09/09/2018

Yémen: le chef des rebelles appelle à la « résistance » après l’échec de Genève

Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) arالعربية (Arabe) esEspañol (Espagnol)itItaliano (Italien)

Le chef des rebelles Houthis a appelé samedi ses partisans à la « résistance » après l’échec de pourparlers pour la paix au Yémen sous l’égide de l’ONU à Genève.
« Notre choix est celui de la détermination et de la résistance face à l’agression », a déclaré le chef des rebelles, Abdel Malek al-Houthi. « J’appelle le peuple libre et digne du Yémen à se rendre aujourd’hui sur tous les fronts », a-t-il poursuivi.
La solution politique du conflit yéménite que tentait de mettre en place l’ONU est à nouveau dans une impasse. Les consultations prévues à Genève n’ont pas réussi à mettre fin à la guerre sanglante dans un avenir prévisible. L’échec laisse présager une nouvelle escalade dans le pays embourbé dans une crise humanitaire majeure, selon les experts.
Les pourparlers indirects se sont terminés samedi 8 septembre 2018 avant même qu’ils aient commencé, après que les rebelles aient, à la dernière minute, refusé de se rendre à Genève sans une garantie de l’ONU qu’ils pourront retourner rapidement dans la capitale Sanaa qu’ils contrôlent.
Les Nations Unies étaient censées parrainer à Genève, jeudi septembre, les premières consultations politiques entre les deux principaux partis au conflit, le gouvernement et les rebelles, avec l’espoir que le conflit pourrait être mis sur la voie d’une solution politique après des années de guerre.
Alexander Mitersky, chercheur dans le domaine de la sécurité et de la défense, estime que les prochaines semaines « pourraient être critiques ».
« Les pourparlers politiques n’ont pas commencé, il n’y a donc pas de voie politique à suivre, ce qui signifie que les actions des partis sur le terrain seront moins limitées », a déclaré le chercheur résident aux Emirats arabes unis.
Les rebelles houthis contrôlent la capitale Sanaa et d’autres régions depuis septembre 2014. Les forces gouvernementales tentent de récupérer le terrain perdu avec le soutien d’une alliance militaire dirigée par l’Arabie saoudite depuis mars 2015.
Les Nations Unies affirment que trois Yéménites sur quatre ont besoin d’une aide alimentaire alors qu’une nouvelle vague de choléra menace un pays dépourvu d’un secteur sanitaire efficace dévasté par la guerre.
Depuis l’intervention saoudienne, environ 10 000 personnes, principalement des civils, ont été tuées au Yémen, dont plus de 2 000 enfants. 66 enfants ont été tués dans des frappes aériennes rien qu’en août dernier.
Le conflit a plongé plus de huit millions de personnes dans la famine et provoqué la « pire crise humanitaire » au monde, selon les Nations unies, qui espéraient que les négociations de Genève marqueraient le début d’un cadre de négociations futures.
« L’échec des pourparlers est un mauvais signe du processus de paix, même s’il y a encore un peu d’espoir que l’envoyé des Nations Unies soit en mesure de sauver quelque chose », a déclaré Graham Griffiths, analyste chez Risk Consulting.
« Mais malgré tous ses efforts, nous ne voyons aucun signe d’une formule de paix susceptible de créer la confiance perdue entre les deux parties, ou de concessions potentielles qui les rapprochent ».
L’envoyé des Nations Unies au Yémen, Martin Griffith, a déclaré samedi qu’il se rendrait à Muscat et à Sanaa dans les prochains jours pour préparer le terrain aux futures négociations, suggérant que des pourparlers séparés pourraient avoir lieu au début avec les deux parties.
Griffith poursuit: « Sans aucun doute, nous allons assister à une escalade militaire, et l’échec des pourparlers de Genève va renforcer la conviction de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite qu’ils pourraient contraindre les Houthis par les armes à faire des concessions. »
Les propos tenus samedi par le chef rebelle Abdulmalek al-Houthi ont confirmé l’impression qu’il fallait s’attendre à une escalade militaire. Dans un long discours, au cours duquel il a accusé la coalition d’être responsable de l’échec des pourparlers de Genève, il a appelé à la « fermeté » et à « la lutte contre l’agression ». Il a déclaré que « les personnes libres et honorables de ce cher peuple doivent être déterminées aujourd’hui sur le terrain ».
Bataille de Hodeidah
Griffith a débuté ses efforts pour réanimer le processus de paix après que l’alliance ait lancé le 13 juin une attaque sur la ville portuaire de Hodeidah, sur la mer Rouge.
La plupart des approvisionnements envoyés aux millions de Yéménites entrent par ce port. Mais la coalition accuse les rebelles de se servir de ce port pour se procurer des armes et lancer des attaques contre les navires sur la mer Rouge.
Début juillet, les Emirats Arabes Unis (EAU) ont annoncé la suspension de l’offensive contre la ville de Hodeidah pour permettre la médiation de l’ONU, exigeant le retrait des Houthis de la ville et du port.
Avec l’échec des consultations à Genève, l’attention se porte à nouveau sur la ville de Hodeidah.
« L’opération militaire contre la ville de Hodeidah pour expulser les Houthis pourrait reprendre car il n’y a eu aucun changement dans le processus politique », a déclaré Mitersky.
Des combats ont éclaté, vendredi 7 septembre, entre les forces yéménites soutenues par la coalition et les rebelles Houthis à la périphérie de la ville de Hodeidah, ont indiqué des sources militaires.
Les sources ont indiqué que « la résistance yéménite »,, qui comprend trois forces hétérogènes soutenues par les Emirats Arabes Unis, a lancé une offensive pour s’emparer de la ville après des semaines de calme sur les fronts sud et ouest de la ville.
La semaine dernière, 38 insurgés ont été tués et 26 autres blessés dans des frappes aériennes visant des positions Houthi sur les fronts sud et ouest de Hodeidah.
Mais la prise de la ville de Hodeidah représente un dilemme pour la coalition militaire car elle suppose des combats de rues qui pourraient conduire à de nombreuses victimes civiles, à un moment où la coalition cherche à redorer son image après avoir été accusé, le mois dernier, d’avoir tué des dizaines de civils, dont 40 enfants.
« La seule préoccupation de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite est de faire face aux réactions de la communauté internationale », a déclaré M. Mitersky, ajoutant que « sa campagne militaire est menacée ».

