08/06/2018

Yémen: un assaut contre Hodeida aura un impact « catastrophique » sur les civils, prévient l’ONU

Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) arالعربية (Arabe)

Une bataille sanglante en préparation
Les forces gouvernementales yéménites, appuyées par la Coalition arabe, se préparent à lancer l’assaut contre Hodeida, un port d’une importance stratégique considérable situé sur la Mer rouge. C’est par ce port qu’est acheminé l’aide internationale et, selon le gouvernement yéménite et la Coalition, les armes iraniennes à destination des rebelles chiites Houthis.
Le problème est que la région est très peuplée – environ 600.000 habitants et déplacés. Or, les forces gouvernementales ne semblent pas être en mesure de l’emporter rapidement sur leurs adversaires, ce qui signifie que la bataille risque de s’éterniser, rendant le port inopérable. En conséquences le blocus des zones contrôlées par les rebelles chiites va s’aggraver, ce qui laisse envisager une explosion de la catastrophe humanitaire, déjà l’une des pires que le monde ait connues.
De son côté, la Coalition arabe attire l’attention sur les risques que font peser les Houthis sur la navigation dans la Mer rouge, une voie de communication internationale d’une importance capitale, au moins pour l’Europe. Déjà, les rebelles houthis ont attaqué à plusieurs reprises des pétroliers saoudiens au large de Hodeida. Il est donc peu probable que les deux parties prêtent la moindre attention aux appels à la retenue lancés par l’ONU. 
L’ONU tire la sonnette d’alarme sur Hodeida

La coordinatrice humanitaire de l’ONU au Yémen a averti vendredi 8 juin 2018 que l’attaque des forces progouvernementales contre la ville portuaire de Hodeida (ouest), contrôlée par les rebelles houthis, aurait un « impact catastrophique » sur les civils.
600.000 civils coincés à Hodeida
« Une attaque militaire ou un siège touchera des centaines de milliers de civils innocents« , a dit Lise Grande dans un communiqué, dans lequel l’ONU estime à jusqu’à 600.000 le nombre de civils dans Hodeida et autour. « Dans les pires des cas, nous craignons que plus de 250.000 (d’entre eux) puissent tout perdre, même la vie », a mis en garde Mme Grande.
Hodeida, seul port d’entrée de l’aide humanitaire
Hodeida, sur la mer Rouge, est le principal point d’entrée des importations de marchandises et de l’aide humanitaire au Yémen, pays au bord de la famine et frappé par le choléra, qui vit « la pire crise humanitaire du monde » selon l’ONU.
Les troupes progouvernementales, appuyées par la coalition militaire commandée par l’Arabie saoudite, se rapprochent de cette ville portuaire d’où elles cherchent à chasser les rebelles chiites houthis, soutenus par l’Iran.
La coalition affirme que Hodeida est un point de départ pour des attaques rebelles en mer et le lieu par lequel l’Iran livrerait des armes aux houthis, ce que Téhéran dément.
« Notre priorité est de répondre aux besoins de 22 millions de Yéménites en aide humanitaire et en protection« , a affirmé la coordinatrice de l’ONU. Or une « coupure des importations via Hodeida pour une longue période fera courir à la population yéménite un risque injustifié« , a-t-elle dit.
Selon l’ONU, « près de 70% des importations yéménites, y compris les aides humanitaires et les médicaments, transitent par ce port et celui de Salif, juste au nord« .
Le médiateur de l’ONU au Yémen Martin Griffiths avait exprimé les mêmes préoccupations mardi à l’issue d’une visite à Sanaa, la capitale yéménite contrôlée par les rebelles.
« Outre les conséquences humanitaires d’une bataille, je suis aussi très inquiet concernant l’impact d’une telle attaque sur le processus politique » que l’ONU est « déterminée à faire avancer« , a dit M. Griffiths.
Le médiateur onusien a par ailleurs appelé « toutes les parties » au conflit à créer « un environnement favorable à la reprise » de négociations politiques.
Outre Hodeida et Sanaa, les houthis, issus de la minorité zaïdite (branche du chiisme), contrôlent depuis fin 2014 de vastes régions du nord et de l’ouest.
Depuis 2015, le conflit au Yémen a fait près de 10.000 morts et plus de 55.000 blessés.

