup fait pour abattre les régimes honnis de Bachar el-Assad et Nouri al-Maliki, supposés alliés à l’Iran, sans penser aux risques internes et à la menace que pourrait constituer les Jihadistes pour leurs propres pays et pour l'ensemble de la région. Tout cela avec l'indifférence bienveillante des États-Unis toujours prompts à "idéaliser" la liberté religieuse.

Des réactions pas à la hauteur de la menace représentée par l’Etat Islamique
Au début, les États-Unis n’ont pas bien compris la menace que représentaient les Jihadistes de l’EI. Ils ont commencé à réaliser le danger lorsque les combattants de l'EI ont progressé vers Erbil au Kurdistan ou se sont approchés de la frontière avec l'Arabie (ils ne sont plus séparés du royaume wahhabite que par une centaine de kilomètres de désert) ou encore de celle avec la Jordanie, où ils ont pris le contrôle d’un poste-frontière. C’est alors que le roi Abdallah d'Arabie a demandé aux tribus sunnites irakiennes proches de la frontière saoudienne de combattre l'EI au cas où celui-ci songerait à entrer sur le territoire saoudien. Et c'est à partir de ce moment que la communauté internationale et les pays du Golfe ont commencé à réagir et à réclamer une alliance pour la lutte contre le terrorisme. Mais même aujourd'hui, la position saoudienne reste ambiguë.
 
Une politique saoudienne ou des Emirats du Golfe ambiguë
L’ambigüité de la position saoudienne ou émiratie vis-à-vis de l’Etat Islamique tient au fait que les Jihadistes jouent un rôle en tenant en échec la progression de l’Iran et de ses alliés dans la région. Le royaume saoudien et les pays du Golfe arabo-persique sont prêts à lutter contre les Jihadistes lorsque ceux-ci les menacent directement, mais continueront de les soutenir plus ou moins discrètement, financièrement et matériellement, lorsque ceux-ci se bornent à constituer un danger pour l’Iran et ses alliés. 
Certaines puissances régionales et internationales continuent à croire que l'EI, s'il est contenu, peut être utile dans la lutte contre l'Iran et ses alliés dans la région.

Front syrien

Vers une internationalisation de la guerre civile syrienne ?
Le président américain Barack Obama, dont le pays mène depuis le 8 août 2014 des frappes contre l'EI en Irak, continue de tergiverser sur l’extension de la mission de l’armée de l’air américaine en dehors du nord de l’Irak. Pour l’instant , il reste hostile à donner à l’US Air force l’ordre d’effectuer des missions de reconnaissance au-dessus d’une plus large portion du territoire irakien ou au-dessus du territoire syrien pour lutter contre les jihadistes.
De son côté, Damas s’est déclaré prêt à coopérer avec la communauté internationale. Il n’y a à cela rien d’étonnant étant donné que les autorités syriennes avaient tout fait pour démontrer au monde entier qu’elles luttaient contre la menace jihadistes, une menace pour le monde entier. Mais pour l’instant, l’éventualité d’une coopération entre Damas et la communauté internationale ne semble pas à l’ordre du jour. 

Damas
L’armée syrienne poursuit son offensive, avec une violence inouïe, contre le quartier de Jobar à l'est de Damas. L’objectif est de reprendre aux rebelles ce secteur stratégique. L'armée d’Assad est secondée par le Hezbollah, la milice chiite libanaise.
Tenu depuis un an par les insurgés, le quartier de Jobar est un verrou stratégique car s'ils franchissent la place des Abbassides adjacente, ils peuvent atteindre le coeur de Damas. En outre, ce secteur ouvre du côté est sur la région de la Ghouta orientale, véritable bastion de la rébellion dans la province de Damas.
"Depuis hier (jeudi 28 août) une opération militaire a commencé à Jobar (...) pour anéantir les poches terroristes", a indiqué à l'AFP une source de sécurité en référence au terme utilisé par le régime syrien pour désigner les rebelles.
"Un grand nombre de terroristes ont péri, leurs repaires et des tunnels ont été détruits", a poursuivi cette source.
Selon l'agence officielle Sana, l'armée a tué "des dizaines" de rebelles "dont un Jordanien et un Saoudien", et ont pris "le contrôle de plusieurs immeubles".
Il s’agit de la plus grande offensive visant Jobar depuis sa prise par les rebelles à l'été 2013. Au moins 18 raids jeudi et 15 vendredi ont visé ce quartier déserté depuis longtemps par ses habitants. Jobar est composé de grands immeubles où vivait avant la guerre une classe moyenne.
Cette extraordinaire vidéo montre l'offensive menée par des chars contre le quartier de Jobar. Ici, des tanks T-72 de Bachar el-Assad, équipés de caméras GoPro, tentent de progresser vers les positions de l’adversaire. Trois T-72 auraient été détruits par les missiles antichars des rebelles :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...
Vidéo du côté des rebelles :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...
Les rebelles ont réussi à faire exploser un immeuble occupé par les soldats d’Assad et les Shabbiha :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...
Les combats ont été très couteux en hommes et matériel pour les troupes d’Assad. Les rebelles affirment avoir détruit trois chars, un véhicule blindé transport de troupes et tué environ trente soldats d’Assad.
http://www.liveleak.com/view?i=89c_1409322169
Cette vidéo montre des combattants chiites :
http://www.liveleak.com/view?i=4c3_1409322391