Liste des articles publiés le dimanche 9 septembre 2018 sur Frontlive-Chrono

  • Afghanistan: Attentat-suicide à Kaboul contre des commémorations de l’assassinat du commandant Massoud – Log in
  • Belgique: L’un des bourreaux connus de Raqqa était surnommé « Le Belge » – Log in
  • Gaza: un Palestinien tué par des tirs de soldats israéliens – Log in
  • Irak: Les principaux partis ont appelé à la démission du Premier ministre en raison des troubles à Bassorah – Log in
  • Libye: Des groupes armés d’accord pour un cessez-le-feu à Tripoli, selon l’ONU – Log in
  • Syrie: Les chemins de fer remis en état pour aider à la reconstruction du pays – Log in
  • Syrie: Reprise des bombardements syriens et russes contre Idleb – Log in
  • Yémen: le chef des rebelles appelle à la « résistance » après l’échec de Genève – Log in
  • Yémen: 84 morts dans des combats près de Hodeida après l’échec des pourparlers – Log in

19:47 Publié dans Frontlive-chrono, Hodeidah, Houthi Abdel Malek, Houthis, Jean René Belliard, Yémen | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |

08/09/2018

Frontlive-Chrono – Samedi 8 septembre 2018

Frontlive-Chrono – Samedi 8 septembre 2018

Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)deDeutsch (Allemand) nlNederlands (Néerlandais) idIndonesia (Indonésien)svSvenska (Suédois)

  • Egypte : 75 condamnations à mort, dont des dirigeants des Frères musulmans – Log in
  • Grande Bretagne: Une femme arrêtée après une attaque au couteau, l’antiterrorisme sollicité – Log in
  • Irak: Trois nouveaux morts dans les manifestations à Bassora – Log in
  • Irak: Couvre-feu à Bassorah – Le Hashd al Chaabi se répand dans la ville – Log in
  • Irak: Quatre roquettes s’abattent dans l’enceinte de l’aéroport de Bassora – Log in
  • Irak: Dernières nouvelles – les autorités lèvent le couvre-feu à Bassora à l’issue d’une soirée sans incident – Log in
  • Irak : 11 morts dans le bombardement du siège d’un parti d’opposants Kurdes iraniens – Log in
  • Iran: Exécution de trois séparatistes kurdes – Log in
  • Syrie : frappes russes contre Idleb, les plus « intenses » depuis un mois – Log in
  • Syrie : 18 morts dans des affrontements entre Kurdes et forces du régime – Log in
  • Syrie: La Russie et l’armée U.S. se livrent à des manoeuvres dangereuses en Syrie – Log in

23:18 Publié dans Frontlive-chrono, Jean René Belliard | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |

04/09/2018

Afghanistan: Décès du fondateur du réseau Haqqani proche d’al-Qaïda

Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe) deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) ja日本語 (Japonais) nlNederlands (Néerlandais) idIndonesia (Indonésien) svSvenska (Suédois)

Les talibans afghans ont annoncé la mort au terme d’une longue maladie de Jalaluddin Haqqani, le chef d’un puissant réseau insurgé très actif en Afghanistan, a rapporté mardi 4 septembre 2018 le centre américain de surveillance des sites jihadistes Site. « Tout comme il a enduré de grandes épreuves pour la religion d’Allah durant sa jeunesse et alors qu’il était en bonne santé, il a également enduré une longue maladie pendant ses dernières années », selon un communiqué des talibans afghans cité par Site.
Jalaluddin Haqqani est le fondateur dans les années 1980 du réseau du même nom, constitué pour lutter contre la présence de l’URSS en Afghanistan et qui a reçu l’aide des Etats-Unis et du Pakistan. Ministre du régime des talibans dans les années 1990, Jalaluddin Haqqani s’était tourné à partir de 2001 contre les forces américaines et de l’Otan qui venaient de faire tomber le régime fondamentaliste.
Le réseau Haqqani est une faction des talibans afghans réputée proche d’Al-Qaïda qui a mené de nombreuses attaques en Afghanistan, certaines contre les Américains et l’Otan. Il est également suspecté de liens avec l’organisation Etat islamique (EI) qui a mené de sanglants attentats dans la capitale afghane, Kaboul. « Je doute que son décès change quelque chose », a réagi un diplomate étranger à Kaboul sous couvert d’anonymat.
Le réseau est aujourd’hui dirigé par l’un de ses fils, Sirajuddin Haqqani.

Lire la suite