...et beaucoup d'autres informations sur Frontlive-Chrono.  

Jean René Belliard
Groupe Ptolémée : +33757910350 

An ISIS women’s cell in the UK

by Jean-René Belliardon

Cet article a été aussi publié en : frFrançais (French) arالعربية (Arabic)

An 18-year-old woman has been found guilty of plotting a terrorist attack in London as part of the UK’s first known all-women Isis cell.
Safaa Boular, who planned a grenade and gun attack on the British Museum, became the country’s youngest convicted female terror plotter.
The Old Bailey heard the teenager discussed the attack with her sister and mother using Alice in Wonderland-themed coded language after she was stopped from joining her husband in Syria.
She was found guilty of preparing acts of terrorism abroad and in the UK.
The jury took two days to deliberate before delivering a verdict. Boular did not react when the decision was read out.
Judge Mark Dennis QC put off sentencing for around six weeks for a report to be compiled.
Safaa Boular enlisted her sister, fellow Isis supporter Rizlaine Boular, 22, after Safaa was remanded in custody over an attempt to travel to Syria. Their mother, Mina Dich, 44, was also involved in discussions.
Both the 22-year-old and the 44-year-old from Vauxhall, south London, pleaded guilty to preparing acts of terrorism and will be sentenced at a later date.
They were caught out after a “proactive” investigation by MI5 and counter terrorism police.
The court heard how the women used words based on an Alice in Wonderland tea party when talking about their plots over the phone.
Rizlaine said she knew “a few recipes for some amazing cakes” for a “proper like English tea party kind of thing”.
Safaa told her sister: “You can be the Mad Hatter ‘cause your hair’s crazy.”
Mother-of-four Dich responded: “That will be fun.”
The court heard that it all began after Safaa Boular became involved with Naweed Hussain, 32 – an Isis fighter – after the pair met online when she was 16. She said they had been introduced by a female Isis recruiter after the Paris terror attacks.
They married in an online ceremony and talked of donning his-and-hers suicide belts to achieve martyrdom together.
Police uncovered Boular’s plans to join him following an airport stop in August 2016 where her passport was confiscated.
She began scoping out locations for possible attacks while she was out on bail.
As well as the British Museum, she also checked out the MI6 headquarters, all the while spurred on by Hussain, who sent her “lovey-dovey messages”.
Her husband was killed in a drone strike, but not before he had revealed his intentions to British secret service agents posing as IS supporters online.
Boular learned of his death on 4 April last year, after an agent pretending to be Hussain’s commander let her know online what happened.
The grief-stricken teenager then decided she wanted to join her husband and revealed to the undercover agent about how he had planned to attack the British Musuem.
She said he had discussed carrying out the attack with a “tokarev” Russian-made pistol and “pineapples” – code for grenades.
After her younger sister was remanded in custody, Rizlaine Boular took a more active role in the plot.
The 22-year-old bought knives and a rucksack from Sainsbury’s and scoped out the Palace of Westminster along with her mother. They did not know they were under surveillance by counter terrorism police at the time.
Rizlaine Boular shared her plans with her friend Khawla Barghouthi, 21, and practised a knife attack at her home in Willesden, northwest London.
Barghouthi has since admitted to failing to alert authorities.
Rizlaine Boular was shot when armed police moved in to arrest the gang but made a full recovery.
Safaa Boular claimed during her trial that Hussain had groomed her. She said Hussain had made three attempts to get her to attack the UK – over Christmas 2016, Valentine’s Day and around her birthday in March last year – but she declined.
She said in the past she had wanted a peaceful married life in Raqqa, where women were not called “umbrella” or “post box” for wearing Islamic dress – but said she had changed since her arrest and now opts to wear Western clothes rather than a burka.
The teenager, who had viewed graphic beheadings and discussed killing former US President Barack Obama, told the court: “Nothing online is real.”
Counter terrorism chief Dean Haydon, of Scotland Yard, described her as a “confident, articulate, intelligent and a relatively mature 18-year-old” who had been “quite devious” in hiding the plot.
He said the “dysfunctional” family had access to a “vast amount” of extremist material.
The senior national coordinator for counter terrorism said the case demonstrated a worrying rise in youngsters being arrested for terrorism.
“This was, without doubt, a major investigation, a proactive investigation. This involved a family with murderous intent, the first all-female terrorist plot in the UK connected to Daesh.
“It’s difficult to say if we will see more females. We have seen young children involved in martyrdom attacks. We have seen Daesh using young children.
“Here in the UK, we have seen an increase in young people, teenagers, getting involved.
“Arrests of youngsters have increased over the last 12 months and clearly that is a concern for us.”