Raqqa
On craignait pour la vie de centaines de prisonniers militaires et supplétifs après la prise de la base 17, fin juillet, et celle de l’aéroport de Tabqa, dimanche 24 août. La réponse n’a pas tardé à venir. Les jihadistes de l'État islamique (EI) ont exécuté mercredi 27 et jeudi 28 août plus de 160 soldats syriens qu'ils avaient capturés lors de la prise de positions de l’armée dans la région de Raqqa.
Plusieurs centaines de défenseurs de la base aérienne de Tabqa ont quand même réussi à s’enfuir vers la localité d'Esraya, dans la province de Hama, encore aux mains du régime.
Cette vidéo montre l’interrogatoire d’un officier syrien. Les Jihadistes lui demandent « qui est ton père ? ». Il donne une réponse, mais les Jihadistes de l’EI se moquent de lui et lui disent « tu ne peux pas connaître le nom de ton père puisque tu es un batard ! »
Quand on lui demande pourquoi il n’a pas déserté, il répond que cela n’aurait servi à rien car il aurait aussitôt été réincorporé dans l’armée. Les Jihadistes lui rétorquent : « Ils t’auraient renvoyé à l’armée mais nous on va te massacrer et te renvoyer en enfer ! »
Vidéo de l’interrogatoire :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...
Cette vidéo, diffusée sur I télé, montre les soldats syriens prisonniers amenés en sous-vêtements vers le lieu de leur exécution. Les scènes des exécutions ont été retirées :
http://www.liveleak.com/view?i=732_1409240134

Deir ez-Zhor
Six chefs du groupe jihadiste l'Etat islamique (EI) ont été tués jeudi 28 août dans un raid ciblé mené par l'armée de l'air syrienne sur une maison dans la ville de Mohassan, dans la province de Deir ez-Zhor. Cette province est tombée entre les mains des Jihadistes de l’EI le 3 juillet dernier.
Les chefs de l’EI étaient réunis dans la maison d’un ancien officier de l’armée syrienne, Soukr al-Ahmad, qui avait rejoint la rebellion avant de prêter allégeance à l'EI.
C’est grâce à cet officier que l’EI avait réussi à capturer la localité de Mohassan. Soukr al-Ahmad figurerait parmi les responsables de l’EI décédés au cours du raid aérien.

Plateau du Golan : Les Islamistes sont à la frontière d’Israël
Le Front al-Nosra, la branche d'el-Qaïda en Syrie, s'est emparé du poste frontière syrien de Kouneitra, à la frontière avec le plateau du Golan occupé par Israël, avec l'appui d'autres mouvements islamistes, parmi lesquels des membres du mouvement égyptien Beit el-Maqdis, très actif dans le Sinaï. Inutile de dire que l’Etat-major israélien suit avec beaucoup d’attention l’arrivée de ces Islamistes à sa frontière immédiate.
Le poste capturé par les fondamentalistes n’est distant que de 200 mètres du secteur israélien.
Cette position était surveillée par les Nations unies et on a appris peu de temps après que 43 (47 selon des sources russes) Casques bleus de la FNUOD, originaires des îles Fidji, avaient été pris en otage au cours de cette opération.
Le Front al-Nosra s’était beaucoup renforcé dans la région grâce à l’afflux de nombreux membres de l’organisation jihadiste chassés de la province de Deir ez-Zhor conquise par les Jihadistes de l’EI.
Pour tenter de chasser les Islamistes d’al-Nosra, les avions de l'armée syrienne ont bombardé leurs positions à proximité immédiate de la frontière israélienne, excitant encore un peu plus la nervosité des soldats de Tsahal.
Les combats entre Islamistes et soldats d’Assad auraient fait 20 morts dans les rangs de l'armée syrienne et 14 dans ceux des rebelles.
Les rebelles syriens s'étaient déjà emparés brièvement l'an dernier du poste de Qouneitra. Ils tiennent désormais de nombreux villages du secteur.
Vidéos :
Vidéo côté du Front al-Nosra
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...
et :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...
Vidéo côté armée d’Assad :
Cette vidéo montre les soldats d’Assad au combat contre les Jihadistes du Front al-Nosra à proximité immédiate de la frontière israélienne sur le Golan :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...