...and a lot of other news every day on Frontlive-Chrono.  

Jean René Belliard
Groupe Ptolémée : +33757910350 

07/06/2018

Grande Bretagne: Une adolescente, membre d’une cellule de Daech entièrement féminine, reconnue coupable de terrorisme

par Jean-René Belliard le

Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) arالعربية (Arabe)

Une femme de 18 ans a été reconnue coupable d’avoir comploté un attentat terroriste à Londres dans le cadre de la première cellule Isis entièrement féminine connue au Royaume-Uni.
Safaa Boular, qui avait planifié une attaque à la grenade et à l’arme à feu contre le British Museum, est devenue la plus jeune femme condamnée pour complot terroriste du pays.
La vieille Bailey a entendu l’adolescente discuter de l’attaque avec sa sœur et sa mère en utilisant le langage codé sur le thème d’Alice au pays des merveilles après qu’elle ait été empêchée de rejoindre son mari en Syrie.
Elle a été reconnue coupable d’avoir préparé des actes de terrorisme à l’étranger et au Royaume-Uni.
Le jury a mis deux jours à délibérer avant de rendre son verdict. Boular n’a pas réagi lorsque la décision a été lue.
Le juge Mark Dennis QC a repoussé la détermination de la peine d’environ six semaines pour qu’un rapport soit compilé.
Safaa Boular a enrôlé sa sœur, Rizlaine Boular, 22 ans, une autre partisane de Daech, après que Safaa ait été placée en détention provisoire pour avoir tenté de se rendre en Syrie. Leur mère, Mina Dich, 44 ans, a également participé aux discussions.
La femme de 22 ans et la mère de 44 ans, toutes les deux de Vauxhall, dans le sud de Londres, ont plaidé coupable d’avoir préparé des actes terroristes et doivent être jugées à une date ultérieure.
Elles ont été arrêtées après une enquête du MI5 et de la police antiterroriste.
La cour a entendu comment les femmes avaient utilisé des mots codés sur le thème d’Alice au pays des merveilles lorsqu’elles parlaient de leurs projets terroristes au téléphone.
Rizlaine disait, par exemple, qu’elle connaissait  » quelques recettes pour des gâteaux étonnants  » pour une  » sorte de thé anglais « .
Safaa répondait à sa sœur : « Tu peux être the Mad Hatter (chapelier fou) parce que tes cheveux sont fous. »
Ce à quoi la mère répondait : « Ce serait amusant. »
Le tribunal a appris que tout avait commencé après que Safaa Boular ait débuté une liaison avec Naweed Hussain, 32 ans – un combattant de Daech – une liaison qui avait débuté en ligne alors qu’elle avait 16 ans. Elle a expliqué qu’ils avaient été mis en contact par une femme recruteur de Daech après les attentats terroristes de Paris.
Ils se sont mariés lors d’une cérémonie en ligne et ont parlé de s’enfiler des ceintures kamikazes pour réaliser ensemble le martyre.
La police a découvert les plans de Boular pour le rejoindre à la suite d’une escale à l’aéroport en août 2016 où son passeport a été confisqué.
Elle a commencé à repérer des lieux d’attaques possibles pendant qu’elle était en liberté sous caution.
Outre le British Museum, elle a également visité le quartier général du MI6, sous l’impulsion de Hussain, qui lui envoyait des « messages d’amour ».