Guerre entre Jihadistes de l’EI et combattants kurdes de l’YPG à Kobané (Aïn el-Arab) et Rabia
42 membres de l’Etat Islamique auraient trouvé la mort dans de violents affrontements avec des combattants de l’YPG, le comité de protection du peuple kurde, au cours des dernières 48 heures à Rabia et Aïn el-Arab, à la frontière turque.
L’objectif des Jihadistes était de fermer le corridor de sécurité entre le Mont Sinjar et Rojava, et compléter la main-mise sur Sinjar, la ville yazidie en Irak.
L’offensive menée par les Jihadistes de l’EI contre la ville de Rabia, qui a démarré dans la matinée du 27 Août à 07h30, a été repoussée par les combattants kurdes.
L'attaque avait été menée à partir de deux directions sur les positions de l’YPG mais s’est soldée par la mort de 13 Jihadistes et par la destruction d’un véhicule. 
Voir la vidéo – Remarquez que garçons et filles kurdes participent aux combats :
http://www.liveleak.com/view?i=e57_1409314070

Front irakien

Champ pétrolifère d’Aïn Zalah
Des jihadistes ont mis le feu jeudi 28 août au champ pétrolier d’Aïn Zalah situé à 70km environ au nord-est de Mossoul  avant de battre en retraite devant une offensive d’envergure des Peshmergas kurdes.

Raffinerie de Baïji
L’offensive des Jihadistes de l’EI pour s’emparer de la raffinerie de Baïji n’a pas réussi. C’est la raison pour laquelle, elon le site d'information libanais al-Hadath News, le chef de l’Etat Islamique, Abou Bakr al-Baghdadi, a ordonné l’arrestation de deux de ses commandants militaires. Le motif est qu’ils ont échoué dans leur tentative de conquérir la raffinerie de Baïji ainsi que la base Sbayker.
Ces deux hommes sont Abdallah Mohammad Ibrahim Kahwad al-Janabi, surnommé le prince du côté chinois, et Abou Abed, désigné comme le prince de Beiji, a indiqué une source pour le site d’information libanais al-Hadath News. Ils devraient aussi répondre pour le grand nombre de pertes subies par l’EI durant son dernier assaut lancé contre la raffinerie. 

Kirkouk
La situation à Kirkouk est très tendue après les trois attaques à la voiture piégée menée dans la vile récemment.
Cette vidéo montre un des attentats :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...

Les tribus sunnites se rebellent contre l’EI
Plusieurs tribus de la province de Diyala ont refusé de prêter allégeance à l’Etat Islamique. C’est entre autres le cas des Zarkouchi. 
Il explique les raisons : « Depuis huit ans, à Hamriyaa et Saadiyat quelques 2.000 membres de la tribu al-Zarkouchi ont été tués ou blessés, et 60% de la tribu ont été contraints à quitter la région, tandis que des centaines de leurs maisons ont été détruites », a affirmé Abdel-samad al-Zarkouchi pour l’agence irakienne Sumariyya News.
Dans le même contexte, 19 personnalités tribales de cette province, également originaires de Saadiyat et appartenant toutes à la communauté sunnite ont été menacées de mort pour avoir refusé de prêter allégeance au chef de Daesh Baghdadi.
L’Etat islamique a « confisqué leurs biens et les a sommés de choisir entre l’allégeance ou la mort », a révélé l’agence. Le mercredi dernier, il a rasé les maisons des chefs de la tribu al-Azza. Il avait fait de même avec celle d’al-Abed, les semaines passées, pour les mêmes rasions.
On se rappelle le massacre de 700 membres de la tribu syrienne al-Chaitat dans la province de Deir-ez-Zhor. Cette tribu avait pris les armes contre l’EI.