Son mari a été tué lors d’une frappe de drones, après avoir révélé par les réseaux sociaux ses intentions à des agents « infiltrés » des services secrets britanniques se faisant passer pour des partisans de l’EI sur la toile.
Boular a appris sa mort le 4 avril 2017, après qu’un agent prétendant être le commandant de Hussain lui ait fait savoir en ligne ce qui s’était passé.
L’adolescente en deuil a alors décidé qu’elle voulait rejoindre son mari et a révélé à l’agent infiltré comment elle avait prévu d’attaquer le British Musuem.
Elle a dit qu’elle voulait mener l’attaque avec un pistolet « tokarev » de fabrication russe et des « ananas » – code pour les grenades.
Après que sa jeune sœur ait été placée en détention provisoire, Rizlaine Boular a joué un rôle plus actif dans le complot.
La jeune femme de 22 ans a acheté des couteaux et un sac à dos chez Sainsbury’s et a visité le palais de Westminster avec sa mère. Elles ignoraient qu’elles étaient sous la surveillance de la police antiterroriste à l’époque.
Rizlaine Boular a partagé ses plans avec son amie Khawla Barghouthi, 21 ans, et s’est entraînée à mener une attaque au couteau chez elle à Willesden, au nord-ouest de Londres.
Barghouthi a depuis lors admis ne pas avoir alerté les autorités.
Rizlaine Boular a été blessée lorsque la police armée est intervenue pour arrêter le groupe, mais elle s’est complètement rétablie.
Safaa Boular a affirmé au cours de son procès que Hussain l’avait préparée. Elle a dit que Hussain lui avait demandé trois fois d’attaquer le Royaume-Uni – pendant Noël 2016, la Saint-Valentin et autour de son anniversaire en mars de l’année dernière – mais elle avait refusé.
Elle a dit qu’elle voulait, elle, une vie de couple paisible à Raqqa, où les femmes n’étaient pas appelées « umbrella » (parapluie) ou « post box » (boîte postale) lorsqu’lles portaient une robe islamique – mais elle a ajouté qu’elle avait changé depuis son arrestation et choisit maintenant de porter des vêtements occidentaux plutôt qu’une burka.
L’adolescent, qui avait vu des vidéos de décapitation et discuté de l’assassinat de l’ancien président américain Barack Obama, a déclaré à la cour : « Rien en ligne n’est réel. »
Le chef de la lutte contre le terrorisme, Dean Haydon, de Scotland Yard, l’a décrite comme une personne  » confiante, claire, intelligente et relativement mûre pour 18 ans  » et qui avait été  » très sournoise  » dans ses efforts pour cacher le complot terroriste.
Il a dit que la famille « dysfonctionnelle » avait accès à une « vaste quantité » de matériel extrémiste.
Le coordonnateur national principal de la lutte contre le terrorisme a déclaré que l’affaire montrait une augmentation inquiétante du nombre de jeunes arrêtés pour terrorisme.
« Il s’agissait, sans aucun doute, d’une enquête majeure, d’une enquête proactive. Il s’agissait d’une famille aux intentions meurtrières, le premier complot terroriste entièrement féminin au Royaume-Uni lié à Daesh.
« Il est difficile de dire si nous verrons plus de femmes. Nous avons vu de jeunes enfants impliqués dans des attaques martyrs. Nous avons vu Daesh utiliser de jeunes enfants.


 ...et beaucoup d'autres informations sur Frontlive-Chrono.  

Jean René Belliard
Groupe Ptolémée : +33757910350