Le calife Abou Baker al-Bagdadi contre la mise en ligne des décapitations pendant les batailles
Abou Baker al-Baghdadi a interdit à sa milice la diffusion de photos et d’images de décapitations durant les batailles quelle mène.
C’est ce qu’a révélé le site égyptien al-Watan, selon des informations basées sur la foi de sites jihadistes qui ont diffusé un message transcrit qui lui est attribué.

avis_interdiction-video-décapitations.jpg
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces images sont interdites aussi bien dans les medias officiels de l’Etat Islamique que sur les comptes privés sociaux de Facebook ou Twitter, Chaque publication nécessite une autorisation préalable de la part d’une instance spéciale de l’EI conçue pour suivre cette affaire et appelée le Comité général.
Cette décision pourrait faire suite aux nombreuses critiques adressées par de nombreuses instances islamiques importantes pour qui ces exécutions dégradentl’image de l’Islam.
Sachant que cette interdiction n’englobe pas l’acte en soi, la décapitation ou autre, mais sa médiatisation.

L’exécution d’un Peshmerga à Mossoul mise en ligne par l’EI
Et pourtant, ce vendredi 29 août, l’EI a posté les images de la décapitation d’un combattant des Peshmergas kurdes a proximité d’une mosquée dans la ville de Mossoul. Il a menacé d’en exécuter d’autres encore si les dirigeants des kurdes poursuivent leur politique de soutien aux Etats Unis.

Tragédie humanitaire
Les conflits du Moyen Orient ont provoqué une grave crise humanitaire. Trois millions de Syriens ont fui la guerre civile, a annoncé le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) dans un communiqué en ajoutant que cette donnée n'incluait pas les centaines de milliers d'autres Syriens qui ont fui le pays mais ne se sont pas fait enregistrer comme réfugiés.
Trois millions de réfugiés syriens et 6,5 millions de déplacés en Syrie même
En plus des trois millions de réfugiés syriens en dehors du pays, l’UNHCR parle de 6,5 millions de déplacés à l'intérieur du pays, ce qui signifie que près de 50% de tous les Syriens ont été contraints de quitter leurs domiciles. Plus de la moitié de ceux qui ont été déracinés sont des enfants. L’organisation onusienne tire la sonnette d’alarme "sur les conditions de plus en plus épouvantables à l'intérieur du pays" (la Syrie) pour expliquer cette hausse spectaculaire. Il dépeint "des villes où la population est encerclée, les gens sont affamés et les civils pris pour cibles ou tués sans discrimination".
La plupart des réfugiés syriens ont trouvé refuge dans les pays voisins, le Liban accueillant 1,14 million d'entre eux, la Jordanie 608.000 et la Turquie 815.000. La pression sur les économies, les infrastructures et les ressources des pays hôtes est "énorme", souligne le UNHCR, ajoutant que près de 40% des réfugiés vivent dans des abris de qualité médiocre.
1,6 millions de réfugiés en Irak

En Irak aussi, le problème des réfugiés prend de l’ampleur. Plus d'1,6 million de personnes ont été déplacées par les violences cette année, dont 850 000 durant le seul mois d'août en raison de la poursuite de l’offensive des Jihadistes de l’EI, a rapporté vendredi 29 août l'Organisation internationale des migrations (OIM).
"La plupart des déplacés ont dû marcher pendant plusieurs jours pour atteindre des lieux sûrs", a rapporté Brian Kelly, coordinateur de l'OIM pour les situations d'urgence en Irak. "Nombre de leurs proches ont été tués ou enlevés par l'EI. Des groupes de personnes auraient été forcés par l'EI à sauter de falaises, et le sort d'autres personnes enlevées reste incertain", a-t-il ajouté.
La plupart de ces déplacés ont trouvé refuge dans la province autonome du Kurdistan, et celles de Ninive et Diyala, a précisé l'OIM. "Ces chiffres importants présagent d'une crise sur le long terme, dans laquelle de nombreuses personnes auront besoin d'une aide pour leur survie, notamment parce que de nombreux déplacés qui arrivent au Kurdistan ont passé plusieurs semaines et mois sur les routes", a mis en garde M. Kelly.

Jean René Bellard (Auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)